Puccini - Madama Butterfly - Tuohy/Clarac-Deloeuil - Limoges - 3/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 840
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Puccini - Madama Butterfly - Tuohy/Clarac-Deloeuil - Limoges - 3/2018

Message par Oylandoy » 06 mars 2018, 19:50

BUTTERFLY
ITINÉRAIRE D'UNE JEUNE FEMME DÉSORIENTÉE
D'APRÈS MADAMA BUTTERFLY,TRAGÉDIE JAPONAISE EN TROIS ACTES DE GIACOMO PUCCINI
LIVRET DE GIUSEPPE GIACOSA ET LUIGI ILLICA
Créée en deux actes le 17 février 1904 à la Scala de Milan, puis remanié en trois actes le 28 mai 1904 à Brescia

Robert Tuohy, direction
David Zobel, chef de chant
Jean-Philippe Clarac & Olivier Deloeuil, mise en scène, scénographie et costumes
Christophe Pitoiset, collaboration à la scénographie
Lodie Kardouss, collaboration artistique
Rick Martin, lumières
Jean-Baptiste Beis, vidéo
Julien Roques, création graphique
Luc Bourrousse, dramaturgie

Camille Schnoor, Cio-Cio-San
Marion Lebègue, Suzuki
Georgy Vasiliev, Pinkerton
André Heyboer, Sharpless
Raphaël Brémard, Goro
Victor Sicard, Yamadori
Ugo Rabec, Le bonze
Agnès Cabrol de Butler*, Kate
Gregory Smoliy*, commissaire impérial
Christophe Gateau*, L'officier
Elisabeth Jean*, la mère
Christelle Gouffé*, La tante
Corinne Fructus*, La cousine
Henri Pauliat*, L'oncle Yakusidé
* Artistes du Choeur

Antony Da Cruz, Eva Rajaobelina, Floriane Neraud, Guillaume Gapillou, Johanna Labranche,
Livia Jouanneaux, Peggy Escamez, Pierre Escamez, Rodolphe Garcia, Siyao Lin, Sylvie Reynier,
figurants lors du tournage dans le bus

Orchestre de l’Opéra de Limoges
Choeur de l’Opéra de Limoges | Direction Jacques Maresch
Objet musical créatif, commande de l’Opéra de Limoges /Clarac-Deloeuil > le lab est en résidence à l’Opéra de Limoges / Coproduction : Opéra de Rouen Haute-Normandie


7 et 9 mars à 20h, 11 mars à 15h

L’Opéra fait l’objet d’un enregistrement audiovisuel par la société Oxymore pour
France Télévisions, retransmissions ultérieures sur la plateforme web Culturebox et sur France 3.

Image
la mélodie est immorale
Nietzsche


Zelenka
Ténor
Ténor
Messages : 546
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00

Re: Puccini - Madama Butterfly - Tuohy/Clarac-Deloeuil - Limoges - 3/2018

Message par Zelenka » 08 mars 2018, 20:55

Cela a l'air assez prometteur. Le point de départ choisi par les metteurs en scène est en tout cas intéressant. Et Camille Schnoor, qui fait carrière en Allemagne (elle est actuellement en troupe au Gärtnerplatztheater de Munich est une jeune chanteuse à suivre, au fort potentiel théâtral.

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 840
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Puccini - Madama Butterfly - Tuohy/Clarac-Deloeuil - Limoges - 3/2018

Message par Oylandoy » 08 mars 2018, 23:58

Représentation du mercredi 7 mars 2018 : une salle remplie à 80% pour un 3ème objet musical créatif (les deux premiers étant Peer Gynt en mai 2017 et Schubert Box en janvier 2018), mais un enthousiasme général aux saluts.

Image

Objet musical créatif ? Telle est l'expression utilisée par les metteurs en scène Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil pour signifier que les didascalies ne seront peut-être pas parfaitement respectées. Et l'œuvre est intitulée Butterfly, d'après Madama Butterfly de Puccini, avec le sous-titre : Itinéraire d'une jeune femme désorientée. Se rappeler que certains metteurs en scène ne prennent pas tant de précautions pour modifier bien plus radicalement livret et indications peut faire sourire. Mais ici, l'idée est de proposer une présentation largement différente de l'original, sans trahir l'œuvre. Garder tout son sens à l'histoire en essayant d'innover.

Image

L'intention des metteurs en scène d'immerger les spectateurs dans le voyage mental, morbide et tragique d'une jeune européenne rêvant d'un Japon totalement fantasmé est en partie réalisée. En partie seulement, car si la première partie s'avère pleinement convaincante, et émouvante, la deuxième partie ne réussit pas le challenge de tenir jusqu'au dernier accord. La raison en est que l'histoire initiale est trop forte, trop prenante pour rester abstraite, virtuelle, entièrement imaginée par le délire d'une jeune fille désorientée.

Image

Dans la première partie, tandis que la vidéo nous donne à voir le réel et la vie quotidienne de la jeune femme, l'action scénique, littéralement placée au cœur des images (en effet, le logement de Butterfly, correspondant exactement à l'idée du livret, est situé au centre de la scène, à mi hauteur, suspendu aux cintres) déroule une vision fantasmée du premier acte de l'opéra.
A l'inverse, dans la seconde partie, tandis que l'action scénique se déroule dans le petit studio de la jeune femme (à Limoges, donc), les vidéos projetées tout autour nous donnent à voir tous les supports visuels qui ont nourri son fantasme japonisant : mangas, estampes, cartes postales anciennes, images du Japon d'aujourd'hui, etc. Mais le drame vécu par Cio Cio San reste le même, la sensation induite crée un décalage difficile à assimiler, et le spectateur reste entre les deux histoires, qui ne se mélangent que difficilement, jusqu'au drame final.

Image

Camille Schnoor, dont c'était la prise de rôle, réalise une prestation époustouflante. Elle incarne le drame de la malheureuse Butterfly de façon extrêmement émouvante, et le personnage central de l'histoire devient presque le seul, et capte toute l'attention. On ne la quitte pas des yeux : un grand talent d'actrice, et une présence. Mais pas seulement : une voix expressive, puissante, qui passe aisément l'orchestre, et nuancée. Quelques pianis très réussis complèteront la démonstration.
Le ténor Georgy Vasiliev n'a guère de moyens à lui opposer. Malgré une certaine vaillance, son chant souffre d'un manque de puissance qui l'amènera à trop forcer, à détimbrer, et même la justesse en souffrira.
Marion Lebègue, en Suzuki, fait admirer de beaux graves, et une belle incarnation.
De même, André Heyboer, en Sharpless, donnera beaucoup de présence et d'humanité à l'aide de sa voix forte et chaude.
Raphaël Brémard campe un Goro désagréable à souhait.
Signalons enfin la belle prestation des chœurs, notamment la partie à bouche fermée, et la direction vive et précise de Robert Tuohy.

Image

Photos : Eric Bloch & Steve Barek
la mélodie est immorale
Nietzsche

Zelenka
Ténor
Ténor
Messages : 546
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00

Re: Puccini - Madama Butterfly - Tuohy/Clarac-Deloeuil - Limoges - 3/2018

Message par Zelenka » 09 mars 2018, 12:20

Merci beaucoup pour ce compte-rendu. Il sera intéressant de savoir si les médias nationaux en rendront compte...

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 840
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Puccini - Madama Butterfly - Tuohy/Clarac-Deloeuil - Limoges - 3/2018

Message par Oylandoy » 09 mars 2018, 20:45

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
la mélodie est immorale
Nietzsche

JC87
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 135
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Limoges
Contact :

Re: Puccini - Madama Butterfly - Tuohy/Clarac-Deloeuil - Limoges - 3/2018

Message par JC87 » 12 mars 2018, 21:30

Après avoir vu la 3ème et dernière représentation le 11 mars, je souscris en tous points à ce compte-rendu. Le ténor avait récupéré l'ensemble de ses moyens et a fait une fort belle prestation, d'une voix certes un peu mois puissante que celle de sa partenaire mais suffisamment ronde et brillante pour se faire entendre sans aucun problème du grave à l'aigu. Camille Schnoor est une vraie révélation. La voix est ample, jamais forcée et l'émission est claire tout en restant ronde. Si on devait la comparer à une chanteuse connue, le premier nom qui me viendrait à l'idée serait Krassimira Stoyanova ce qui pour moi n'est pas un mince compliment.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 72 invités