Wagner - Der Fliegender Holländer - Fritzsch / Marelli - Hambourg - 02 /2018

Représentations
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3329
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Wagner - Der Fliegender Holländer - Fritzsch / Marelli - Hambourg - 02 /2018

Message par Loïs » 14 févr. 2018, 14:55

Inszenierung und Bühnenbild: Marco Arturo Marelli
Kostüme: Dagmar Niefind-Marelli
Musikalische Leitung :Johannes Fritzsch
Holländer :John Lundgren
Senta : Ingela Brimberg
Erik:Daniel Behle
Daland :Günther Groissböck
Steuermann :Sergei Ababkin
Mary :Renate Spingler
Philharmonisches Staatsorchester Hamburg
Chor der Hamburgischen Staatsoper

Soirée magnifique sur le plan vocal (je m'étais déplacé pour Lundgren): CR suit.

Question : le thème de l'amour qui conclut l'ouverture et l'opéra a été supprimé hier soir : première fois que j'entends cela (cela supprime toute notion de rédemption et rend incompréhensible le sacrifice de Senta) mais à priori c'est la version originale

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3329
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Der fliegender Holländer -Hamburg - Marelli & Fritzsch - 14.02.2018

Message par Loïs » 15 févr. 2018, 14:56

Pour cette reprise de 1996 (entre temps Marelli aura beaucoup travaillé à Vienne,chez lui en Suisse et en Scandinavie, en France : Arabella & Sonnambula à Bastille, I Nozze au Capitole), mon déplacement était surtout motivé par le Hollandais du Suédois Lundgren qui m’avait électrisé dans la Tragédie florentine à Amsterdam en novembre 2017 et rendu impératif par les commentaires élogieux de Luc sur son Albérich et son Wotan à Munich le mois dernier.

Face à lui sa compatriote de soprano Brimberg qui commence à se faire connaitre en France et périphérie (mais que je découvrais) ; ces dernières saisons, elle aura chanté Elektra à Bordeaux, Elettra à Lyon , Lady Macbeth à Toulon et Elsa à Bruxelles, Chrysotémis à Verbier ; le régional de l’étape - le ténor (et compositeur) hambourgeois Behle familier des scène allemandes et autrichiennes- et la basse autrichienne Groissböck, élève de Holle et Van Dam, qui attaque maintenant les grands rôles sur les scènes internationales (Vienne, Milan, Bayreuth, Londres) et que l’on retrouvera en Gurnemanz en mai à Bastille. Que du beau monde !.Même s’il est allemand Johannes Fritssch après un passage à Hannovre et Dresde dirige majoritairement en Australie où il réside.

Les chanteurs furent au rendez-vous et en premier lieu bien sur Lundgren impressionnant de présence scénique et de projection vocale. Cette apparition surhumaine n’empêche pas de sensibles nuances lorsqu’il doute ou lèche ses plaies ce qui met encore plus en valeur l’explosion de douleur ou la force d’un destin assumé qui suivent. Un immense Holandais.
L’illustre inconnue qu’était pour moi Brimberg ne le restera pas . Senta est assurément le plus difficile des rôles de soprano blond : ce n’est pas seulement une question de format vocal et de partition mais le Hollandais n’existe que par elle donc la formidable énergie qui le rend réel doit transparaitre dans sa voix, le Hollandais n’est pas un hologramme. Elle fait montre d’une crane assurance face au père, face à Mary, face à Erik et si un léger coup de mou émousse ses aigus lors du duo, elle retrouve tout son aplomb au dernier acte (en repositionnant plus haut l’émission) et quitte la scène sur une décoiffante série d’aigus (mais qui restent ceux d’une jeune fille). Et oh que oui on sent la force qui l’habite (plus que la fièvre qui pourrait signifier un cerveau malade). Elle a d’ailleurs fait bouger ma conception du personnage en n’étant plus une jeune romantique échauffée par l’attente du mâle mais clairement une femme qui sait ce qu’elle veut et se bat bec et ongles en ne lâchant rien.
Merci à Behle de ne pas avoir offert une pale image mais un vrai jeune homme romantique qui essaie de sauver son amour (il chante Tamino et cela ne m’étonne pas, il doit y être idéal)
Enfin Groissböck dispose de toutes les qualités techniques et stylistiques , il compose un père veule à souhait qui essaie de refiler sa fille par tous les moyens, joue le cador en dehors et pourtant jamais je n’ai vibré. Je crains qu’il ne m’empêche de piquer du nez pendant les interminables diarrhées verbales de Gurnemanz dans deux mois.
Le moins qu’on puisse dire c’est que Fritssch ne verse pas dans l’hédonisme et l’auto contemplation masturbatoire où se noient certains de ses confrères : allure menée à la vitesse d’un ICE (les vents resteront d’ailleurs sur le quai au démarrage), prestation assourdissante qui vous convainc que son but est de faire fuir kangourous et diables autour de sa ferme de Tasmanie mais après les soubresauts du début, le navire ne sombre pas et est mené à bon port (même si on en descend un peu nauséeux et passablement sourd)
Visiblement il y avait des gros problèmes budgétaires lors de la commande de la production : 3 cordes au premier acte + 3 supplémentaires en rouge pour symboliser l’arrivée du bateau fantôme (avec stroboscop)e, 2 façades de maisons en papier au second et une grand tablée au troisième. La mise en scène est illustrative mais il n’y a strictement rien à lui reprocher, cela fonctionne plutôt bien (un ilot de tranquilité dans le pays du regietheater) et ne sonne pas ringard du tout . L’occupation scénique est même remarquable. Depuis 96 les machinismes ont du se rouiller ce qui vaudra à un machiniste de pomper comme un schadock en plein plateau pour faire démarrer un praticable et on verra Senta sortir côté cour sans qu’elle ne revienne noyée, dans les bras du Hollandais ou autre : le rideau tombe sur l’attente du public mais vu que le chef avait coupé le finale rédempteur, on peut se demander s’il y eut une panne ou l’impossibilité de finir pour une mise en scène prévue selon une autre partition.

Message perso : Richard si tu nous écoutes: Herzlichen Glückwunsch zum Geburtstag!

Image
Image

Parisseb
Messages : 38
Enregistré le : 11 févr. 2017, 23:00

Re: Der fliegender Holländer -Hamburg - Marelli & Fritzsch - 14.02.2018

Message par Parisseb » 15 févr. 2018, 23:18

J ai découvert Ingela Brimberg en avril 2015, à Caen, dans ce même rôle de Senta (production suisse, de Genève si je me souviens bien).
Je garde le souvenir d une interprétation hallucinée aux aigus finaux tonitruants: j étais ressorti complètement retourné par cette représentation ( le reste de la distribution était de haut vol).
Le genre de chanteuse exceptionnelle qui gagnerait à être distribuée dans des salles internationales de premier plan (elle tourne beaucoup en Allemagne de mémoire; et c est la que je réalise que l Allemagne a quand même - y compris dans ses provinces - une vie musicale de haut niveau ).
Cette représentation de Caen avait été filmée et devait être retransmise sur culture box et/ou France 3 mais je n ai jamais été fichu d en voir la couleur. Si quelqu a des infos, je suis preneur! 🤗

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3329
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Der fliegender Holländer -Hamburg - Marelli & Fritzsch - 14.02.2018

Message par Loïs » 15 févr. 2018, 23:41

Parisseb a écrit :
15 févr. 2018, 23:18
J ai découvert Ingela Brimberg en avril 2015, à Caen, dans ce même rôle de Senta (production suisse, de Genève si je me souviens bien).
Je garde le souvenir d une interprétation hallucinée aux aigus finaux tonitruants: j étais ressorti complètement retourné par cette représentation ( le reste de la distribution était de haut vol).
Le genre de chanteuse exceptionnelle qui gagnerait à être distribuée dans des salles internationales de premier plan (elle tourne beaucoup en Allemagne de mémoire; et c est la que je réalise que l Allemagne a quand même - y compris dans ses provinces - une vie musicale de haut niveau ).
Cette représentation de Caen avait été filmée et devait être retransmise sur culture box et/ou France 3 mais je n ai jamais été fichu d en voir la couleur. Si quelqu a des infos, je suis preneur! 🤗
les deux prochains rendez-vous:
Elektra Elektra Opéra National de Bordeaux May-Jun 2018
Elsa von Brabant Lohengrin La Monnaie/De Munt Apr-May 2018

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21806
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Der Fliegender Holländer - Fritzsch / Marelli - Hambourg - 02 /2018

Message par JdeB » 16 févr. 2018, 15:46

Lois, stp, fais un effort pour écrire le titre du fil selon le schéma en vigueur sur ODB (j'ai corrigé pour cette fois encore) et de donner les distributions et les infos en français...Merci
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Der fliegender Holländer -Hamburg - Marelli & Fritzsch - 14.02.2018

Message par Polyeucte » 16 févr. 2018, 16:02

Parisseb a écrit :
15 févr. 2018, 23:18
J ai découvert Ingela Brimberg en avril 2015, à Caen, dans ce même rôle de Senta (production suisse, de Genève si je me souviens bien).
Je garde le souvenir d une interprétation hallucinée aux aigus finaux tonitruants: j étais ressorti complètement retourné par cette représentation ( le reste de la distribution était de haut vol).
Elle avait aussi chanté Senta en mai 2013 à Versailles dans le concert qui réunissait l'ouvrage de Wagner (où elle chantait donc!) et l'opéra de Dietsch composé sur le même argument (et là, Minna était chantée par Sally Matthews qui remplaçait Sonya Yoncheva prévue à l'origine)/
Et c'était assez délirant Brimberg dans ce rôle... surtout dans la salle chauffée à blanc de l'Opéra de Versailles avec un Minkowski splendide... et Bernard Richter en Georg/Eric.

Une voix en effet magnifique et qui ne semble pas souffrir de la fréquentation d'Elektra par exemple!


Et d'ailleurs, ce Hollandais a été capté par Naïve avec Nikitin dans le rôle titre (un coffret 4CD avec les ouvrages de Wagner et de Dietsch... passionnant!).
Image
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9235
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner - Der Fliegender Holländer - Fritzsch / Marelli - Hambourg - 02 /2018

Message par Bernard C » 16 févr. 2018, 16:34

" Délirant Brimberg" ..le temps embellit les souvenirs , nan ?
:wink:

C'était prometteur.
C'est bien qu'elle ait mûri au niveau vocal comme cela semble.

viewtopic.php?p=199929#p199929

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

DelBosco
Alto
Alto
Messages : 393
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Der fliegender Holländer -Hamburg - Marelli & Fritzsch - 14.02.2018

Message par DelBosco » 16 févr. 2018, 17:04

Loïs a écrit :
15 févr. 2018, 14:56
allure menée à la vitesse d’un ICE (les vents resteront d’ailleurs sur le quai au démarrage), prestation assourdissante qui vous convainc que son but est de faire fuir kangourous et diables autour de sa ferme de Tasmanie mais après les soubresauts du début, le navire ne sombre pas et est mené à bon port (même si on en descend un peu nauséeux et passablement sourd)
:lol: :lol: :clap:

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Wagner - Der Fliegender Holländer - Fritzsch / Marelli - Hambourg - 02 /2018

Message par Polyeucte » 16 févr. 2018, 17:23

Bernard C a écrit :
16 févr. 2018, 16:34
" Délirant Brimberg" ..le temps embellit les souvenirs , nan ?
:wink:

C'était prometteur.
C'est bien qu'elle ait mûri au niveau vocal comme cela semble.

viewtopic.php?p=199929#p199929

Bernard
Délirant est peut-être un peu fort oui... mais en tout cas elle était pour moi la révélation de la soirée dans le Wagner (pour le Dietsch, il y avait aussi la partition et Matthews!). Et surtout, j'avais totalement apprécié d'entendre ce timbre rond, lumineux et beau, cette force de caractère, ce feu qui couvait... et puis il devait y avoir le cadre qui jouait aussi!
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Philippes
Ténor
Ténor
Messages : 596
Enregistré le : 27 mars 2005, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Der Fliegender Holländer - Fritzsch / Marelli - Hambourg - 02 /2018

Message par Philippes » 17 févr. 2018, 10:11

Ingela Brimberg a été une remarquable (et très applaudie) Brünnhilde dans la Ring-Trilogie (la tétralogie de Wagner reconstruite du point de vue des enfants (Hagen, Sigfried et Brünnhilde) du Theater an der Wien en fin d'année dernière.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 23 invités