Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10940
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par HELENE ADAM » 21 févr. 2018, 21:51

Placido qui perd sa voix... l'orchestre qui s'arrête...la salle qui retient son souffle, il retrouve sa voix et termine en apothéose OMG...l'opéra c'est cela😃👏
Intense émotion.
Soirée inoubliable. Merci à tous les artistes.... :coeur2: :coeur2: :coeur2:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7191
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par MariaStuarda » 21 févr. 2018, 21:56

Quelle soirée ! :coeur2:

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9347
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par Bernard C » 21 févr. 2018, 22:02

Domingo à la fin de son aria s’étrangle. Silence de MORT dans la salle, le chef fait tout arrêter. Domingo demande entre deux hoquets de reprendre le dernier couplet. Il reprend avec toutes les forces qui lui restent et me fait pleurer comme une fontaine. Longue ovation. Certains debout. Une émotion immense que seul un immense talent peut susciter. Comme un crépuscule. La soirée valait pour lui.

M.
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2337
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par Adalbéron » 21 févr. 2018, 22:29

[Humour incompris.]
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7191
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par MariaStuarda » 21 févr. 2018, 22:54

Supprimé

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7191
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par MariaStuarda » 21 févr. 2018, 23:04

Bernard C a écrit :
21 févr. 2018, 22:02
Domingo à la fin de son aria s’étrangle. Silence de MORT dans la salle, le chef fait tout arrêter. Domingo demande entre deux hoquets de reprendre le dernier couplet. Il reprend avec toutes les forces qui lui restent et me fait pleurer comme une fontaine. Longue ovation. Certains debout. Une émotion immense que seul un immense talent peut susciter. Comme un crépuscule. La soirée valait pour lui.

M.
Incroyable!
Mais excuse moi Bernard pas que pour lui et je n’ai pas regretté Anna une minute ce soir.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10940
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par HELENE ADAM » 21 févr. 2018, 23:19

MariaStuarda a écrit :
21 févr. 2018, 23:04
Bernard C a écrit :
21 févr. 2018, 22:02
Domingo à la fin de son aria s’étrangle. Silence de MORT dans la salle, le chef fait tout arrêter. Domingo demande entre deux hoquets de reprendre le dernier couplet. Il reprend avec toutes les forces qui lui restent et me fait pleurer comme une fontaine. Longue ovation. Certains debout. Une émotion immense que seul un immense talent peut susciter. Comme un crépuscule. La soirée valait pour lui.

M.
Incroyable!
Mais excuse moi Bernard pas que pour lui et je n’ai pas regretté Anna une minute ce soir.
Anna ? Quelle Anna ? :wink:

'hahaha Marina.... :D
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12807
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 22 févr. 2018, 00:09

Bernard C a écrit :
21 févr. 2018, 22:02
Domingo à la fin de son aria s’étrangle. Silence de MORT dans la salle, le chef fait tout arrêter. Domingo demande entre deux hoquets de reprendre le dernier couplet. Il reprend avec toutes les forces qui lui restent et me fait pleurer comme une fontaine. Longue ovation. Certains debout. Une émotion immense que seul un immense talent peut susciter. Comme un crépuscule. La soirée valait pour lui.

M.
Et que pour lui.
J'ai trouvé tout le reste bien morne, besogneux le plus souvent. Une Traviata sans supplément d'âme.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7191
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par MariaStuarda » 22 févr. 2018, 00:11

PlacidoCarrerotti a écrit :
22 févr. 2018, 00:09
Bernard C a écrit :
21 févr. 2018, 22:02
Domingo à la fin de son aria s’étrangle. Silence de MORT dans la salle, le chef fait tout arrêter. Domingo demande entre deux hoquets de reprendre le dernier couplet. Il reprend avec toutes les forces qui lui restent et me fait pleurer comme une fontaine. Longue ovation. Certains debout. Une émotion immense que seul un immense talent peut susciter. Comme un crépuscule. La soirée valait pour lui.

M.
Et que pour lui.
J'ai trouvé tout le reste bien morne, besogneux le plus souvent. Une Traviata sans supplément d'âme.
Je ne suis pas surpris plus que ça :mrgreen:
Je suis marri pour toi (et heureux pour moi)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10940
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - La Traviata - Ettinger/Jacquot - ONP - 02/2018

Message par HELENE ADAM » 22 févr. 2018, 00:28

Je reviendrai sur la soirée mais vite fait : le challenge n'était pas facile pour les protagonistes de la soirée suite au forfait d'Anna Netrebko, Violetta est quand même (et incontestablement) le rôle principal de l'opéra, sur lequel il repose tout entier.
C'est donc sur les épaules de Marina Rebeka que reposait une partie de la réussite de la soirée même si l'incroyable présence, le charisme et les qualités vocales et scéniques de Placido Domingo ont sans aucune doute fait basculer la soirée dans l'exceptionnel.
Je l'avais déjà dit lors de la première de cette série que j'ai vue début février dans cette salle, j'apprécie le style et le jeu de Marina Rebeka. Elle a démarré prudemment cette fois (plus que lors de la première) mais elle a tenu son rôle de A à Z, campant une Violetta très crédible dotée d'une voix assez large et qui se projette très bien (j'étais au 30ème rang) et distille pas mal d'émotions. En dehors de Yoncheva, c'est la meilleure Violetta entendue dans cette salle et cette mise en scène (Agresta, Damrau, Lungu). J'ai été nettement moins convaincue par Castronovo (bon mais je n'ai entendu aucun bon Alfredo depuis très longtemps) qui a raté son entrée notamment. Mais la dynamique de l'ensemble l'a conduit à prendre progressivement plus d'assurance et, pour finir, à trouver de très beaux accents, très touchants.
Domingo a gardé une sacrée pêche, malgré cet accident vocal qui l'a rendu encore plus émouvant et plus précieux sur la scène. Bien sûr entre le timbre assez sombre du ténor et le timbre assez clair du baryton, les duos n'étaient pas optimaux, mais cela n'avait pas d'importance finalement.
Car entendre Domingo avec autant de force et de classe, à presque 80 ans, c'est tellement incroyable que cela aurait suffit à mon bonheur.
Mais c'était bien mieux que cela...tout simplement parce que l'engagement de tous les artistes pour faire vivre (et mourir :wink: ) cette Traviata a été constant toute la soirée. A tel point que je me suis dit, que bien "jouée", cette mise en scène avait de sacrées qualités théâtrales, valorisant franchement l'opéra. A suivre... :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 65 invités