Puccini - Tosca - Ettinger/Kent- ROH - 01-02/2018

Représentations
paco
Basse
Basse
Messages : 7926
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Puccini - Tosca - Ettinger/Kent- ROH - 01-02/2018

Message par paco » 19 janv. 2018, 01:05

Reprise de la production de Jonathan Kent (2006)
Direction musicale : Dan Ettinger/ Placido Domingo
Tosca : Adrianne Pieczonka/ Angela Gheorghiu/ Martina Serafin
Cavaradossi : Joseph Calleja/ Riccardo Massi/ Massimo Giordano
Scarpia : Gerald Finley/ Marco Vratogna
Spoletta : Aled Hall
Angelotti : Simon Shibamtu
Sacristain : Jeremy White

J’ai assisté à la distribution Ettinger/ Pieczonka – Calleja – Finley.

D’emblée, j’insiste : si vous avez des billets pour Gheorghiu, changez-les pour Pieczonka, c’est le jour et la nuit !! J’ai admiré la Tosca de Gheorghiu lorsqu’elle était à son zénith, mais avec ses moyens actuels elle n’est qu’une ombre par rapport à la Tosca d’Adrianne Pieczonka. Nous avons eu ce soir une « vraie » Tosca : une voix puissante, soyeuse, chaleureuse, de superbes envolées lyriques, un tempérament qui brûle les planches (avec la voix qui suit, pas du cinéma muet), de la flamme, de la passion. Wouaou qu’est-ce que cela fait du bien !! :D :D :D Ce n’est pas aussi spectaculaire que la prestation de Radvanovsky ici même, mais c’est captivant et magnifique de bout en bout. Pour chipoter, disons que l’aigu commençait à fatiguer au 3e acte…

Le reste est plus inégal : Calleja a toujours une voix aussi solaire et séduisante, dès son entrée en scène on croirait entendre Pavarotti, tant les timbres se ressemblent de plus en plus. Le phrasé est beau, les nuances sont nombreuses – parfois détimbrées malheureusement- , le chant est raffiné et la projection toujours aussi insolente. Mais l’aigu, qui n’a jamais été le fort de Calleja, est désormais devenu très/ trop problématique : soit il est pris en force et on est à la limite du couac, soit il part complètement en arrière et devient voilé, voire inaudible. On sent là une certaine usure des moyens et la prestation, toute aussi séduisante qu’elle soit (bel engagement de l’acteur, + un « E lucean le stelle » très poétique et émouvant, …) se situe en dessous de ce que Calleja faisait il y a quelques années, et très en dessous de ce que Kaufmann fit dans cette même production. En fait j'ai toujours pensé que Calleja, un Alfredo incomparable et un Pollione étonnant, se fourvoyait à vouloir chanter des rôles de type Cavaradossi, ce type de partition n'est pas son univers.

Gerald Finley, quant à lui, n’a hélas plus rien à voir avec son magnifique Guillaume Tell il y a pourtant peu d’années. Comme dans Meistersinger à Bastille, sa voix est désormais assez usée, engorgée, parfois inaudible (il y a deux ans j’accusais l’acoustique de Bastille, mais ici au ROH ce n’est certainement pas l’acoustique le problème). Reste un artiste toujours aussi « classe », un Scarpia au charisme incontestable (ce qui est déjà beaucoup pour ce rôle !) , qui impose une présence dès son entrée en scène au 1er acte, saisissante, et qui possède une diction impeccable. D’ailleurs la diction est le point fort des trois principaux protagonistes, nous avons là trois « diseurs » remarquables, on peut aisément se passer des surtitres lorsque l’on comprend l’italien.

Dans la fosse, Dan Ettinger est égal à lui-même, c’est-à-dire qu’il étire les tempi à l’infini : parfois c’est superbe (l’introduction orchestrale du 3e acte), parfois cela met en péril la respiration des chanteurs, au point qu’au premier acte on a senti Calleja et Pieczonka décaler ostensiblement pour obliger le chef à les suivre dans un tempo plus rapide, tant sa battue finissait par les obliger à reprendre leur respiration au milieu des phrases !

Eh bien malgré tous ces défauts la soirée fonctionne très bien :D . Sans doute grâce à l’engagement de tous, à une vraie représentation de théâtre, avec une Pieczonka déchainée.
La production de Jonathan Kent vieillit bien. Pas un chef-d’œuvre, mais typiquement le genre de production qui résiste bien à la multitude de reprises. Salle comble, d'ailleurs cette énième reprise se vend étonnamment bien, je suis surpris.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par Loïs » 19 janv. 2018, 14:01

paco a écrit :
19 janv. 2018, 01:05
Gerald Finley, quant à lui, n’a hélas plus rien à voir avec son magnifique Guillaume Tell il y a pourtant peu d’années. Comme dans Meistersinger à Bastille, sa voix est désormais assez usée, engorgée, parfois inaudible (il y a deux ans j’accusais l’acoustique de Bastille, mais ici au ROH ce n’est certainement pas l’acoustique le problème). Reste un artiste toujours aussi « classe », un Scarpia au charisme incontestable (ce qui est déjà beaucoup pour ce rôle !) , qui impose une présence dès son entrée en scène au 1er acte, saisissante, et qui possède une diction impeccable.
La mise en scène l'avantage lors du Te Deum en le propulsant en avant scène avec le choeur très en arrière et l'orchestre derrière

paco
Basse
Basse
Messages : 7926
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par paco » 19 janv. 2018, 14:25

Loïs a écrit :
19 janv. 2018, 14:01
paco a écrit :
19 janv. 2018, 01:05
Gerald Finley, quant à lui, n’a hélas plus rien à voir avec son magnifique Guillaume Tell il y a pourtant peu d’années. Comme dans Meistersinger à Bastille, sa voix est désormais assez usée, engorgée, parfois inaudible (il y a deux ans j’accusais l’acoustique de Bastille, mais ici au ROH ce n’est certainement pas l’acoustique le problème). Reste un artiste toujours aussi « classe », un Scarpia au charisme incontestable (ce qui est déjà beaucoup pour ce rôle !) , qui impose une présence dès son entrée en scène au 1er acte, saisissante, et qui possède une diction impeccable.
La mise en scène l'avantage lors du Te Deum en le propulsant en avant scène avec le choeur très en arrière et l'orchestre derrière
Oui d'ailleurs au 1er entracte je le trouvais plutôt pas mal, c'est au 2e acte que tout s'est délité vocalement, il n'était plus aidé par le dispositif scénique et le contraste avec l'opulence vocale de Pieczonka a souligné l'usure des moyens...

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1551
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par Hiero von Stierkopf » 19 janv. 2018, 14:46

paco a écrit :
19 janv. 2018, 14:25
Loïs a écrit :
19 janv. 2018, 14:01
paco a écrit :
19 janv. 2018, 01:05
Gerald Finley, quant à lui, n’a hélas plus rien à voir avec son magnifique Guillaume Tell il y a pourtant peu d’années. Comme dans Meistersinger à Bastille, sa voix est désormais assez usée, engorgée, parfois inaudible (il y a deux ans j’accusais l’acoustique de Bastille, mais ici au ROH ce n’est certainement pas l’acoustique le problème). Reste un artiste toujours aussi « classe », un Scarpia au charisme incontestable (ce qui est déjà beaucoup pour ce rôle !) , qui impose une présence dès son entrée en scène au 1er acte, saisissante, et qui possède une diction impeccable.
La mise en scène l'avantage lors du Te Deum en le propulsant en avant scène avec le choeur très en arrière et l'orchestre derrière
Oui d'ailleurs au 1er entracte je le trouvais plutôt pas mal, c'est au 2e acte que tout s'est délité vocalement, il n'était plus aidé par le dispositif scénique et le contraste avec l'opulence vocale de Pieczonka a souligné l'usure des moyens...
Ca se verra moins avec Angela !
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par Loïs » 19 janv. 2018, 15:00

Hiero von Stierkopf a écrit :
19 janv. 2018, 14:46
Ca se verra moins avec Angela !
la production avait été créée avec elle (+Terfel + Kauffmann)

paco
Basse
Basse
Messages : 7926
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par paco » 19 janv. 2018, 15:06

Loïs a écrit :
19 janv. 2018, 15:00
Hiero von Stierkopf a écrit :
19 janv. 2018, 14:46
Ca se verra moins avec Angela !
la production avait été créée avec elle (+Terfel + Kauffmann)
Oui, mais à une époque où elle chantait à pleine voix... :lol:
(d'ailleurs à la création c'était avec Alvarez, Kaufmann ce fut lors d'une reprise ultérieure)

Avatar du membre
Hiero von Stierkopf
Baryton
Baryton
Messages : 1551
Enregistré le : 10 avr. 2016, 16:47
Localisation : Gross-Paris

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par Hiero von Stierkopf » 19 janv. 2018, 16:36

Loïs a écrit :
19 janv. 2018, 15:00
Hiero von Stierkopf a écrit :
19 janv. 2018, 14:46
Ca se verra moins avec Angela !
la production avait été créée avec elle (+Terfel + Kauffmann)
J'irai voir cette reprise uniquement pour pouvoir lui jeter un bouquet de fleurs au curtain call.
Comment ça, merde alors ?! But alors you are French ?

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par Loïs » 19 janv. 2018, 16:39

Hiero von Stierkopf a écrit :
19 janv. 2018, 16:36
Loïs a écrit :
19 janv. 2018, 15:00
Hiero von Stierkopf a écrit :
19 janv. 2018, 14:46
Ca se verra moins avec Angela !
la production avait été créée avec elle (+Terfel + Kauffmann)
J'irai voir cette reprise uniquement pour pouvoir lui jeter un bouquet de fleurs au curtain call.
c'est son partenaire qu'elle embrasse goulûment aux saluts, pas les membres du public :lol:

paco
Basse
Basse
Messages : 7926
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par paco » 19 janv. 2018, 17:35

Hiero von Stierkopf a écrit :
19 janv. 2018, 16:36
Loïs a écrit :
19 janv. 2018, 15:00
Hiero von Stierkopf a écrit :
19 janv. 2018, 14:46
Ca se verra moins avec Angela !
la production avait été créée avec elle (+Terfel + Kauffmann)
J'irai voir cette reprise uniquement pour pouvoir lui jeter un bouquet de fleurs au curtain call.
Au ROH souvent à la place des fleurs ils lui jettent une peluche, qu'elle a l'air d'adorer vu le sourire immense qu'elle arbore à chaque fois. Je n'ai jamais compris le symbole de cette peluche

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3479
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Puccini- Tosca- Kent/Ettinger- ROH 01-02/2018

Message par Loïs » 19 janv. 2018, 17:41

paco a écrit :
19 janv. 2018, 17:35
Au ROH souvent à la place des fleurs ils lui jettent une peluche, qu'elle a l'air d'adorer vu le sourire immense qu'elle arbore à chaque fois. Je n'ai jamais compris le symbole de cette peluche
[/quote]
Il y a une photo de ce moment là mais tu es sur que c'est pour la peluche? :lol:

Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 38 invités