Giordano - Andrea Chenier - Chailly/Martone - Milan - 12/2017

Représentations
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 3906
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par David-Opera » 08 déc. 2017, 10:26

Malgré tout, comme on a pu le voir et l'entendre pour Don Carlos, une retransmission télévisée peut aussi bien amplifier les défauts d'une interprétation qu'en révéler les qualités par rapport à la perception en salle.
C'est cependant cette dernière qui compte. Mais je n'ai pas vu, hier soir, l'intérêt de suivre ce spectacle sur écran, et après 10 minutes c'était fini.
Je pense que cela devait être bien mieux en live, sinon les milanais auraient réagi (ils avaient bien sifflé Alagna alors que ce dernier est incomparable).

paco
Basse
Basse
Messages : 8011
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 7/12/17

Message par paco » 08 déc. 2017, 10:27

HELENE ADAM a écrit :
08 déc. 2017, 09:50
Par ailleurs concernant Andrea Chénier, nous avons eu plusieurs belles productions ces dernières années, notamment celles de MacVicar à Londres qui sera reprise au Liceu en mars et celle de Stölz à Munich, qui est reprise en ce moment pour la troisième fois dans l'année.
Pour moi, la production de Munich arrive loin devant toutes les autres, elle est la plus réussie car la plus fouillée, travaillée au niveau des acteurs (yc des figurants, dont chacun a un rôle). Celle de McVicar au ROH (NB : après qu'il ait retravaillé les éclairages à la fin de la série de représentations, car ceux de la Première étaient franchement ratés) est esthétiquement chouette mais manque cruellement de direction d'acteurs.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6872
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par MariaStuarda » 08 déc. 2017, 11:46

David-Opera a écrit :
08 déc. 2017, 10:26
(...)
Je pense que cela devait être bien mieux en live, sinon les milanais auraient réagi (ils avaient bien sifflé Alagna alors que ce dernier est incomparable).
Ils ont aussi des goûts très différents de nous. Je pense qu'ils aiment plus les gueulards que les chanteurs plus raffinés et capables de nuances. Un ami italien me dit régulièrement aussi qu'il n'aime pas Kaufmann car il est trop allemand et pas assez italien. Question de gout et de culture.
En tous cas, c'était terrible hier soir; j'attends de regarder la suite que j'ai enregistré pour donner un avis d'ensemble et notamment sur Netrebko que j'ai trouvé dans la partie que j'ai entendu, bien qu’impressionnante (quelle voix !), inférieure à Harteros.

paco
Basse
Basse
Messages : 8011
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par paco » 08 déc. 2017, 12:18

MariaStuarda a écrit :
08 déc. 2017, 11:46
David-Opera a écrit :
08 déc. 2017, 10:26
(...)
Je pense que cela devait être bien mieux en live, sinon les milanais auraient réagi (ils avaient bien sifflé Alagna alors que ce dernier est incomparable).
Ils ont aussi des goûts très différents de nous. Je pense qu'ils aiment plus les gueulards que les chanteurs plus raffinés et capables de nuances.
Oui tout à fait, mais ceci est une caractéristique très "loggione" milanais, et principalement pour les Premières. Ils préfèreront toujours un Berti, un Palombi ou un Sartori à un Beczala ou un Alagna. Kaufmann est une exception, il me semble qu'il est le seul ténor "raffiné" qui ait été systématiquement ovationné à la Scala (Lohengrin, Don José).

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6872
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par MariaStuarda » 08 déc. 2017, 12:20

paco a écrit :
08 déc. 2017, 12:18
Kaufmann est une exception, il me semble qu'il est le seul ténor "raffiné" qui ait été systématiquement ovationné à la Scala (Lohengrin, Don José).
Même dans le répertoire italien ?

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2639
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Giordano - Andrea Chenier - Chailly/Martone - Milan - 12/2017

Message par micaela » 08 déc. 2017, 12:23

Il n'y a pas que le public milanais. La critique italienne semble avoir apprécié Eyvazov. Un article parlerait de "aigus assurés, souffle interminable" et de "nuances". Pour ce dernier point, j'ai bien senti un effort, mais ça reste quand même chanté tout en force...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

philipppe
Ténor
Ténor
Messages : 939
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par philipppe » 08 déc. 2017, 12:24

MariaStuarda a écrit :
08 déc. 2017, 12:20
paco a écrit :
08 déc. 2017, 12:18
Kaufmann est une exception, il me semble qu'il est le seul ténor "raffiné" qui ait été systématiquement ovationné à la Scala (Lohengrin, Don José).
Même dans le répertoire italien ?
Oui, son récital Puccini a été triomphal dans ce théâtre !

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12611
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 08 déc. 2017, 12:42

paco a écrit :
08 déc. 2017, 12:18
MariaStuarda a écrit :
08 déc. 2017, 11:46
David-Opera a écrit :
08 déc. 2017, 10:26
(...)
Je pense que cela devait être bien mieux en live, sinon les milanais auraient réagi (ils avaient bien sifflé Alagna alors que ce dernier est incomparable).
Ils ont aussi des goûts très différents de nous. Je pense qu'ils aiment plus les gueulards que les chanteurs plus raffinés et capables de nuances.
Oui tout à fait, mais ceci est une caractéristique très "loggione" milanais, et principalement pour les Premières. Ils préfèreront toujours un Berti, un Palombi ou un Sartori à un Beczala ou un Alagna. Kaufmann est une exception, il me semble qu'il est le seul ténor "raffiné" qui ait été systématiquement ovationné à la Scala (Lohengrin, Don José).
Est-ce que les loggione sont vendues normalement pour le 7 ?
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

paco
Basse
Basse
Messages : 8011
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par paco » 08 déc. 2017, 13:02

PlacidoCarrerotti a écrit :
08 déc. 2017, 12:42
paco a écrit :
08 déc. 2017, 12:18
MariaStuarda a écrit :
08 déc. 2017, 11:46
David-Opera a écrit :
08 déc. 2017, 10:26
(...)
Je pense que cela devait être bien mieux en live, sinon les milanais auraient réagi (ils avaient bien sifflé Alagna alors que ce dernier est incomparable).
Ils ont aussi des goûts très différents de nous. Je pense qu'ils aiment plus les gueulards que les chanteurs plus raffinés et capables de nuances.
Oui tout à fait, mais ceci est une caractéristique très "loggione" milanais, et principalement pour les Premières. Ils préfèreront toujours un Berti, un Palombi ou un Sartori à un Beczala ou un Alagna. Kaufmann est une exception, il me semble qu'il est le seul ténor "raffiné" qui ait été systématiquement ovationné à la Scala (Lohengrin, Don José).
Est-ce que les loggione sont vendues normalement pour le 7 ?
Aucune idée, il doit sans doute y avoir moult passe-droits et marché noir

elisav
Baryton
Baryton
Messages : 1570
Enregistré le : 18 juin 2012, 23:00

Re: Giordano - André Chenier - Chailly / Martone - La Scala - 12/2017

Message par elisav » 08 déc. 2017, 14:01

micaela a écrit :
08 déc. 2017, 12:23
Il n'y a pas que le public milanais. La critique italienne semble avoir apprécié Eyvazov. Un article parlerait de "aigus assurés, souffle interminable" et de "nuances". Pour ce dernier point, j'ai bien senti un effort, mais ça reste quand même chanté tout en force...
Tout à fait. Qui plus est, les commentaires sur la blogosphère (italienne, américaine...) sont en général positifs et même très positifs: en somme, il n’a pas un beau timbre, mais il a toutes les notes, sans efforts, il a fait de gros progrès pour nuancer son chant et contrôler son vibrato, etc.

Il n’y a qu’en France, qui est le fief inconditionnel de Kaufmann & Harteros, que Eyvazov suscite une unanimité de cris d’effroi.

David-Opera a écrit :
08 déc. 2017, 10:26
Je pense que cela devait être bien mieux en live, sinon les milanais auraient réagi (ils avaient bien sifflé Alagna alors que ce dernier est incomparable).
Si ma mémoire est bonne, les lyricomanes français ont violemment critiqué Alagna du temps où il chantait à La Scala. :mrgreen:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 30 invités