J.J.Mouret/N.Bernier/Th.L.Bourgeois: cantates-Ensemble La Française-Lyon 2/12/2017

Représentations
Répondre
petitchoeur
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 156
Enregistré le : 19 sept. 2009, 23:00

J.J.Mouret/N.Bernier/Th.L.Bourgeois: cantates-Ensemble La Française-Lyon 2/12/2017

Message par petitchoeur » 04 déc. 2017, 19:49

Musique pour la duchesse du Maine

Thomas-Louis Bourgeois (1676-1750)
Cantate Ariane, livre premier, Paris 1708

Jean-Joseph Mouret (1682-1738)
Concert de chambre, premier livre, paris 1734

Nicolas Bernier (1664-1734)
Cantate Médée, Livre quatrième, Paris 1703

Ensemble La Française
Marie Remandet, soprano
Aude Lestienne, traverso
Shiho Ono, violon
Jean-Baptiste Valfré, violoncelle
Kazuya Gunji, clavecin

La Chapelle de Beaunant, près de Lyon, le 2 décembre 2017.

Jean-Joseph Mouret, né à Avignon et formé à la Maîtrise de Notre Dame des Doms, est nommé, vers 1710, surintendant de la musique à la cour de Sceaux, chez la duchesse du Maine. Il participe aux divertissements musicaux des Nuits de Sceaux avec Nicolas Bernier et Thomas-Louis Bourgeois. Le duc du Maine (1670-1736) est un fils de Louis XIV et de Madame de Montespan. Elevé par Madame de Maintenon, il épouse en 1692 Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé (1676- 1753), petite-fille du Grand Condé. Au château de Sceaux la duchesse tient une cour brillante, rivale de celle de Versailles. Curieuse de tout, elle s’entoure de tous ceux capables de la satisfaire : musiciens, poètes, comédiens, danseurs, philosophes, astronomes… qui animent les Nuits dont les Grandes Nuits de Sceaux de 1714-1715, fêtes somptueuses dans lesquelles le ton de dérision et de frivolité est donné par la duchesse elle-même.
Si les œuvres présentées ce soir n’ont peut-être pas été écrites pour la duchesse, elles ont été données à la cour Sceaux. Le concert de chambre de Mouret, une suite de danse, est une belle occasion pour les quatre instrumentistes, formés aux conservatoires de Lyon et de Bruxelles de faire admirer leur technique parfaitement maîtrisée, et leur musicalité au service d’une partition séduisante et complexe avec rondeau, vénissienne (sic), passe-pied, sarabande, tambourin, chaconne aux rythmes , aux tempi et d’esprit variés. La cantate Ariane de Thomas-Louis Bourgeois répond à ce goût pour les vers baroques mettant en scène des personnages de la mythologie : heureuse, heureuse l’amante trahie qui peut d’un dieu mériter le secours ! Sur ces paroles s’achève cette cantate. Bourgeois, né en Hainaut, maître de chapelle à Strasbourg puis à Toul, est compositeur et haute-contre à Paris où il fait jouer deux de ses opéras en 1713. En 1714 il est invité par la duchesse à Sceaux pour les Grandes Nuits. Dans cette cantate se succèdent récitatifs et airs. Marie Remandet, soprano, chante ces récitatifs difficiles et très délicats avec beaucoup de facilité ; et les airs de sa voix chaude, riche en harmoniques, aux aigus puissants et bien projetés : elle est une Ariane douloureusement abandonnée à Naxos puis libérée et séduite par Bacchus et son cortège. L’ariette, mille trompettes éclatantes, est donnée avec une belle énergie entretenue par le violon de Shiho Ono et le traverso d’Aude Lestienne tandis que le clavecin de Kazuya Gunji et le violoncelle de Jean-Baptiste Valfré assurent le continuo. Nicolas Bernier, maître de chapelle à la cathédrale de Chartres, succède à Marc-Antoine Charpentier à la Sainte Chapelle à Paris en 1704. Il épouse en 1712 l’une des filles de Marin Marais et collabore aux Nuits de Sceaux. Il a laissé un très grand nombre de cantates profanes dont Médée (1704). Médée est construite comme Ariane de Bourgeois : des récitatifs encadrant des airs. Les qualités vocales de Marie Remandet font encore merveilles dans les récitatifs comme dans les airs avec leurs da capo de vocalises vengeresses virevoltantes : gardez-vous de tromper ma rage, c’est Jason qu’il faut immoler !
Beau succès pour ce jeune ensemble qui fait preuve de curiosité (et de courage!) en ressuscitant des œuvres quasi inconnues. En bis reprise, toujours aussi brillante, de la bachique ariette de la cantate Ariane. La Française vient d’enregistrer son premier CD avec le programme de ce soir et donnera son premier concert à Paris au moment de la sortie de ce disque dans le courant du premier trimestre 2018. A suivre...

Pierre Tricou

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 77 invités