Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20771
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par JdeB » 20 nov. 2017, 15:08

Franchement Hélène, ce que tu dis de toi, de ta pratique culturelle omnivore et insatiable, et hyperactive et ultra-intensive, personne ne songe à l'extrapoler à un autre cas que le tien.
Car dans la pratique réelle, elle ne se conçoit que dans une oisiveté totale, entourée de domestiques et de têtes chercheuses, d'un secrétariat, etc.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8763
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par Bernard C » 20 nov. 2017, 15:27

paco a écrit :
20 nov. 2017, 14:31
Bernard C a écrit :
20 nov. 2017, 14:16
En a parte de ta dernière remarque , le "
et en même temps" ce n'est pas ne pas prendre parti , ne pas avoir de préférence, je pas prendre une voie


Fin du "HS".

Bernard :wink:
Oui bien sûr, on a tous notre opéra que l'on emmènerait sur une île déserte ;-)
Néanmoins, je revendique le fait que l'on puisse adorer Monteverdi, "et en même temps" Mozart; "et en même temps" Verdi, "et en même temps" St-François de Messiaen, "et en même temps" Mascagni, "et en même temps Moussorgski"... et être tout à fait sincère dans ces choix qui ont pourtant l'air si divers...
C'est vrai que j'aime beaucoup aussi Saint François .

On devrait être assez d'accord.

Mais tout cela, et tel que je le perçois chez toi ce n'est pas accumulation ( une sorte de "syllogomanie lyrique" comme on voit chez certains même si ce terme barbare est un peu exagéré)
Ça reste une somme de goût , un "tout de passion".

Bernard :bowdown:
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9031
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par HELENE ADAM » 20 nov. 2017, 15:42

JdeB a écrit :
20 nov. 2017, 15:08
Franchement Hélène, ce que tu dis de toi, de ta pratique culturelle omnivore et insatiable, et hyperactive et ultra-intensive, personne ne songe à l'extrapoler à un autre cas que le tien.
Car dans la pratique réelle, elle ne se conçoit que dans une oisiveté totale, entourée de domestiques et de têtes chercheuses, d'un secrétariat, etc.
Oui bien sûr c'est tout à fait cela. Comment cela pourrait-il se concevoir autrement d'ailleurs ? :roll:
Bon on est complètement HS. De ma remarque fort anodine dans un fil déjà parti en HS, sur l'opéra contemporain, me voilà affublée d'une cohorte de domestiques... :lol:
Revenons à la Clémence... :wink:

PS : comme je suis très très loin d'être aussi cultivée que Bernard, j'ai été chercher ce que signifiait le mot "Syllogomanie". Pour les rares contributeurs qui seraient aussi incultes que moi, je précise qu'il s'agit de la manie excessive d'accumuler des objets sans les utiliser. Je n'ai pas compris le rapport avec le goût pour l'opéra ? :?: :?: :?:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8763
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par Bernard C » 20 nov. 2017, 15:49

Oui enfin Google est à la main de tout le monde , j'espère , et puis on n'est pas obligé , c'est pas très important . :wink:

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9031
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par HELENE ADAM » 20 nov. 2017, 15:51

Bernard C a écrit :
20 nov. 2017, 15:49
Oui enfin Google est à la main de tout le monde , j'espère , et puis on n'est pas obligé , c'est pas très important . :wink:

Bernard
Ou n'importe quel dictionnaire... certes, mais désolée, je ne connaissais pas le mot. Et je n'ai toujours pas compris pourquoi tu l'employais en répondant à Paco....
Mais revenons au sujet...
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20771
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par JdeB » 20 nov. 2017, 16:02

HELENE ADAM a écrit :
20 nov. 2017, 15:42
JdeB a écrit :
20 nov. 2017, 15:08
Franchement Hélène, ce que tu dis de toi, de ta pratique culturelle omnivore et insatiable, et hyperactive et ultra-intensive, personne ne songe à l'extrapoler à un autre cas que le tien.
Car dans la pratique réelle, elle ne se conçoit que dans une oisiveté totale, entourée de domestiques et de têtes chercheuses, d'un secrétariat, etc.
Oui bien sûr c'est tout à fait cela. Comment cela pourrait-il se concevoir autrement d'ailleurs ? :roll:
Bon on est complètement HS. De ma remarque fort anodine dans un fil déjà parti en HS, sur l'opéra contemporain, me voilà affublée d'une cohorte de domestiques... :lol:
ah mais je n'ai pas dit cela, je ne te confonds pas avec la Maréchale...
Et cesse aussi de croire aussi que ce sont tes remarques qui donnent le tempo ici. Merci
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

jeantoulouse
Alto
Alto
Messages : 402
Enregistré le : 27 mai 2012, 23:00

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par jeantoulouse » 20 nov. 2017, 16:59

Il doit exister un terme (de physique ? de chimie ? de psychologie ? ) pour définir ce qui passe ici : comment à partir de La Clémence la bien nommée sommes nous passés à la syllgomanie supposée d'Hélène ? Cette plasticité des métamorphoses, cet art des avatars, cette tectonique des tactiques, cette dérive des développements - qui sont le propre de bien des fora - atteignent des proportions tout à fait spectaculaire. Captivant.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9031
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par HELENE ADAM » 20 nov. 2017, 17:08

jeantoulouse a écrit :
20 nov. 2017, 16:59
Il doit exister un terme (de physique ? de chimie ? de psychologie ? ) pour définir ce qui passe ici : comment à partir de La Clémence la bien nommée sommes nous passés à la syllgomanie supposée d'Hélène ? Cette plasticité des métamorphoses, cet art des avatars, cette tectonique des tactiques, cette dérive des développements - qui sont le propre de bien des fora - atteignent des proportions tout à fait spectaculaire. Captivant.
Oui celui-ci est assez réussi en effet.... :wink:


Syllgomane moi qui ne garde même pas un programme d'opéra ?
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20771
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par JdeB » 20 nov. 2017, 17:12

jeantoulouse a écrit :
20 nov. 2017, 16:59
Il doit exister un terme (de physique ? de chimie ? de psychologie ? ) pour définir ce qui passe ici : comment à partir de La Clémence la bien nommée sommes nous passés à la syllgomanie supposée d'Hélène ? Cette plasticité des métamorphoses, cet art des avatars, cette tectonique des tactiques, cette dérive des développements - qui sont le propre de bien des fora - atteignent des proportions tout à fait spectaculaire. Captivant.
mais c'est pour cela qu'on vient sur ODB. Pour la magie du spectacle. Pas de jour de relâche . Depuis presque 15 ans !
Hélène, les fauves et nous. (Hélène et les garçons c'est déjà pris)

Il s'agit d'"une syllogomanie dématérialisée comme il convient à une héroïne 2.0
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8763
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Mozart - La Clemenza di Tito - Ettinger/Decker - ONP - 11-12/2017

Message par Bernard C » 20 nov. 2017, 17:23

Oui enfin Hélène s'est emparée de quelque chose qui ne lui appartenait pas. : mon adresse répondait à Paco et n'evoquait pas Hélène.

je signale d'ailleurs qu'il était question du mot syllogomanie , syllgomanie je ne connais pas :D
C'est plutôt l'image de l'accumulation pour l'accumulation .

Ce n'est pas seulement le symptôme pathologique grave évidemment que recouvre le mot , mais l'évocation d'une sorte de compulsion collectionniste qu'on peut rencontrer chez des lyricomanes .
( Comme dans d'autres domaines)

Accumuler pour accumuler , enfiler pour enfiler.

J'en ai rencontré quelques uns assez extraordinaires dans ma vie.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 37 invités