Monteverdi - Vêpres de la Vierge - Tubéry - Lyon - 12/11/2017

Représentations
Répondre
petitchoeur
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 123
Enregistré le : 19 sept. 2009, 23:00

Monteverdi - Vêpres de la Vierge - Tubéry - Lyon - 12/11/2017

Message par petitchoeur » 15 nov. 2017, 23:06

CLAUDIO MONTERVERDI (1567-1643): Vespro della Beata Vergine in die Assumptionis (1610).

Soprano 1 : Fanie Antonelou
Soprano 2 : Lina Lopez
Contre -ténor : William Shelton
Haute contre : Renaud Tripathi
Ténor 1 : Jan Van Elsacker
Ténor 2 : Tiago Pinheiro de Oliveira
Baryton : Nicolas Achten
Baryton-basse : Romain Bockler
Basse : Jean-Claude Sarragosse

Violon 1 : Stéphanie Pfister
Violon 2 : Mathieu Camilleri
Cornets : Jean Tubéry, Lambert Colson, Sarah Dubus
Trombone 1 : Claire McIntyre
Trombone 2 : Alexis Lahens
Trombone basse : Arnaud Brétecher
Violoncelle : Keiko Gomi
Théorbe et Archiluth : Etienne Galletier
Théorbe et Harpe : Nicolas Achten
Orgue : Marc Meisel
Avec la participation de Christophe Baska, contre-ténor ( Nisi Dominus à 10 voix )

LA FENICE
DIRECTION JEAN TUBÉRY

Orgue Quentin Blumenroeder (2013) propriété de l’Ensemble Les Inventions – Association Ars Burgundiae

Intonatio : Deus in adiutorium meum intende
Responsorium : Domine ad adiuvandum me festina
Antiphona prima : Assumpta est Maria in coelum
Psalmus 109 : Dixit Dominus Domino meo
Concerto : Nigra sum sed formosa
Antiphona secunda : Maria Virgo assumpta est
Psalmus 112 : Laudate pueri Domino
Concerto : Pulchra es amica mea
Antiphona terza : In odorem unguentorum
Psalmus 121 : Laetatus sum
Concerto : Duo Seraphim clamabant
Antiphona quarta : Benedicta filia tua
Psalmus 126 : Nisi Dominus
Concerto : Audi coelum verba mea
Antiphona quinta : Pulchra es et decora
Psalmus 147 : Lauda Jerusalem Domini
Sonata " sopra Sancta Maria ora pro nobis "
Capitulum : Exaltata est sancta Dei genitrix
Hymnus : Ave maris stella
Antiphona ad Magnificat : Hodie Maria Virgo coelos ascendit
Cantica : Magnificat anima mea Dominum

Chapelle de la Trinité à Lyon le 12 novembre 2017

Né à Crémone en 1567, Monteverdi entra au service du duc de Mantoue en 1590 et y resta jusqu’en 1612. Il composa pendant ce long séjour ses premiers opéras (Orfeo en 1607, Arianna en 1608) combinant la prima prattica (l’ancien style polyphonique de la Renaissance) et la seconda prattica qui subordonnait la musique au texte : « l’oratione sia padrona dell’armonia e non serva » (« la parole est la maîtresse de l’harmonie et non sa servante »). De cette période date les Vêpres de la Vierge « Vespro della Beata Vergine » (1610) qui mêlent également l’ancienne et la nouvelle technique et utilisent les instruments de manière dramatique. Ces Vêpres rassemblent des compositions réalisées durant une dizaine d’années. « L’œuvre se dresse en véritable monument architectural, ayant été conçue à son origine en tant que tel : il s’agit en effet du premier recueil de Vêpres agencé dans son ordre liturgique, avec son alternance de psaumes, antiennes, hymnes et le Magnificat, à une époque où les maîtres de chapelle reconstituaient l’office musical à partir de pièces issues de différentes collections dues à différents compositeurs, d’une qualité de facture disparate voire hétérogène… » (Jean Tubéry dans le programme du jour). Et c’est en architecte que Jean Tubéry et son ensemble La Fenice abordent ce chef d’œuvre avec seulement neuf chanteurs et douze instrumentistes qui se déplacent à chaque numéro de manière très subtile (sauf l’orgue et, partiellement, la basse continue) dans le chœur et les tribunes de la chapelle baroque de La Trinité selon l’effet sonore recherché : chanteurs solistes en écho, instrumentiste formant un duo avec un chanteur, double chœur en tribunes, masse chorale et masse instrumentale regroupées, solistes noyées dans l’orchestre dans le cantus firmus *de la Sonata Sancta Maria, ora pro nobis. Effets acoustiques très réussis !
Jean Tubéry dirige La Fenice avec une dynamique qui met en valeur la seconda prattica du premier baroque monteverdien: changements de tempi, accentuations, contrastes du PPP au FFF, rôle essentiel de la parola. Les instrumentistes, tous solistes et tuttistes, méritent d’être tous cités: pour la beauté des timbres et la technique parfaite des cornets et des trombones, la finesse et le brio des violonistes, la solidité et la subtile intelligence de la basse continue assurée par le violoncelle, l’orgue, les théorbes et la harpe. Jan van Elsacker, ténor, sait exprimer toute la joie des paroles du Nigra sum, toute la gloire de Dieu en belles vocalises parfaitement maîtrisées dans le duo Seraphim (avec Tiago Pinheiro de Oliveira), toute la beauté de la Vierge, porte du ciel, dans l’Audi coelum. Romain Bockler, baryton-basse au timbre généreux, William Shelton, contre-ténor à la voix puissante et élégante, Jean-Claude Saragosse, basse profonde à la voix de bronze, assurent de nombreux répons et parties en solistes. Fanie Antonelou et Lina Lopez, sopranes, exultent dans Pulchra est… chantent avec une sereine espérance Sancta Maria, ora pro nobis. Grande ferveur des musiciens, grande ferveur du public pour des Vêpres si bien à leur place dans cette chapelle de la Trinité décorée de marbres et de fresques en trompe l’œil!

Pierre Tricou
*une voix de la polyphonie est chantée avec des valeurs plus longues que les parties instrumentales: ici les deux sopranes au timbre suppliant répètent inlassablement, comme une litanie, Sainte Marie, priez pour nous.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 44 invités