Concert J.D. Florez/J. Weilerstein - TCE - 12/11/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20568
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Concert J.D. Florez/J. Weilerstein - TCE - 12/11/2017

Message par JdeB » 10 nov. 2017, 09:14

Mozart Les Noces de Figaro, Ouverture
«Ich baue ganz auf deine Stärke», air extrait de L’Enlèvement au sérail
Don Giovanni, Ouverture
«Il mio tesoro», air extrait de Don Giovanni
«Si spande al sole in faccia», air extrait de Il Re pastore
Così fan tutte, Ouverture
«Dies Bildnis ist bezaubernd schön» air extrait de La Flûte enchantée
« Fuor del mar» air extrait de Idomeneo
Rossini «Che ascolto? Aimè... Ah, come mai non senti» air extrait d'Otello
Massenet Méditation, pour orchestre seul, extrait de Thaïs
Offenbach «O Dieu, de quelle ivresse» et «Va pour Kleinzach», airs extraits des Contes d’Hoffmann
Mascagni Intermezzo, extrait de Cavalleria rusticana
Puccini «Che gelida manina», air extait de La Bohème
Verdi La Traviata, prélude de l’acte III
«Questo o quella», air extrait de Rigoletto
«La mia letizia infondere», air extrait de I Lombardi

Juan Diego Florez, ténor
Orchestre de chambre de Lausanne, dir Joshua Weilerstein


Il y a 20 ans, en octobre 1997, Juan Diego Florez effectuait ses débuts en France sur la scène de l’Opéra de Nice dans le rôle de Fenton aux côtés de Ruggero Raimondi. Depuis, il a interprété dans l’hexagone huit opéras : Italiana in Algeri, La Cenerentola et La Donna del Lago à Garnier et Il Barbiere à Toulouse, Falstaff à Nice donc puis au Châtelet, La Fille du Régiment à Bastille sans oublier, en version de concert, La Favorite et Werther au Théâtre des Champs-Elysées. Il a donné son premier récital avenue Montaigne le 20 octobre 2004 (Mario Vargas Llosa était dans le public) et il y est revenu six fois. Il s’y est produit en solo mais aussi dans le cadre de concert à deux voix : d’abord avec D. Barcellona en février 2007 puis en duo avec R. Villazon l’année suivante. Il a aussi donné des récitals dans d’autres salles parisiennes (Gaveau, Pleyel, Garnier, …), à Marseille (à trois reprises), à Toulouse et à Orange (en compagnie de Natalie Dessay).

Ce soir, dans le cadre d’une vaste tournée mondiale, il nous a offert une première partie dévolue à Mozart (qu’il avait déjà chanté à Pleyel il y a 10 ans). Après un air de Belmonte manquant de délié et au début un peu prosaïque, il nous a éblouit par son engagement, loin de la vision marmoréenne d’une certaine tradition, l’expressivité intense et la précision totale de ses vocalises, la pureté de son style. La version longue de « Fuor del mar » électrise et ne se peut comparer qu’aux exploits du regretté N. Gedda même si le ténor péruvien met dans cette aria di paragone moins de verticalité royale et de clarté noble, pour masquer sa tempête intérieure, que son illustre ainé. Nous atteignons là des sommets malgré un léger manque de moelleux dans le timbre et d’élan juvénile impétueux dans l’émission.

L’air de Rodrigo, tiré de l’Otello de Rossini, prouve qu’il reste sans rival aujourd’hui dans le Rossini seria tandis que les deux airs des Contes d’Hoffmann fascinent par l’absolue clarté de la diction et le mordant du phrasé ce qui augure d’une prise de rôle, en janvier sur le Rocher, tout à fait mémorable. Qui a jamais entendu frémir ainsi « des herbes dans un lac » ? Quelle poésie dans ce « regard frais et pur » jeté sur un des piliers du répertoire ténorial !
L’ai de Rodolfo de la Bohème est aussi celui d’un poète doublé d’un grand musicien mais dans ce répertoire là il n’efface pas les souvenirs les plus glorieux. Après un Questo o quella irréprochable, il conclue le programme officiel avec la grande scène d’Oronte qui inverse la schéma orphique de la descente aux enfers par un désir exalté d’une assomption amoureuse : « Monter au ciel avec elle, et m’élever / Là où aucun mortel ne va ! ». Mise en abyme des fantasmes vocaux de tous les grands ténors à suraigus ?

Les bis nous permettent de le retrouver en Tonio, où il est toujours aussi enthousiasmant, et dans un Granada de folle feria après un bouquet de canciones au souffle infini et aux saveurs de miel, où le tenorissimo s’accompagne lui-même à la guitare, comme à Garnier en mars dernier…
Bref, avec ce programme fort intelligemment composé et un sens de la communication avec son public de plus en plus affirmé, Juan Diego Florez nous a offert son meilleur concert à Paris. Le plus festif aussi.

D’autant que l’orchestre de chambre de Lausanne est un des brillants entendus dans la prestigieuse série des Grandes Voix et qu’il est dirigé par un jeune chef des plus prometteurs, Joshua Weilerstein.
Ce qu’il fait dans les ouvertures de Mozart est vraiment excellent, en particulier dans celle des Noces et de Cosi, où tout ondoie et bruisse d’une vie qui surabonde, d’une vitalité ferme. Il était judicieux de rapprocher les ouvertures des Noces et de Don Giovanni, construites en miroir l’une de l’autre puisque l’une commence par un pianissimo en ré majeur et l’autre par un éclat forte en ré mineur… Hélas, sa lecture de celle de Don Giovanni, qui commence fort bien, ne tient pas ses promesses car elle n’est pas assez discursive. Surtout on y entend guère « le chuchotement de la passion, le tourbillon de la séduction, le silence de l’instant » (S. Kierkegaard). Très éclectique, Weilerstein réussit parfaitement l’Intermezzo de Cavalleria et le prélude au troisième Acte de La Traviata, avec une vive clarté dans l’articulation, force poésie et raffinement.
François Sochard charme par la pureté sonore et les phrasés sensuels de sa Méditation de Thaïs, très applaudie.

C'était Noël avant l'heure !

Jérôme Pesqué
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
lionrougeetblanc
Alto
Alto
Messages : 350
Enregistré le : 05 janv. 2017, 12:18
Localisation : Paris - Savoie

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par lionrougeetblanc » 12 nov. 2017, 08:42

 Minutage
 
 
1ère partie : 45 min
Entracte : 20 min
2ème partie : 45 min
 + bis
 
L'artiste vous retrouvera pour une séance de dédicace à l'issue de la représentation.
 

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8528
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par Bernard C » 12 nov. 2017, 23:26

GRAND dans tous les registres affrontés, dans tous les styles abordés, dans toutes les langues chantées.

L'art du chant comme toujours et l'amplitude de la voix et du souffle qui ne cessent de s'imposer et d'ouvrir à des répertoires possibles.
Tout ce qu'il aborde il l'assume.

Et la qualité humaine qui parcourt sa relation au public contribue à faire de cette soirée un simple moment de bonheur comme un grand moment lyrique.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Il prezzo
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 217
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par Il prezzo » 12 nov. 2017, 23:38

Emballé par à peu près tout, de Mozart à Puccini!
Beaucoup par son Hoffmann (mais check Monte Carlo en janvier: sold out :( )
Bon metteur d'ambiance (cucurucucu à la guitare... :D ), un peu cabotin, mais on lui pardonne, vu le bonheur intense qu'il nous donne.
Chopé une conversation à l'entracte entre snobs du TCE:"...ah, Mozart, ce n'est vraiment pas son répertoire" :2guns: :2guns:

Avatar du membre
lionrougeetblanc
Alto
Alto
Messages : 350
Enregistré le : 05 janv. 2017, 12:18
Localisation : Paris - Savoie

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par lionrougeetblanc » 12 nov. 2017, 23:48

Une vraie révélation pour moi qui n'avais pas encore eu l'occasion de l'entendre chanter en récital. Belle osmose avec l'orchestre, très convaincant.
Magnifique soirée.

Avatar du membre
Il prezzo
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 217
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par Il prezzo » 12 nov. 2017, 23:56

C'est marrant, je viens de relire un partie du fil sur son Werther de l'an dernier, avec les réserves de certains Odbiens, et tout le débat sur "un ténor rossinien peut-il chanter Werther".
Ça semble un peu dérisoire aujourd'hui, car pour moi, JDF a montré ce soir, par la diversité des œuvres abordées avec un immense talent, qu'il était BIEN PLUS qu'un ténor rossinien :wink:

Avatar du membre
Asvo
Ténor
Ténor
Messages : 863
Enregistré le : 05 févr. 2011, 00:00
Contact :

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par Asvo » 12 nov. 2017, 23:58

Ah mes amis, quelle soirée de fête !

Oui, il y a un charme électrique, une présence qui nous fait fondre, mais, avant tout une intelligence du chant incroyable !

Il réitère l'exploit du CD qui est de ne pas chanter Mozart comme on pourrait l'attendre. "C'est un ténor belcantiste, il va nous faire un Tamino comme un Almaviva..." Eh bien pas du tout ! Son Mozart est très cérébral, puissant certes, mais réfléchi, incarné non pas physiquement mais dans les intentions, dans les inflexions. La technique est impeccable, toutes les notes sont là, sans tricher. Un peu moins d'extrapolations dans l'aigu qu'au disque, mais on sent un tel respect de la musique, une telle envie de servir ce compositeur, qu'on imagine une certaine retenue ou une petite appréhension de la part du chanteur.

La seconde partie fait voir des chanteurs radicalement différents. D'abord un langage qui est le sien, imprégné dans sa chair : celui de Rossini. Son Otello est d'un naturel confondant. Ensuite, un Hoffmann idiomatique au possible, parfaitement compréhensible depuis les loges de galerie. Une Bohème guimauve comme il faut, et des Verdis où le chanteur ne se présente pas comme un belcantiste voulant chanter Verdi mais comme un vrai ténor verdien.

Pour finir, un Tonio qui enthousiasme toujours autant, et des bis plus légers, à la guitare, et un Granada pour achever de nous séduire.

Le bonheur, quoi !

paco
Basse
Basse
Messages : 7738
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par paco » 13 nov. 2017, 00:00

Il prezzo a écrit :
12 nov. 2017, 23:38
Chopé une conversation à l'entracte entre snobs du TCE:"...ah, Mozart, ce n'est vraiment pas son répertoire" :2guns: :2guns:
:lol:
Maintenant la question est : quel directeur d'opéra osera enfin programme JDF dans un Mozart ? (depuis le temps qu'il réclame qu'on le programme en Belmonte, cela fait quasiment une décennie qu'il en rêve !)

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12222
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 13 nov. 2017, 00:22

@Paco Ah ... un Cosi avec TOUS les airs ...

Sinon, soirée magistrale. J'adore Mozart chanté comme ça !
Et, plus formidable encore, pas vraiment de trace d'usure : l'Otello et la FDR étaient confondants d'aisance.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
lionrougeetblanc
Alto
Alto
Messages : 350
Enregistré le : 05 janv. 2017, 12:18
Localisation : Paris - Savoie

Re: Concert JD Florez / J. Weilerstein -TCE-12/11/2017

Message par lionrougeetblanc » 13 nov. 2017, 00:35

Belle connivence avec le public. Beaucoup d'échanges, mais si le chant passait impeccablement au second balcon, où je me trouvais, ce fut moins le cas avec ce que disait Florez, qu'on entendait assez mal. À entendre rire le parterre on suppose des traits d'humour mais sans être en mesure de savoir de quoi il retourne.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 44 invités