Rimski-Korsakov - Mozart et Salieri - Lacornerie/Bleuse - Lyon - 02/11/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 782
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Rimski-Korsakov - Mozart et Salieri - Lacornerie/Bleuse - Lyon - 02/11/2017

Message par perrine » 05 nov. 2017, 19:47


Mozart et Salieri
Nikolaï Rimski-Korsakov
Scènes dramatiques, 1898. Livret du compositeur
d’après Alexandre Pouchkine. En russe.
Recréation de la production de 2010 de l’Opéra de Lyon

Direction musicale Pierre Bleuse
Mise en espace Jean Lacornerie
Décors et costumes Bruno de Lavenère
Lumières David Debrinay
Vidéo Etienne Guiol

Mozart Valentyn Dytiuk
Salieri Pawel Kolodziej
Acteur Louis Thélot

Orchestre, Chœurs et Studio de l'Opéra de Lyon



Lyon, Jeudi 2 novembre 2017

Partant du principe que Salieri, compositeur laborieux est jaloux de la facilité qu’a Mozart, génie désinvolte et inspiré, de créer des pièces bouleversantes, ne serait ce pas finalement, une rivalité artistique qui aurait également poussé Onéguine et Lenski à se battre en duel ? un poète assassiné par un concurrent malheureux en art ?
Ce texte ne serait-il pas d’ailleurs une prémonition de la part de Pouchkine ?

La lecture qui nous est proposée par Jean Lacornerie dans cette courte œuvre de Rimski-Korsakov n’est donc pas tant une confrontation Mozart / Salieri, mais un duel Lenski (Pouchkine) Onéguine (Dhantès). Pour ce, il intègre de manière très intelligente l’air de Lenski en ouverture, et la scène du duel en fin d’opéra, les transitions entre les deux œuvres étant assurées avec l’ouverture de Sadko.

Image

Appuyé par les belles vidéos projetées sur des grands voiles noirs d’Etienne Guiol chaque scène est parfaitement caractérisée. Lenski (Mozart) sentant venir la mort, et couchant sur papier ses dernières inspirations sous une pluie de notes de musiques qui finiront par se figer; symboles francs-maçons et formules d’algèbre pour l’acte I ; ambiance plus morbide avec le fameux homme en noir qui rode autour de Mozart pour l’acte II ; et pour finir une forêt froide et neigeuse, scène des derniers instants de Pouchkine, pour le duel d’Eugène Onéguine, où l’homme en noir viendra engloutir de sa longue cape le corps Lenski/Mozart.

Image

Les deux jeunes chanteurs de cette courte tragédie musicale sont excellents. Remarquable découverte du ténor Valentyn Dytiuk en Mozart, qui livre une prestation impeccable et dévoile un timbre racé et riche, une jolie projection, et un superbe legato. Si son aisance scénique est à améliorer, gageons que nous devrions le revoir sous peu dans des rôles plus imposants sur de grandes scènes. Pawel Kolodziej en Salieri campe un Salieri hautain et tourmenté grâce à une belle assise vocale et une belle prestance. Si quelques aigus sont peut être à compacter, le personnage capte l’attention et est très convainquant.
Ils sont parfaitement accompagnés par Pierre Bleuse qui a la tête de l’orchestre de l’opéra de Lyon fait ressortir de très belle couleurs, et est très attentif aux chanteurs.

Perrine

Crédit photo : © Corentin Fohlen
Le problème quand on trouve une solution, c\'est qu\'on perd une question.

Avatar du membre
Epsilon
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 108
Enregistré le : 05 avr. 2017, 11:56
Localisation : Lyon/Marseille

Re: Rimski-Korsakov - Mozart et Salieri - Lacornerie / Bleuse - Lyon- 10-11/2017

Message par Epsilon » 08 nov. 2017, 18:17

Salle très clairsemée pour une représentation fort courte, qui aurait gagné à être complétée par une autre œuvre en un acte: on a vraiment l’impression d’un opéra au rabais.
C’est d’autant plus dommage que ce spectacle est intéressant, même si la double équation Mozart/Salieri = Lenski/Oneguine = Pouchkine/d’Anthès est une pure vue de l’esprit.
Cela donne lieu à de belles images et surtout à de belles prestations vocales et musicales, comme l’a déjà dit Perrine. J’avoue avoir beaucoup apprécié ces deux chanteurs. La mise en scène nous rappelle fugitivement Milos Forman et c’est tant mieux, car comment oublier son film génial puisque l’oeuvre traite du même sujet.
Bref, une heure intéressante, mais une bien petite heure...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bernard C et 44 invités