Verdi- La Traviata- Gedschold / Erath- Hambourg - 10-11/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2723
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Verdi- La Traviata- Gedschold / Erath- Hambourg - 10-11/2017

Message par Loïs » 13 oct. 2017, 07:10

Musikalische Leitung : Christoph Gedschold
Inszenierung: Johannes Erath

Violetta Valery : Dinara Alieva
Flora Bervoix :Nadezhda Karyazina
Annina: Ruzana Grigorian
Alfredo Germont: Liparit Avetisyan
Giorgio Germont : Juan Jesús Rodríguez
Gastone : Peter Galliard
Il Barone Douphol : Jóhann Kristinsson
Il Marchese d'Obigny : Shin Yeo
Il Dottore Grenvil : Alin Anca
Giuseppe: Sergei Ababkin
Un Domestico di Flora: Joo-Hyun Lim
Un Comissionario : Andreas Kuppertz
Orchester Philharmonisches Staatsorchester Hamburg
Chor der Hamburgischen Staatsoper

Image

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2723
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi: la Traviata / Staatsoper Hamburg 11.10.2017 / Christoph Gedschold & Johannes Erath

Message par Loïs » 13 oct. 2017, 07:11

Je poursuis ma tournée des salles d’opéra post-Flächenbombardement, après Düsseldorf, Duisbourg et avant Berlin en essayant d’estimer la plus moche (j’hésite entre Berlin et Duisburg) et vais à la rencontre des chanteurs qui se produiront à Londres cette saison (le programme plus que faiblard m’ayant détourné de la prise de tickets et d’abonnement) En piste une étoile du Bolschoi, un jeune ténor et un baryton que j’avais rageusement raté à Marseille et Avignon.
Les commentaires marseillais et avignonnais sont confirmés : vainqueur à l’applaudimètre Rodriguez nous a offert un Germont parfait stylistiquement et vocalement avec une réelle interprétation ; Je réitère la questions des Provençaux : comment un baryton de cette qualité et de cet âge a pu passer sous les radars ? Même si la scène ne manque pas de barytons (contrairement aux ténors) , les verdiens ne sont pas si nombreux. Et quelle classe !
Avetysian a le physique , la jeunesse mais aussi la voix (qui rappelle un Vargas juvénile) de l’emploi. On regrettera au premier acte un manque de fièvre amoureuse mais on comprend la raison par la suite : après un « di miei bollenti spiriti » correctement chanté mais un rien précautionneux , la voix part en sucette complète sur la caballette et finit au bord du naufrage en quelques mesures. Après l’entracte, on le retrouvera en pleine possession de ses moyens pour deux derniers tableaux irréprochables.
Alieva part à Londres et elle a tout pour séduire le public du Covent Garden : une belle voix, une excellente technique (visible dans un « sempre libera » où on l’attendait au tournant pour ce type de voix), un style irréprochable et aucune émotion réelle. C’est très bien fait , magnifiquement artificiellement interprété (il y a le piano qui va bien là où il faut, le rubato savamment qui montre les épanchements de l‘âme, le parlando juste ce qu’il faut là où il faut) mais si on attend de voir où d’entendre une artiste qui se consume on repassera. Elle finit sans une mèche de travers et sans une goutte de sueur. Je ressors déçu –et floué car je m’attendais à autre chose après l’avoir vu sur Voldemort.
Sinon une Flora extraordinaire et inattendue dans ce petit rôle.
Mise en scène visuellement très réussie et empreinte de nostalgie ou de tristesse qui forme un tableau accompagnant bien l’émotion du chant même si on a déjà vu toutes ces images par ailleurs (actes chez Violetta et Flora : piste d’auto tamponneuses avec personnages de fêtes foraines (très à la mode en ce moment), deuxième tableau : plateau vide recouvert de feuilles comme à Venise puis le suivant de billets de la même couleur, Violetta meurt en se levant et en rejoignant les différents personnages de comédie foraine comme à Vienne)
Direction ultrasèche (pompière au I) et aux tempi extrêmement marqués mais qui offrira pour le coup une valse finale du II très réussie et prenante.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12222
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi: la Traviata / Staatsoper Hamburg 11.10.2017 / Christoph Gedschold & Johannes Erath

Message par PlacidoCarrerotti » 13 oct. 2017, 09:02

Loïs a écrit :
13 oct. 2017, 07:11
Je poursuis ma tournée des salles d’opéra post-Flächenbombardement, après Düsseldorf, Duisbourg et avant Berlin en essayant d’estimer la plus moche (j’hésite entre Berlin et Duisburg)
:lol:

Attends Cologne !
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2723
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Verdi: la Traviata / Staatsoper Hamburg 11.10.2017 / Christoph Gedschold & Johannes Erath

Message par Loïs » 13 oct. 2017, 09:14

PlacidoCarrerotti a écrit :
13 oct. 2017, 09:02
Loïs a écrit :
13 oct. 2017, 07:11
Je poursuis ma tournée des salles d’opéra post-Flächenbombardement, après Düsseldorf, Duisbourg et avant Berlin en essayant d’estimer la plus moche (j’hésite entre Berlin et Duisburg)
:lol:

Attends Cologne !
manque à mon palmarès
la semaine prochaine ce sera de nouveau Munich, j'y gagne en visuel mais y perd en acoustique

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 40 invités