Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Représentations
Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2338
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par Adalbéron » 13 oct. 2017, 09:37

lamammamorta a écrit :
13 oct. 2017, 09:28
JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 08:37
oui, et non. Ce n'est pas faux en soi mais ce sont des pseudos clés interprétatives qui n'éclairent pas vraiment le travail de Warli et dont on n'a pas besoin pour l'apprécier. Bref, il s'agit plus de citations culturelles pour nourrir des interviews
Warlikowski truffe toujours ses mises en scène de références cinématographiques et picturales, qui peuvent aider à éclairer son propos. Ici elles sont moins montrées que dans Parsifal (2001 l'Odysée de l'espace, ou Allemagne année zéro), ou bien le Roi Roger, hommage à l'œuvre de Warhol (Flesh, etc...). Mais elles sont bien là.
Dans Iphigénie, Caravage : Le Sacrifice d'Isaac (c'est assez discret mais ça contribue à la dynamique déchirante de sa mise en scène).
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19301
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par JdeB » 13 oct. 2017, 09:58

lamammamorta a écrit :
13 oct. 2017, 09:28
JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 08:37
oui, et non. Ce n'est pas faux en soi mais ce sont des pseudos clés interprétatives qui n'éclairent pas vraiment le travail de Warli et dont on n'a pas besoin pour l'apprécier. Bref, il s'agit plus de citations culturelles pour nourrir des interviews
Warlikowski truffe toujours ses mises en scène de références cinématographiques et picturales, qui peuvent aider à éclairer son propos. Ici elles sont moins montrées que dans Parsifal (2001 l'Odysée de l'espace, ou Allemagne année zéro), ou bien le Roi Roger, hommage à l'œuvre de Warhol (Flesh, etc...). Mais elles sont bien là.
Je n'ai pas du tout nié leur présence juste le fait que ça éclaire vraiment son propos mais oui ça aide les critiques à pondre (surtout après lu ODB :lol: ) et ça permet de dire quelque chose de valorisant pour le spectateur en se référant au fond commun culturel de la classe moyenne sup. diplômée (Et pas à Saint Réal ou au Tasse par ex)

Moi je pense plus à un certain cinéma soviétique pour ce DC et au Boris de Lioubimov
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12365
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 13 oct. 2017, 10:17

JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 09:58
lamammamorta a écrit :
13 oct. 2017, 09:28
JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 08:37
oui, et non. Ce n'est pas faux en soi mais ce sont des pseudos clés interprétatives qui n'éclairent pas vraiment le travail de Warli et dont on n'a pas besoin pour l'apprécier. Bref, il s'agit plus de citations culturelles pour nourrir des interviews
Warlikowski truffe toujours ses mises en scène de références cinématographiques et picturales, qui peuvent aider à éclairer son propos. Ici elles sont moins montrées que dans Parsifal (2001 l'Odysée de l'espace, ou Allemagne année zéro), ou bien le Roi Roger, hommage à l'œuvre de Warhol (Flesh, etc...). Mais elles sont bien là.
Je n'ai pas du tout nié leur présence juste le fait que ça éclaire vraiment son propos mais oui ça aide les critiques à pondre (surtout après lu ODB :lol: ) et ça permet de dire quelque chose de valorisant pour le spectateur en se référant au fond commun culturel de la classe moyenne sup. diplômée (Et pas à Saint Réal ou au Tasse par ex)

Ah, ah ! C'est exactement ça. :lol:
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2338
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par Adalbéron » 13 oct. 2017, 10:36

JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 09:58
lamammamorta a écrit :
13 oct. 2017, 09:28
JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 08:37
oui, et non. Ce n'est pas faux en soi mais ce sont des pseudos clés interprétatives qui n'éclairent pas vraiment le travail de Warli et dont on n'a pas besoin pour l'apprécier. Bref, il s'agit plus de citations culturelles pour nourrir des interviews
Warlikowski truffe toujours ses mises en scène de références cinématographiques et picturales, qui peuvent aider à éclairer son propos. Ici elles sont moins montrées que dans Parsifal (2001 l'Odysée de l'espace, ou Allemagne année zéro), ou bien le Roi Roger, hommage à l'œuvre de Warhol (Flesh, etc...). Mais elles sont bien là.
Je n'ai pas du tout nié leur présence juste le fait que ça éclaire vraiment son propos mais oui ça aide les critiques à pondre (surtout après lu ODB :lol: ) et ça permet de dire quelque chose de valorisant pour le spectateur en se référant au fond commun culturel de la classe moyenne sup. diplômée (Et pas à Saint Réal ou au Tasse par ex)

Moi je pense plus à un certain cinéma soviétique pour ce DC et au Boris de Lioubimov
La référence au Dom Carlos de Saint-Réal doit bien se faire sentir pourtant :lol:.
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

DelBosco
Alto
Alto
Messages : 394
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par DelBosco » 13 oct. 2017, 13:14

paco a écrit :
12 oct. 2017, 21:37
Ceci dit, j'ai passé toute la soirée à me dire "mais pourquoi n'ont-ils pas pris Courjal ?". Il est THE Philippe II version française que l'on n'a plus eu depuis Van Dam. Il est français, il vit en France, il coûte moins cher et il serait nettement meilleur dans ce rôle qu'Abradzhakov. Absurde !
Oui, ou Nicolas Cavallier qui doit être très bien dans ce rôle (qu'il a déjà chanté) et lui aussi injustement sous-employé ?
Mais peut-être n'ont ils pas (ou pas encore) la stature "internationale" requise pour être affiché à l'ONP ?

paco
Basse
Basse
Messages : 7859
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par paco » 13 oct. 2017, 13:30

Franz Muzzano a écrit :
13 oct. 2017, 00:45
lamammamorta a écrit :
12 oct. 2017, 23:21
La moquette de la salle de projection/réunion de l'acte IV est la même que celle de l'hôtel Overlook. Hôtel vide et immense, espace mental empli de fantômes et qui sera la prison de l'âme damnée de Jack Torrence.

Ce que certains peuvent voir comme un défaut: les espaces immenses et vides et la froideur glaciale qui s'en dégage, m'ont beaucoup impressionné. Quoi de plus fort que de faire chanter "Toi qui sus le néant des grandeurs du monde" d'Elisabeth dans l'immense plateau vide de Bastille. La voir seule et forte dans cette immensité nous fait aussitôt ressentir son émotion. C'est d'une simplicité et d'une puissance rare.

Adbrazakov est un Philippe émouvant, rongé par l'amour, la jalousie et le remord. Son "Elle ne m'aime pas" est splendide
Oui, mais ce que tu évoques là se déroule après le second entracte, troisième partie où la mise en scène est purement splendide. Mais je trouve que ça passe beaucoup moins bien dans les deux premières.
Tout à fait d'accord, il y a une nette différence entre les 2 premières grandes parties, assez faibles en termes de direction d'acteurs, et la 3e partie où "il se passe quelque chose" - il commence même alors à y avoir un soupçon d'émotion-.

paco
Basse
Basse
Messages : 7859
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par paco » 13 oct. 2017, 13:37

Parenthèse concernant le "vide" évoqué (positivement) par les uns et les autres, au niveau de la scénographie (immensité du plateau nu etc.) : en fait, c'est encore, selon moi, un autre domaine où Warli est très proche de la réalité historique (j'avais déjà évoqué cette réalité concernant sa vision du personnage d'Eboli). En effet, l'Escorial, mis à part certains pièces comme les cuisines ou la chapelle, est un espace absolument immense, très "minéral" (pour reprendre l'expression de JdB), où, pour peu que l'on s'y promène hors pic touristique, l'on ressent bien une sorte de désolation intérieure, un vide.
Amusant de voir que Warli, à mon avis peu soucieux de "'réalisme" et de connotations historiques, colle finalement très bien à ce qu'était la vraie vie politique et affective au temps de Philippe II...
C'est un des points que j'ai trouvés les plus intéressants dans sa mise en scène,... (et pourtant je ne pense pas du tout que ce soit cela qu'il veuille que l'on retienne... :oops: )

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2358
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par dge » 13 oct. 2017, 14:13

Tout à fait. J'avais été moi-même très surpris en le visitant. C'était à l'époque de Ph.II très austère, quasi monacal.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 3947
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par David-Opera » 13 oct. 2017, 14:19

paco a écrit :
13 oct. 2017, 13:37
Amusant de voir que Warli, à mon avis peu soucieux de "'réalisme" et de connotations historiques, colle finalement très bien à ce qu'était la vraie vie politique et affective au temps de Philippe II...
C'est plutôt sa partenaire, Małgorzata Szczęśniak, qui propose les idées de décors.
Il y a, en effet, une volonté plus marquée que d'habitude de recréer des atmosphères et des références au pays d'origine du livret.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8925
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par Bernard C » 13 oct. 2017, 14:35

Et vous n'aviez pas dit jusqu'à présent que cette mise en scène nous transportait à l'Escurial !?

Mais c'est extraordinaire !

Bernard

Du coup Paco, grâce à toi "Le cœur devient impatient quand l'espoir commence à être fondé"
Vivement le 22 !
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 29 invités