Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Représentations
Autolycus
Alto
Alto
Messages : 279
Enregistré le : 31 mars 2013, 10:28

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski -o ONP - 10-11/2017

Message par Autolycus » 20 nov. 2017, 22:10

faustin a écrit :
20 nov. 2017, 19:38
lionrougeetblanc a écrit :
13 oct. 2017, 15:44

Warlikowski est cité :"Il ne faut pas s'y tromper, le public vient à l'opéra pouroir la forêt de Fontainebleau et de la neige tomber ! Je leur dis: pour cela allez au cinéma. Je ne peux pas leur donner ce qu'ils veulent, mais j'essaie de leur donner beaucoup plus ".
Autrement dit: le public c'est des ploucs et je leur apporte la lumière.

Faustin
M. Warlikowski est passé grand maître ès "épatage des bourgeois". Autant les injures au public, que l'usage immodéré de références "culturelles" (intimidation de tous, valorisation flatteuse de ceux qui identifient) font partie de l'arsenal classique de la discipline.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 3767
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski -o ONP - 10-11/2017

Message par David-Opera » 20 nov. 2017, 23:15

Autolycus a écrit :
20 nov. 2017, 22:10
...que l'usage immodéré de références "culturelles" (intimidation de tous, valorisation flatteuse de ceux qui identifient) font partie de l'arsenal classique de la discipline.
Et bien oui, le mec est brillant et s'intéresse à un vaste champ culturel. Faudrait-il qu'il s'en excuse plutôt que de le faire partager?

wababelooba
Ténor
Ténor
Messages : 938
Enregistré le : 30 déc. 2009, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par wababelooba » 21 nov. 2017, 00:53

Cher Faustin,

Comme en l'Escurial , " ce vaste désert d'hommes"
Tu seras bientôt seul sur ce fil , et, en somme
Tu pourras à loisir haranguer à ta guise .
Tel un pauvre manchot , perdu sur la banquise.
Quelques rares pingouins venant pour l'entourer
Dodelinant du chef comme pour l'approuver.

Moralité :
De ce forum désert , tu seras le "cador".
On te surnommera : Polémique Victor !

( Je sais , je sais ... Mais la métaphore n'était pas facile à filer...)

DelBosco
Alto
Alto
Messages : 362
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par DelBosco » 21 nov. 2017, 05:44

:clap: :clap:

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par JdeB » 21 nov. 2017, 09:37

faustin a écrit :
20 nov. 2017, 19:14
JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 08:37

Moi je crois qu'une des clés véritables c'est Goya (la seule image géniale de la msc lui est empruntée) et une esthétique anti-nature. Il s'agit d'un DC minéralisé
Quelle est cette image?
Je pense qu'il faut chercher surtout des influences internes à l'œuvre de Warli.
Zut alors, si pour y comprendre quelque chose il faut avoir avec soi son <<Warlikowski pour les nuls>>!

Faustin
[/quote

C'est Saturne dévorant ses enfants
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par JdeB » 21 nov. 2017, 09:43

Autolycus a écrit :
20 nov. 2017, 22:00
JdeB a écrit :
20 nov. 2017, 15:14
Faustin fait ce qu'il veut. Toi aussi. Moi itou.

Bien sûr que Warli néglige l'aspect politique de ce drame politico-familial et ne cherche même pas à articuler le général et le particulier, c'est une évidence et il le revendique lui-même. Nul besoin de l'ami Faustin pour le savoir
Il vous reste maintenant à démontrer que, privé de son aspect politique et de l'articulation du général et du particulier - autrement dit de l'essence non seulement de cette oeuvre, mais du grand opéra en général - Don Carlos reste encore Don Carlos, et non pas une fantaisie égocentrique et inavouée de M. Warlikowski. Il me semble que c'est bien le propos de Faustin.
Je ne suis pas ton élève.
Je ne viens pas ici pour démontrer sur ordre
Ton obsession de Faustin n'est pas la mienne.
J'ai développé mon propos en début de ce fil.

Moi Don Carlos je l'ai découvert il y a 33 ans. Je n'ai pas besoin ni de Faustin ni de Warli pour en approfondir ma connaissance. Je suis allé à Bastille pour y entendre une version française quasi exhaustive servie par un plateau vocal de luxe et en sachant très bien à quoi peuvent ressembler les productions de Warli. J'ai passé 2 excellentes soirées
Je ne suis pas le porte-parole de ce metteur en scène que j'ai vu plus inspiré ailleurs.
Pourquoi me faire jouer ce rôle à toute force ?
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Autolycus
Alto
Alto
Messages : 279
Enregistré le : 31 mars 2013, 10:28

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par Autolycus » 21 nov. 2017, 12:03

JdeB a écrit :
21 nov. 2017, 09:43
Autolycus a écrit :
20 nov. 2017, 22:00
JdeB a écrit :
20 nov. 2017, 15:14
Faustin fait ce qu'il veut. Toi aussi. Moi itou.

Bien sûr que Warli néglige l'aspect politique de ce drame politico-familial et ne cherche même pas à articuler le général et le particulier, c'est une évidence et il le revendique lui-même. Nul besoin de l'ami Faustin pour le savoir
Il vous reste maintenant à démontrer que, privé de son aspect politique et de l'articulation du général et du particulier - autrement dit de l'essence non seulement de cette oeuvre, mais du grand opéra en général - Don Carlos reste encore Don Carlos, et non pas une fantaisie égocentrique et inavouée de M. Warlikowski. Il me semble que c'est bien le propos de Faustin.
Je ne suis pas ton élève.
Je ne viens pas ici pour démontrer sur ordre
Ton obsession de Faustin n'est pas la mienne.
J'ai développé mon propos en début de ce fil.

Moi Don Carlos je l'ai découvert il y a 33 ans. Je n'ai pas besoin ni de Faustin ni de Warli pour en approfondir ma connaissance. Je suis allé à Bastille pour y entendre une version française quasi exhaustive servie par un plateau vocal de luxe et en sachant très bien à quoi peuvent ressembler les productions de Warli. J'ai passé 2 excellentes soirées
Je ne suis pas le porte-parole de ce metteur en scène que j'ai vu plus inspiré ailleurs.
Pourquoi me faire jouer ce rôle à toute force ?
Pourquoi réagir de façon aussi émotionnelle ? Je ne vous donne aucun ordre, je ne vous fais jouer aucun rôle, j'interroge votre raisonnement - c'est le propre d'une discussion sérieuse. Evidemment, vous êtes libre de vous y engager, ou de m'envoyer promener.

Il me semble cependant que les questions que pose M. Faustin, et que je me permets de reprendre à ma façon, sont légitimes.

Vous constatez les choix de M. Warlikowski qui ne sont pas innocents. J'aimerais connaître votre opinion quant à leurs conséquences. Vous préférez vous réfugier à nouveau dans le subjectif : "excellentes soirées", "plus inspiré ailleurs". Ni la qualité du spectacle ni celle de l'interprétation musicale ne sont en cause, pas plus d'ailleurs que le plaisir qu'ils vous ont procuré.

Je me réfère aux posts de M. Faustin car il vient d'exposer, de façon aussi exhaustive que brillante, le fond de la question : le spectacle de M. Warlikowski représente-t-il vraiment l'oeuvre de Verdi interprétée par les musiciens ? Vous avez admis que le metteur en scène s'est permis d'évacuer deux aspects essentiels de cette oeuvre. Je vous demande simplement si, selon vous, après cette opération, Don Carlos reste encore Don Carlos, ou bien avons-nous affaire à une fantaisie personnelle de M. Warlikowski.

Il n'y a rien d'agressif dans cette question. Un jour, il faudra se résoudre à la poser, et y répondre.

P. S. Je suis certain que vous n'avez pas besoin de M. Faustin ou de M. Warlikowski pour "approfondir votre connaissance" du Don Carlos. Je vous rappelle toutefois que la salle compte presque 3 000 places. On peut supposer que parmi ces centaines de spectateurs, certains du moins découvraient cette oeuvre immense, et si rarement jouée sous cette forme. Cela devrait nous interpeller quelque part au niveau du vécu.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12405
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 21 nov. 2017, 12:17

faustin a écrit :
20 nov. 2017, 19:14
JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 08:37

Moi je crois qu'une des clés véritables c'est Goya (la seule image géniale de la msc lui est empruntée) et une esthétique anti-nature. Il s'agit d'un DC minéralisé
Quelle est cette image?
Je pense qu'il faut chercher surtout des influences internes à l'œuvre de Warli.
Zut alors, si pour y comprendre quelque chose il faut avoir avec soi son <<Warlikowski pour les nuls>>!

Faustin
[/quote

C'est Saturne dévorant ses enfants
Lucifer dans le film L'Inferno : https://youtu.be/XQq7qFrnboU?t=3885
(on tombe pile sauf s'il y a la pub)
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par JdeB » 21 nov. 2017, 12:20

PlacidoCarrerotti a écrit :
21 nov. 2017, 12:17
faustin a écrit :
20 nov. 2017, 19:14
JdeB a écrit :
13 oct. 2017, 08:37

Moi je crois qu'une des clés véritables c'est Goya (la seule image géniale de la msc lui est empruntée) et une esthétique anti-nature. Il s'agit d'un DC minéralisé
Quelle est cette image?
Je pense qu'il faut chercher surtout des influences internes à l'œuvre de Warli.
Zut alors, si pour y comprendre quelque chose il faut avoir avec soi son <<Warlikowski pour les nuls>>!

Faustin
[/quote

C'est Saturne dévorant ses enfants
Lucifer dans le film L'Inferno : https://youtu.be/XQq7qFrnboU?t=3881
oui, mais cette image du film dérive de ce tableau de Goya et remonte peut-être à Jérôme Bosch comme on l'a montré sur ce fil.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20761
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par JdeB » 21 nov. 2017, 12:24

Autolycus a écrit :
21 nov. 2017, 12:03
JdeB a écrit :
21 nov. 2017, 09:43
Autolycus a écrit :
20 nov. 2017, 22:00
JdeB a écrit :
20 nov. 2017, 15:14
Faustin fait ce qu'il veut. Toi aussi. Moi itou.

Bien sûr que Warli néglige l'aspect politique de ce drame politico-familial et ne cherche même pas à articuler le général et le particulier, c'est une évidence et il le revendique lui-même. Nul besoin de l'ami Faustin pour le savoir
Il vous reste maintenant à démontrer que, privé de son aspect politique et de l'articulation du général et du particulier - autrement dit de l'essence non seulement de cette oeuvre, mais du grand opéra en général - Don Carlos reste encore Don Carlos, et non pas une fantaisie égocentrique et inavouée de M. Warlikowski. Il me semble que c'est bien le propos de Faustin.
Je ne suis pas ton élève.
Je ne viens pas ici pour démontrer sur ordre
Ton obsession de Faustin n'est pas la mienne.
J'ai développé mon propos en début de ce fil.

Moi Don Carlos je l'ai découvert il y a 33 ans. Je n'ai pas besoin ni de Faustin ni de Warli pour en approfondir ma connaissance. Je suis allé à Bastille pour y entendre une version française quasi exhaustive servie par un plateau vocal de luxe et en sachant très bien à quoi peuvent ressembler les productions de Warli. J'ai passé 2 excellentes soirées
Je ne suis pas le porte-parole de ce metteur en scène que j'ai vu plus inspiré ailleurs.
Pourquoi me faire jouer ce rôle à toute force ?
Pourquoi réagir de façon aussi émotionnelle ? Je ne vous donne aucun ordre, je ne vous fais jouer aucun rôle, j'interroge votre raisonnement - c'est le propre d'une discussion sérieuse. Evidemment, vous êtes libre de vous y engager, ou de m'envoyer promener.

Il me semble cependant que les questions que pose M. Faustin, et que je me permets de reprendre à ma façon, sont légitimes.

Vous constatez les choix de M. Warlikowski qui ne sont pas innocents. J'aimerais connaître votre opinion quant à leurs conséquences. Vous préférez vous réfugier à nouveau dans le subjectif : "excellentes soirées", "plus inspiré ailleurs". Ni la qualité du spectacle ni celle de l'interprétation musicale ne sont en cause, pas plus d'ailleurs que le plaisir qu'ils vous ont procuré.

Je me réfère aux posts de M. Faustin car il vient d'exposer, de façon aussi exhaustive que brillante, le fond de la question : le spectacle de M. Warlikowski représente-t-il vraiment l'oeuvre de Verdi interprétée par les musiciens ? Vous avez admis que le metteur en scène s'est permis d'évacuer deux aspects essentiels de cette oeuvre. Je vous demande simplement si, selon vous, après cette opération, Don Carlos reste encore Don Carlos, ou bien avons-nous affaire à une fantaisie personnelle de M. Warlikowski.

Il n'y a rien d'agressif dans cette question. Un jour, il faudra se résoudre à la poser, et y répondre.

P. S. Je suis certain que vous n'avez pas besoin de M. Faustin ou de M. Warlikowski pour "approfondir votre connaissance" du Don Carlos. Je vous rappelle toutefois que la salle compte presque 3 000 places. On peut supposer que parmi ces centaines de spectateurs, certains du moins découvraient cette oeuvre immense, et si rarement jouée sous cette forme. Cela devrait nous interpeller quelque part au niveau du vécu.
Cela fait quinze ans que "M. Faustin" :lol: nous la pose et que chacun y répond comme cela lui chante.
Au lieu de perdre autant de temps dans ta croisade anti-Warli, il serait bon que M. Faustin et toi songiez à aller voir un spectacle à Liège.
ODB n'est pas le lieu de discussions sérieuses, il y a des colloques pour ça, non ?
je déteste l'esprit de sérieux et les donneurs de leçons
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 100 invités