Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Représentations
Avatar du membre
jmc
Alto
Alto
Messages : 478
Enregistré le : 07 déc. 2008, 00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par jmc » 20 oct. 2017, 08:30

HELENE ADAM a écrit :
20 oct. 2017, 07:29
il y a un "thème" tennis dont je n'ai pas saisi la substantifique moelle : Don Carlos est habillé en tennisman aux actes 1 et 2, puis il joue avec un belle balle de tennis jaune dans sa prison. ?
Très juste Hélène, et cela illustre sans doute les propos de Don Carlos à la fin de l'acte III :
"Sire, il est tant que je vive !
Je suis las de traîner une jeunesse oisive
Dans votre cour."

D'avoir vu tous les détails en gros plan de la retransmission me permettra de me concentrer dimanche en salle sur le chant dont les décors sobres et les costumes superbes sont un écrin.

Jean-Marc

MezzoPower
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 207
Enregistré le : 03 oct. 2011, 23:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par MezzoPower » 20 oct. 2017, 08:31

zigfrid a écrit :
20 oct. 2017, 08:29
mais vous n'avez rien compris: Don Carlo c'est Nadal, au 1er acte il est ado et il voit un match de tennis avec la francaise Marie Pierce, il est amoureux d'elle, collectionne les coupures de journaux de son idole, puis adulte c'est Steffi Graff (Eboli) qui est amoureuse de lui et qui fout le bordel, et Nadal en appelle à son copain Carlos Moya qui en appelle au roi, pendant que le président de la fédération espagnole (l'inquisiteur) vient calmer tout ce petit monde. le choeur est composé par les spectateurs de matchs, sauf celui du début, composé des ramasseurs de balles, qui geignent au sujet de leurs conditions de travail.
C'est pourtant simple nom d'un chien (andalou).
:Jumpy: :Jumpy: :Jumpy: Et la voix d'en haut c'est l'arbitre ?

MezzoPower
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 207
Enregistré le : 03 oct. 2011, 23:00
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par MezzoPower » 20 oct. 2017, 08:34

Hiero von Stierkopf a écrit :
20 oct. 2017, 07:59
Il faut arrêter de tortiller du cul.
Cette mise en scène, comme très souvent à Bastille, est faite pour les premiers rangs du parterre. On peut y voir des détails qu'il est objectivement impossible de percevoir à distance même raisonnable de la scène.
Et je ne parle même pas des expressions faciales des chanteurs, du jeu subtil par exemple des visages et des regards de Garanca et Tézier y compris quand ils ne chantent pas et qu'ils sont à distance du centre de l'action instantanée.
Vous me traiterez d'aveugle, mais je n'avais pas vu en salle qu'Elizabeth buvait un poison et mourait, ni que Carlos se mettait un pistolet sur la tempe à la fin avant l'arrivée du fantôme. Ce qui me semblait loupé en salle a clairement pris sens à la retransmission et m'a bien plu.

Avatar du membre
lionrougeetblanc
Alto
Alto
Messages : 350
Enregistré le : 05 janv. 2017, 12:18
Localisation : Paris - Savoie

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par lionrougeetblanc » 20 oct. 2017, 08:39

HELENE ADAM a écrit :
20 oct. 2017, 08:13
lionrougeetblanc a écrit :
20 oct. 2017, 07:51
HELENE ADAM a écrit :
20 oct. 2017, 07:29

PS : pour les experts es-Warli : il y a un "thème" tennis dont je n'ai pas saisi la substantifique moelle : Don Carlos est habillé en tennisman aux actes 1 et 2, puis il joue avec un belle balle de tennis jaune dans sa prison. ?
Lien possible entre la tenue de tennis et les deux bandes velpeaux aux poignets, non pas pour absorber la transpiration du tennisman mais pour cacher les blessures de poignets tailladés (on voit clairement dans la retransmission que les bandes sont ensanglantées, ce que je n'avais pas perçu en étant dans la salle), marques d'une tentative ratée de suicide ?
non ça je crois qu'on en a parlé dès le début du fil, dès après la Première : Don Carlos est en dépression et a fait une première tentative de suicide en se tailladant les poignets (voir les CR de la Première). Les bandes sont ensanglantées et cela se voyait sans problème depuis la salle. Il se remémore avec une obsessionnelle envie de suicide cette fois au revolver, tout ce qui a conduit à son état (après avoir fébrilement découpé des tas de coupures de presse et les avoir collé sur le mur)...
Non cette histoire de tennis c'est une autre question....

On peut revoir la retransmission d'ARTE

https://www.arte.tv/fr/videos/074587-00 ... -de-paris/
Merci de ne pas généraliser ; je maintiens que cela ne se voyait pas de partout dans la salle (j'étais au parterre, rang 26, centre).

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8845
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par HELENE ADAM » 20 oct. 2017, 08:42

jmc a écrit :
20 oct. 2017, 08:30
HELENE ADAM a écrit :
20 oct. 2017, 07:29
il y a un "thème" tennis dont je n'ai pas saisi la substantifique moelle : Don Carlos est habillé en tennisman aux actes 1 et 2, puis il joue avec un belle balle de tennis jaune dans sa prison. ?
Très juste Hélène, et cela illustre sans doute les propos de Don Carlos à la fin de l'acte III :
"Sire, il est tant que je vive !
Je suis las de traîner une jeunesse oisive
Dans votre cour."
Ca me va ! :D
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2328
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par micaela » 20 oct. 2017, 08:47

A moi aussic' (quoique ces pulls ne se portaient pas qu'au tennis, le lien est vraiment ténu) : . Mais la surinterprétation de zigfrid n'est pas mal non plus. Elle donnera peut-être des idées pour une future mise en scène !
En ce qui concerne les interprètes, même au travers de la retransmission, Yoncheva m'a émue (malgré quelques "ratés" qui ont été soulignés plus haut dans ce fil). Et j'ai regretté que le rôle de Julien Dran soit si court. Il sera aussi Gastone dans la traviata, ce qui est bien peu.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

DieFeen
Ténor
Ténor
Messages : 508
Enregistré le : 21 mai 2005, 23:00

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par DieFeen » 20 oct. 2017, 09:00

Est-il iconoclaste d'écrire que, des principaux protagonistes, JK fut celui dont la diction était la moins compréhensible ?...
J'ai tenté à plusieurs reprises de l'écouter sans lire et ce n'était pas terrible du tout de ce point de vue là.
Sinon, merci Arte pour cette retransmission :-)

paco
Basse
Basse
Messages : 7735
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par paco » 20 oct. 2017, 09:17

MezzoPower a écrit :
20 oct. 2017, 08:34
Hiero von Stierkopf a écrit :
20 oct. 2017, 07:59
Il faut arrêter de tortiller du cul.
Cette mise en scène, comme très souvent à Bastille, est faite pour les premiers rangs du parterre. On peut y voir des détails qu'il est objectivement impossible de percevoir à distance même raisonnable de la scène.
Et je ne parle même pas des expressions faciales des chanteurs, du jeu subtil par exemple des visages et des regards de Garanca et Tézier y compris quand ils ne chantent pas et qu'ils sont à distance du centre de l'action instantanée.
Vous me traiterez d'aveugle, mais je n'avais pas vu en salle qu'Elizabeth buvait un poison et mourait, ni que Carlos se mettait un pistolet sur la tempe à la fin avant l'arrivée du fantôme. Ce qui me semblait loupé en salle a clairement pris sens à la retransmission et m'a bien plu.
Rassure toi, moi non plus je ne l'avais pas vu. Pire : de là où j'étais aux deux représentations, je ne m'apercevais pas qu'il y avait des vidéos projetées sur le fond de la scène, car elles sont sombres sur fond sombre, et quand on est concentré sur les acteurs au devant de la scène on n'est pas alerté par ces vidéos très sombres. La seule que j'avais vue c'était Chronos, justement parce que celle-là pour le coup était claire.
Or, comme j'ai apprécié l'ensemble de la production sans avoir vu ces vidéos, j'en conclus qu'elles sont finalement peu utiles...

Hermangarde
Messages : 8
Enregistré le : 05 mars 2017, 14:21

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par Hermangarde » 20 oct. 2017, 09:29

J'ai aussi vu pendant la retransmission sur Arte des détails invisibles du second balcon, sauf aux jumelles dont mon mari est adepte.... par ex lors des retrouvailles entre Carlos et Posa, ce dernier prend les mains de Carlos et regarde son poignet, Kaufmann le retire d'un air gêné et le cache ce qui corrobore la tentative de suicide. Le petit flacon de poison m'avait aussi échappé. Pour revenir au cheval qui a occupé le fil, ce n'est pas une jument mais bien un cheval....il est plus que la simple didascalie. Il représente aussi la liberté perdue d' Elisabeth et la forêt de Fontainebleau où elle chassait à courre. D'ailleurs, au début de l'acte 2, il est toujours en scène et elle le caresse tendrement. C'est l'adieu à son pays, sa jeunesse. Comme dans le film de Sofia Coppola où Marie Antoinette est obligée de laisser son petit chien avant d'entrer dans le royaume de France.

muriel
Basse
Basse
Messages : 2710
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Verdi - Don Carlos - Jordan/Warlikowski - ONP - 10-11/2017

Message par muriel » 20 oct. 2017, 10:01

Verdiprati a écrit :
20 oct. 2017, 00:52
Vu et entendu en salle ce jeudi.
Belle soirée sans toutefois renouveler l'état de grâce de lundi, sauf Yoncheva qui était époustouflante avec ses aigus enfin bien épanouis et sûrs en plus de l'émotion.
Kaufmann pas suprême pour le legato piano et moins en voix au 3e acte que lundi.
Garanca et Tézier aussi sublimes que lundi.
Abdrazakov et Jordan n'ont pas atteint l'intesité de lundi.
je suis d'accord, Yoncheva époustouflante dans son jeu, son chant, son émotion.
Abdrazakov m'a épatée aussi
les autres parfaits , tout a été dit

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Epsilon et 31 invités