Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Représentations
Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7351
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par MariaStuarda » 01 oct. 2017, 18:43

Oh ! Si on ne peut plus rigoler !

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9369
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par Bernard C » 01 oct. 2017, 19:00

MariaStuarda a écrit :
01 oct. 2017, 18:43
Oh ! Si on ne peut plus rigoler !
Oh ! Si on ne peut plus te chercher !
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7351
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par MariaStuarda » 01 oct. 2017, 22:35

Bernard C a écrit :
01 oct. 2017, 19:00
MariaStuarda a écrit :
01 oct. 2017, 18:43
Oh ! Si on ne peut plus rigoler !
Oh ! Si on ne peut plus te chercher !
:wink:

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9369
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par Bernard C » 08 oct. 2017, 23:13

Représentation du 7 octobre 2017

Trois mots sur cette soirée.

Même très habitué à voir plus d'un opéra dans la journée et d'enchaîner 4 opéras différents en trois jours, faire succéder les Contes d'Hoffmann après la Norma extraordinaire-oui j'insiste- de l'après-midi,
ce n'était pas une bonne idée.


J'en attendais quelques bonnes choses, il n'en fut rien.

Tout de même à souligner :
La mise en scène de Sher vieillit bien. C'est grâce à la succession de Contes assez médiocres qui se sont succédés pour moi ces dernières années.
Sher fait sobre et le travail d'acteurs a été revu en profondeur.
Vittorio Grigolo , vocalement moins en forme qu'à LA en avril.
La voix est belle, ample, grande désormais.
Mais se fatigue au cours de la représentation.
Vittorio démarre avec brio et finit exténué, un léger voile sur le timbre.
C'est le ténor de ce rôle probablement et peut être le meilleur ténor dans ce répertoire tout de suite vocalement.
Il détient clarté, puissance et projection, timbre ensoleillé et sens des couleurs en appelant peu la voix de tête à la rescousse.

Autre chanteur à saluer et qui a reçu une véritable ovation du public : Laurent Naouri , belle grande voix qui passe facilement le volume du MET, au timbre et à l'articulation si délicieux pour un français.
Peut être peut on remarquer un certain élargissement du vibrato qui reste encore tout à fait raisonnable.

L'Olympia de Morley m'a laissé assez froid, si ce n'est dans la dernière reprise où elle a mis toutes ses ressources dans un sur aigu tenu fort beau.
Mais on entend aux USA de telles olympia siderantes chez les jeunes coréennes avec des pyrotechnies telles que Morley reste assez banale.

Le reste fut déplaisant.
Un chef Johanes Debus qui nous dirige un Offenbach germanique.. C'est peut-être ce qui m'agace le plus.

Et Hartig, Ah Hartig, je ne la supporte pas.
Voix chevrottante, timbre rêche, style absent, français javanais. Une Antonia qui me gâche la soirée à elle toute seule.
Quand je vois que le Met est entiché de cette chanteuse qu'on retrouve presque toutes les saisons !

Ps:Tara Erraught très ordinaire Nicklaus, voix assez puissante dans les aigus mais assise très fragile du bas médium et du grave. Timbre sans intérêt, manquant d'harmoniques.
Bref une chanteuse qui m'intéresse peu même si elle a un certain abattage sur scène avec une assez bonne qualité de jeu.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

paco
Basse
Basse
Messages : 8529
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par paco » 09 oct. 2017, 08:58

Bernard C a écrit :
08 oct. 2017, 23:13
Vittorio Grigolo ,
C'est le ténor de ce rôle probablement et peut être le meilleur ténor dans ce répertoire tout de suite vocalement.
Il détient clarté, puissance et projection, timbre ensoleillé et sens des couleurs en appelant peu la voix de tête à la rescousse.
Oui, tout à fait d'accord : Hoffmann, Faust, Werther, Des Grieux ... Je l'ai vu dans ces rôles ces 5 ou 6 dernières années et il en est pour moi le meilleur titulaire actuel

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9369
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par Bernard C » 12 nov. 2017, 15:48

Chronique d'un chef à New York

http://email.coc.ca/view/?sid=NDIyXzg3N ... romo=14820

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9369
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par Bernard C » 12 nov. 2017, 15:57

Ps,
Je ne suis plus étonné de mon irritation face à sa direction allemande de l'oeuvre :
À propos d'Offenbach :
"belonging to a tradition of German Romanticism "
Grrr

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1089
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par philipppe » 12 nov. 2017, 17:16

Bernard C a écrit :
12 nov. 2017, 15:57
Ps,
Je ne suis plus étonné de mon irritation face à sa direction allemande de l'oeuvre :
À propos d'Offenbach :
"belonging to a tradition of German Romanticism "
Grrr

Bernard
Il n est pas exactement question de musique dans le passage que tu cites! ...

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9369
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Offenbach - Les Contes d'Hoffmann - Debus/Sher - New York - 09-10/2017

Message par Bernard C » 12 nov. 2017, 17:23

philipppe a écrit :
12 nov. 2017, 17:16
Bernard C a écrit :
12 nov. 2017, 15:57
Ps,
Je ne suis plus étonné de mon irritation face à sa direction allemande de l'oeuvre :
À propos d'Offenbach :
"belonging to a tradition of German Romanticism "
Grrr

Bernard
Il n est pas exactement question de musique dans le passage que tu cites! ...
Tu lis quoi ?

La phrase est : The Cologne-born composer lived a fascinating life, belonging to a tradition of German Romanticism that made him a spiritual sibling of the great poet Heinrich Heine but equally at home in the theatrical worlds of vaudeville and operetta.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 80 invités