Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Représentations
Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6567
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par MariaStuarda » 22 sept. 2017, 16:45

lionrougeetblanc a écrit :
22 sept. 2017, 16:12
Bernard C a écrit :
21 sept. 2017, 17:39
Je n'ai pas vu de micro pour la prise de rôle de Catherine Hunold dans Marguerite , mais l'ami Ph. me communique que "D'amour l'ardente flamme" a été enregistré à Angers par un spectateur .

C'est sur voldemort , c'est amateur , mais c'est sublime :
tapez sur google :
La Damnation de Faust - Air de Marguerite par Catherine Hunold 2017

Chaque inflexion du poème se consume dans un tempo très lent mais nullement paresseux , au contraire , surchargé d'une tension extraordinaire avec un cor , comme le disait Philippe formidable .

Bravo au chef et au son de l'orchestre de donner cet écrin de braise à ce chant et à Hunold de nous donner , au delà de la beauté mélodique , la flamme du grand Berlioz .

Bernard
Merci !
Quelle beauté de chant ! Je ne connaissais pas cette artiste et suis ravie de la découvrir. Je ne comprends pas pourquoi elle est si modestement distribuée. Du coup j'ose une question : serait-ce son physique imposant qui, scandaleusement si c'est avéré, lui barrerait les scènes parisiennes, où les profils plus sveltes semblent davantage distribués que les plus plantureux chez les chanteuses ? :roll:
Je trouve ça beau mais je ne suis pas, à ce point, élogieux.

altini
Ténor
Ténor
Messages : 743
Enregistré le : 31 janv. 2006, 00:00
Localisation : avignon

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par altini » 22 sept. 2017, 18:34

[quote=lionrougeetblanc post_
Quelle beauté de chant ! Je ne connaissais pas cette artiste et suis ravie de la découvrir. Je ne comprends pas pourquoi elle est si modestement distribuée. Du coup j'ose une question : serait-ce son physique imposant qui, scandaleusement si c'est avéré, lui barrerait les scènes parisiennes, où les profils plus sveltes semblent davantage distribués que les plus plantureux chez les chanteuses ? :roll:
[/quote]


Elle n'a qu'à changer d'agent!

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2459
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par dge » 22 sept. 2017, 20:17

lionrougeetblanc a écrit :
22 sept. 2017, 16:12

Quelle beauté de chant ! Je ne connaissais pas cette artiste et suis ravie de la découvrir. Je ne comprends pas pourquoi elle est si modestement distribuée. Du coup j'ose une question : serait-ce son physique imposant qui, scandaleusement si c'est avéré, lui barrerait les scènes parisiennes, où les profils plus sveltes semblent davantage distribués que les plus plantureux chez les chanteuses ? :roll:
Une partie de la réponse est dans l'entretien qu'elle nous avait donné:

Rachel de La Juive ?

Oui bien sûr. Mais aujourd’hui le plus souvent ce n’est plus distribué en soprano dramatique, on le donne à des voix plus légères. Je suis en contact avec Henri Maier, qui a dirigé les opéras de Leipzig et de Montpellier. Après m’avoir entendue à Rennes dans Ortrud il m’a dit « Catherine il faut chanter Rachel ». On va moins donner sa chance à un physique pulpeux que ce soit chez les hommes ou chez les femmes. Mes camarades chanteurs doivent être bodybuildés, ils doivent ressembler à des athlètes alors que cela n’aide pas forcément le chant. Certains metteurs en scène sont tellement dans une recherche de vérité crue que parfois on passe à côté des vraies voix. Espérons qu’on n’en vienne pas à la sonorisation… !

dongio
Baryton
Baryton
Messages : 1290
Enregistré le : 05 nov. 2006, 00:00
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par dongio » 22 sept. 2017, 20:41

MariaStuarda a écrit :
22 sept. 2017, 16:45
lionrougeetblanc a écrit :
22 sept. 2017, 16:12
Bernard C a écrit :
21 sept. 2017, 17:39
Je n'ai pas vu de micro pour la prise de rôle de Catherine Hunold dans Marguerite , mais l'ami Ph. me communique que "D'amour l'ardente flamme" a été enregistré à Angers par un spectateur .

C'est sur voldemort , c'est amateur , mais c'est sublime :
tapez sur google :
La Damnation de Faust - Air de Marguerite par Catherine Hunold 2017

Chaque inflexion du poème se consume dans un tempo très lent mais nullement paresseux , au contraire , surchargé d'une tension extraordinaire avec un cor , comme le disait Philippe formidable .

Bravo au chef et au son de l'orchestre de donner cet écrin de braise à ce chant et à Hunold de nous donner , au delà de la beauté mélodique , la flamme du grand Berlioz .

Bernard
Merci !
Quelle beauté de chant ! Je ne connaissais pas cette artiste et suis ravie de la découvrir. Je ne comprends pas pourquoi elle est si modestement distribuée. Du coup j'ose une question : serait-ce son physique imposant qui, scandaleusement si c'est avéré, lui barrerait les scènes parisiennes, où les profils plus sveltes semblent davantage distribués que les plus plantureux chez les chanteuses ? :roll:
Je trouve ça beau mais je ne suis pas, à ce point, élogieux.
+1
Je n'osais pas le dire mais suis content de ne pas être le seul à ne pas applaudir des deux mains. C'est pas mal mais...Je trouve pas mal de choses à redire à ce chant dans cet air qui a aucun moment ne m'émeut. Ce n'est pas la lenteur du tempo mais la voix me semble à plusieurs moments instable avec une ligne peu sensuelle, hachée et dans grande inspiration poétique . Du coup sûr le même Voldemort je suis tombé sur le même air par Jessye Norman avec Ozawa à Paris... et là!! D'emblée des frissons et le plus sensationnel "je suis à ma fenêtre" possible , haletant avec le cœur qui s'emballe dans la voix et l'orchestre. Hunold hélas beaucoup plus ennuyeuse à mon sens.

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1572
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par Adalbéron » 22 sept. 2017, 21:04

dongio a écrit :
22 sept. 2017, 20:41
MariaStuarda a écrit :
22 sept. 2017, 16:45
lionrougeetblanc a écrit :
22 sept. 2017, 16:12
Bernard C a écrit :
21 sept. 2017, 17:39
Je n'ai pas vu de micro pour la prise de rôle de Catherine Hunold dans Marguerite , mais l'ami Ph. me communique que "D'amour l'ardente flamme" a été enregistré à Angers par un spectateur .

C'est sur voldemort , c'est amateur , mais c'est sublime :
tapez sur google :
La Damnation de Faust - Air de Marguerite par Catherine Hunold 2017

Chaque inflexion du poème se consume dans un tempo très lent mais nullement paresseux , au contraire , surchargé d'une tension extraordinaire avec un cor , comme le disait Philippe formidable .

Bravo au chef et au son de l'orchestre de donner cet écrin de braise à ce chant et à Hunold de nous donner , au delà de la beauté mélodique , la flamme du grand Berlioz .

Bernard
Merci !
Quelle beauté de chant ! Je ne connaissais pas cette artiste et suis ravie de la découvrir. Je ne comprends pas pourquoi elle est si modestement distribuée. Du coup j'ose une question : serait-ce son physique imposant qui, scandaleusement si c'est avéré, lui barrerait les scènes parisiennes, où les profils plus sveltes semblent davantage distribués que les plus plantureux chez les chanteuses ? :roll:
Je trouve ça beau mais je ne suis pas, à ce point, élogieux.
+1
Je n'osais pas le dire mais suis content de ne pas être le seul à ne pas applaudir des deux mains. C'est pas mal mais...Je trouve pas mal de choses à redire à ce chant dans cet air qui a aucun moment ne m'émeut. Ce n'est pas la lenteur du tempo mais la voix me semble à plusieurs moments instable avec une ligne peu sensuelle, hachée et dans grande inspiration poétique . Du coup sûr le même Voldemort je suis tombé sur le même air par Jessye Norman avec Ozawa à Paris... et là!! D'emblée des frissons et le plus sensationnel "je suis à ma fenêtre" possible , haletant avec le cœur qui s'emballe dans la voix et l'orchestre. Hunold hélas beaucoup plus ennuyeuse à mon sens.
Oui, mais c'est sûr que si on compare avec Norman... :lol:
Moi j'ai hâte de l'entendre en salle — j'espère que ça arrivera dans pas trop longtemps. Mais d'après ce qu'on peut écouter d'elle sur YT, c'est vrai que la voix a l'air plutôt instable, et elle ne me donne pas de frisson, mais est-ce qu'on ne perd pas quelque chose qu'on entendrait en salle ? Je ne sais pas...
J'espère juste que ce n'est pas lui faire involontairement mauvaise presse que de lui faire tant d'éloges.
« Dans l'édifice de la pensée, je n'ai trouvé aucune catégorie sur laquelle reposer mon front. En revanche, quel oreiller que le Chaos ! » — Cioran

dongio
Baryton
Baryton
Messages : 1290
Enregistré le : 05 nov. 2006, 00:00
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par dongio » 22 sept. 2017, 21:22

Adalbéron a écrit :
22 sept. 2017, 21:04
dongio a écrit :
22 sept. 2017, 20:41
MariaStuarda a écrit :
22 sept. 2017, 16:45
lionrougeetblanc a écrit :
22 sept. 2017, 16:12
Bernard C a écrit :
21 sept. 2017, 17:39
Je n'ai pas vu de micro pour la prise de rôle de Catherine Hunold dans Marguerite , mais l'ami Ph. me communique que "D'amour l'ardente flamme" a été enregistré à Angers par un spectateur .

C'est sur voldemort , c'est amateur , mais c'est sublime :
tapez sur google :
La Damnation de Faust - Air de Marguerite par Catherine Hunold 2017

Chaque inflexion du poème se consume dans un tempo très lent mais nullement paresseux , au contraire , surchargé d'une tension extraordinaire avec un cor , comme le disait Philippe formidable .

Bravo au chef et au son de l'orchestre de donner cet écrin de braise à ce chant et à Hunold de nous donner , au delà de la beauté mélodique , la flamme du grand Berlioz .

Bernard
Merci !
Quelle beauté de chant ! Je ne connaissais pas cette artiste et suis ravie de la découvrir. Je ne comprends pas pourquoi elle est si modestement distribuée. Du coup j'ose une question : serait-ce son physique imposant qui, scandaleusement si c'est avéré, lui barrerait les scènes parisiennes, où les profils plus sveltes semblent davantage distribués que les plus plantureux chez les chanteuses ? :roll:
Je trouve ça beau mais je ne suis pas, à ce point, élogieux.
+1
Je n'osais pas le dire mais suis content de ne pas être le seul à ne pas applaudir des deux mains. C'est pas mal mais...Je trouve pas mal de choses à redire à ce chant dans cet air qui a aucun moment ne m'émeut. Ce n'est pas la lenteur du tempo mais la voix me semble à plusieurs moments instable avec une ligne peu sensuelle, hachée et dans grande inspiration poétique . Du coup sûr le même Voldemort je suis tombé sur le même air par Jessye Norman avec Ozawa à Paris... et là!! D'emblée des frissons et le plus sensationnel "je suis à ma fenêtre" possible , haletant avec le cœur qui s'emballe dans la voix et l'orchestre. Hunold hélas beaucoup plus ennuyeuse à mon sens.
Oui, mais c'est sûr que si on compare avec Norman... :lol:
Moi j'ai hâte de l'entendre en salle — j'espère que ça arrivera dans pas trop longtemps. Mais d'après ce qu'on peut écouter d'elle sur YT, c'est vrai que la voix a l'air plutôt instable, et elle ne me donne pas de frisson, mais est-ce qu'on ne perd pas quelque chose qu'on entendrait en salle ? Je ne sais pas...
J'espère juste que ce n'est pas lui faire involontairement mauvaise presse que de lui faire tant d'éloges.
C'est vrai que l'enregistrement technique n'est pas top mais quand même...j'ai réécouté et je reste toujours froid

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8533
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par Bernard C » 24 sept. 2017, 08:54

"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

philipppe
Ténor
Ténor
Messages : 891
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Rophé - vc - Angers-Nantes Opéra - 09/2017

Message par philipppe » 24 sept. 2017, 12:18

dongio a écrit :
22 sept. 2017, 20:41
MariaStuarda a écrit :
22 sept. 2017, 16:45
lionrougeetblanc a écrit :
22 sept. 2017, 16:12
Bernard C a écrit :
21 sept. 2017, 17:39
Je n'ai pas vu de micro pour la prise de rôle de Catherine Hunold dans Marguerite , mais l'ami Ph. me communique que "D'amour l'ardente flamme" a été enregistré à Angers par un spectateur .

C'est sur voldemort , c'est amateur , mais c'est sublime :
tapez sur google :
La Damnation de Faust - Air de Marguerite par Catherine Hunold 2017

Chaque inflexion du poème se consume dans un tempo très lent mais nullement paresseux , au contraire , surchargé d'une tension extraordinaire avec un cor , comme le disait Philippe formidable .

Bravo au chef et au son de l'orchestre de donner cet écrin de braise à ce chant et à Hunold de nous donner , au delà de la beauté mélodique , la flamme du grand Berlioz .

Bernard
Merci !
Quelle beauté de chant ! Je ne connaissais pas cette artiste et suis ravie de la découvrir. Je ne comprends pas pourquoi elle est si modestement distribuée. Du coup j'ose une question : serait-ce son physique imposant qui, scandaleusement si c'est avéré, lui barrerait les scènes parisiennes, où les profils plus sveltes semblent davantage distribués que les plus plantureux chez les chanteuses ? :roll:
Je trouve ça beau mais je ne suis pas, à ce point, élogieux.
+1
Je n'osais pas le dire mais suis content de ne pas être le seul à ne pas applaudir des deux mains. C'est pas mal mais...Je trouve pas mal de choses à redire à ce chant dans cet air qui a aucun moment ne m'émeut. Ce n'est pas la lenteur du tempo mais la voix me semble à plusieurs moments instable avec une ligne peu sensuelle, hachée et dans grande inspiration poétique . Du coup sûr le même Voldemort je suis tombé sur le même air par Jessye Norman avec Ozawa à Paris... et là!! D'emblée des frissons et le plus sensationnel "je suis à ma fenêtre" possible , haletant avec le cœur qui s'emballe dans la voix et l'orchestre. Hunold hélas beaucoup plus ennuyeuse à mon sens.
Assez d'accord, je trouve qu'il manque un beau legato et une façon plus habitée de porter la phrase. Je ne comparerai pas avec Jessye Normann mais avec JDD l'an dernier ou il y a deux ans, avec laquelle le même air était absolument somptueux.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 37 invités