Verdi - Otello - Pappano/Warner - Londres - 06-07/2017

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8718
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par Bernard C » 11 juil. 2017, 16:39

PlacidoCarrerotti a écrit :
11 juil. 2017, 15:57
quetzal a écrit :
11 juil. 2017, 15:44
Qu'est-ce que je n'avais pas pris il y a quelques années quand j'avais critiqué Agresta sur ODB !
Tous (presque) m' étiez tombés sur le paletot. :mrgreen:


Qu'est-ce qu'elle morfle aujourd'hui !

Bernard
J'ai TOUJOURS critiqué Agresta, avec une CONSTANCE, une DÉTERMINATION, et parfois une MAUVAISE FOI qui m'absolvent de ce type de commentaires.
(du moins me semble-t-il)

C'est mon côté ADMIRABLE.
Le (Presque) de mon propos ne visait que toi :Jumpy: nb:ceci n'est pas un petit orgasme

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12393
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par PlacidoCarrerotti » 11 juil. 2017, 16:41

quetzal a écrit :
11 juil. 2017, 16:39
PlacidoCarrerotti a écrit :
11 juil. 2017, 15:57
quetzal a écrit :
11 juil. 2017, 15:44
Qu'est-ce que je n'avais pas pris il y a quelques années quand j'avais critiqué Agresta sur ODB !
Tous (presque) m' étiez tombés sur le paletot. :mrgreen:


Qu'est-ce qu'elle morfle aujourd'hui !

Bernard
J'ai TOUJOURS critiqué Agresta, avec une CONSTANCE, une DÉTERMINATION, et parfois une MAUVAISE FOI qui m'absolvent de ce type de commentaires.
(du moins me semble-t-il)

C'est mon côté ADMIRABLE.
Le (Presque) de mon propos ne visait que toi :Jumpy: nb:ceci n'est pas un petit orgasme

Bernard
J'avais COMPRIS mais l'occasion était TROP BELLE :lol:
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

paco
Basse
Basse
Messages : 7830
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par paco » 11 juil. 2017, 18:04

enrico75 a écrit :
11 juil. 2017, 07:21
Pour moi la direction du ROH a fait une enorme erreur en ecartant Tezier car le Iago de Vratogna plombe toute la production.
+1
enrico75 a écrit :
11 juil. 2017, 07:21
d'autant que la voix s' est degrade (abus de cigarettes?);
oui, il n'arrête pas de cloper à la sortie des artistes !
enrico75 a écrit :
11 juil. 2017, 07:21
Je n'ai pas note d evolution decisive de l'interpretation de JK depuis la deuxieme
Idem à la représentation du 6

opera-tic
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 225
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00
Localisation : Paris

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par opera-tic » 11 juil. 2017, 19:54

J'ai trouvé la représentation du 10/07 homogène, avec les 4 principaux rôles engagés et non dépourvus d''émotion.
Je ne sais si c'est la récence de la prise de rôle de JK ou l'analogie de son physique avec Domingo jeune, mais cette représentation m'a apporté quelques réminiscences des représentations de juillet 1976...

enrico75
Alto
Alto
Messages : 497
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par enrico75 » 13 juil. 2017, 07:39

Pour en terminer,quelques réflexions aprés la dernière du 10 juillet avec Jonas Kaufmann:
j'ai lu rapidement la trentaine de pages de réactions depuis la première.
toujours les mêmes réactions vis a vis de de JK,mais comme cette fois il est vocalement excellent,voila que c'est un mauvais acteur(alors que dire de Beczala,Giordano,Antonenko,Calleja....)
pour ma part,je pense que ce n'est pas une prise de rôle historique mais le premier pas d'une interprétation qui va évoluer.
Au ROH il est confronté d'une part à une mise en scène sans réelle direction d'acteur,d'autre part à un Iago tellement grotesque qu'il lui est difficile de trouver la bonne posture sinon sombrer lui aussi dans l'excessif ce qui n est pas son genre.
Il essaie de composer un Otello bien sur affirmé et épanoui au premier acte qui ,dés le 2eme perd rapidement la maitrise de soi,le vernis craque,le "maure" resurgit mais cette transformation est progressive plutôt intériorisée de type colère froide et c est ce qui semble avoir hérissé à la plupart d'entre vous.
moi je pense qu'il a voulu aller plus loin que la simple jalousie:sa réaction est beaucoup plus complexe car il y a un élément qui ,a mon avis est trés important dans cette histoire(certainement plus pour shakespeare que pour Verdi)c'est le racisme(évoqué par Dongio)
. Le principal défaut de la cuirasse d'otello chef de guerre de grande autorité,fêté,comblé: c est son origine ethnique et Iago l'a bien compris.
La' prise de guerre" Desdemone symbole de la culture vénitienne blanche catholique de l’époque représente pour lui l'aboutissement de son parcours.
otello est entier,il ne raisonne pas comme nous occidentaux mais dans l'instant,blanc et noir,à l'instinct(cf sa réaction au 2eme acte) et le vernis tombe ,il pète les plombs et le cycle infernal s'amorce.
j'ai trouvé que JK essayé plutôt de traduire cet aspect(et encore plus à la dernière) surtout vocalement par une infinité de nuances vocales ,de changement de couleur de voix ,de travail sur le phrasé et non pas" d'emportements vocaux" comme beaucoup le font.Et puis la fin sublime avec cette sorte de résignation désespèrée ,une merveille(moins d'hémoglobine à la dernière) il est le seul actuellement à pouvoir faire ça grâce a cette concentration harmonique dans le mezzo vocce.
pour le reste j ai déja dit ce que j'en pensais :magnifique direction de Papanno,voulant parfois en faire trop au détriment de la tension dramatique ,de la respiration et de l'urgence qui faisaient le génie de C.Kleiber ici mème .
Vratogna,hors sujet,d'une autre époque
Agresta décevante:pas mal vocalement(médium curieux quand mème) mais transparente,toujours paniquée,essayant de sauver sa peau(ah! Margaret Price)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9013
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par HELENE ADAM » 13 juil. 2017, 08:08

Je te rejoins complètement Enrico 😊
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

paco
Basse
Basse
Messages : 7830
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par paco » 13 juil. 2017, 09:22

HELENE ADAM a écrit :
13 juil. 2017, 08:08
Je te rejoins complètement Enrico 😊
itou, mais il m'a quand même manqué les éclats de violence nécessaires au III. Le rôle d'Otello est fait de contrastes, il y a quand même des moments de "folie", ce que l'on ne ressent à aucun moment chez JK.
Mais je rejoins totalement les conclusions d'Enrico : ce qu'il lui a manqué ce sont:
- une direction d'acteurs
- un Jago
- ... et j'ajouterai : une Desdemona (difficile de se sentir amoureux impliqué avec une soprano aussi placide)

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3454
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par Stefano P » 13 juil. 2017, 09:46

Oui, j'aime aussi beaucoup ce que dit notre ami sur les changements de couleur de voix et le côté intériorisé de l'interprétation de JK, cette sobriété qui pour le coup allait très bien avec les gros plans de la captation (c'est un aspect très important chez JK : cette incroyable télégénie et ce contrôle absolu de ses moyens qui font qu'il n'y a pas de déperdition dramatique entre la scène et l'écran, et que c'est aussi fort dans les deux cas...).

Je m'aperçois aussi que je suis le seul à avoir (moyennement) apprécié Vratogna, va falloir peut-être que je m'interroge là-dessus... :eyes:
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6701
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par MariaStuarda » 13 juil. 2017, 10:56

Je ne vais pas refaire le débat.
Mais Otello est il un personnage qui se prête aux multiples subtilités que Jonas semble vouloir y mettre ? N'y perd on pas les caractéristiques intrinsèques du maure de Shakespeare, de Boito et de Verdi ?
N'est ce pas finalement une façon de camoufler un manque d'adéquation au personnage de départ ?

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1802
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Verdi - Otello - Pappano/Warner - ROH - 06/07 2017

Message par Lucas » 13 juil. 2017, 11:20

Stefano P a écrit :
13 juil. 2017, 09:46
Oui, j'aime aussi beaucoup ce que dit notre ami sur les changements de couleur de voix et le côté intériorisé de l'interprétation de JK, cette sobriété qui pour le coup allait très bien avec les gros plans de la captation (c'est un aspect très important chez JK : cette incroyable télégénie et ce contrôle absolu de ses moyens qui font qu'il n'y a pas de déperdition dramatique entre la scène et l'écran, et que c'est aussi fort dans les deux cas...).

Je m'aperçois aussi que je suis le seul à avoir (moyennement) apprécié Vratogna, va falloir peut-être que je m'interroge là-dessus... :eyes:
Ne t'inquiète pas Stefano, j'ai, moi aussi, trouvé Vratogna beaucoup moins indigne que certains. Le timbre est quand même assez beau avec un vrai creux dans le grave absolument indispensable pour bien se différencier de la voix sombre de Kaufmann. Et je trouve son chant beaucoup plus nuancé (une vraie mezza voce, un travail sur les couleurs et la voix mixte ...) que ce que j'ai pu lire ici ou là. Il est néanmoins possible que ces différences de perception proviennent du fait que nous chroniquons la vidéo issue d'une soirée différente de la "première" à laquelle de nombreux internautes ont assisté. Bref, sans être parfait, c'est mille fois supérieur aux gesticulades grotesques et hurlées du Rigoletto de Nucci dont certains vantent les mérites sur un autre fil.

Sinon, Kaufmann m'a paru royal en campant un Otello d'une subtilité stupéfiante qui prend sans doute à rebrousse-poil toute une tradition d'interprétation plus héroïque qui n'est pas la mienne. Pour moi, c'est le plus bel Otello jamais entendu!

De plus, la direction nerveuse de Pappano, qui se situe dans la lignée de Muti ou Solti, me semble très préférable à la battue soporifique et tristanesque de Furt ou du dernier Karajan.

En revanche, j'ai du mal à comprendre comment Agresta peut faire une carrière internationale avec un matériau vocal aussi quelconque même si la musicienne est fine et intelligente. C'est, à mon avis, le gros point faible de ce spectacle et je l'aurais bien troquée contre Harteros.

Enfin, la mise en scène, sur laquelle MariaStuarda a tout dit, passe sans doute beaucoup mieux en vidéo que dans la salle en raison des gros plans assez expressifs qui flattent les chanteurs et de la mobilité d'une caméra qui pallie le statisme des mouvements d'ensemble.

En résumé, un magnifique Otello, sans Desdémone malheureusement.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 49 invités