Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 22008
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par JdeB » 07 juin 2017, 07:10

Lohengrin de Richard Wagner

Daniel Kawka / Louis Désiré
Décors, Costumes Diego Méndez Casariego
Lumières Patrick Méeüs
Chef de choeur Laurent Touche
~
Lohengrin Nikolai Schukoff
Elsa de Brabant Cécile Perrin
Ortrud Catherine Hunold
Frédéric de Telramund Laurent Alvaro
Henri L'oiseleur Nicolas Cavallier
Le Héraut Philippe-Nicolas Martin

Nouvelle coproduction avec l'Opéra de Marseille
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Iphigenie42
Soprano
Soprano
Messages : 51
Enregistré le : 16 janv. 2017, 10:30

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par Iphigenie42 » 10 juin 2017, 17:43

Dans le röle de Lohengrin, Jean Noël Briend est remplacé par NiKolai Schukoff.

J'y vais demain mais je ne sais pas si je serai capable de faire un compte-rendu. C'est mon premier Wagner sur scène. J'espère que quelqu'un d'autre y assistera.

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9369
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par Bernard C » 10 juin 2017, 17:51

Iphigenie42 a écrit :
10 juin 2017, 17:43
Dans le röle de Lohengrin, Jean Noël Briend est remplacé par NiKolai Schukoff.

J'y vais demain mais je ne sais pas si je serai capable de faire un compte-rendu. C'est mon premier Wagner sur scène. J'espère que quelqu'un d'autre y assistera.
Donne nous surtout tes impressions sur les chanteurs :wink:

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2684
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par dge » 10 juin 2017, 18:16

Rapidement qq impressions : spectacle tout à l'honneur de l'opéra de Saint-Etienne avec un travail sur l'orchestre et les choeurs remarquable.
Trés belle distribution dans l'ensemble. Cecile Perrin à la peine au premier acte, beaucoup plus à l'aise ensuite.
Catherine Honold superbe. Heureusement que quelques directeurs d'institution et/ou de casting en région ne sont ni sourds ni incompétents.
Pour la mise en scène je lirai avec intérêt ce qu'en dit Jérôme. C'est black is black.

Stefano P

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par Stefano P » 10 juin 2017, 18:19

dge a écrit :
10 juin 2017, 18:16
Catherine Hunold superbe.
Le silence sur le rôle-titre est-il de mauvais augure ? 8)

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2684
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par dge » 10 juin 2017, 18:48

Stefano P a écrit :
10 juin 2017, 18:19
dge a écrit :
10 juin 2017, 18:16
Catherine Hunold superbe.
Le silence sur le rôle-titre est-il de mauvais augure ? 8)
Pas du tout. Mon court commentaire ne se voulait pas exhaustif. On connaît Schukoff et ses moyens. Son Lohengrin est tout à fait digne.
C'est Laurent Alvaro qui est Frédéric.

Iphigenie42
Soprano
Soprano
Messages : 51
Enregistré le : 16 janv. 2017, 10:30

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par Iphigenie42 » 11 juin 2017, 19:42

Je sors de Lohengrin. Tout d'abord c'est un plaisir de néophyte concernant Wagner. C'est grâce à tous les commentaires d'ODB sur le Lohengrin à Bastille que j'ai eu envie de découvrir l'oeuvre.
C'est un avis très personnel et ceux qui ont assisté à la représentation n'auront peut être pas la même vision des choses. Je ne connais pas bien l'oeuvre non plus (je suis plus Mozart, Haendel, Gluck, Verdi !)

La mise en scène se déroule dans des décors très sombres, y compris les costumes. Seule tache claire, la robe blanche d'Elsa et les plumes de cygne sur le manteau de Lohengrin.

Une belle distribution.
J'ai beaucoup aimé NIcolas Cavallier en Henri l'Oiseleur, sa belle voix grave et sa présence scénique.
Laurent Alvaro campe un Telramund torturé, crédible vocalement et dans son jeu.
J'ai moins aimé l'Ortrud de Catherine Hunold. La voix quoique belle, est en deçà de celle des autres chanteurs.
J'ai été très impressionnée par la voix et l'interprétation de Cécile Perrin. Puissance vocale impressionnante, capacité à faire des nuances, émotions.
Le Lohengrin de Nikolai Schukoff allie sa voix avec une belle présence. Mais quel 3eme acte. Voix puissante mais belles nuances dans le in fernem Land.

Beau travail des choeurs qui s'étaient renforcés dans les pupitres masculins.

En résumé un beau spectacle, puissant, avec des émotions et dans lequel on ne s'ennuie pas.

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2684
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par dge » 13 juin 2017, 12:14

Je reviens sur la représentation du 9 juin.

C'était un immense pari que de monter Lohengrin sur une scène qui n'a pas a priori d'affinités wagnériennes ( et il est dommage que la salle en ce soir de première ne soit pas remplie) mais le pari a été parfaitement relevé et cette production était d'un niveau musical vraiment excellent: orchestre, chœurs et distribution réunis.

La distribution devait être entièrement française mais la défection de Jean-Noël Briend ne l'a pas permis. Son remplaçant Nikolai Schukoff est un remplaçant de luxe : voix claire, aigu facile, pas de fatigue tout au long des trois actes, présence scénique. On peut simplement regretter une palette limitée de couleurs et un petit manque d'héroïsme dans le récit du Graal, mais sa prestation globale en fait un excellent Lohengrin.

Sauf erreur de ma part, Cécile Perrin fait sa prise de rôle d'Elsa. Elle est à la peine au premier acte où il faut une grande maîtrise du legato et de la dynamique. Lors de son "air du rêve" la ligne de chant est très instable et la justesse lui échappe quelquefois. La fréquentation de rôles plus lourds ne lui permet pas ce chant éthéré, mezza voce, qui confère toute l'innocence à la jeune fille et donc l'émotion ne passe pas. Dans les deux actes suivants où la vocalité est différente, elle retrouve son autorité : timbre , projection parfaite, belle incarnation.

Laurent Alvaro fait aussi une prise de rôle en Telramund. Globalement réussie, malgré une fatigue perceptible sur la fin.

Catherine Hunold est une très belle Ortrud. Le timbre est beau, la voix homogène sur toute la tessiture, les aigus toujours assurés et le grave ne perd jamais sa projection. Et quel plaisir d'entendre ses imprécations sans stress, sans se dire ( comme c'est souvent le cas) que çà ne va pas passer, qu'il va peut-être y avoir une catastrophe. Dommage que la mise en scène ne permette pas de mettre en valeur son tempérament scénique. A t-elle beaucoup de concurrentes aujourd'hui?

Nicolas Cavallier est un remarquable Heinrich. Noblesse du chant, phrasé...Ce chanteur ne finit pas de me surprendre chaque fois que je l'entends.

Le héraut de Philippe-Nicolas Martin est une belle découverte. Beaucoup de qualités et d'intelligence chez ce jeune chanteur.

Les chœurs sont impressionnants de précision et de puissance et le mérite en revient beaucoup au travail de leur chef Laurent Touche.
Enfin Daniel Kawka tire le meilleur de l'Orchestre Symphonique Saint-Etienne Loire qui réussit avec panache son incursion dans un répertoire qui n'est habituellement pas le sien. Il est la poutre maîtresse de cette belle représentation.

Je serai beaucoup moins élogieux de la mise en scène qui me confirme dans mon sentiment que Lohengrin est sans doute l'opéra de Wagner le plus difficile à mettre en scène: présence presque constante des chœurs qui ne font que commenter l'action - donc comment leur donner vie sur scène- et puis gestion de l'apparition de ce cygne que l'on veut traduire sans tomber dans le kitsch.
Cette représentation du cygne à travers un éphèbe qui se promène très souvent sur la scène n'apporte pas grand chose. La lecture de Louis Désiré manque de ressorts et d'inspiration et se réfugie trop dans qq "trucs" qui ne créent pas de cohésion: les mains d'Ortrud s'allument, Lohengrin se promène toute la représentation pieds nus portant un peignoir noir "avec un cygne sur le dos", effusions plus que poussées entre Frédéric et Ortrud, un lit de la chambre nuptiale vertical dans lequel les amants sont bien sûrs debout ( on pense à O.Py qui faisait la même chose dans Les Dialogues, mais la portée n'était pas la même).. Tout est noir sauf la robe d'Elsa, les éclairages sont très faibles. Des retouches importantes me semblent nécessaires lors de la reprise marseillaise.

petitchoeur
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 140
Enregistré le : 19 sept. 2009, 23:00

Re: Wagner- Lohengrin- Kawka / Désiré-Saint-Etienne-06/2017

Message par petitchoeur » 18 juin 2017, 10:11

Lohengrin, opéra romantique en 3 actes.

Livret de Richard Wagner d’après un Lohengrin anonyme du XIIIème siècle dénommé Lohengrin bavarois et aussi d’après Parzifal de Wolfram von Eschenbach.
Créé au Théâtre Grand-Ducal de Weimar le 28 août 1850 sous la direction de Franz Liszt (proscrit, Wagner est alors exilé à Zurich).

DIRECTION MUSICALE : DANIEL KAWKA
MISE EN SCÈNE : LOUIS DÉSIRÉ
DÉCORS ET COSTUMES : DIEGO MÉNDEZ CASARIEGO
LUMIÈRES : PATRICK MÉEÜS
CHEF DE CHŒUR : LAURENT TOUCHE

LOHENGRIN : NIKOLAI SCHUKOFF
ELSA DE BRABANT : CÉCILE PERRIN
ORTRUD : CATHERINE HUNOLD
FRÉDÉRIC DE TELRAMUND : LAURENT ALVARO
HENRI L’OISELEUR : NICOLAS CAVALLIER
LE HÉRAUT DU ROI : PHILIPPE-NICOLAS MARTIN

ORCHESTRE SYMPHONIQUE
SAINT-ÉTIENNE LOIRE
CHŒUR LYRIQUE
SAINT-ÉTIENNE LOIRE
DÉCORS ET COSTUMES FABRIQUÉS DANS LES ATELIERS DE L’OPÉRA DE SAINT-ÉTIENNE
NOUVELLE COPRODUCTION OPÉRA DE SAINT-ÉTIENNE, OPÉRA DE MARSEILLE



Grand Théâtre Massenet à Saint-Etienne le 9 juin 2017.

« Chez moi, c’est le drame qui brise sans cesse les conventions et qui apporte les possibilités nouvelles » (Richard Wagner, cité par Fabien Houlès dans le programme du jour). Lohengrin est un maillon essentiel, dans l’œuvre de Wagner, vers le drame musical. Tout en conservant une structure classique à numéros, Wagner innove par des « récits » et un chœur qui participent au déroulement de l’action, par un prélude, se substituant à l’ouverture traditionnelle, d’une « lumière bleu-argent » (Thomas Mann) obtenue par une infinie division des cordes aiguës, et qui fait entendre les thèmes principaux repris et développés (le Graal principalement) dans l’ouvrage, par une orchestration irisée, enrichie de nombreux bois, eux aussi divisés, qui envoûte l’auditeur. Ces nouveautés ne suppriment pas les fanfares royales tonitruantes et les chants patriotiques exaltés.

Image


Je ne reviens pas sur les nombreuses et pertinentes remarques des odbiens qui m’ont précédé , dge et Iphigénie42, concernant les solistes , le chœur et l’orchestre. C’est une réussite, malgré un budget limité, à mettre à l’actif d’Eric Blanc de la Naulte, directeur de l’Opéra de Saint-Etienne, et de son équipe : un plateau de voix françaises principalement, de grande qualité et homogène ; un orchestre (des cuivres impeccables !) en pleine forme, une direction légère et angélique, violente et dramatique au gré du drame ; un chœur impressionnant de présence et de puissant.


Image

La mise en scène de Louis Désiré, les décors et costumes de Diego Mendez Casariego, les lumières de Patrick Méeüs nous plongent dans le drame : le noir domine dans le décor et les costumes, les lumières sont soit tamisées, soit pointées sur un personnage. Seule Elsa rayonne de blancheur et illumine la scène entière. Et c’est la musique qui rend magique l’apparition de Lohengrin. Certains détails prêtent à sourire : les lampes dans les mains ensorcelantes d’Ortrud, le tee-shirt de Lohengrin aux ailes imprimées dans le dos (en fin d’ouvrage, il l’enlève et le remet, ailes côté poitrine...)

Image


Quelques trouvailles : une sobre arrivée et un discret départ de Lohengrin : pas de cygne barbotant et battant des ailes ! Le linceul qui recouvre le cadavre de Frédéric resté sur scène depuis son assassinat au IIIème acte n’est enlevé qu’à la toute fin de l’œuvre. Et c’est Gottfried qui apparaît, dont nous reconnaissons le « fantôme » (l'âme?) dans le personnage muet qui a traversé la scène pendant les trois actes.


Image

Je trouve l’ensemble efficace et le chœur, souvent présent en nombre et qui joue un rôle essentiel dans l’action, est à une juste place.
Immense succès mérité.
Pierre Tricou

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 76 invités