Cherubini - Réquiem en Ré m - Dubor - Lyon 04/05/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 768
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Cherubini - Réquiem en Ré m - Dubor - Lyon 04/05/2017

Message par perrine » 15 mai 2017, 08:13

Ludwig Van Beethoven
OUVERTURE DE CORIOLAN op.62

Luigi Cherubini
REQUIEM en ré mineur
pour choeur d'hommes et orchestre symphonique

Les Siècles Romantiques
Jean-Philippe Dubor Direction


Jeudi 4 mai 2017, Chapelle de la Trinité, Lyon


Cherubini a écrit un requiem en 1817 (‘commande de Louis XVIII à la mémoire de son défunt frère Louis XVI’). Ce même requiem sera joué aux funérailles de Boieldieu en 1834, mais suscitera la protestation de l’archevêque de Paris, choqué par la présence de voix féminines. Cherubini écrit alors un deuxième requiem pour ses propres funérailles – mais qui sera joué plusieurs fois avant sa mort - composé d’un chœur d’hommes uniquement.

L’absence de solistes ainsi que la présence de voix masculines uniquement confère à cette œuvre une ambiance particulière, beaucoup plus sobre et dramatique que l’habituel requiem généralement emprunt de consolation.
Jean-Philippe Dubor, à la tête de son ensemble Les Siècles Romantiques, après une ouverture de Corolian de Beethoven pleine de force et de conviction, fait preuve d’une grande sobriété et d’un grand raffinement tout au long de son exécution.
Dès l’introitus, les voix s’entremêlent de manière magnifique. Les nuances sont délicates, et les dissonances s’entrecroisent avec douceur conférant une sensation de spleen et de nostalgie.

Le Graduale entièrement a capella contribue à mettre en avant le caractère vocal extraordinaire de cette œuvre.
Explosion de rage et de colère dans le Dies Irae ! Les vitraux se mettent à trembler et la chapelle à vibrer, grâce aux ténors éclatants. Les consonnes sont croquées, et la battue est soutenue et vive. Pour faire face à cette rage, l’offertium, avec son écriture type de chœur de guerriers vainqueurs contribue à renforcer le caractère grandiose et énergique de la partition, qui sera achevé par un sanctus pleins poumons. La douceur du Pie Jesu tranche irrémédiablement et offre comme des caresses un bel instant de calme et de repos. Le requiem se finit sur l’Agnus Dei. L’écriture en canon se résout doucement à l’unisson et contribue ainsi à finir l’œuvre dans l’apaisement le plus total, aux portes du paradis.

Perrine
Le problème quand on trouve une solution, c\'est qu\'on perd une question.

houppelande
Alto
Alto
Messages : 450
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Cherubini - Réquiem en Ré m - Dubor - Lyon 04/05/2017

Message par houppelande » 15 mai 2017, 09:45

C'est une très belle œuvre, très profonde. Il est heureux qu'on réévalue maintenant la musique de Chérubini qui est loin de l'Académisme figé qu'on lui prêtait.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 28 invités