Wagner-Das Rheingold-Letonja/Holm-Stockholm-05/2017

Représentations
Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8006
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Das Rheingold-Letonja/Holm-Stockholm-05/2017

Message par quetzal » 17 mai 2017, 20:43

lundgren0517Wotan.jpg
lundgren0517Wotan.jpg (40.67 Kio) Vu 296 fois
La main en sang de Wotan

De l'excellent et du moins bon dans cet Or du Rhin
à suivre

Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8006
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Das Rheingold-Letonja/Holm-Stockholm-05/2017

Message par quetzal » 17 mai 2017, 21:00

Rheingold 170517.jpg
Rheingold 170517.jpg (51.72 Kio) Vu 288 fois
Une autre photo au rideau qui donne une idée de la production que je vais détailler.
Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

philipppe
Ténor
Ténor
Messages : 848
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Wagner-Das Rheingold-Letonja/Holm-Stockholm-05/2017

Message par philipppe » 17 mai 2017, 21:30

Lundgren ?

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8006
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Das Rheingold-Letonja/Holm-Stockholm-05/2017

Message par quetzal » 17 mai 2017, 22:49

philipppe a écrit :
17 mai 2017, 21:30
Lundgren ?
Oui Philippe John Lundgren dans Wotan.
C'est pour son Wotan, le Siegmund de Weinius et évidemment la Stemme que je suis venu ici.

Sur le Rheingold de ce soir, John Lundgren règne littéralement.

Je l'ai découvert ici il y a de nombreuses années dans Rance.
Je l'avais remarqué (et fait un CR dithyrambique) sans imaginer qu'il deviendrait pour autant un si bon Wotan (si jeune d'ailleurs).
Projection , timbre, jeu de nuances.
Un Wotan subtil et puissant.

Le reste de la distribution est composé de très bon et de quelques chanteurs consternants qui me gâchent le bonheur.
À distinguer l'Alberich de Johan Edholm admirable de timbre sombre même s'il craque quelque peu à la malédiction de l'anneau, la gorge asséchée.
Le Mime de l'épatant Niklas Björling Rygert un pilier de l'Opéra suédois bien trop méconnu dans nos contrées , et la belle reconversion de Katarina Dalayman qui a su au fil du Prologue domestiquer sa voix , elle qui fut la Brünnhilde des cycles précédents ici .Le timbre lui même est plus séduisant car la puissance moins sollicitée dans ses retranchements.

Le pire ce fut un Fasolt inacceptable ,et Donner et Froh extrêmement insuffisants​ dans un tel contexte.
Dans Rheingold ça te fiche le moral par terre.

Ça démarrait bien avec des filles du Rhin épatantes, de belles et wagneriennes suédoises comme on les aime.
La mise en scène est vraiment ringarde .
Elle a fait son temps ,et même si j'aime le minimalisme de Holm ( je vous avais raconté son Elektra bouleversante et inoubliable avec Theorin) , ici trop peu c'est trop peu.
Ça se limite à un décor de trois pièces.
La première : une pièce de musée où sont exposés dans des vitrines les ors des artéfacts wagneriens ( lance, enclume, casques ailés , corbeaux empaillés etc...) quelque chose comme ça.
Les filles du Rhin : des adolescentes habillées tradition avec cheveux attachés dans des ficelles ( cf photo des saluts) Alberich en tenue d'écolier ...ils badinent jusqu'à ce qu'il leur vole une boule d'or d'une vitrine... L'adolescence est finie.

Paf on se retrouve dans une salle d'attente , grande pièce bourgeoise fin XIX vide avec de grandes fenêtres qui ouvrent sur un ciel bleu.
Là il ne se passe pas grand chose.
L'essentiel étant de faire venir les chanteurs les uns après les autres face au public.
Fasolt et Fafner en tenue de forestiers à moitié clochards..bon ça ne fait pas une mise en scène.
Chez les Nibelungen c'est encore une pièce, une sorte de bureau sombre avec la scène des métamorphoses assez naïve, je vous passe la description .
Tout finit dans la salle d'attente avec un arc en ciel à travers les fenêtres et Alberich qui fiche le feu ( avant l'heure , ça c'est la patte du metteur en scène au finale, son "petit plus" , enfin rien de bien méchant par rapport à ce qu'on voit chez les génies de l'audace)

Le public était content.
(Moi , je me méfie de moi même, peut être suis je un peu blasé ou alors scotché au spectacle du Ring de l'an dernier ?)
Un peu terne tout de même tout ça.
À suivre avec die Walküre demain et sa distribution d'enfer.

Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Avatar du membre
quetzal
Basse
Basse
Messages : 8006
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Wagner-Das Rheingold-Letonja/Holm-Stockholm-05/2017

Message par quetzal » 17 mai 2017, 22:57

Ps précision : " la main en sang" de Wotan car en arrachant l'anneau du doigt d'Alberich il lui arrache quasiment la phalange...

Bernard
L'axe normal de la rêverie cosmique est celui le long duquel l'univers sensible est transformé en un univers de beauté.
Gaston Bachelard

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 34 invités