Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 3354
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par David-Opera » 17 mai 2017, 21:37

Adalbéron a écrit :
17 mai 2017, 16:44
..
Je trouve Bernard trop dur avec Mattei, son timbre n'avait strictement rien de chevrotant, mais le chanteur était visiblement en méforme.
Le gros point noir pour moi c'est qu'on avait l'impression que tout était improvisé... La direction d'acteur se résume à peu près à rien... À Bastille, c'est mortel : Netrebko allait se fracasser sur les murs toutes les trois phrases et posait sa main sur la tête en roulant des yeux quand elle était censée ressentir de la douleur, Mattei était souvent planté comme un poteau et il m'a fait de la peine pendant le cotillon. La direction orchestrale était d'un brouillon au début... Ensuite, elle était simplement insipide.
L'impression est juste.
Et je pense que la reprise de ma mise en scène a été survolée, notamment parce que l'emploi des éclairages est sommaire, voir limite inprovisé.
Oui, le jeu d'Anna Netrebko est stéréotypé, ce qui prouve qu'elle ne sera jamais Marias Callas, mais la démonstration vocale est, elle, totalement édifiante.

philipppe
Ténor
Ténor
Messages : 848
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par philipppe » 17 mai 2017, 21:42

Tu as vu Maria Callas en scène ?

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 3354
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par David-Opera » 17 mai 2017, 21:47

Il y a suffisamment de vidéos disponibles, notamment sur YT, comme l'acte II de Tosca à Covent Garden, pour estimer le niveau de son Art, avec un grand A.

https://www.youtube.com/watch?v=rT-86OtwzDI

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8358
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par HELENE ADAM » 17 mai 2017, 21:52

David-Opera a écrit :
17 mai 2017, 21:37
Oui, le jeu d'Anna Netrebko est stéréotypé, ce qui prouve qu'elle ne sera jamais Marias Callas, mais la démonstration vocale est, elle, totalement édifiante.
Pas seulement un problème de "jeu stéréotypé" mais d'incarnation d'un personnage, la voix peut à elle seule (ou pas) incarner un rôle indépendamment de la gestuelle (quant tout y est, c'est parfait). Mais pour cela il faut savoir adapter voix et style vocal au personnage incarné, quitte à donner pour les besoins de l'interprétation, du moins beau chant si nécessaire. C'est, pour moi, ce qui différencie un artiste lyrique d'opéra d'un chanteur de récital. Et les surdoué-e-s incarnent leurs rôles y compris dans les versions-concerts (voir l'intéressante comparaison que fait Corinne à ce propos entre les garçons et Julie Fuchs dans "les Pêcheurs de perle").
Netrebko m'a souvent impressionnée parce qu'elle savait "incarner" un personnage (même récemment sa Mimi pourtant surdotée vocalement à Londres il y a deux ans). Mais depuis quelques temps, je trouve qu'elle ne se donne plus la peine de le faire et que tout devient presque identique. C'est pour cela, qu'au delà d'une mise en scène assez creuse, que les chanteurs n'avaient pas vraiment répété (ce qui n'arrangeait rien) je n'ai pas réussi à être émue ni touchée par son -très, trop beau- chant.
(Elle ne ressemble absolument pas à la Callas par ailleurs, d'aucune manière.... :wink: y compris sur scène)
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par Stefano P » 17 mai 2017, 22:37

David-Opera a écrit :
17 mai 2017, 21:37
L'impression est juste.
Et je pense que la reprise de ma mise en scène a été survolée, notamment parce que l'emploi des éclairages est sommaire, voir limite improvisé
C'est toi qui as fait la mise en scène ?
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

DelBosco
Alto
Alto
Messages : 327
Enregistré le : 04 déc. 2005, 00:00
Localisation : Essonne

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par DelBosco » 18 mai 2017, 15:11

Stefano P a écrit :
17 mai 2017, 22:37
David-Opera a écrit :
17 mai 2017, 21:37
L'impression est juste.
Et je pense que la reprise de ma mise en scène a été survolée, notamment parce que l'emploi des éclairages est sommaire, voir limite improvisé
C'est toi qui as fait la mise en scène ?
Peut-être que David est Decker ?

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par Stefano P » 18 mai 2017, 15:27

DelBosco a écrit :
18 mai 2017, 15:11
Stefano P a écrit :
17 mai 2017, 22:37
David-Opera a écrit :
17 mai 2017, 21:37
L'impression est juste.
Et je pense que la reprise de ma mise en scène a été survolée, notamment parce que l'emploi des éclairages est sommaire, voir limite improvisé
C'est toi qui as fait la mise en scène ?
Peut-être que David est Decker ?
Et qu'il travaille au black ? :arrow: :arrow:
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1047
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51
Localisation : Paris

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par Adalbéron » 18 mai 2017, 17:29

Stefano P a écrit :
18 mai 2017, 15:27
DelBosco a écrit :
18 mai 2017, 15:11
Stefano P a écrit :
17 mai 2017, 22:37
David-Opera a écrit :
17 mai 2017, 21:37
L'impression est juste.
Et je pense que la reprise de ma mise en scène a été survolée, notamment parce que l'emploi des éclairages est sommaire, voir limite improvisé
C'est toi qui as fait la mise en scène ?
Peut-être que David est Decker ?
Et qu'il travaille au black ? :arrow: :arrow:
C'est Willy-Opera qu'il faudra désormais dire ;).
« L'opéra est à la musique ce qu'un lupanar est à l'amour. » — Berlioz

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1047
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51
Localisation : Paris

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par Adalbéron » 18 mai 2017, 18:23

Représentation du 16 mai

Je dirai peu de choses de la mise en scène de Willy Decker, dans l'idée assez efficace, dans cette reprise en fait assez ratée... Je l'avais vue en 2010 [j'ai découvert que c'était avec Tézier 8O — j'allais surtout voir les oeuvres à l'époque] mais je n'avais pas souvenir que tout était à ce point flottant et dramatiquement si peu efficace (pourtant il y a de bonnes idées...). Je crois que cette reprise a été faite dans la précipitation et que la direction d'acteur a été bâclée (pour des raisons diverses — soit les chanteurs sont arrivés tard, soit l'équipe dans son ensemble a été peu préparée). Pour ma part, je crois que le manque d'émotion ressenti pendant la soirée vient principalement de là. Les chanteurs restaient soit plantés comme des tuteurs, soit adoptaient des pauses convenues dignes des pires nanars (en théâtreux qui se respecte, j'ai du mal à comprendre comment on peut laisser sur scène un chanteur faire semblant de gribouiller une lettre en grands gestes sans même un semblant de plume... :wink:).

Musicalement, la soirée est dominée par Anna Netrebko. La chanteuse sait que le public l'attend : elle montre donc sa belle voix, dont je n'avais jamais remarqué le stupéfiant soyeux. Les aigus sont plutôt instables, mais le médium et le grave sont superbes et elle est capable de nuances et de mezze voce remarquables. Comment expliquer alors que l'on ne sorte pas de la représentation excité ou même enthousiasmé ? La mise en scène, sans aucun doute, la dessert, tout comme la direction orchestrale ; mais il faut bien admettre qu'on est plus dans la démonstration vocale que dans l'incarnation d'un personnage. On a entendu Anna Netrebko — la sensibilité, les doutes, l'âme torturée de Tatiana, pas vraiment. J'attendais pourtant beaucoup de cette soirée : je n'ai jamais vraiment apprécié la voix et le chant de Netrebko, mais je ne suis pas du genre à demeurer arrêté sur l'idée que je me fais d'un chanteur : je n'aimais pas ce que faisait l'actuel Alagna jusqu'à il y a deux mois où, après une première partie de Carmen belle mais routinière, il s'est entièrement donné dans une seconde partie hallucinée, dont je suis sorti tout tremblotant. Pour moi, Netrebko a fait le minimum ; c'est un beau minimum, un très beau même, mais ça ne m'a pas remué :(.
Peter Mattei dans la première partie était d'une très grande noblesse. Son air à la fin du premier acte fut superbe, avec un aigu filé final renversant, se confondant avec les sonorités des bois de l'orchestre. Mais il est apparu diminué dans la deuxième partie. Il semble de surcroît très gêné sur scène dans cette mise en scène et j'avoue que j'étais très souvent gêné pour lui, pendant la scène du bal au II et pendant le duo final notamment, où il ne savait plus quoi faire. Il sera sans doute bien plus convaincant et exaltant lors des prochaines représentations.
L'Olga de Varduhi Abrahamyan m'a grandement charmé. Ses graves sont superbes, la voix est très bien tenue et c'est l'artiste qui est la plus à l'aise sur scène et qui campe le personnage le plus caractérisé.
Pavel Černoch a été un Lenski assez inégal, malgré tout souvent émouvant (ce sont surtout les aigus qui posent problème). Il est assez maladroit scéniquement mais je trouve que le personnage en devient touchant. Son « Kuda, kuda, kuda... » était très beau, bien que parasité par je ne sais combien de crises de toux...
Alexander Tsymbalyuk est un Grémine fort jeune, aux graves pratiquement inexistants mais au timbre superbe. J'aime énormément ses basses qui ont par ailleurs un registre aigu aussi bien tenu.
Je n'ai pas entendu la Madame Larina d'Elena Zaremba... :?
C'était assez émouvant de voir et entendre sur scène ces chanteurs « du passé » (disons dont l'heure de gloire est passée) que sont Hannah Schwarz et Raúl Giménez. La première endosse avec éloquence le rôle de la nourrice de Tatiana, le second celui de Monsieur Triquet, avec un grand panache et une morgue rare.

Beau travail du choeur.
La direction orchestrale de Edward Gardner était absolument chaotique au début de la représentation et par la suite sans vision ni tenue dramatique... Si la soirée n'a pas atteint les cimes escomptées, c'est en grande partie de sa faute, je crois.

J'étais assis au 15e rang du parterre, non loin de Lissner, Pierre Bergé, Alain Duault ou Marisol Touraine, et j'ai entendu parler russe et italien beaucoup plus que d'habitude. On n'a pas trop aimé que je ne sois pas sur mon 31. Je mettrai ma plus belle robe la prochaine fois. Enfin je crois que je n'irai plus à une première (sauf aux avant-premières).
« L'opéra est à la musique ce qu'un lupanar est à l'amour. » — Berlioz

abfab
Alto
Alto
Messages : 319
Enregistré le : 09 janv. 2008, 00:00

Re: Tchaikovski - Eugène Onéguine - Gardner/Decker - ONP - 05-06/2017

Message par abfab » 18 mai 2017, 18:53

Adalbéron a écrit :
18 mai 2017, 18:23
j'ai du mal à comprendre comment on peut laisser sur scène un chanteur faire semblant de gribouiller une lettre en grands gestes sans même un semblant de plume... :wink:).
De loin et la scène étant obscure pendant cette partie, on ne peut sans doute pas le voir, mais elle a évidemment un crayon quand elle écrit... on le voit ici par terre :

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/ ... e=59C104FE

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 36 invités