Donizetti - Anna Bolena - Jean/Bischofberger - Avignon - 05/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19840
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Donizetti - Anna Bolena - Jean/Bischofberger - Avignon - 05/2017

Message par JdeB » 12 mai 2017, 08:48

Anna Bolena
Direction musicale : Samuel Jean
Direction des chœurs : Aurore Marchand
Etudes musicales : Marie-Claude Papion

Mise en scène : Marie-Louise Bischofberger
Décors : Erich Wonder
Costumes : Kaspar Glarner
Lumières : Bertrand Couderc
Réalisation : Gilles Bottacchi

Anna Bolena : Irina Lungu
Giovanna Seymour : Ketevan Kemoklidze
Smeton : Alhima Mhamdi
Enrico VIII : Carlo Colombara
Lord Riccardo Percy : Ismaël Jordi
Lord Rochefort : Patrick Bolleire
Sir Hervey : Jérémy Duffau

Orchestre Régional Avignon-Provence
Chœur de l’Opéra Grand Avignon
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
raph13
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 2704
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Donizetti - Anna Bolena - Jean/Bischofberger - Avignon - 05/2017

Message par raph13 » 16 mai 2017, 11:39

Représentation du 14 mai

Je suis ressorti assez mitigé de cette représentation.

La faute principale en incombe à la mise en scène plate et médiocre de Marie-Louise Bischofberger. Dans des décors minimalistes et ternes, seuls les costumes d'époque flattent l’œil.
Le problème de cette production est qu'elle manque cruellement de la grandeur et du tragique que l'on attend ici, sombrant plus d'une fois dans la trivialité, par exemple lorsque Enrico et Giovanna ouvrent une bouteille de champagne et trinquent à la fin de leur duo, ou lorsqu'Anna se retrouve avec la poupée de sa fille décapitée dans les mains pendant le somptueux final "Ah segnata la mia sorte"...
Les apparitions d'Elizabeth I enfant, étrangement vêtue de façon moderne, n'apportent rien.
La direction d'acteurs transforment monarques et courtisans en personnages de soap opera, avec un jeu et des poses fort éloignés du rang qui est le leur.

A la baguette, Samuel Jean manque d'allant et d'énergie, avec une battue d'une lenteur parfois exaspérante. L'orchestre est dans une forme correcte mais manque d'homogénéité, les chœurs, notamment masculins, étant en service minimum.
La partition est assez malmenée, avec des coupures de reprises ou de codas qui ne font pas gagner beaucoup de temps et empêchent la mélodie de s'épanouir et les chanteurs d'offrir des variations.
Le rôle de Percy est mutilé, probablement en raison de l'incapacité d'Ismael Jordi de lui rendre justice : le ténor espagnol, fort nasal, s'applique à nuancer son chant de façon admirable mais il lui manque la vaillance et la liberté du suraigu pour convaincre pleinement.

On ne s'acharnera pas sur Carlo Colombara, annoncé indisposé après l'entracte, avec qui l'on a souffert tout au long de la soirée, chant enroué et à l'intonation très aléatoire. On regrettera une manie irritante de se racler la gorge pendant que ses partenaires chantent !
Dommage car la basse italienne a la prestance et le physique adéquat pour ce rôle.

Malgré un jeu parfois emprunté, Ahlima Mhamdi séduit par un timbre sombre et un chant touchant en Smeton, avec deux airs ravissants.
Belle surprise avec Ketevan Kemoklidze : je n'avais pas été emballé par sa Rosina à Marseille il y a 10 ans (voir fil ODB : viewtopic.php?f=6&t=6060) mais force est de constater que la chanteuse a bien évolué et a gagné en assurance.
La mezzo géorgienne dispose aujourd'hui d'une voix longue et ductile, à l'aigu percutant (même si parfois amené de façon un peu trop brutal, façon Sonia Ganassi) et à la virtuosité bien huilée. Sa Giovanna est crédible, tiraillée entre son désir du trône et sa loyauté envers Anna, interprétation qui culmine dans un duo enflammé avec sa rivale et la grande scène qui suit, enlevée avec aplomb et énergie.

Face à elle, Irina Lungu est assez fluctuante tout au long de la représentation : la soprano moldave a souvent du mal à maîtriser un vibrato relâché et les vocalises sont parfois mal assurées. On apprécie un timbre corsé, un engagement sans faille (parfois à la limite du surjeu) et une réelle prise de risque, avec variations audacieuses et suraigus (un long contre-ré à la fin du I et un contre-mi bémol - qui frôle l'accident - à la fin de "Coppia iniqua"). Mais, peu aidée par la mise en scène, je n'ai jamais eu l'impression d'avoir une reine devant moi.

Public assez froid, qui s'est réveillé après le duo Anna/Giovanna et à la fin de la scène de la folie.

J'ai du partir précipitamment dès le rideau baissé pour ne pas rater mon train : l'Opéra annonçait une durée de 2h45 alors que la représentation dépasse les 3h30 ! Je n'ai donc pas assisté aux saluts :ablow:
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11724
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Donizetti - Anna Bolena - Jean/Bischofberger - Avignon - 05/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 16 mai 2017, 13:28

Merci (je compatis ...).
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

paco
Basse
Basse
Messages : 7515
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Donizetti - Anna Bolena - Jean/Bischofberger - Avignon - 05/2017

Message par paco » 16 mai 2017, 14:07

raph13 a écrit :
16 mai 2017, 11:39
Belle surprise avec Ketevan Kemoklidze : je n'avais pas été emballé par sa Rosina à Marseille il y a 10 ans (voir fil ODB : viewtopic.php?f=6&t=6060) mais force est de constater que la chanteuse a bien évolué et a gagné en assurance.
La mezzo géorgienne dispose aujourd'hui d'une voix longue et ductile, à l'aigu percutant (même si parfois amené de façon un peu trop brutal, façon Sonia Ganassi) et à la virtuosité bien huilée. Sa Giovanna est crédible, tiraillée entre son désir du trône et sa loyauté envers Anna, interprétation qui culmine dans un duo enflammé avec sa rivale et la grande scène qui suit, enlevée avec aplomb et énergie.
Je ne la connaissais pas, jusqu'à ce que je la découvre l'été dernier dans Linda di Chamounix à Rome et je l'ai trouvée magnifique : comme tu le dis, voix longue, aigu percutant, timbre de velours, charisme... Une révélation et, depuis, je cherche des occasions de la réentendre pas trop loin de mes ports d'attache.. Beaucoup de ses caractéristiques vocales me rappellent Martine Dupuy

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19840
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Donizetti - Anna Bolena - Jean/Bischofberger - Avignon - 05/2017

Message par JdeB » 16 mai 2017, 17:06

raph13 a écrit :
16 mai 2017, 11:39
J'ai du partir précipitamment dès le rideau baissé pour ne pas rater mon train : l'Opéra annonçait une durée de 2h45 alors que la représentation dépasse les 3h30 !
et bien moi, pris dans les délices de Capoue d'un repas de presse du Palazetto (avec V. Gens en invitée d'honneur), j'ai oublié l'heure et raté mon train. Donc je ne verrai pas cette Bolena comme prévu...

Je vous livre néanmoins mon petit topo historique

Depuis 1957 et les représentations mémorables de la Scala avec Callas et Simionato, les plus grandes divas ont abordé le rôle-titre : Caballé, Gencer, Sills, Sutherland, Scotto, Ricciarelli, Devia, Anderson, Netrebko, …parfois aux côtés d’autres étoiles du chant (Horne, Cortez, Dupuy, Garanca, Verrett, Siepi, Ramey, Blake, Merritt, …). Cette saison l’ouvrage est mis sur le théâtre à la Scala, à Parme, Séville et Tallin après avoir été donné en concert à Marseille en octobre dernier.
En France, l’œuvre ne s’est pas vraiment imposée mais a bénéficié néanmoins de reprises régulières depuis 40 ans. Il y eu d’abord un concert à la maison de la Radio avec Vasso Papantoniou, une émule de Callas, le 20 mai 1976 puis une résurrection scénique à Rouen, trois ans plus tard, avec la grande Françoise Garner qui a repris le rôle dans cette même ville en novembre 1981 quelques mois après l’avoir incarné à Avignon les 3 et 5 avril 1981. A Nîmes, fin avril 1989, Papantoniou, en fin de carrière, a tenté un retour dans ce personnage. En décembre 1990, l’Opéra de Marseille a réuni Daniela Longhi et Martine Dupuy pour servir ce chef d’œuvre. C’est l’Opéra de Nice qui a le plus affiché Anna Bolena en février 1980, en octobre 1985 et en juin 1989 (avec Jennifer Larmore en Jane Seymour). Sur le Rocher, l’ouvrage a été monté en 1994 et en 1997 avec, les deux fois, G. Devinu.

La production présentée ce soir a été créée à Bordeaux en mai 2014 et vient d’être présentée à la Scala en avril dernier.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 7663
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Donizetti - Anna Bolena - Jean/Bischofberger - Avignon - 05/2017

Message par jerome » 16 mai 2017, 17:31

Anna Bolena a été produite aussi à l'Opéra de Metz en 1997/1998

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 38 invités