Grieg/Ibsen - Peer Gynt - Chalvin/Clarac-Deloeil - Limoges - 5/2017

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 665
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Grieg/Ibsen - Peer Gynt - Chalvin/Clarac-Deloeil - Limoges - 5/2017

Message par Oylandoy » 08 mai 2017, 14:51

Pièce d'Henrik Ibsen sur une musique de scène d'Edvard Grieg
Créée en 1876 à Oslo
Adaptation du texte par Alain Perroux

Nicolas Chalvin, direction
Elisabeth Brusselle, chef de chant

Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeil, mise en scène, scénographie et costumes
Christophe Pitoiset, lumières
Jean-Baptiste Beïs, réalisation vidéo en direct
Lodie Kardouss, Collaboration artistique
Olivier Roda, Coach et conseiller en langue norvégienne

Comédiens :
Thomas Gornet, Amélie Esbelin, Marie Blondel

Chanteurs :
Philippe Estèphe, Peer Gynt
Norma Nahoun, Solveig
Marie Kalinine, Anitra

Leila Benhamz, Johanna Giraud, Agnès Cabrol de Butler, Trois filles de pâturages
Edouard Portal, le Voleur
Fabien Leriche, le Receleur

Orchestre de l’Opéra de Limoges

Chœur de l’Opéra de Limoges | Direction : Jacques Maresch

Nouvelle production de l’Opéra de Limoges / Production déléguée Opéra de Limoges en coproduction avec l’Opéra/Orchestre national de Montpellier/Languedoc-Roussillon.


Image
Thomas Gornet (Peer Gynt) et Marie Blondel (Âase) ©Thierry Laporte

Représentation du 11 mai 2017 :
En 1866, lorsqu'il rédige la première version de Peer Gynt, Henrik Ibsen (1828-1906) décide de puiser dans l'imaginaire et les traditions populaires norvégiennes pour créer un antihéros lâche, menteur, vaurien, irresponsable, affabulateur, infidèle autant qu'inconstant, affabulateur, et même criminel, avec l'intention de démontrer par opposition la nécessité de faire preuve de caractère et de force morale.
Cette histoire fantastique aux nombreux rebondissements incohérents – parfois amusants - est une farce plus amère que douce. Elle met en scène un héros prétentieux et aventureux qui rate tout ce qu'il entreprend, rencontre au cours de ses pérégrinations des personnages aussi improbables que le roi des trolls et la mort elle-même, avec laquelle d'ailleurs Peer négocie un sursis en échange d'un remords tardif.

Image
Norma Nahoun (Solveig) et Thomas Gornet (Peer Gynt) ©Thierry Laporte

Ibsen modifie son œuvre et la transforme en pièce de théâtre, puis décide d'y adjoindre une musique. Il pense alors à un poème symphonique qui accompagnerait la pièce. Il contacte Edvard Grieg (1843-1907), qui est déjà connu grâce à son concerto pour piano (1869) et qui a déjà composé une musique de scène (Sigurd Jorsalfar de Bjornstjerne Bjornson). Grieg n'est pas enthousiaste : l'histoire ne l'inspire pas et le héros lui déplaît, trop de faiblesses. Pourtant, malgré les désaccords, une musique de scène voit le jour, composée de courtes pièces qui alternent avec des dialogues parlés.
La première a lieu le 24 février 1876. Grieg n'y assiste pas, il n'aime pas l'orchestre. Ibsen, quant à lui, n'est pas convaincu par cette musique. Le succès, pourtant est éclatant, et ne se démentira plus. Certaines pièces comme la chanson de Solveig, la danse d'Anitra, Au matin et Dans la grotte des trolls sont des tubes planétaires, d'ailleurs souvent utilisés par la publicité.

Image
Thomas Gornet (Peer Gynt) ©Eric Bloch

Le résultat est-il un opéra ? Pas vraiment, car les passages parlés sont nombreux et assez longs, et ne peuvent passer pour des récitatifs. La musique symphonique, très belle, est très présente, mais les passages chantés sont peu nombreux et plutôt courts. Le seul rôle consistant du point de vue lyrique est celui de Solveig.
Aussi, les metteurs en scène, les bordelais Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil préfèrent parler d'objet musical créatif, concept qui permet une grande liberté, et qui sera réutilisé dans d'autres créations, par exemple Butterfly (et non Madame Butterfly) l'année prochaine.

Image

Les musiciens sont sur scène. Un labyrinthe en bois constitué de ponts et de passerelles, d'un très bel effet (et entièrement fabriqué sur place) permet les déplacements des interprètes, chanteurs et comédiens. Certains musiciens (notamment les percussionnistes et les cuivres) se trouvent donc intégrés au décor. La direction d'acteur est excellente, les déplacements (nombreux) sont fluides.
Un ensemble de videos, dont certaines en direct, les acteurs utilisant à l'occasion les caméras placées dans le décor, permet de mieux relier l'action aux différents lieux visités par notre turbulent et remuant antihéros.

Image
Marie Blondel (Âase) et Thomas Gornet (Peer Gynt) ©Eric Bloch

Le rôle de Peer Gynt est parlé à 95% et est joué par Thomas Gornet, bon acteur, dynamique, et en scène pendant toute la représentation. L'ensemble de la troupe, jeune, fait preuve d'un enthousiasme communicatif et d'une joie de participer réjouissante. Tous sont à louer, mais on distinguera particulièrement Norma Nahoun, dont la très jolie voix est capable de superbes nuances, et, ce n'est que justice, c'est elle qui emportera la palme aux applaudissements (j'avais déjà remarqué Norma Nahoun à Nantes, en décembre 2015, elle interprétait alors Gretel).
Malgré quelques faiblesses de l'orchestre dans certains passages, Nicolas Chalvin a su insuffler la dynamique nécessaire. Les chœurs ont montré un bel engagement, de la précision et des nuances.

En conclusion, une très bonne soirée, avec une représentation très enlevée et la joie de reconnaître certains passages très connus qui ont provoqué quelques réactions de surprise dans le public.

Image

Image
La fille du roi des trolls, Peer Gynt et le roi des trolls

Image
A noter : les musiciens et les choristes portaient une tenue en partie aux couleurs de la Norvège (mais pas le chef !).
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 665
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Grieg/Ibsen - Peer Gynt - Chalvin/Clarac-Deloeil - Limoges - 5/2017

Message par Oylandoy » 13 mai 2017, 13:08

ARGUMENT

ACTE I
Le jeune Peer Gynt doit se ressaisir : sa dépravation lui coûte l’affection d’Ingrid qui se marie avec un autre. Il rencontre à ce mariage l’humble Solveig. Ils s’attirent mutuellement, mais, ivre, Peer Gynt enlève la mariée.

ACTE II
Ingrid, abandonnée, se lamente. Peer rencontre sur son chemin trois jeunes femmes qui cherchent leurs amants perdus. Il assure qu’il peut les satisfaire toutes trois. Peer est maintenant dans le domaine des Trolls.
Il est approché par la fille du Roi de la montagne. Dans la demeure du Roi, ce temple de la face sombre de la nature humaine, les Trolls, outrés par les prétentions de Peer, demandent sa mort. Il fuit, sauvé par le son des cloches au loin. Les Trolls battent en retraite et le hall s’effondre.

ACTE III
De retour dans ses terres natales, Peer, Solveig à ses côtés, est songeur : il pense au fils qu’il a laissé à la fille du roi de la montagne, et se sent indigne. Il rend visite à Ase, sa mère veuve et mourante.

ACTE IV
Dans le désert africain, Peer, maintenant riche et entouré de faux amis, erre. Il surprend deux voleurs qui décampent sans leur butin : le cheval et les habits de l’Empereur, dont il se saisit lui-même. Ainsi habillé, il est accueilli en prophète dans un campement. Anitra, la fille du chef des bédouins, l’accueille avec une danse. Indifférente à ses avances, elle s’enfuit avec tout son argent. Peer se dirige vers un asile au Caire, pendant que Solveig, en Norvège, se lamente et l’attend.

ACTE V
Sur le chemin du retour, Peer est surpris par la tempête. Encore capable d’un comportement monstrueux, il jette le cuisiner par-dessus bord pour se sauver lui-même. Coupable, il ne se montre pas encore auprès de Solveig.
Il passe la nuit à réfléchir à sa vie de débauche. Un faiseur de boutons, personnifiant la mort, lui annonce qu’avant le lever du soleil, il doit présenter une défense acceptable s’il veut vivre. Il est sauvé par l’amour que lui voue une Solveig vieillissante et presque aveugle.
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
Oylandoy
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 665
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Localisation : Angers
Contact :

Re: Grieg/Ibsen - Peer Gynt - Chalvin/Clarac-Deloeil - Limoges - 5/2017

Message par Oylandoy » 13 mai 2017, 13:13

J'ai publié ma critique dans le premier post.
Les photos sont de Thierry Laporte et Eric Bloch.
la mélodie est immorale
Nietzsche

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Igguk et 46 invités