Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8315
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Message par Bernard C » 28 avr. 2017, 00:03

in situ
Dernière reprise ( cette saison ) du Don Giovanni de Grandage avec une distribution toute différente et particulièrement intéressante au Met de NY .


La première reprise de l'automne ( http://www.odb-opera.com/viewtopic.php?p=293221#p293221 ) avait été déjà enthousiasmante , "transcendant" cette mise en scène assez banale , en tout cas devenue classique et vue à plusieurs reprises .


On y retrouve trois chanteurs de la création de 2011
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php?p=168804#p168804
(Kwiecien ,Rebeka ,Kocán )

Mais six ans après , les voix ont évolué et se sont épanouies chez ces trois là et le reste de la distribution est absolument époustouflant ( Meade , Leonard ,Polenzani , Schrott )
Reste le cas incertain de Placido Domingo à la baguette ...mais l'orchestre du Met dans Mozart n'est pas l'orchestre du LAO



Distribution:

Donna Anna : Angela Meade
Donna Elvira : Marina Rebeka
Zerlina : Isabel Leonard
Don Ottavio : Matthew Polenzani
Don Giovanni :Mariusz Kwiecien
Leporello : Erwin Schrott
Masetto : Jeongcheol Cha
Commendatore : Štefan Kocán

Production Michael Grandage
Chef d'Orchestre : Plácido Domingo


Je ne ferai plus de commentaire sur la production , mais je tacherai de rapporter mes impressions sur cette distribution le 6 mai 2017

Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3455
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Mozart-Don Giovanni-Domingo/Grandage- Met 04-05/17

Message par Stefano P » 28 avr. 2017, 08:46

On vit vraiment une époque formidable : Isabel Leonard qui chante Zerlina au Met et deux mois après Elvira à Aix... 8)
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12060
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart-Don Giovanni-Domingo/Grandage- Met 04-05/17

Message par PlacidoCarrerotti » 28 avr. 2017, 08:54

Stefano P a écrit :
28 avr. 2017, 08:46
On vit vraiment une époque formidable : Isabel Leonard qui chante Zerlina au Met et deux mois après Elvira à Aix... 8)
C'est un progrès. D'habitude à Aix, ils engagent une Barbarina pour les premiers rôles mozartiens.
Philippe Sly, en revanche, chantait Antonio (des Noces) à Baden-Baden en 2015.
Vous me direz, fort justement, pourquoi pas : Kaufmann a bien commencé avec Cassio à l'ONP.
Ce qui est sûr (et c'est une des raisons pour lesquels je ne vais plus à Aix), c'est qu'il y a rarement la bonne surprise de grandes voix : je n'ai jamais été scotché par un chanteur "inconnu" que le festival aurait découvert (même Mattei en DG) alors que ce ne doit pas être si compliqué que ça, pour un festival d'une telle renommée, d'attirer des jeunes talents.
J'ai souvent été catastrophé par les faiblesses des chanteurs mozartiens, a priori choisis sur leur physique.
Ça me rappelle ce que dit Bernard sur les salles américaines qui selon lui fourmille de talents qui ne demanderaient qu'à être exposés.
Bon, c'est du travail, aussi.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8315
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Mozart-Don Giovanni-Domingo/Grandage- Met 04-05/17

Message par Bernard C » 28 avr. 2017, 09:24

Stefano P a écrit :
28 avr. 2017, 08:46
On vit vraiment une époque formidable : Isabel Leonard qui chante Zerlina au Met et deux mois après Elvira à Aix... 8)
C'est une magnifique mozartienne et la voix prend une dimension absolument remarquable.
Sa prise de rôle l'automne dernier dans Adalgisa aux côtés de Radva à Toronto nous a enthousiasmés.

Je serais très excité et curieux si je le pouvais , l'entendre dans Elvira.
Ça peut être une révélation ( je peux même croire incroyable ) ( je suis fan de la qualité de son art , de sa musicalité mais aussi de l'ampleur qu'elle développe aujourd'hui avec une belle technique)
Bref c'est vous qui nous raconterez Aix.

Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3455
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Message par Stefano P » 04 mai 2017, 16:43

Tiens, j'ai vu qu'à la représentation d'hier soir, Kwiecien a été annoncé souffrant d'un rhume, puis finalement remplacé au milieu du premier acte par Michael Todd Simpson (très bon baryton), qui chante aussi en ce moment Carbon dans Cyrano.
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8315
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Message par Bernard C » 04 mai 2017, 17:02

Stefano P a écrit :
04 mai 2017, 16:43
Tiens, j'ai vu qu'à la représentation d'hier soir, Kwiecien a été annoncé souffrant d'un rhume, puis finalement remplacé au milieu du premier acte par Michael Todd Simpson (très bon baryton), qui chante aussi en ce moment Carbon dans Cyrano.
Je l'ai entendu une fois à SF , il y a déjà 3 ans , bon souvenir .

(il ne fait pas très beau à NY et on annonce des perturbations pour demain ....)
Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8315
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Message par Bernard C » 07 mai 2017, 05:02

Incroyable distribution pour un Mozart dirigé comme il y a cinquante ans.
J'y reviens
Bernard
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6462
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Message par MariaStuarda » 07 mai 2017, 05:43

Meade, Schrott, Polenzani et Kwiecien au top.
Le reste un cran en dessous.

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8315
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Message par Bernard C » 07 mai 2017, 06:07

MariaStuarda a écrit :
07 mai 2017, 05:43
Meade, Schrott, Polenzani et Kwiecien au top.
Le reste un cran en dessous.
Leonard la plus mozartienne du cast ; un style d'exception dans cette magnifique distribution même si ce vaisseau est bien grand pour les mozartiens.

Un certain déséquilibre Don Giovanni/ Leporello mais on ne va pas bouder son plaisir malgré la concurrence de ces deux formidables chanteurs.

La technique de Rebeka est aujourd'hui au top. Reste l'épineux et rédhibitoire souci d'un timbre depuis toujours très acide.

On peut dire que Cha et Kocán ont aussi été épatants dans leur rôle vocalement et théâtralement.
À cet égard cette reprise de fin de saison est bien plus travaillée au niveau du jeu mais aussi de la scénographie que la série de l'automne.
Les tempéraments des chanteurs ne sont pas les mêmes.
Il y a un gouffre entre Kwiecen et Keenlyside .

La seule note qui détonnait dans cette distribution c'est Domingo , qui sans être calamiteux nous a donné un DG sans rien qui dépasse d'un tempo lent et morne.
Dieu merci le génie des artistes d'exception à permis tout de même une soirée rare.

Bernard

Moi qui ne fréquente pas les bars j'ai passé une partie de l'entracte à chercher un quidam qui m'y avait donné rendez vous et qui est resté invisible :wink:
«Or les traits de ma peinture ne fourvoient point, quoi qu’ils se changent et diversifient. Le monde n’est qu’une branloire pérenne : toutes choses y branlent sans cesse (), et du branle public, et du leur. La constance même n’est autre chose qu’un branle plus languissant.»
Montaigne Essais III,2

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6462
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - Don Giovanni - Domingo/Grandage - New York - 04-05/2017

Message par MariaStuarda » 07 mai 2017, 14:12

Oui ce fût une belle soirée.
Côté dames, c'est bien sûr Meade qui a été fabuleuse. Quelle richesse de timbre, quelle puissance. etc aucun moment, son surpoids ne l'empêche même d'être une Anna tout à fait crédible scéniquement.
Je ne connaissais ni Leonard, ni Rebeka et avoue avoir apprécié la premiere par son style et son abattage mais avoir avoir trouvé son timbre assez commun.
J'avais lu ici même des choses plutôt flatteuses sur Rebeka. C'est la seule pour moi qui ait fait le job sans parvenir au niveau d'exception de ses collègues.
Mais, ces réserves ont été vite emportés par le reste. Schrott a séduit dés le premiers mesures par la beauté de son timbre et la composition de son personnage enlaidi et un peu benêt. Il fut parfait de bout en bout.
Kwiecien apparait du coup un peu en retrait face à ce Leporello de luxe mais se libère progressivement; son jeu est parfait et la scène de la fin magnifique.
Le commandeur manquait un peu de profondeur dans la voix pour effrayer qui que ce soit.
Quand à la direction de Domingo, elle est correcte dans le passages légers mais franchement faiblarde dans la scene finale ou on aurait aimé voir trembler les murs.
La mise en scene, classique, est agréable, enlevée, animée. Un vrai spectacle pour ces grands enfants que sont les New Yorkais qui n'ont cessé de rigoler à la moindre mimique de Erwin et d'être emportés par les nombreuses chassé-croisés de marivaudage. Peut être, comme la veille pour le Rosenkavalier, pourra t'on juste reprocher de n'avoir vu privilégier que la comédie au détriment de la profondeur et de la noirceur de l'oeuvre.

Ce soir, le clou du WE avec le défilé de stars du 5Oe anniversaire.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 40 invités