Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Représentations

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1689
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Lucas » 26 avr. 2017, 12:35

A noter que Dmitri Hvorostovsky chante divinement l'air de Mizguir dans cet enregistrement au titre un peu trompeur dans la mesure où le cycle de Moussorgsky n'occupe que la quart du CD. Les 3/4 restants sont consacrés aux grands airs pour barytons extraits des opéras russes de Rimski-Korsakov, Borodine, Rubinstein et Rachmaninov et c'est tout simplement sublime :

Image

Ange_de_feu
Alto
Alto
Messages : 341
Enregistré le : 24 mars 2009, 00:00

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Ange_de_feu » 26 avr. 2017, 12:52

PlacidoCarrerotti a écrit :
26 avr. 2017, 09:52
Lucas a écrit :
26 avr. 2017, 09:15
Stefano P a écrit :
26 avr. 2017, 09:09
L'étape suivante, c'est la réécriture de la partition et le refus du premier degré dans la musique elle-même ; à mon avis, on y viendra petit à petit... 8)
Avec Tcherniakov, on y est déjà avec la suppression du second acte polovtsien du Prince Igor donné au Met ou dans sa volonté d'imposer un contre-ténor dans Rousslan et Snegourotchka. Et comme par hasard, ce fut l'un de ses potes dans les deux cas : Yuri Minenko
Excellent !
Soyons précis: Mynenko n'était qu'un des deux contre-ténors dans Rouslan (puisqu'il y avait deux distributions) et pour Lel, il a remplacé Rupert Enticknapp à pied levé.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11720
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 26 avr. 2017, 13:52

quetzal a écrit :
26 avr. 2017, 11:32
Le public de L'Opéra de Paris ? Fastoche , pour revenir au sujet ...et à Tcherniakov.
C'est le jeu du pseudo paradoxe.
C'est à l'intensité de ses huées qu'on mesure le génie artistique et la renommée de ses metteurs en scène vedettes.

À ce titre Snegourochtka n'est qu'un demi succès.

Bernard
Je vais faire un super HS.

Dans une des aventures d'Iznogoud (sujet unique "devenir Calife à la place du Calife") sur des scénarios du génial Goscinny, le Grand Vizir achète des crayons de couleurs enchantés : il suffit de faire le dessin d'un objet ou d'une personne et, quand on déchire le papier, celui-ci disparaît.

Iznogoud entreprend donc le portrait du Calife, montre son dessin (raté) à son fidèle serviteur :

- Qu'en penses-tu ?
- Beurk ...
- Parfait ! Mon oeuvre est incomprise, donc géniale !

Bien entendu, la magie ne marche pas.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11720
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 26 avr. 2017, 14:03

Loïs a écrit :
26 avr. 2017, 10:43
je n'étais plus monté au poulailler depuis mes études à Londres (non Victoria n'était déjà plus là) et y suis remonté deux fois ces deux dernières saisons et je me serais cru après l'entracte dans un cinéma de quartier (ok à l'ENO c'est bien pire)
Donc Grubi chantait déjà ?
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8373
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par HELENE ADAM » 26 avr. 2017, 16:32

Je reprends avec des moyens plus commodes pour écrire :D
JdeB a écrit :
26 avr. 2017, 08:07
Et on se trouve évidemment devant l'habituel décalage entre ce que l'on entend et ce que l'on voit, dont certains spectateurs s’accommodent, mais qui me semble pour ma part toujours rédhibitoire
.

Tous les spectateurs s'en accommodent Stefano, par effet de mode, c'est Paris.
Je ne répète pas mais ce décalage entre ce qui est chanté et ce qu'on voit sur scène, est à son sommet dans la récente Tosca de...Baden Baden...ou dans le Parsifal de...Vienne...!
Dans cette Fille de neige (appelée obstinément "Fleur de neige" par le surtitre de l'ONP :roll: ), je ne vois vraiment rien d'équivalent... ni dans les remarques faites plus haut ni dans ce que j'ai vu. L'idée de Tcherniakov est à peu près la même que pour Iolanta surtout dans son très génial fondu-enchainé avec Casse Noisette l'an dernier.

Par ailleurs le public de Paris hue systématiquement les mises en scène modernes (à l'ONP comme au TCE d'ailleurs)...il me semble...je n'appelle pas cela "s'accommoder". Pour moi c'est plutôt le contraire, ce qui est snob et donc très parisien c'est de s'offusquer systématiquement de ce qu'on voit sur scène. Et de ne pas manquer de huer la mise en scène lors de la Première. Surtout si c'est Warli, Tcherniakov ou Bieito... :lol:
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8373
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par HELENE ADAM » 26 avr. 2017, 16:53

Ange_de_feu a écrit :
26 avr. 2017, 08:45
HELENE ADAM a écrit :
26 avr. 2017, 07:12
Ange_de_feu a écrit :
26 avr. 2017, 00:05
L'idée de Tcherniakov était de faire une production avec une distribution internationale, parce qu'il veut sortir les opéras de Rimski-Korsakov de leur niche exotique et les rendre une partie du grand répertoire.
?
C'est Tcherniakov qui a décidé de la distribution ? Tu es sûr de ce que tu avances là ? Ce serait très étonnant...
Si tu comprends le russe écrit, tu peux trouver la confirmation de ce que j'ai avancé dans cette interview:

http://ru.rfi.fr/kultura/20170418-dmitr ... naya-parti

Cette "Snégourotchka" était une idée de Tcherniakov et même s'il n'a pas décidé de la distribution, il a avancé quelques suggestions à Lissner qui les a évidemment bien accueillies.
Oui je lis le Russe également. Merci pour cet interview absolument passionnante : Tcherniakov se considère en effet investi d'une mission, faire découvrir l'opéra Russe au public occidental au delà de Eugène Onéguine et Boris Godounov. Il raconte d'ailleurs sa première difficile expérience à Amsterdam avec "La Légende de la ville invisible de Kitège et de la demoiselle Fevronia" et le manque d'enthousiasme qu'il a rencontré au départ avec une sorte d'incompréhension de ce monde des "contes de fée Russes" avec des pensées étranges et un rapport d'incompréhension face à la magie. Il a donc dû faire comprendre ce qu'il y avait de plus large (d'universel) dans le concept des contes Russes.
Ses considérants sur ce que représente "la fille de neige", conte qui puise ses racines dans d'ancestrales traditions païennes slaves dont Ostrovsky s'est inspiré pour écrire sa pièce, sont également passionnants. Ce qui me confirme le côté très Russe de ce metteur en scène et sa profonde compréhension de la culture de ses origines.
Dommage que l'on ne puisse pas tout traduire (ce serait un énorme boulot...) car cela donne une toute autre vision de Tcherniakov et de ses intentions que, personnellement, j'apprécie dans l'opéra Russe à chaque fois contrairement à beaucoup d'Odbiens. :wink:

PS : par ailleurs cela ne permet pas de dire que c'est Tcherniakov qui décide de la distribution à mon avis... c'est plutôt de la responsabilité de la direction musicale (tout comme les actes coupés ou remaniés, je pense...). Réponse à Lucas également à propos du choix du contre-ténor.
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Stefano P » 26 avr. 2017, 16:55

HELENE ADAM a écrit :
26 avr. 2017, 16:32
Par ailleurs le public de Paris hue systématiquement les mises en scène modernes (à l'ONP comme au TCE d'ailleurs)...il me semble...je n'appelle pas cela "s'accommoder". Pour moi c'est plutôt le contraire, ce qui est snob et donc très parisien c'est de s'offusquer systématiquement de ce qu'on voit sur scène. Et de ne pas manquer de huer la mise en scène lors de la Première. Surtout si c'est Warli, Tcherniakov ou Bieito... :lol:
Je ne pense pas que le clivage soit ici entre les anciens et les "modernes", malgré ce que certains peuvent penser ; je ferais plutôt la différence entre les mises en scène auto-centrées, où l'on se sert d'une œuvre pour rechercher systématiquement un effet de signature, en plaquant sur elle une esthétique et un système qui lui sont complètement étrangers, et les mises en scène qui laissent respirer l’œuvre, qui cherchent à l'éclairer, à la faire mieux comprendre.

Pour ma part, j'apprécie souvent des mises en scène dites "modernes" et je n'ai jamais considéré que l'idéal, c'était Zeffirelli ou Pizzi (qui peuvent avoir aussi leurs mérites, d'ailleurs). Je pense souvent à cette réflexion de Mario Monicelli à propos du cinéma de Nanni Moretti : "Quand je regarde l'une de ses œuvres, j'ai souvent envie de lui dire : Pousse-toi un peu, Nanni, et laisse-moi voir le film !". C'est un peu ce que l'on a envie de dire à Tcherniakov : "Pousse-toi un peu, Dmitri, et laisse-nous écouter l'opéra !"...
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8373
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par HELENE ADAM » 26 avr. 2017, 16:57

Stefano P a écrit :
26 avr. 2017, 16:55

Pour ma part, j'apprécie souvent des mises en scène dites "modernes" et je n'ai jamais considéré que l'idéal, c'était Zeffirelli ou Pizzi (qui peuvent avoir aussi leurs mérites, d'ailleurs). Je pense souvent à cette réflexion de Mario Monicelli à propos du cinéma de Nanni Moretti : "Quand je regarde l'une de ses œuvres, j'ai souvent envie de lui dire : Pousse-toi un peu, Nanni, et laisse-moi voir le film !". C'est un peu ce que l'on a envie de dire à Tcherniakov : "Pousse-toi un peu, Dmitri, et laisse-nous écouter l'opéra !"...
C'est ce que m'inspire Hermanis comme réflexion mais pas Tcherniakov du tout, dans l'opéra Russe au moins... au contraire :wink:
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Stefano P » 26 avr. 2017, 17:08

HELENE ADAM a écrit :
26 avr. 2017, 16:57
C'est ce que m'inspire Hermanis comme réflexion mais pas Tcherniakov du tout, dans l'opéra Russe au moins... au contraire :wink:
Hermanis, c'est très mystérieux, il y a l'exemple de La Damnation qui reste dans toutes les mémoires, mais à côté de ça, ses dernières mises en scène à la Scala étaient d'un classicisme presque embarrassant... On a l'impression qu'il s'adapte aux lieux : avec Lissner, je fais dans l'hermétique ; avec Pereira, je fais dans le classique... 8)
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 40 invités