Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Représentations
Ange_de_feu
Alto
Alto
Messages : 338
Enregistré le : 24 mars 2009, 00:00

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Ange_de_feu » 26 avr. 2017, 08:45

HELENE ADAM a écrit :
26 avr. 2017, 07:12
Ange_de_feu a écrit :
26 avr. 2017, 00:05
L'idée de Tcherniakov était de faire une production avec une distribution internationale, parce qu'il veut sortir les opéras de Rimski-Korsakov de leur niche exotique et les rendre une partie du grand répertoire.
Je trouve que l'idée a bien réussi dans le cas de Martina Serafin, très investie scèniquement, avec une prononciation qui n'est pas toujours idéale mais qui s'y approche assez souvent. Les aigus très vulgaires... boh, je ne m'en suis pas aperçu.
Le cas contraire, s'est Thomas Johannes Mayer avec une prononciation terrible et une vocalisation mauvaise.
Paster a la voix déjà un peu usée, mais dans le reste je l'ai trouvé excellent.
?
C'est Tcherniakov qui a décidé de la distribution ? Tu es sûr de ce que tu avances là ? Ce serait très étonnant...
L'investissement de Martina Serafin n'est pas en cause dans ma critique (quoique... elle en fasse un peu trop), uniquement ses aigus (que tu as aimés apparemment, mais, si j'ai bien compris, tu n'étais pas dans la salle ce qui peut modifier la perception d'une sonorité vocale).
Je n'ai pas non plus mis en cause la prononciation de Serafin même si elle est loin de l'idéal : on comprend son Russe mais la "musique" des phrases n'y est pas totalement loin de là.
Paster, que j'ai également classé (rapidement) dans les "acceptables" a effectivement une voix usée, nous sommes d'accord. Cela l'a conduit à quelques fausses notes.
Placido a répondu sur le choix du contre-ténor :D
Dans le cadre d'une distribution globalement déséquilibrée, c'était l'une des meilleures trouvailles :wink:

Je ne réponds pas à Bernard, il semble détenir une vérité universelle qui ne se discute pas et décide à la place des autres ce qu'ils connaissent et ne connaissent pas (bien qu'il reconnaisse quand même ne pas lire ni comprendre le ... Russe). Amusant :wink:
Si tu comprends le russe écrit, tu peux trouver la confirmation de ce que j'ai avancé dans cette interview:

http://ru.rfi.fr/kultura/20170418-dmitr ... naya-parti

Cette "Snégourotchka" était une idée de Tcherniakov et même s'il n'a pas décidé de la distribution, il a avancé quelques suggestions à Lissner qui les a évidemment bien accueillies.

Je n'étais pas dans la salle, effectivement. :)

Quant au phrasé, c'est Hawlata en Bermiata qui l'a raté complètement, et encore Mayer.
Chez Serafin, je ne dis pas que j'aie aimé ses aigus, mais que je ne me suis pas aperçu qu'ils étaient vulgaires. Là, tu es probablement plus exigeante que moi, comme aussi sur la prononciation. Moi, pour qui le russe est la langue maternelle, je le suis peut-être un peu moins après avoir travaillé avec des chanteurs sur la prononciation du russe. Quand même, parfois - pas toujours - j''aurais pu prendre Serafin pour une locutrice native.
Par principe, je suis contraire aux modifications des œuvres, mais je me laisse convaincre si une telle modification est réussie, ce qui a bien été le cas ici, à mon avis - et je n'aime pas particulièrement la voix de contre-ténor.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19527
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par JdeB » 26 avr. 2017, 08:47

moi non plus j'ai adoré Serafin.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19527
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par JdeB » 26 avr. 2017, 08:48

jmc a écrit :
26 avr. 2017, 08:34
JdeB a écrit :
26 avr. 2017, 08:26
Faustin l'a déjà vu 4 fois en salle m'a dit-il hier soir. Vas-tu le battre au final ?
Il en a une d'avance sur moi :sick: à ce jour, au final j'en aurais six fois pour un total de 335 € :wink: .
soit une seule place moyenne à Salzbourg.
Moi il faudrait me donner 335 euros pour que j'y retourne :lol:
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
jmc
Alto
Alto
Messages : 433
Enregistré le : 07 déc. 2008, 00:00
Localisation : Val de Marne
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par jmc » 26 avr. 2017, 08:51

JdeB a écrit :
26 avr. 2017, 08:48
jmc a écrit :
26 avr. 2017, 08:34
JdeB a écrit :
26 avr. 2017, 08:26
Faustin l'a déjà vu 4 fois en salle m'a dit-il hier soir. Vas-tu le battre au final ?
Il en a une d'avance sur moi :sick: à ce jour, au final j'en aurais six fois pour un total de 335 € :wink: .
soit une seule place moyenne à Salzbourg.
Moi il faudrait me donner 335 euros pour que j'y retourne :lol:
:ablow: sur ce coup là tu es trop cher pour moi.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1624
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Lucas » 26 avr. 2017, 08:51

Stefano P a écrit :
26 avr. 2017, 07:54
Pour le prologue et les trois premiers actes, c'est vrai, mais dans le dernier, on a l'impression que Tcherniakov se détourne de ses gimmicks pour prendre enfin au sérieux l'aspect merveilleux du livret : la forêt bruisse de mystère, les lumières feutrées pendant la rencontre entre la fille de Neige et la fée Printemps nous plongent au cœur d'un mystère que jusqu'alors la mise en scène refusait. A ce moment-là (après presque trois heures de spectacle tout de même), on perçoit quelque chose de la beauté de cette œuvre et de l'aspect envoûtant de cette musique.

Sinon, jusque là, Tcherniakov cède à ses vieux démons : la distanciation, la trivialité, le côté gros malin qui ne s'en laisse pas conter ; voir par exemple le prologue ou l'acte II avec le tsar ventripotent qui roupille pendant que Koupava lui expose ses griefs, du style, "on en a rien à foutre de ces fadaises, nous on est des modernes, des adeptes du second degré, on va pas se faire avoir par tout ce fatras folklorico-féérique". Et on se trouve évidemment devant l'habituel décalage entre ce que l'on entend et ce que l'on voit, dont certains spectateurs s’accommodent, mais qui me semble pour ma part toujours rédhibitoire.
Tout est dit. Tcherniakov au pays de Snégourotchka, c'est un peu Brice de Nice chez les Groseille : la vulgarité incarnée et la laideur, érigée en dogme. Et finalement, on ne peut sauver de ce naufrage qu'un dernier acte assez poétique.

Après un spectacle aussi calamiteux, peut-être serait-il temps de couper les cordons de la bourse de l'Opéra de Paris en divisant ses subventions publiques par deux. Au moins Lissner ne pourrait plus s'offrir Tcherniakov et se payer ainsi la gueule du contribuable-spectateur qui est le double dindon de la farce. Et puis cela permettrait de donner une bouffée d'air frais aux théâtres provinciaux scandaleusement négligés.

Ange_de_feu
Alto
Alto
Messages : 338
Enregistré le : 24 mars 2009, 00:00

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Ange_de_feu » 26 avr. 2017, 08:58

HELENE ADAM a écrit :
26 avr. 2017, 07:58
Stefano P a écrit :
26 avr. 2017, 07:54
Sinon, jusque là, Tcherniakov cède à ses vieux démons : la distanciation, la trivialité, le côté gros malin qui ne s'en laisse pas conter ; voir par exemple le prologue ou l'acte II avec le tsar ventripotent qui roupille pendant que Koupava lui expose ses griefs, du style, "on en a rien à foutre de ces fadaises, nous on est des modernes, des adeptes du second degré, on va pas se faire avoir par tout ce fatras folklorico-féérique". Et on se trouve évidemment devant l'habituel décalage entre ce que l'on entend et ce que l'on voit, dont certains spectateurs s’accommodent, mais qui me semble pour ma part toujours rédhibitoire.
Je n'ai pas le temps là de te répondre en détail mais je pense l'inverse à ce propos : la lecture que fait Tcherniakov des contes Russes est juste, la tradition Russe est justement de caricaturer les personnages importants pour conjurer la peur de leur pouvoir absolu (pareil pour les éléments de la nature effrayants). As-tu vu à ce propos la mise en scène de Pelly du Coq d'or du même Rimsky-Korsakov ? Tu as exactement la même idée concernant le tsar, les tsarévitchs etc..., idée profondément fidèle au folklore Russe.
Il faut préciser que, dans "Snégourotchka" telle que l'a conçue Ostrovski et, après lui, Rimski, cette conception du tsar n'y est pour rien. Ici, c'est le vieillard sage et bienveillant, loin de la caricature dont on s'approche dans le "Tsar Saltan" et qui est à son sommet dans "Le Coq d'or", comme tu remarques très justement.
Dit ceci, cela ne m'a pas empêché de me divertir vachement avec ce tsar ronflant.

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3054
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Stefano P » 26 avr. 2017, 09:09

PlacidoCarrerotti a écrit :
26 avr. 2017, 08:28
Voilà qui fait écho en moi à cette réflexion de Dominique Fernandez expliquant le succès du genre lyrique auprès d'un public jeune (on était dans les années 80). Il disait que c'était le dernier genre artistique à résister à la dérision et au second degré.
Parce que si on se met à rigoler de l'héroïne qui meurt, l'opéra est mort.
Oui, c'est très intéressant cette référence, et ça mériterait un long débat : la mise en scène d'opéra s'inscrit de plus en plus dans le courant actuel de la dérision généralisée et du ricanement obligatoire. Tcherniakov, c'est le vieux brechtisme réduit désormais à la caricature et la trivialité comme clé universelle de la lecture des œuvres. L'étape suivante, c'est la réécriture de la partition et le refus du premier degré dans la musique elle-même ; à mon avis, on y viendra petit à petit... 8)
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 7982
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par HELENE ADAM » 26 avr. 2017, 09:11

Je n'y retournerai pas non plus, pas à cause de l'oeuvre que j'aime beaucoup au contraire ni de la mise en scène qui est bien moins problématique que celle vue récemment avec Tosca à Baden Baden ou Parsifal a Vienne. Mon problème est d'abord et avant tout celui de la mauvaise distribution qui ne met pas en valeur l'oeuvre...
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1624
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Lucas » 26 avr. 2017, 09:15

Stefano P a écrit :
26 avr. 2017, 09:09
L'étape suivante, c'est la réécriture de la partition et le refus du premier degré dans la musique elle-même ; à mon avis, on y viendra petit à petit... 8)
Avec Tcherniakov, on y est déjà avec la suppression du second acte polovtsien du Prince Igor donné au Met ou dans sa volonté d'imposer un contre-ténor dans Rousslan et Snegourotchka. Et comme par hasard, ce fut l'un de ses potes dans les deux cas : Yuri Minenko

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3054
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Rimski-Korsakov - La Fille de Neige - Tatarnikov/Tcherniakov - ONP - 04-05/2017

Message par Stefano P » 26 avr. 2017, 09:20

HELENE ADAM a écrit :
26 avr. 2017, 09:11
Je n'y retournerai pas non plus, pas a cause de l'oeuvre que j'aime beaucoup au contraire ni de la mise en scène qui est bien moins problématique que celle vue récemment avec Tosca a Baden Baden ou Parsifal a Vienne. Mon problème est d'abord et avant tout celui de la mauvaise distribution qui ne met pas en valeur l'oeuvre...
Est-ce qu'il est totalement exclu (je ne veux pas spéculer sur les nombreuses défections qui ont marqué cette production) que certains chanteurs commencent à en avoir ras-la-casquette de ce que certain(s) metteur(s) en scène veulent leur imposer et qu'ils soient dérangés par rapport à ce qu'on leur demande d'incarner ? Après tout, pour bien chanter, il faut aussi être à l'aise dans son personnage et l'image qu'on en donne au public (ce qui expliquerait que l'on soit parfois obligé de se rabattre sur des deuxièmes (voire troisièmes) choix...).
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 20 invités