Musique à la Chapelle Sixtine.Tallis Scholars. P.Philips. Rouen le 15.03.17

Représentations
Répondre
Avatar du membre
pingpangpong
Ténor
Ténor
Messages : 917
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Musique à la Chapelle Sixtine.Tallis Scholars. P.Philips. Rouen le 15.03.17

Message par pingpangpong » 17 mars 2017, 16:42

Musique à la Chapelle Sixtine
G.P Palestrina Missa "Assumpta est Maria"
C .de Morales Regina Caeli
G.P Palestrina Missa "Ecce Ego Johannes"
C.Festa Quam Pulchra es
Carpentras Lamentations
G.P Palestrina Missa Papae Marcelli
G.Allegri Miserere
G.P Palestrina Missa "Confiteor tibi Domine"
A.Campkin Miserere mei
J.Desprez Inter Natos Mulierum
G.P Palestrina Missa Brevis

The Tallis Scholars
Direction Peter Philips


On se saurait être mieux servi, dans ce répertoire de la Renaissance, que par l'ensemble des Tallis Scholars fondé en 1973 par Peter Philips, ensemble choral fameux qui, puisant ses membres parmi les choeurs d'Oxford et Cambridge, vit éclore de talentueux chanteurs tels Mark Padmore, Michael Chance ou John Mark Ainsley.

Parmi les cent-quatre messes que composa Palestrina, le chef fondateur des Tallis Scholars, Peter Philips, a extrait les différentes parties permettant de créer une messe complète depuis le Kyrie jusqu'à l'Agnus Dei, et en y intercalant d'autres pièces pour choeur a capella ayant été jouées à la Chapelle Sixtine.

La plus célèbre, le Miserere d'Allegri, est sans doute aussi la plus à même d'exalter la beauté de ces voix mises à nu.
Gregorio Allegri est passé à la postérité avec son Miserere, porté aux nues sous les voûtes de la Chapelle Sixtine. Il faut dire que les effets vocaux, basés sur la technique du faux-bourdon, agrémentés d'ornements apocryphes, élèveraient l'âme de l'auditeur le plus rétif.
Les aigus aériens de la soprano Amy Haworth planant au-dessus des différentes voix disséminées en trois points de la Chapelle Corneille, la propagation du son vers des hauteurs paraissant infinies, caractérisent la qualité d'interprétation de cette pièce dont les Tallis se sont faits les champions dans le monde entier, excepté en Antarctique aiment-ils à préciser !

Les autres compositeurs au programme, dont le contemporain Alexander Campkin avec son Miserere mei en création, parfaitement intégré à l'ensemble, ne sont pas moins bien servis par ces artistes, qu'ils soient à quatre, huit ou dix, aux voix ductiles, à la pureté idéale et idéalement mise en valeur en ce lieu.

La perfection est bien le mot qui vient à l'esprit lorsque le concert s'achève, en guise de bis, sur un motet de Monteverdi.

E.Gibert
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités