Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Tournée 03/2017

Représentations
Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 2884
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Toulouse 15/03/2017

Message par Stefano P » 18 mars 2017, 12:46

Lucas a écrit :
18 mars 2017, 11:46
Enfin, outre Eugène Onéguine et La dame de Pique qui sont bien connus, les opéras de Tchaïkovski à réhabiliter en priorité sont, à mon avis, Mazeppa, Iolanta et, dans une moindre mesure, L'enchanteresse
Iolanta est quand même maintenant bien connu, et très souvent joué...
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1597
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Toulouse 15/03/2017

Message par Lucas » 18 mars 2017, 14:48

Stefano P a écrit :
18 mars 2017, 12:46
Lucas a écrit :
18 mars 2017, 11:46
Enfin, outre Eugène Onéguine et La dame de Pique qui sont bien connus, les opéras de Tchaïkovski à réhabiliter en priorité sont, à mon avis, Mazeppa, Iolanta et, dans une moindre mesure, L'enchanteresse
Iolanta est quand même maintenant bien connu, et très souvent joué...
Certes mais je ne suis pas certains que de nombreux mélomanes l'aient dans leur discothèque surtout dans la version Delman qui avait été plébiscitée dans "Répertoire" avec le jeune Tarachenko, aux nuances infinitésimales et capté en tout début de carrière (1989 : il faut en profiter car la voix déclinera très vite) et Ekaterina Kudriavchenko, soprano inconnue dont la luminosité du timbre renvoie toute la concurrence (y compris Netrebko ou Gorchakova) aux oubliettes.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 7786
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Toulouse 15/03/2017

Message par HELENE ADAM » 18 mars 2017, 17:41

RV a écrit :
18 mars 2017, 11:31
J'ai été très impressionné par la qualité de l'orchestre et des choeurs et j'ai fait quelques belles découvertes à côté d'Anna Smnirnova et d'Oleg Dolgov. Tous les chanteurs étaient bons mais je retiendrais plus particulièrement Igor Golovatenko que je reverrais avec plaisir. Beaucoup de chanteurs étaient jeunes, voire très jeune comme Bogdan Volkov. Bref, j'attends avec impatience de revoir le Bolchoï dans un autre répertoire.
PS1. J'ai remarqué que plus une oeuvre musicale se termine sur un mode forte, plus les applaudissements sont fournis!
PS2. Je comprends que l'on ait pu apprécier l'oeuvre.
Au delà de l'oeuvre elle-même qui n'est sans doute pas la meilleure de Tchaikovski, je crois qu'hier nous avons surtout assisté à une interprétation exceptionnelle pour plusieurs raisons

- d'abord la direction très inspirée de Sokhiev que je voyais diriger de face, étant à l'arrière scène, avec un souci du détail dans une oeuvre assez dense, surveillant tout son petit monde avec passion et attention, empêchant là les violoncelles de couvrir la voix de l'ange, ici plaçant son orchestre sous contrôle pour permettre à Lionel de développer un chant d'une finesse et d'une beauté inoubliable, donnant le signal aux trompettes et trombones placées tout en haut de l'arrière scène tout en surveillant le départ des choeurs, le sol de flûte, les parties de harpe, bref il révélait un amour de l'énorme partition (un bouquin dont il tournait fiévreusement les pages en s'essuyant le front) et une connaissance musicale millimétrée.

- mais il faut aussi souligner son utilisation géniale de l'acoustique de la Philharmonie qui révèle alors toutes ses fabuleuses capacités : disposition des chanteurs à mi chemin de l'orchestre, à gauche et à droite, par deux, par trois, l'ange toujours dans le fond de l'orchestre près des choeurs, trompettes, trombone et orgue tout en haut, choeur au fond, violoncelles occupant le parterre jusqu'au chef, bref une intelligence qui a du demander pas mal de préparation et que je n'avais encore vu dans cette salle, à ce point, que de la part de Harding pour ses scènes de Faust, et de Adams pour son "el Nino". Admirative et encore sous le choc d'avoir eu l'impression d'être en plein milieu de l'orchestre...

- enfin, comme tu le dis, les chanteurs sont exceptionnels. Le Bolchoi nous cache des trésors de jeunes talents tous plus incroyables les uns que les autres. Je partage tes "mentions spéciales" concernant Smirnova, Dolgov ou Golovatenko ou le très jeune, très talentueux (et très beau) Volkov mais ils étaient tous impressionnants et "l'ange" de la jeune soprano Marta Danusevich m'a bouleversée à plusieurs reprises.

PS : à propos du jeune ténor Bogdan Volkov, notons que l'oreille attentive et connaisseuse de plusieurs Odbiens l'avait déjà remarqué : en Edmondo dans un Manon Lescaut du Bolchoi il y a quelques mois (avec Netrebko dans le rôle titre), comme deuxième prix du concours Operalia 2016 ou lors du concours les Mozart de l'opéra en 2015. Il sera Lenski (mmmmmhhhh) à Aix cet été (direction Tugan Sokhiev à nouveau, orchestre du Bolchoi et...cerise sur le gâteau, Igor Golovatenko dans le rôle titre...)
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Zarmo
Messages : 22
Enregistré le : 26 août 2015, 14:40

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Tournée 03/2017

Message par Zarmo » 18 mars 2017, 17:44

Une soirée d'anthologie avec un Tugan Sokhiev qui insuffle une tension à chaque instant, un plateau vocal éblouissant et qui démontre aussi, que quand les voix sont des vraies voix, qui plus est intelligemment placées à coté du choeur, lui aussi magnifique, la PP n'est pas la mauvaise salle que l'on dit parfois. Car oui je suis d'accord avec Helène Adam cette salle une fois maîtrisée, pour un peu qu'on se donne la peine de réfléchir (ce que ne fait manifestement pas l'orchestre de Paris) et de chercher, peut sonner, en présence de bons musiciens, comme un vrai bijou.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 7786
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Tournée 03/2017

Message par HELENE ADAM » 18 mars 2017, 17:45

Photo site Philharmonie où l'on voit un peu la disposition : robe blanche de Smirnova partie gauche de l'orchestre, à l'arrière près des choeurs, robe blanche de l'ange, à côté le clavier de l'orgue également blanc, on distingue moins les chanteurs tout en noir.

Image
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Verdiprati
Alto
Alto
Messages : 453
Enregistré le : 09 août 2004, 23:00

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Tournée 03/2017

Message par Verdiprati » 20 mars 2017, 02:44

Oui, soirée mémorable.
La direction grandiose et solide de Sokhiev ne manque pas d'intensité lyrique et émotionelle, jamais empâtée et toujours transparente. Plus « rationnel » que Gergiev, plus précis que Vedernikov.
La véritable voix d'airain de Smirnova impressionne. Emission très saine, aigus jamais criards, aucun vibrato désagréable, intonation précise, timbre clair et incandescent pour la mezzo.
Je n'ai pas de repère in vivo pour l'interprétation du rôle de La Pucelle, donc je ne sais pas s'il est possible de le chanter d'une manière un peu plus sensible et nuancée, mais Smirnova ne connait aucune chute de tension émotionnelle.
Deux autres bonnes soprani.
Côté hommes, le temps est définitivement révolu où avant la chute du mur l'équipe de l'Est comme Théâtre Maly ( Malegot, auj. Mikhailovsky ), second opéra de « Leningrad » après Le Marinsky nous a stupéfiés jusqu'aux tout petits rôles au TCE.
Grâce à Sokhiev, au choeur excellent, à l'orchestre motivé et à Smirnova je ne me suis pas un instant ennuyé avec cette œuvre pourtant réputée inégale.
Et quel plaisir d'entendre la scène du couronnement à Reims avec le vrai orgue !
Oui « soirée exceptionnelle », épithète à laquelle je n'ai jamais pensé pour Simon Boccanegra de dimanche dernier...

RV
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 196
Enregistré le : 28 mars 2005, 23:00

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Tournée 03/2017

Message par RV » 20 mars 2017, 10:04

J'ai oublié de mentionner un moment de grâce inoubliable, le choeur d'hommes seuls du 2ème acte (je crois).

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 7786
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Tournée 03/2017

Message par HELENE ADAM » 20 mars 2017, 10:10

Verdiprati a écrit :
20 mars 2017, 02:44
Oui, soirée mémorable.
Et quel plaisir d'entendre la scène du couronnement à Reims avec le vrai orgue !
Oui « soirée exceptionnelle », épithète à laquelle je n'ai jamais pensé pour Simon Boccanegra de dimanche dernier...
Cet orgue était en effet un pur moment de grâce absolue, c'est quand même l'un des atouts maitres de cette salle exceptionnelle, que d'avoir ce superbe instrument que j'avais entendu lors du concert qui '-l'inaugurait et qui, vendredi, déployait littéralement ses trésors acoustiques (jeu des volets se refermant pour étouffer le son sur la dernière mesure et donner l'impression d'un éloignement progressif ...)
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
Snobinart
Baryton
Baryton
Messages : 1819
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00
Localisation : Paris 19
Contact :

Re: Tchaïkovski - La Pucelle d’Orléans vc - Bolchoï / Sokhiev – Toulouse 15/03/2017

Message par Snobinart » 20 mars 2017, 12:16

HELENE ADAM a écrit :
18 mars 2017, 17:41
- mais il faut aussi souligner son utilisation géniale de l'acoustique de la Philharmonie qui révèle alors toutes ses fabuleuses capacités : disposition des chanteurs à mi chemin de l'orchestre, à gauche et à droite, par deux, par trois, l'ange toujours dans le fond de l'orchestre près des choeurs, trompettes, trombone et orgue tout en haut, choeur au fond, violoncelles occupant le parterre jusqu'au chef, bref une intelligence qui a du demander pas mal de préparation et que je n'avais encore vu dans cette salle, à ce point, que de la part de Harding pour ses scènes de Faust, et de Adams pour son "el Nino". Admirative et encore sous le choc d'avoir eu l'impression d'être en plein milieu de l'orchestre...
C'était le cas aussi pour le Paradis et la Péri cette année. C'est le bon endroit où placer les chanteurs dans cette salle, ça ne règle pas tous les problèmes mais au moins on les entend.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 35 invités