Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8442
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par HELENE ADAM » 14 mars 2017, 09:28

Trompe-la-Mort

Création mondiale, oeuvre de 2017 de Luca Francesconi.

Stéphane Lissner avait à coeur dans le cadre de son mandat à l'ONP, de promouvoir de nouvelles oeuvres basées sur la littérature française. Trompe-la-Mort est donc une commande qu'il a passée au compositeur Italien Luca Francesconi que nous entendrons pour la première fois à l'opéra Garnier, hier le 13 pour l'avant-première jeune, et jeudi 16 mars pour la Première.
C'est une femme, la chef d'orchestre Finlandaise Susanna Mälkki qui dirigera l'oeuvre. Distribution très francophone (et brillante) pour un livret en Français.
(je signale aux amateurs de Strauss - dont je suis d'ailleurs :wink: - qu'elle dirigera également un concert à Garnier le 6 avril où figurera "Also sprach Zarathustra" et d'autres oeuvres passionnantes d'ailleurs et qu'il reste des places !).

Musique Luca Francesconi
Livret Luca Francesconi
D'après Honoré de Balzac


Direction musicale : Susanna Mälkki
Mise en scène : Guy Cassiers

Vautrin / Trompe-la-mort / Jacques Collin : Laurent Naouri
Esther : Julie Fuchs
Lucien de Rubempré : Cyrille Dubois
Le Baron de Nucingen : Marc Labonnette
Asie : Ildikó Komlósi
Eugène de Rastignac : Philippe Talbot
La Comtesse de Sérizy : Béatrice Uria-Monzon
Clotilde de Grandlieu : Chiara Skerath
Le Marquis de Granville : Christian Helmer
Les Espions :
François Piolino
Rodolphe Briand
Laurent Alvaro

Costumes Tim Van Steenbergen
Dramaturgie Erwin Jans
Vidéo Frederik Jassogne
Chef des Choeurs : Alessandro Di Stefano
Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

Surtitrage en français et en anglais

Diffusion ultérieure sur France Musique.
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Miranna
Messages : 12
Enregistré le : 01 nov. 2016, 00:26

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par Miranna » 14 mars 2017, 12:24

Vu hier en avant-première jeune et l'accueil a été assez froid. C'est la première fois que je vois autant de gens partir en plein milieu : nous étions en balcon au premier rang et de là j'ai vu 6 personnes sortir, plus d'autres derrières.
De même, d'habitude j'ai l'impression que le public des avant premières jeunes applaudis souvent dans les moments de silence, là il n'y avait rien (peut être dû à ce type d'œuvre?).

Je posterai mon avis plus tard, mais je me demande s'il est vraiment pertinent de proposer ce genre d'œuvre dans la sélection des séances spécial jeunes : c'est bien de pouvoir découvrir des spectacles en avant-première mondiale et j'en suis reconnaissante, mais je doute très fortement que cela amène des jeunes à aimer l'opéra s'il n'y connaissent pas grand chose, ça pourrait même avoir l'effet inverse.

Quelqu'un qui était là hier soir as-t-il un avis différent sur la question?

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11766
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par PlacidoCarrerotti » 14 mars 2017, 12:29

Trompe-le-mort peut-être, mais pas Trompe-l'ennui, c'est ça ;-) ?
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8442
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par HELENE ADAM » 16 mars 2017, 11:26

Pour ne pas se perdre dans l'histoire ce soir, voilà un résumé fait par Laurent Naouri pour le site d'Olyrix

http://www.olyrix.com/articles/producti ... e-scenario
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Efemere
Baryton
Baryton
Messages : 1662
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par Efemere » 16 mars 2017, 18:01

Quel type de musique est-ce ?
(Quelqu'un m'a dit il y a qq mois qu'il trouvait l'œuvre « prétentieuse » au vu de la partition).

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3468
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par Stefano P » 16 mars 2017, 19:02

Efemere a écrit :
16 mars 2017, 18:01
Quel type de musique est-ce ?
Le type où il faut vraiment s'accrocher ; comme dit l'autre, c'est une musique qui se mérite... 8)
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8442
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par HELENE ADAM » 16 mars 2017, 23:37

Stefano P a écrit :
16 mars 2017, 19:02
Efemere a écrit :
16 mars 2017, 18:01
Quel type de musique est-ce ?
Le type où il faut vraiment s'accrocher ; comme dit l'autre, c'est une musique qui se mérite... 8)
Mais non :lol:
Ce n'est pas plus difficile que la musique de Schonberg, celle de Adès, de Adams, de Reimann ou d'Escaich pour citer des compositeurs lyriques de la même veine musicale.
Joli succès ce soir pour la Première, mise en scène très applaudie à juste titre, ainsi que la Chef d'orchestre, tous les chanteurs, et surtout Laurent Naouri et Cyril Dubois, souverains tous les deux, et le compositeur, Luca Francesconi, qui avait l'air ému d'être autant félicité par une salle visiblement contente.
Je reviendrai dans les détails sur cette création mondiale intéressante à plus d'un titre et superbement exécutée.

Quelques photos pour la beauté visuelle
© Kurt Van Der Elst/OnP

Image

Image

Image
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Asvo
Ténor
Ténor
Messages : 849
Enregistré le : 05 févr. 2011, 00:00
Contact :

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par Asvo » 17 mars 2017, 00:21

HELENE ADAM a écrit :
16 mars 2017, 23:37
Mais non :lol:
Ce n'est pas plus difficile que la musique de Schonberg, celle de Adès, de Adams, de Reimann ou d'Escaich pour citer des compositeurs lyriques de la même veine musicale.
Euuuh... j'avoue mon inculture dans le répertoire contemporain mais entre Moses und Aron, The Tempest et Nixon in China il n'y a rien à voir non ?

Une soirée où, pour être honnête, je me suis quand même un peu ennuyé, victime durant le deuxième Acte du paradoxe de Zénon : on regarde sa montre, il reste une heure. Puis on la regarde, pensant qu'une autre heure est passée et que l'opéra touche à sa fin, et en fait il reste une demi-heure. Puis on la regarde, pensant que la demi-heure restante est passée, et il reste un quart d'heure...

Non pas que la musique de Luca Francesconi soit incompréhensible. Il y a de très beaux passages (notamment les airs d'Esther, vraiment très touchants, ou les passages "Bouffe" du Baron de Nucingen), c'est très lyrique la plupart du temps, et même si j'ai assez souvent eu du mal avec la prosodie (certains mots coupés complètement dans la ligne de chant, qui ridiculisent le propos plus qu'autre chose), force est de reconnaître qu'on a de la musique théâtrale et avec une vraie recherche esthétique.

Non, là où mon petit esprit a été complètement perdu, c'est dans ce livret, et cette mise en scène ! Francesconi raconte dans Telerama que "L’enjeu de Trompe-la-mort, c’est la restauration d’un pacte narratif qui a été perdu par l’avant-garde. Je prends la responsabilité de raconter une histoire, en la mettant quatre fois en abîme, sur quatre niveaux"
Le premier niveau consiste en un monde de l’apparence, occupé par la vie sociale, les salons. Le deuxième niveau abrite la vie cachée des rapports intimes, les machinations inavouables. Il est la vie de la coulisse. Le troisième niveau fonctionne différemment : c’est le voyage initial d’Herrera et de Lucien en calèche, qui vient s’insérer tout au long de l’opéra comme un flash-back intermittent, créant une sorte de court-circuit temporel. Le quatrième niveau, lui, est constitué du sous-sol, force chthonienne d’où tout provient implacablement, force obscure, mystérieuse, énergie des dessous : les sous-sols du théâtre lui-même. Une matière incandescente.
Bah, non préparé comme j'étais, je n'ai pas trouvé cela si clair : si l'opposition vie sociale/rapports entre Herrera et Lucien est visible, j'ai été hermétique à cette mise en scène sclérosée dans des concepts. Ces lumières blanches sur fond noir représentant un repère orthonormé et une grille, ces panneaux coulissants qui m'ont insupporté lorsqu'on les a vu défiler pour la 45ème fois (les "décors" sont représentés par des panneaux/écrans verticaux qui montent et qui descendent en permanence), tout ceci m'a ou ennuyé ou énervé. Énervé parce que je me suis senti stupide de ne pas saisir ce que je voyais. Alors que les aspects "traditionnels" de la mise en scène m'ont plu et m'ont semblé coller à la musique : en fait j'aurais voulu du Zeffirelli pendant 2h.

Du coup je me suis essentiellement mis à écouter les voix. Et c'est assez remarquable ! Laurent Naouri est à l'aise dans un rôle qui vient beaucoup tirer l'aigu, au chant noir même dans le registre haut, à l'adéquation naturelle au personnage. Idem pour Julie Fuchs, à la belle ligne de chant, assez éthérée, qui m'a même donné envie d'applaudir au milieu de l'opéra. De manière générale, le plateau vocal est de très haute volée.

En me relisant, je me rends compte que je n'apporte rien à la compréhension de l'oeuvre ou de la musique que je viens d'écouter. L'indigence de mon propos et ma mauvaise humeur s'expliquent sûrement par une seule et même chose : 2h15 à l'amphithéâtre de Garnier, sans entracte, c'est pas humain.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8442
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par HELENE ADAM » 17 mars 2017, 07:19

Asvo a écrit :
17 mars 2017, 00:21
HELENE ADAM a écrit :
16 mars 2017, 23:37
Mais non :lol:
Ce n'est pas plus difficile que la musique de Schonberg, celle de Adès, de Adams, de Reimann ou d'Escaich pour citer des compositeurs lyriques de la même veine musicale.
Euuuh... j'avoue mon inculture dans le répertoire contemporain mais entre Moses und Aron, The Tempest et Nixon in China il n'y a rien à voir non ?

Entre Idomeneo de Mozart et La Walkure de Wagner non plus, c'est pourtant ce qu'on appelle la musique classique. Les oeuvres que tu cites relèvent toutes de la musique contemporaine, qui casse certaines règles de la musique classique, d'où sa réputation de difficulté à laquelle je me contentais de répondre. J'ai cité les compositeurs dont on parle régulièrement sur ODB ni plus ni moins.
On peut écouter par ailleurs toutes sortes d'oeuvres de Francesconi pour se faire une idée précise.
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8442
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Francesconi-Trompe-la-Mort-Mälkki/Cassiers-ONP-03-2017

Message par HELENE ADAM » 17 mars 2017, 07:21

Asvo a écrit :
17 mars 2017, 00:21

En me relisant, je me rends compte que je n'apporte rien à la compréhension de l'oeuvre ou de la musique que je viens d'écouter. L'indigence de mon propos et ma mauvaise humeur s'expliquent sûrement par une seule et même chose : 2h15 à l'amphithéâtre de Garnier, sans entracte, c'est pas humain.
Pas vu passer le temps :lol:
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 18 invités