Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

Représentations
Avatar du membre
philopera
Ténor
Ténor
Messages : 711
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

Message par philopera » 13 mars 2017, 19:00

RV a écrit :
13 mars 2017, 18:33
@Philopera. Dans ces conditions on reste chez soi à écouter les interprétations historiques et on ne perd pas son temps à voir et écouter des chanteurs contemporains qui n'arriveront pas à la cheville de leurs illustres devanciers.
Pas faux...c'est un peu ce que je me disais hier soir...j'étais très content d'être là mais finalement à quoi bon quand on est aussi handicapé et envahi que moi par les références historiques? si j'étais moins paresseux j'irai à la découverte d’œuvres inconnues plutôt que d'aller entendre une 52 eme fois la Traviata. Merci pour ce moment de psychothérapie :akuma:

RV
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 179
Enregistré le : 28 mars 2005, 23:00

Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

Message par RV » 13 mars 2017, 20:00

@Omega: Je ne peux m'empêcher de citer Blaise Pascal:
"Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours ; ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt : si imprudents, que nous errons dans les temps qui ne sont pas nôtres, et ne pensons point au seul qui nous appartient ; et si vains, que nous songeons à ceux qui ne sont plus rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent, d’ordinaire, nous blesse... Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé et à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent ; et, si nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin : le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais."

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 2694
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

Message par Stefano P » 13 mars 2017, 22:43

RV a écrit :
13 mars 2017, 20:00
@Omega: Je ne peux m'empêcher de citer Blaise Pascal:
Mouais, quand on a dans les neurones Origène, Plotin ou Augustin d'Hippone, votre Blaise Pascal, c'est vraiment de la roupie de sansonnet... 8)
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

RV
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 179
Enregistré le : 28 mars 2005, 23:00

Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

Message par RV » 13 mars 2017, 23:03

Mouais, ces auteurs anciens ne connaissaient ni l'opéra, ni les ODBiens alors que Blaise Pascal a pu voir des opéras de Lully et observer les ancêtres des ODBiens se lamentant de ce que les chanteurs n'étaient plus ce qu'ils étaient. "Nous rappelons le passé pour l'arrêter comme trop prompt...."

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 2694
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

Message par Stefano P » 14 mars 2017, 07:10

RV a écrit :
13 mars 2017, 23:03
Blaise Pascal a pu voir des opéras de Lully
Des ballets peut-être, mais pour les opéras, les dates rendent la chose fort improbable...
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
Adalbéron
Ténor
Ténor
Messages : 583
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51
Localisation : Paris

Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

Message par Adalbéron » 14 mars 2017, 19:27

Beaucoup de choses ont déjà été dites, mais je me permets d’apporter quelques détails et compléments.

Ludovic Tézier fut un Boccanegra éblouissant. Bien que des signes de fragilité vocale inquiétants se soit manifestés dans le Prologue, les trois actes suivants ont vu s'épanouir un Boccanegra noble, tendre ou autoritaire selon les circonstances. Si le chanteur demeure quelque peu rigide et sérieux, ne changeant physiquement pas d'attitude selon les scènes, sa musicalité et son sens du texte lui permettent de proposer un Boccanegra pleinement incarné, nuançant à la perfection chacune de ses interventions. Tout ceci, allié à son sens du legato, sa puissance vocale et l’homogénéité de la tessiture, en fait un des plus grands barytons Verdi de notre temps, et il devrait être sur scène un Boccanegra proche de la perfection.
L’Amelia de Sondra Radvanovsky est assez iconoclaste. Elle apporte une profondeur dramatique au personnage (son timbre nous plonge dans l’espace du mythe), tandis qu’on a l’habitude d’entendre dans ce rôle des sopranos plus lyriques et juvéniles. Son air d’entrée à ce titre manquait d’une certaine légèreté candide, par rapport à ce qu’on peut avoir l’habitude d’entendre. Curieusement, j’ai remarqué que le rôle est assez grave au premier acte, et qu’elle n’était pas par conséquent toujours très à l’aise dans le bas médium et les graves qu’elle ne poitrinait pas. Mais vous imaginez bien que je pinaille ! Cette voix ! Cette voix !! Ces aigus filés qui vous font brûler les yeux de larmes, ces aigus vaillants qui vous déchirent la poitrine en deux et cette musicalité toujours exceptionnelle ! Certainement pas la plus grande Amelia de tous les temps, mais l’Amelia d’une des plus grandes chanteuses qui soit (une des plus grandes parmi celles qui furent également).
Parfait Fiesco de Vitalij Kowaljow. Ghiaurov n’a qu’à bien se tenir ! À l’aise sur toute la tessiture du rôle, incarnant avec autorité un Fiesco passionné et déchiré, de sa somptueuse voix il livre là une interprétation exemplaire du rôle. Bluffant de puissance également (mes oreilles s’en souviennent —le son de la voix de Radva au moins, lui, ne saturait pas :wink:).
Très beau Gabriele Adorno de Ramón Vargas, chanteur extrêmement touchant et salué à la fin de son air du II, parfaitement exécuté, par une acclamation méritée. Si la voix est un peu maigre dans les aigus et le timbre un peu moins frais que ce que j’ai pu entendre dans des enregistrements du passé, il faut bien dire que l’interprétation est d’un style d’une très grande justesse et d’une immense musicalité.
Magnifique Paolo de André Heyboer, que je ne connaissais qu’en Zurga (entendu en enregistrement) et que j’ai trouvé incroyablement métamorphosé. Le timbre est beau et l'incarnation juste ! Bravo !

Direction un tout petit peu décevante de l’également très touchant Pinchas Steinberg, même si ce que fait l’Orchestre Philharmonique de Montecarlo est impeccable (un peu borderline à la fin du Prologue, mais ça a fait son effet). Plus de contrastes —de noirceur ou de légèreté suivant les scènes — auraient peut-être permis un plus grand dynamisme dramatique. Mais tout était déjà très bien exécuté. L’hédoniste que je suis à peut-être été un peu frustré de ne pas pouvoir se délecter à loisir de la belle orchestration de Verdi dans cette œuvre (magnifiques clarinettiste et bassoniste au passage !). [Pourquoi, d'ailleurs, les chefs ont-ils en général plutôt peur de faire sonner les cloches à la fin du prologue ? Les doubles croches sont écrites ! Le martèlement des cloches dans l’enregistrement d’Abaddo (studio et live) est d’un effet incroyable — digne de Mahler :mrgreen:].
Bon Chœur de l’Opéra de Montecarlo.


J'ai entendu des choses drôles à la sortie (mais c'est ce que tout le monde pense tout bas :lol:) :
    « C'est quand même un peu farfelu comme histoire !
    — Ah mais tu ne connais pas encore
    La Force du destin ! »

    « C'est drôle, c'est moins tsouing tsouing badamoum que d'habitude pour du Verdi ! »
    "Songe bien, oui, songe en combattant qu'un oeil noir te regarde, et que l'amour t'attend."Carmen

    Avatar du membre
    Stefano P
    Basse
    Basse
    Messages : 2694
    Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

    Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

    Message par Stefano P » 14 mars 2017, 20:29

    Adalbéron a écrit :
    14 mars 2017, 19:27
    J'ai entendu des choses drôles à la sortie (mais c'est ce que tout le monde pense tout bas :lol:) :
    « C'est drôle, c'est moins tsouing tsouing badamoum que d'habitude pour du Verdi ! »
    Ah bon, tout le monde pense ce genre de choses tout bas ???
    "Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

    Avatar du membre
    HELENE ADAM
    Basse
    Basse
    Messages : 7572
    Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
    Localisation : Paris

    Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

    Message par HELENE ADAM » 14 mars 2017, 20:30

    Stefano P a écrit :
    14 mars 2017, 20:29
    Adalbéron a écrit :
    14 mars 2017, 19:27
    J'ai entendu des choses drôles à la sortie (mais c'est ce que tout le monde pense tout bas :lol:) :
    « C'est drôle, c'est moins tsouing tsouing badamoum que d'habitude pour du Verdi ! »
    Ah bon, tout le monde pense ce genre de choses tout bas ???
    Non pas moi du tout, à part Aida quand c'est mal dirigé (et ça arrive :cry: ).
    Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

    Avatar du membre
    Loïs
    Baryton
    Baryton
    Messages : 1520
    Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
    Localisation : sans opera fixe

    Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

    Message par Loïs » 14 mars 2017, 20:31

    Adalbéron a écrit :
    14 mars 2017, 19:27
    Beaucoup de choses ont déjà été dites, mais je me permets d’apporter quelques détails et compléments.
    Comme quoi la valeur n'attend pas le nombre d'années :baby: . Je ne sais pas qui lui a soufflé dessus mais rien à redire! :clap:

    Avatar du membre
    HELENE ADAM
    Basse
    Basse
    Messages : 7572
    Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
    Localisation : Paris

    Re: Verdi - Simon Boccanegra - Steinberg - vc - Monte-Carlo/TCE - 03/2017

    Message par HELENE ADAM » 14 mars 2017, 20:33

    Loïs a écrit :
    14 mars 2017, 20:31
    Adalbéron a écrit :
    14 mars 2017, 19:27
    Beaucoup de choses ont déjà été dites, mais je me permets d’apporter quelques détails et compléments.
    Comme quoi la valeur n'attend pas le nombre d'années :baby: . Je ne sais pas qui lui a soufflé dessus mais rien à redire! :clap:
    C'est vrai, c'est bien comme CR :D
    Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

    Répondre

    Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 31 invités