Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Représentations
Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 5733
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par MariaStuarda » 26 févr. 2017, 01:20

Belle expérience ce soir à Monte-Carlo que ce Tannhauser "Meyerbeerisé".
Compte-rendu à venir ..

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 5733
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par MariaStuarda » 26 févr. 2017, 20:57

Représentation du samedi 25 février

La première chose à relever pour débuter ce compte-rendu est la lumineuse idée que fut celle d'exhumer ce Tannhäuser français. On connaît l'histoire tourmentée de la création à Dresde de cet opéra et de sa reprise parisienne, échec après échec finalement.

Ce qui frappe dans un premier temps, le prologue et la bacchanale passés, au premiers mots français prononcés, c'est la singularité d'une œuvre conçue pour une langue et adaptée pour une autre, latine. On imagine, sans mal, les difficultés auxquelles dut faire face Wagner, son librettiste mais également les problèmes que cela posa et pose encore aux chanteurs. Imaginons encore que Wagner dut adapter sa partition au style du chant que faisait régner Meyerbeer, notamment, dans la grande maison française. La musique reste la même mais l'œuvre doit nécessairement se plier aux codes et conventions en vigueur alors à Paris.
Ainsi, entre le compositeur allemand et cette tradition française, ce Tannhäuser français semble constituer un lien, voire être écouté comme le chaînon manquant (l'opéra n'a pas été joué depuis sa création et son "four" à Paris en 1861), de part et d'autre du Rhin, d'une époque de richesse musicale invraisemblable.
Car, grâce aux interprètes magnifiques, on écoute Wagner mais on se trouve transporté aussi dans le grand opéra français. Rendons ainsi hommage à ce respect de la langue porté par l'ensemble des interprètes. Non seulement compréhensibles mais également tous dans un grand style avec une diction irréprochable et une prononciation exemplaire.

On peut dire cela de tous les grands rôles à commencer par la magnifique Élisabeth de Annemarie Kremer, voix puissante au service d'un personnage d'abord exalté puis condamné à la désillusion et à la mort. Plus l'opéra avance, plus on se dit que ce couple "Élisabeth / Henri-Tannhäuser" a du "Marguerite / Faust" en lui : plongée dans l'infamie, condamnation de la société, issue inexorable. Est ce un hasard si la mise en scène de Jean-Louis Grinda semble loucher un moment vers Walpurgis lorsqu'est révélé le séjour de Tannhäuser dans le Venusberg.

Image
Image
Annemarie Kremer – Crédits : Alain Hanel

Tannhäuser, cet homme maudit trouve en José Cura un interprète « singulièrement » parfait. Face aux autres interprètes, la voix qui est la sienne aujourd'hui, paraît comme une voix « d'ailleurs », de l’étranger, bien différente de style de ceux qu'il rencontre : plus haché, plus sauvage. La toute fin nous replonge dans les talents de tragédien qui ont éclairé ses autres anti-héros que sont Samson pour le chant français et, bien sûr, Otello.

Image
José Cura et Jean-François Lapointe – Crédits : Alain Hanel

La Vénus de Aude Extrémo est également magnifique. Je me suis juste demandé si les quelques passages où sa prononciation souffre sont à mettre au débit d'un (momentanément) impossible mariage de la musique wagnérienne et de la prosodie française. Lors de la création de la version de Paris, on passa d'une soprano a une mezzo-soprano et toute la partie fut réharmonisée et réorchestrée.

Image
Aude Extrémo – Crédits : Alain Hanel

Jean-François Lapointe est un Wolfram exemplaire vocalement. Son chant lors du tournoi, celui de l’amour pur et noble, essaye de conjurer le sort qui va ruiner l'exercice; son « O douce étoile » du dernier acte est à la fois d'une douceur et d'une souffrance à pleurer. Il est à ce moment l'ami qui accompagne jusque dans la mort les êtres (Élisabeth, Henri) qu'il aime. Face aux deux condamnés, il illumine littéralement ce dernier acte.

Enfin, Steven Humes campe un Hermann puissant de sa belle voix.

La mise en scène de Jean-Louis Grinda est sobre et efficace, sans artifice nous détournant de l'inexorabilité du drame écrit pour se dérouler implacablement. Basée sur des projections permettant de passer d'un univers à un autre (du Venusberg à la forêt), de faire basculer une salle de bal aux mains de la démone / déesse Venus, de dépeindre les tourments de la nuit au dernier acte. La scène de suicide de Élisabeth et celle de l'exécution de Tannhäuser sont extrêmement justes.

Mais, sans aucun doute, la réussite de cette re-création tient aux talents de la cheffe d’orchestre, Nathalie Stutzmann et de l’orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Cette musique germanique déjà si belle semble se moirer d’une rondeur toute française. Du grand art !

MariaStuarda conquise par Wagner ? J'entends déjà ceux, qui connaissant mes goûts, vont dire que je n'aime Wagner que lorsqu'il fait de l'opéra français, ce qui assure une certaine tranquillité de ce côté là :wink: . Ce Tannhäuser, servi par une équipe exemplaire, en est, en tous cas, une belle démonstration.

Pour ODB,
Paul Favart

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 8195
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par HELENE ADAM » 27 févr. 2017, 08:16

Merci pour ton CR (je vais regarder avec un grand intérêt la retransmission sur Culture Box), bien sûr que je vais te charrier sur cet amour pour Wagner... quand il est francisé ! :wink:

Attention : tu as un problème avec tes photos (en tous cas moi, j'en ai un quand j'ouvre ton CR)...elles sont immenses et pas cadrées... :cry:
Regarde spectateur, remontée à bloc, de telle sorte que le ressort se déroule avec lenteur tout le long d’une vie humaine, une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l’anéantissement mathématique d’un mortel.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 5733
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par MariaStuarda » 27 févr. 2017, 08:39

Oui tu as raison avec les photos; je les ai retiré et les rechargerai quand j'aurai un truc pour réduire leur taille (si quelqu'un sait faire sur Mac, je suis preneur).

Oui jetez vous sur la diffusion CB, c'est à ne pas rater.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 5733
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par MariaStuarda » 27 févr. 2017, 19:40

MariaStuarda a écrit :
27 févr. 2017, 08:39
Oui tu as raison avec les photos; je les ai retiré et les rechargerai quand j'aurai un truc pour réduire leur taille (si quelqu'un sait faire sur Mac, je suis preneur).
Voilà, j'ai résolu le problème ...

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3284
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par Stefano P » 27 févr. 2017, 20:16

Si j'ai bien compris, la diffusion de demain soir sur CultureBox est en direct (c'est la dernière représentation, à partir de 20h).

Je n'ai pas vraiment pigé ce que nous dit notre ami MariaStuarda dans son CR à propos de Cura : "une voix d'ailleurs, hachée et sauvage, bien différente de style par rapport aux autres" ; sont-ce des euphémismes polis pour dire qu'il était complètement à côté de la plaque ? 8)
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 5733
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par MariaStuarda » 27 févr. 2017, 23:39

Non non pas du tout; je dis juste que Cura interprète un personnage singulier, étranger d'un monde, avec sa voix singulière qui se distingue des autres.
Je ne sais pas mieux exprimer cette idée, désolé.
Il m'a totalement convaincu.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11557
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par PlacidoCarrerotti » 28 févr. 2017, 00:29

MariaStuarda a écrit :
27 févr. 2017, 23:39
Non non pas du tout; je dis juste que Cura interprète un personnage singulier, étranger d'un monde, avec sa voix singulière qui se distingue des autres.
Je ne sais pas mieux exprimer cette idée, désolé.
Il m'a totalement convaincu.
C'est une véritable incarnation en effet. Pour une fois, l'expression n'est pas galvaudée.
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 5733
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par MariaStuarda » 28 févr. 2017, 07:25

Merci Placido. Toi, au moins, tu me comprends !

Avatar du membre
fomalhaut
Alto
Alto
Messages : 495
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser -Stutzmann/ Grinda- Monte-Carlo - 02/2017

Message par fomalhaut » 28 févr. 2017, 09:04

Merci pour les CR (et les photos).
Tout comme d'autres, j'attends la retransmission avec beaucoup d'intérêt et pas mal de curiosité...

fomalhaut

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 31 invités