Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Représentations
Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 2458
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par micaela » 12 févr. 2017, 18:12

philipppe a écrit :
12 févr. 2017, 15:20
Perseo a écrit :
12 févr. 2017, 13:07
Mise en scène pas du meilleur Guth et pas du meilleur Goût. Son psychnalytico-onirico-truc fait apparaître parfois de belles images (surtout en seconde partie du II et en première partie du III) mais traine son gros lot de ridicules voire de grand-guignol. Arc narratif brisé au profit de l'instantané = tension dramatique aux abonnés absents.
Qu'est ce qui est grand guignol dans cette mise en scéne ?
Ah oui. Rien de grand-guignolesque, à mon avis, dans cette mise en scène. Ou alors c'est que "grand guignol" n'a pas le même sens pour tout le monde...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
Il prezzo
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 244
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par Il prezzo » 12 févr. 2017, 18:22

Après une replongée dans le début de l’acte 2 de Kempe, pour y retrouver l’intensité de ses duos (la diction et l’élégante méchanceté de Fischer-Dieskau, la luminosité et l’intensité de Grümmer, et surtout l’engagement et le timbre inimitable de Ludwig qui vous « chair-de-poule-ise »…), me voilà réconcilié avec ces pages sublimes. Et oublié la totale fadeur de ce que j’ai entendu hier soir, dans la distribution post-JK/Herlitzius/Serafin pour laquelle j’avais renoncé à obtenir une place. Je m’y prendrai mieux la prochaine fois !
N’ayant pas lu le fil ODB avant d’écrire ce post (je suis trop influençable et me méfie des prescriptions préalables…), mes impressions feront peut-être un effet de déjà lu.
Evacuons le sujet « rôle-titre » : j’avais déjà entendu Skelton (Tristan à l’ENO, que j’avais relaté), apprécié la puissance de son timbre clair (inverse total du titulaire de la 1ère distribution!) et la sincérité de son chant. Elle sied là bien à la fragilité de l’incarnation voulue par le metteur en scène, pour ce « errant » perdu qui, pour le coup, par rapport à la lettre du livret, semble vraiment venir de nulle part… Moins svelte pour sûr que JK, son jeu pataud le handicape pour les quelques moments sportifs (Telramund aurait logiquement dû le terrasser facilement au 1er acte :D ), en particulier pour les montées-descentes sur l’estacade du dernier acte. Mais la soirée est lyriquement bien tenue avec lui.
C’est loin d’être le cas avec les dames, Edith Haller restant vocalement et scéniquement extérieure au rôle, malgré quelques aigus percutants. Concernant Michaela Schuster, célèbre Knusperhexe à la noirceur adhoc dans Hansel et Gretel, elle se révélait hier une Ortrud sans aucune intensité, faiblarde dans le médium, souvent inaudible, et ayant l’air (indication de mise en scène ?) de plaisanter en permanence de ses propres manigances. Qu’on est loin de Meier !
Bon Telramund de Tomasz Konieczny, impliqué et bien projeté. Même si ma contre-écoute à l’instant de Fischer-Dieskau me rappelle combien il est agréable, dès que l’on est un peu germaniste, de comprendre tout ce qui se chante… L’Heinrich de Rafal Siwek correct également.
Quant à la mise en scène / décors, je vais avoir besoin maintenant de la lecture du fil ODB pour en saisir les arguments salvateurs. Le « Derrière chez moi, y’a un étang… » du 3ème acte, un peu ridicule malgré sa très belle lumière. D’autant que l’étang se retrouve en continuité et de façon incongrue au centre du sempiternel décor unique de parois-galeries sur trois côtés, moultement vu ailleurs. S’il se prête aux effets de balcon, de chœurs, et de cour, je l’ai vu mieux fonctionner dans d’autres productions (le récent Roberto Devereux du Met). Le coup du piano-refuge, sur lequel tout le monde joue, m’a paru tout aussi peu signifiant. Souvent, il évoque plus ou moins le compositeur, toujours en arrière-plan de l’œuvre qu’on a devant soi, mais ça fonctionnait beaucoup mieux avec le Sachs-Wagner des derniers Maîtres Chanteurs.
Les apparitions du jeune Gottfried ailé, en visions manifestes d’Elsa, étaient mieux en place. Mieux en tout cas que les perpétuels évanouissements de cette dernière, les réveils d’un Lohengrin qui ne semble voyager que dans son sommeil, et les simulacres coïtaux du couple maléfique dans la 1ère scène de l’acte 2.
Rien à dire sur les costumes, si ce n’est que les hauts-de-forme m’ont bizarrement évoqué le salon des 1ères sur le Titanic et le magnat Van der Bild sur son 31 avant de sombrer (ah, les associations d’idées, quand on est peu concentré !).
Mais la soirée n’aura finalement pas sombré, elle. Seulement dommage que le TNOP ne soigne pas plus l’entièreté de ses secondes distributions. J’imagine que le surcoût des billets pour la première devait être pour une fois justifié :D

Avatar du membre
Il prezzo
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 244
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par Il prezzo » 12 févr. 2017, 19:53

Après lecture de quelques réactions sur cette distribution, je ne suis pas sûr d'avoir entendu les mêmes Haller et Schuster! Quant au jeu d'Ortrud, j'ai trouvé ses manières plus dignes de celles d'une intrigante de cour que d'une vénéneuse disciple de Wotan...

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 657
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par cosimus » 12 févr. 2017, 20:12

Il prezzo a écrit :
12 févr. 2017, 19:53
Après lecture de quelques réactions sur cette distribution, je ne suis pas sûr d'avoir entendu les mêmes Haller et Schuster! Quant au jeu d'Ortrud, j'ai trouvé ses manières plus dignes de celles d'une intrigante de cour que d'une vénéneuse disciple de Wotan...
Si tu écoutes le Lohengrin qui débute maintenant sur France-Musique tu comprendras sans doute les réticences de certains à propos d'Edith Haller , en particulier pour cette soirée du 24 que l'on entend actuellement (elle remplaçait à la dernière minute Martina Serafin, et l'on a pu lire qu'elle était elle-même un peu souffrante)
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

philipppe
Ténor
Ténor
Messages : 919
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par philipppe » 12 févr. 2017, 20:36

micaela a écrit :
12 févr. 2017, 18:12
philipppe a écrit :
12 févr. 2017, 15:20
Perseo a écrit :
12 févr. 2017, 13:07
Mise en scène pas du meilleur Guth et pas du meilleur Goût. Son psychnalytico-onirico-truc fait apparaître parfois de belles images (surtout en seconde partie du II et en première partie du III) mais traine son gros lot de ridicules voire de grand-guignol. Arc narratif brisé au profit de l'instantané = tension dramatique aux abonnés absents.
Qu'est ce qui est grand guignol dans cette mise en scéne ?
Ah oui. Rien de grand-guignolesque, à mon avis, dans cette mise en scène. Ou alors c'est que "grand guignol" n'a pas le même sens pour tout le monde...
+1

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2470
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par dge » 12 févr. 2017, 22:41

Je n'avais pas du tout été convaincu par la performance d'E.Herlitzius le 24 janvier. Ce n'est pas la retransmission de ce soir qui me fera changer d'avis. L'investissement scénique ne peut masquer une voix bien fatiguée dans une tessiture qui ne plus ne lui convient pas.

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 657
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par cosimus » 12 févr. 2017, 22:45

dge a écrit :
12 févr. 2017, 22:41
Je n'avais pas du tout été convaincu par la performance d'E.Herlitzius le 24 janvier. Ce n'est pas la retransmission de ce soir qui me fera changer d'avis. L'investissement scénique ne peut masquer une voix bien fatiguée dans une tessiture qui de plus ne lui convient pas.
+ 1 : l'audition "à l'aveugle" est impitoyable :(
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9055
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par HELENE ADAM » 12 févr. 2017, 22:53

cosimus a écrit :
12 févr. 2017, 22:45
dge a écrit :
12 févr. 2017, 22:41
Je n'avais pas du tout été convaincu par la performance d'E.Herlitzius le 24 janvier. Ce n'est pas la retransmission de ce soir qui me fera changer d'avis. L'investissement scénique ne peut masquer une voix bien fatiguée dans une tessiture qui de plus ne lui convient pas.
+ 1 : l'audition "à l'aveugle" est impitoyable :(
J'ai déjà remarqué que la voix de Herlitzius n'était pas très photogénique en retransmission. Elle est plus impressionnante en salle (jeu scénique aidant) et l'enregistrement ne lui rend pas justice...par contre Kaufmannn :D :D :D
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2470
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par dge » 12 févr. 2017, 23:05

Ce n'est pas une question de phonogénie. Ce qu'on entend à la radio, c'est ce qu'on entendait en salle. Le vibrato, la ligne de chant heurtée, les aigus criés sont bien réels.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9055
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Lohengrin - Jordan/Guth - ONP - 01-02/2017

Message par HELENE ADAM » 12 févr. 2017, 23:10

dge a écrit :
12 févr. 2017, 23:05
Ce n'est pas une question de phonogénie. Ce qu'on entend à la radio, c'est ce qu'on entendait en salle. Le vibrato, la ligne de chant heurtée, les aigus criés sont bien réels.
J'étais aussi dans la salle le 24 et tu as raison, c'était souvent "crié" mais d'une manière générale, Herlitzius est meilleure en "vrai" qu'en retransmission AMHA, son timbre n'est pas très séduisant et sans son engagement scénique qui sort de l'ordinaire...
L'aigu raté de Haller s'entend bien, hélas, dans la retransmission... :cry: dans ce troisième acte. Aie....
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Epsilon, MariaStuarda, Yahoo [Bot] et 41 invités