Récital J.Lezhneva/D.Boyd - TCE - 19/02/2016

Représentations
Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12435
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Récital J.Lezhneva/D.Boyd - TCE - 19/02/2016

Message par PlacidoCarrerotti » 20 févr. 2016, 10:13

Julia Lezhneva soprano
Orchestre de chambre de Paris
Douglas Boyd direction
Les Grandes Voix
Ses vocalises lui valent la comparaison à Cecilia Bartoli… Julia Lezhneva charmera dans ce programme d'airs de Rossini et de Mozart
Mozart, Hasse, Rossini Airs d’opéras extraits de Così fan tutte, Siroe, Otello, La Dame du lac
Mozart Air de concert
Ballet d’Idoménée, danses allemandes
Rossini Ouvertures de Guillaume Tell et de L’Echelle de soie

Mozart, « Voi avete un cor fedele » (air de concert)
Hasse, Siroe, « Mi lagnero tacendo »
Mozart, Cosi fan tutte, « Temerari… Come soglio »
Rossini, Otello, « Assisa a pie d’un salice »
Rossini, La donna del lago, « Tanti affetti »
Bis
Voi che sapete
Non identifié

Morne soirée. Lezhneva n'a rien à faire dans Mozart et réduit Rossini à des tirs à la mitraillette, le côté mécanique n'étant même pas compensé par un peu de délire dans les variations.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Ingrid
Baryton
Baryton
Messages : 1365
Enregistré le : 15 janv. 2006, 00:00

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par Ingrid » 20 févr. 2016, 11:38

:arrow:

Avatar du membre
Franz Muzzano
Baryton
Baryton
Messages : 1064
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par Franz Muzzano » 20 févr. 2016, 14:59

PlacidoCarrerotti a écrit :
Morne soirée. Lezhneva n'a rien à faire dans Mozart et réduit Rossini à des tirs à la mitraillette, le côté mécanique n'étant même pas compensé par un peu de délire dans les variations.
Je ne suis pas certain que nous étions au même concert.

Je pourrai à la rigueur te rejoindre sur son Cherubino en bis, pas vraiment convaincant. Pour info, le second était un Porpora dont elle m'a dit le titre mais...je ne l'ai pas noté :?

Mais pour le reste, en désaccord total avec toi. Même si elle a eu besoin de se chauffer un peu dans le premier Mozart, elle a réussi à en offrir quelque chose de cohérent, et pas seulement un prétexte à vocalises parmi les plus ardues. Sa Fiordiligi est remarquablement pensée, dans une optique du personnage vu dans sa totalité (évidemment, si tu ne penses pas à ce qui se passe en elle avant et après l'air, tu ne le remarques pas...tout le problème des airs isolés). Le contraste récitatif/air, le sens du texte, tout était là. Alors oui, elle n'a pas une "grande" voix mais, sur ce seul point de comparaison, Schwarzkopf en avait-elle une ?
Tu ne parles pas du Hasse, c'est dommage.
Quant à ses deux Rossini, je m'incline très bas devant son travail sur l'interprétation, en particulier en Desdemona. Les variations de chaque couplet du Saule ne sont pas dues qu'aux ornements, mais aussi et surtout à sa façon de modifier chaque nouvelle strophe par une couleur et un phrasé différents, toujours en rapport avec les changements d'harmonie donnés par l'orchestre. Impression rendue, pour moi, encore plus forte par le tempo retenu choisi hier soir. De même, pour Elena, j'ai été scotché par sa capacité à mettre en valeur le texte sur les "mots clés", et son chant était tout sauf mécanique. Dommage simplement que l'orchestre n'ait pas été un peu plus retenu à la fin.
Comme, en plus, elle commence à avoir un grave intéressant (pas encore idéal, je te l'accorde, mais elle a 26 ans, laisse-la mûrir...), sans perdre son aigu (même si certains n'étaient pas parfaits, parfois un peu tirés...petit coup de fatigue que l'on pardonne à d'autres) et qu'elle a gagné en projection tout en gardant un timbre d'une rare pureté (et qu'elle sait parfaitement varier), je ne me fais pas de souci pour son avenir, bien au contraire. Morne soirée ? Non, superbe soirée, à l'exception d'une ouverture de Guillaume Tell pour le moins prosaïque et au final assommante (Ah...Gelmetti l'année dernière !!!!), et de Danses allemandes de Mozart finissant par être, pour moi, un peu soporifiques.

Quant à la comparaison avec Bartoli, on touche là à la différence entre des vocalises données de façon techniquement "saine", par rapport à d'autres "fabriquées". Diaphragme contre larynx, j'ai choisi mon camp :D
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

paco
Basse
Basse
Messages : 7898
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par paco » 20 févr. 2016, 15:08

Je ne suis pas allé à ce récital mais ne suis pas étonné par vos impressions. Lezheva a eu et a sans doute encore beaucoup de potentiel, mais il est suicidaire d'en faire un objet marketing comme le font les producteurs (ce que n'arrange en rien le soutien appuyé de Domingo). Elle n'est pas du tout prête à affronter les comparaisons et les attentes légitimes d'un public à qui on fait miroiter la nouvelle star absolue. Elle pourrait l'être sans doute un jour, mais la pousser ainsi aujourd'hui alors que sa voix est encore en pleine évolution et sa technique perfectible, c'est la griller bêtement. Ils feraient mieux de la laisser mûrir avant de la propulser comme ça sous les projecteurs.

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 839
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par Peleo » 20 févr. 2016, 16:13

Le 2ème bis était extrait de "In caelo stelle clare". Pour moi, le meilleur moment de la soirée, mais 1 minute ça passe vite. C'est tiré de son avant dernier CD (mon préféré et de loin).
A mon goût soirée un peu terne. Elle a abusé des airs lents. Je ne la trouve toujours pas à sa place dans du Rossini et si elle y tenait je pense qu'il était plus sage de regarder du côté le l'occasione ou Bruschino.

Avatar du membre
Franz Muzzano
Baryton
Baryton
Messages : 1064
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par Franz Muzzano » 20 févr. 2016, 17:02

paco a écrit :Je ne suis pas allé à ce récital mais ne suis pas étonné par vos impressions. Lezheva a eu et a sans doute encore beaucoup de potentiel, mais il est suicidaire d'en faire un objet marketing comme le font les producteurs (ce que n'arrange en rien le soutien appuyé de Domingo). Elle n'est pas du tout prête à affronter les comparaisons et les attentes légitimes d'un public à qui on fait miroiter la nouvelle star absolue. Elle pourrait l'être sans doute un jour, mais la pousser ainsi aujourd'hui alors que sa voix est encore en pleine évolution et sa technique perfectible, c'est la griller bêtement. Ils feraient mieux de la laisser mûrir avant de la propulser comme ça sous les projecteurs.
Je trouve au contraire que son choix de répertoire est d'une très grande sagesse, elle est intelligente et judicieusement conseillée par son entourage proche. Elle n'est absolument pas dupe de l'effet "star absolue" que certains voudraient tirer d'elle, et ne laissera personne lui faire griller les étapes. Son rôle le plus "récent", historiquement parlant ? Urbain, des Huguenots, pour sa toute première production, en 2011 je crois !!! Elle n'a pas programmé de Violetta, de Mimi ou de Gilda, que je sache, même si certains voudraient déjà l'y voir.
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

Leyla
Ténor
Ténor
Messages : 598
Enregistré le : 08 juil. 2005, 23:00
Contact :

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par Leyla » 20 févr. 2016, 18:32

Peleo a écrit :Le 2ème bis était extrait de "In caelo stelle clare". Pour moi, le meilleur moment de la soirée, mais 1 minute ça passe vite. C'est tiré de son avant dernier CD (mon préféré et de loin).
A mon goût soirée un peu terne. Elle a abusé des airs lents. Je ne la trouve toujours pas à sa place dans du Rossini et si elle y tenait je pense qu'il était plus sage de regarder du côté le l'occasione ou Bruschino.
Elle a au contraire savamment alterné les airs lents et les airs à vocalises rapides. Je suis étonné que les détracteurs de cette cantatrice aux dons exceptionnels n'aient pas remarqué comment la virtuose ne se contente justement pas de faire admirer ses colorature, qui n'ont rien de la mitraillette bartolienne. Elle habite chaque vocalise, ce qui était particulièrement évident et passionnant dans les deux Rossini : il s'agit d'une part de fines broderies comme aucune ne peut en faire entendre, mais de broderies aux couleurs d'une infinie variété. Avez-vous noté le halètement subtil de la première strophe de l'air du Saule ? l'inquiétude déjà présente, et grandissante à mesure qu'elle est passée d'une strophe à une autre ? Je n'ai pas entendu, et de loin, l'équivalent chez Jessica Pratt qui l'a "remplacée" à Barcelone il y a deux semaines, avec une excellente technique mais un timbre impersonnel et une absence totale de couleurs. Quant à Elena, ce fut un feu d'artifice, avec des variations habitées par une imagination toujours renouvelée. Seul le si aigu final a été un peu court, sous un orchestre tonitruant. Alors l'envoyer du côté de L'Occasione et de Bruschino n'a vraiment aucun sens.
Quant à son Mozart, il a montré d'une part, dans l'air de concert, la fine musicienne et l'incroyable élégance avec laquelle elle sait intégrer les abbellimenti à la ligne vocale (idem dans l'air de Hasse), d'autre part, dans l'air de Fiodiligi, la maturité de la jeune cantatrice. Le personnage, tourmenté, était déjà tout entier dans le récitatif, puis dans l'air. Avez-vous souvent entendu le contre-ut de la première partie "passé" avec une telle facilité ? Et les triolets, vous les avez souvent entendus chantés aussi nettement ? Et les graves, aussi sonores ? J'avais assisté à Beaune à l'une des ses premières exécutions du rôle de Fiordiligi, il y a quatre ans : elle était déjà magistrale. Et pourtant quels progrès accomplis depuis, à tous points de vue, par cette jeune femme de 26 ans !
J'avais lu par ailleurs, la semaine dernière, les commentaires les plus étrangement alarmants sur sa justesse : je n'ai pas entendu hier une seule note trop basse ou trop haute. Le timbre très personnel, aux arêtes parfois vives de Lezhneva, fait de cette voix "russe" une voix immédiatement reconnaissable : c'est l'un des atouts de son jeu, parmi beaucoup d'autres, qui font d'elle la grande rossinienne des années à venir.

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 839
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par Peleo » 20 févr. 2016, 19:58

Zut! Je viens de m'apercevoir que j'avais gardé mes boules Quiès !
Et bien oui, j'adore Lezhneva. Et bien non, je ne trouve pas que sa voix convienne pour chanter Desdemona et Elena. Et non plus Fiordiligii. Chapeau bas pour l'air de concert de Mozart. Et oui, j'aurais préféré un autre air de Siroe; elle a montré ce qu'elle pouvait en faire lors du concert de Moscou, plus encore qu'à Versailles.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12435
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par PlacidoCarrerotti » 20 févr. 2016, 20:21

Merci à Leyla de me faire me rappeler qu'effectivement elle ne chante pas très juste !
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Franz Muzzano
Baryton
Baryton
Messages : 1064
Enregistré le : 30 oct. 2014, 02:19

Re: Julia Lezhneva 19/02/16 Boyd

Message par Franz Muzzano » 20 févr. 2016, 20:43

PlacidoCarrerotti a écrit :Merci de me faire me rappeler qu'effectivement elle ne chante pas très juste !
Tu fais une fixation ou quoi ? Peux-tu me dire quand elle ne l'a pas été ?
Nous n'avons pas besoin d'artistes, nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 10 invités