Wagner - Tannhäuser - Runnicles/Harms - Berlin - 11/2015-11/2017

Représentations
Avatar du membre
renato_b
Alto
Alto
Messages : 301
Enregistré le : 02 août 2011, 23:00

Wagner - Tannhäuser - Runnicles/Harms - Berlin - 11/2015-11/2017

Message par renato_b » 20 nov. 2015, 23:26

Richard Wagner : Tannhäuser und der Sängerkrieg auf Wartburg

Conductor Donald Runnicles
Director Kirsten Harms
Stage-design, Costume-design Bernd Damovsky
Assistance costume-design Inga Timm
Choreography Silvana Schröder
Choir Conductor William Spaulding

Landgraf Hermann Ante Jerkunica
Tannhauser Stephen Gould
Wolfram Markus Brück
Walther Thomas Blondelle
Biterolf Seth Carico
Heinrich Paul Kaufmann
Reinmar Andrew Harris
Venus, Elisabeth Heidi Melton
Shepherd Elbenita Kajtazi

Chorus Chor der Deutschen Oper Berlin
Orchestra Orchester der Deutschen Oper Berlin

Représentation du dimanche 15 novembre

Quels frissons que de voir, au fond de la scène, ce chevalier en armure aux reflets bleu nuit, sur son cheval caparaçonné, immobile, nous fixant en tenant sa lance. On se croit alors plongé dans certaines pages de l’Arioste…
C’est ce plaisir, lové dans les nimbes musicaux de ce "Tannhaüser", qui me reste comme idée fixe de cette production après quelques jours... Lorsque l’on a vu, l’an dernier, la catastrophe de Baumgarten à Bayreuth, ou dernièrement chez les bons Pathés du coin, le kitsch ringard de la production d’Otto Schenk saccagée au Met., cette mise en scène fait du bien !

Ici, pas de toiles en guise de décors, pas de costumes cravates non plus, mais rien que les personnages dans leurs habits médiévaux œuvrant dans une scène-caisson noire, fantasme et psychique de Tannhäuser et d’Elisabeth…Cette « caisse de résonance » convient d’ailleurs très bien au Venusberg puisque l’action est sensée se dérouler dans une grotte aux entrailles de la terre…

La mise en scène de Kirsten Harms s’appuie essentiellement sur des mouvements verticaux (de l’enfer du Venusberg à celui de la Wartburg et enfin du repos des guerriers !). Des personnages apparaissent, puis replongent dans les profondeurs. Souvent, plusieurs niveaux de plateaux, se mouvant verticalement et harmonieusement avec la musique, permettent aux voix de se détacher avant de se fondre avec les instruments, ce qui donne un effet tridimensionnel de toute beauté.
Une remarque concernant les chanteurs et leurs harpes : le fait qu’ils ne simulent pas le jeu, mais qu’ils posent juste leur main immobile sur les cordes change tout. Cela devient très crédible, très beau, très poétique, et surtout permet au spectateur de voyager, de déconnecter…

Image

Dans cette version dresdoise, le Chef Donnald Runnicles livre une ouverture où les « pulsions de vie » sont un peu trop scandées à mon goût au début, (je préfère lorsqu’elles sont dardées), mais qui rapidement submerge et emporte loin de son fauteuil… On est attiré puis on ne peut que plonger dans le délicieux Venusberg que nous peint l’orchestre. Les cordes sont magnifiques, les cuivres ne sonnent pas trop fort comme dans le dernier "Lohengrin", on profite, on ne voudrait pas que ça s’arrête…

Nous avons eu avec Stephen Gould, un Tannhäuser indestructible, d’une puissance maîtrisée et modulée, jamais criée. Incandescent et impressionnant avec sa Venus/Elisabeth (comme pour son Tristan de Zurich, meilleur que celui de Bayreuth), et pourtant touchant, au retour de Rome, même s’il reste dans ce côté vaillant.
Je ne dirais pas la même chose de son éternel féminin incarné par Heidi Melton. Peu subtil, son chant ne fait passer ni la grâce d’une Venus, ni la noblesse d’âme d’une Elisabeth. C’est un compromis raté pour ce double rôle qu’il vaudrait mieux confier à deux artistes distinctes. Attention, il n’y a rien de scandaleux dans son chant, pas de défaillance, pas de laideurs non plus, mais souvent proche du cri, il ne me touche pas.
Markus Brück, après son superbe Nelusco dans "Vasco da Gama" du mois dernier, reste très bon ici en Wolfram, mais j’ai trouvé qu’il manquait aussi de nuances. Il ne se démarque pas des autres minnesängers dans le sens où son chant reste hautain et froid, alors qu’il devrait être imprégné de sentiments magnanimes envers Tannhäuser…Il ne bouleverse pas dans sa « romance à l’étoile ».
Pour le reste de la distribution, je signalerais le superbe Walther de Thomas Blondelle, qui, avec sa projection éclatante et son magnifique timbre pourrait presque convaincre le revenant du Venusberg !

Au final grâce à une mise en scène qui renvoie de magnifiques tableaux à l’éclairage magique (Bernd Damovsky) tout en aidant l’introspection, grâce à un rôle titre chanté remarquablement par Stephen Gould, grâce aux chœurs magistraux et à un orchestre des grands soirs du Deutsche Oper, le répertoire s’élève et transporte loin…

prochaines représentations en mars 2016 dans une autre distribution

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9038
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser - Runnicles/Harms - DOBerlin - 11/2015

Message par HELENE ADAM » 21 nov. 2015, 09:48

renato_b a écrit : Nous avons eu avec Stephen Gould, un Tannhäuser indestructible, d’une puissance maîtrisée et modulée, jamais criée. Incandescent et impressionnant avec sa Venus/Elisabeth (comme pour son Tristan de Zurich, meilleur que celui de Bayreuth), et pourtant touchant, au retour de Rome, même s’il reste dans ce côté vaillant.
Merci de ton CR, c'était l'un des spectacles que j'avais envisagé...
Stephen Gould a été le premier Tannhauser de la mise en scène de Carsen à la Bastille il y a quelques années. Il était déjà impressionnant (j'en ai gardé un excellent souvenir) même si je crois qu'il a acquis une force et une endurance encore supérieure aujourd'hui (Tristan...)
C'est en effet l'un des wagnériens actuels capable d'infinies nuances dans un chant pourtant éprouvant pour l'artiste.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
fomalhaut
Ténor
Ténor
Messages : 563
Enregistré le : 20 mai 2005, 23:00
Localisation : Levallois-Perret
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser - Runnicles/Harms - DOBerlin - 11/2015

Message par fomalhaut » 21 nov. 2015, 10:32

HELENE ADAM a écrit :
renato_b a écrit : Nous avons eu avec Stephen Gould, un Tannhäuser indestructible, d’une puissance maîtrisée et modulée, jamais criée. Incandescent et impressionnant avec sa Venus/Elisabeth (comme pour son Tristan de Zurich, meilleur que celui de Bayreuth), et pourtant touchant, au retour de Rome, même s’il reste dans ce côté vaillant.
Merci de ton CR, c'était l'un des spectacles que j'avais envisagé...
Stephen Gould a été le premier Tannhauser de la mise en scène de Carsen à la Bastille il y a quelques années. Il était déjà impressionnant (j'en ai gardé un excellent souvenir) même si je crois qu'il a acquis une force et une endurance encore supérieure aujourd'hui (Tristan...)
C'est en effet l'un des wagnériens actuels capable d'infinies nuances dans un chant pourtant éprouvant pour l'artiste.
Je garde également un excellent souvenir de Stephen Gould (et de la direction musicale de Seiji Ozawa) dans ce Tannhäuser parisien, vu et entendu une veille de Noël, si mes souvenirs sont exacts.
Je ne l'avais alors jamais entendu et j'avais été très impressionné. c'était presque aussi bien que le premier Tannhäuser que j'ai jamais vu et entendu, au Palais Garnier en 1963 ou 1964, sous la direction d'André Cluytens.

fomalhaut

Avatar du membre
Stefano P
Basse
Basse
Messages : 3454
Enregistré le : 08 déc. 2013, 09:31
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser - Runnicles/Harms - DOBerlin - 11/2015

Message par Stefano P » 21 nov. 2015, 17:30

Et pas un mot sur le ténor qui joue Heinrich : décidément, il n'est pas si facile de se faire un prénom ! :wink:
"Bald, bald, Jüngling, oder nie !"

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 501
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Wagner - Tannhäuser - Runnicles/Harms - DOBerlin - 11/2015

Message par enrico75 » 14 nov. 2017, 12:31

reprise de cette production .11/11/2017
Direction:Michael Boder
Mise en scène:Kirsten Harms
Tannhauser:Andreas Schager
Landgraf:Albert Pesendorfer
Venus/Elisabeth:Emma Bell
Wolfram V.E.:Markus Bruch
Walter von der V.:Clemens Biber
Biterolf:Seth Carico
Mise en scène très verticale puisque les chevaliers en armures descendent des cintres ,les créatures du venusberg et les pélerins jaillissent de sous la scène;effets garantis d'autant que les lumières sont particulièrement étudiées, mais ça frôle parfois le ridicule quand les cavaliers en armures montés sur roulettes "chevauchent" sur la scène et que les pélerins gémissent sur des lits modernes d'hopital au 3eme acte.la direction d'acteur est réduite au minimum et le "médévial" est assumé à 100%.
la direction de Michael Boder qui a été chef au Liceu puis à copenhague manque de folie dans le venusberg(c' est la version de dresde sans la bacchanale ) et parfois traine longueur mais l'orchestre est chatouillant.
Andréas Schager étonne une fois de plus par sa vitalité vocale et sa projection hors norme sans faiblir jusqu'à la fin;on ne note aucune fatigue vocale ce qui est un exploit vu la difficulté du rôle;bien sur comme on le dit souvent c'est brut de décoffrage et il ne ne faut pas s'attendre à un chant nuancé et suave mais il parvient surtout dans le dernier acte à être émouvant.
Emma bell est beaucoup plus convaincante en Elisabeth qu'en Vénus ou son manque flagrant de tessiture grave lui fait perdre le coté séducteur du personnage,par contre son timbre jeune et fruité en font une belle Elisabeth.
Albert Pesendorfer est un magnifique Landgraf,son timbre riche et profond de baryton basse y font merveille.
je serai plus réservé pour le Wolfram de Markus Bruck qui semble forcer sa voix tout au long de l'ouvrage et ne devient intéressant qu'au moment de la romance de l'étoile qui est fort émouvante.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6730
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser - Production de K. Harms - DOBerlin - 2015 et 2017

Message par MariaStuarda » 14 nov. 2017, 13:13

Merci pour ces beaux CR.

enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 501
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Wagner - Tannhäuser - Production de K. Harms - DOBerlin - 2015 et 2017

Message par enrico75 » 14 nov. 2017, 13:51

merci pour l'actualisation

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6730
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser - Production de K. Harms - DOBerlin - 2015 et 2017

Message par MariaStuarda » 14 nov. 2017, 15:07

enrico75 a écrit :
14 nov. 2017, 13:51
merci pour l'actualisation
Absolument !
Je n’avais pas vu le CR il y a deux ans. J’en profitais donc pour saluer les deux rédacteurs.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9038
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser - Boder/Harms - DOBerlin - 11/2017

Message par HELENE ADAM » 14 nov. 2017, 20:24

enrico75 a écrit :
14 nov. 2017, 12:31

reprise de cette production .11/11/2017

Direction:Michael Boder
Mise en scène:Kirsten Harms

Tannhauser:Andreas Schager
Venus/Elisabeth:Emma Bell
Wolfram V.E.:Markus Bruch
Walter von der V.:Clemens Biber
Biterolf:Seth Carico

Merci pour le CR :wink:

Petit complément pour la distribution :

Landgraf Hermann : Ante Jerkunica :wink:
Biterolf : Seth Carico
Heinrich der Schreiber : Gideon Poppe
Reinmar von Zweter : Andrew Harris
Hirt : Nicole Haslett
Choeurs et orchestre du Deutschen Oper Berlin


J'y serai le 2 décembre....

Photos du site du DOB, représentations de 2014

Image


Image

Image
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9038
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner - Tannhäuser - Boder/Harms - Berlin - 11/2015-12/2017

Message par HELENE ADAM » 03 déc. 2017, 00:16

Très intéressant Tannhaüser ce soir 2 décembre à Berlin où ça caille un peu.
Acoustique, orchestre, choeurs, chef au top.
Ensembles superbes.
Quelques passages grandioses des solistes (le Wolfram de Markus Bruch et le Landgraf Hermann d' Ante Jerkunic, si on excepte ses aigus difficiles, l'Elisabeth de Emma Bell deuxième partie du rôle après une Vénus assez ratée, quelle idée de chanter les deux rôles...).
Et le phénomène Andreas Schager, inégal à son habitude, qui savonne toutes les difficultés dans son premier air et manque de nuances dans son dernier mais qui a un tel aplomb, un tel coffre et une telle force de conviction qu'il vaut le déplacement à lui tout seul.
Je lui conseillerais cependant en toute modestie de travailler un peu sa technique s'il ne veut pas perdre sa voix à court terme, ce qui serait dommage.
Très belle soirée, du Wagner comme je l'aime, avec subtilités et grandes doses d'émotions.
Mise en scène qui a du faire hurler le public en 2008 quand elle est sortie, qui ne produit plus aucune onde négative depuis longtemps et que les artistes en équipes,occupent très bien avec talent. Comme quoi... :roll:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre,je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 31 invités