Bellini - I Puritani - Armiliato-Pido/Dew - Vienne 03/2015-01/2018

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9859
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Bellini - I Puritani - Armiliato-Pido/Dew - Vienne 03/2015-01/2018

Message par HELENE ADAM » 11 mars 2015, 17:58

I Puritani

Vincenzo Bellini

Direction : Marco Armiliato
Mise en scène : John Dew

Jongmin Park | Sir Giorgio
John Tessier | Lord Arturo Talbo
Carlos Álvarez | Sir Riccardo Forth
Olga Peretyatko | Elvira
Sorin Coliban | Lord Gualtiero Valton
Carlos Osuna | Sir Bruno Roberont
Ilseyar Khayrullova | Enriquetta di Francia

Le 10 mars, en direct du Wiener Staatsoper : retransmission en direct (je corrige après les remarques de Bernard pour éviter toute ambiguité).

La mise en scène est classique, joue un peu sur une symbolique des décors (pas forcément très bien vus dans le cadre d'une retransmission), sur les lumières, le tout de manière constructive, l'histoire est bien traité et l'ensemble se suit avec beaucoup d'intérêt.
La direction d'acteurs est moins réussie et hormis Elvira, les autres ne sont pas toujours crédibles quand ils tentent de se mouvoir sur scène, la plupart du temps, ils restent figés les uns à côté des autres.
Les choeurs (qui jouent un rôle fondamental et récurrent dans I Puritani) sont excellents et d'une manière générale, les ensembles à deux, à trois, les dialogues avec le choeur, tout cela est très bien maitrisé et très fort.
Ces Puritani-là vous font frissonner à bien des reprises.

La distribution est dominée par Olga Peretyatko mais personne ne démérite,j'y reviendrai mais je commence par la jeune soprano Russe, décidément très prometteuse à mes yeux.

Olga Peretyatko avait déjà interprété de manière remarquable le rôle d'Elvira au MET l'an dernier, dans la production de Sequi , avec Lawrence Bronwlee, Mariusz Kwiecien et Michele Pertusi.
La soprano Russe que nous avons pu voir en France au festival d'Aix dans un "Turc en Italie" très remarqué, puis lors de son récital au TCE en compagnie de Dmitri Korchak (Arturo dans I Puritani à Paris l'an dernier), creuse son sillon, de succès en succès. Sa Violetta en Janvier à Lausanne a été longuement acclamée, son Elvira de Vienne l'est à son tour.

A 34 ans, elle possède une aisance sur scène plutôt rare, (et largement supérieure à tous ses partenaires du soir pourtant beaucoup plus expérimentés), aucune des difficultés des airs acrobatiques d'Elvira ne semble lui poser le moindre problème, la voix est belle, agile et claire dans les aigus, profonde dans les médiums, elle prend des risques fous avec un naturel confondant, elle est belle, élégante, racée même oserai-je dire, drôle et pleine d'esprit dans ses interviews.
Pleine de bon sens également.
Elle avance prudemment mais toujours avec beaucoup de sagesse. Elvira, Violetta (après la Desdémone de Rossini ou Mathilde di Shabran avec Florez, la Fiorilla du Turc en Italie avec Brownlee ) ont convaincu le public des qualités de chanteuse d'Olga, autrement dit du fait que son succès ne venait pas de sa plastique irréprochable mais de sa technique phénoménale et de son expressivité musicale.

La "nouvelle Netrebko" (encore une, le terme n'est pas de moi évidemment) s'est rapidement fait un prénom et un nom et elle les porte avec fierté et modestie tout à la fois, qualités qui la rendent formidablement sympathique.

Hier soir, elle dominait le plateau de tous les points de vue : vocalement, scéniquement, par sa jeunesse, ses audaces, la manière qu'elle avait "d'être" Elvira. Ah son "Son vergin vezzosa" et "Qui la voce sua soave... Vien diletto, è in ciel la luna"
Et quelles audaces vocales, quelle beauté dans la virtuosité, quelle belle maitrise de l'Italien...

Le Sir Giorgio de Jongmin Park | en impose vocalement et physiquement et campe un père très émouvant, superbe basse aux graves parfaits, à la ligne de chant puissante, à mon sens largement supérieure au Sir Riccardo Forth de Carlos Álvarez |, baryton plus inégal. "Suoni la tromba, e intrepido", la cabaletta en duo entre Giorgio et Riccardo (acte II) est puissante et fait trembler tous les murs du théâtre. Un grand moment d'émotion comme il se doit quand cet air est réussi.

Contre toute attente John Tessier (Lord Arturo Talbo) a réussi son fameux contre-Fa. Je dis "contre toute attente" parce que ses aigus précédents étaient plutôt laids et forcés. Je dis "réussi" au sens où i l'a chanté, au bon niveau. Mais ce n'était pas beau... J'avoue ne pas très bien comprendre l'intérêt de cet exercice (qui l'a conduit dans la stratosphère des ténors comme dit la presse, mais qui a été peu applaudi), quand on n'a pas la voix pour... Tessier a une belle voix, de ténor léger (trop léger à mon goût pour camper un Arturo censément beaucoup plus viril mais bon...), qui négocie très bien ses airs dans le médium et rate ses aigus, son timbre devient laid dès qu'il grimpe trop haut... mais il y arrive...
En dehors de ces réserves, il était très agréable notamment dans son "A te, o cara,". Moins investi et moins extraverti qu'Olga, il semble parfois embarrassé par la présence de sa partenaire...

Une belle soirée globalement, rien à dire que du bien, sur l'orchestre et la direction de Marco Armiliato, précise, puissante, ne couvrant jamais les chanteurs... Du beau Bellini.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8142
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par jerome » 11 mars 2015, 23:41

HELENE ADAM a écrit :La "nouvelle Netrebko"
euh ... non! rien à voir! Netrebko il y a 15 ans avait des moyens vocaux d'une toute autre ampleur.
Peretyatko, c'est pas une très grande voix! C'est un bon lyrique léger efficace à la technique éprouvée et au style tout à fait satisfaisant mais elle ne se hisse pas au niveau de ses illustres devancières (Sutherland, Anderson et Devia pour ne citer que ces 3 là! mais la liste est beaucoup plus longue!). Même Gruberova (plus discutable ces dernières années sur le style!) a toujours eu une voix infiniment plus grande que la jolie Olga.
Mais bon, comme je dis toujours, faute de grives, on n'a pas le choix: faut se contenter des merles ... lol

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9859
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par HELENE ADAM » 11 mars 2015, 23:45

jerome a écrit :
HELENE ADAM a écrit :La "nouvelle Netrebko"
euh ... non! rien à voir! Netrebko il y a 15 ans avait des moyens vocaux d'une toute autre ampleur.
Peretyatko, c'est pas une très grande voix! C'est un bon lyrique léger efficace à la technique éprouvée et au style tout à fait satisfaisant mais elle ne se hisse pas au niveau de ses illustres devancières (Sutherland, Anderson et Devia pour ne citer que ces 3 là! mais la liste est beaucoup plus longue!). Même Gruberova (plus discutable ces dernières années sur le style!) a toujours eu une voix infiniment plus grande que la jolie Olga.
Mais bon, comme je dis toujours, faute de grives, on n'a pas le choix: faut se contenter des merles ... lol
Malheureusement il y a beaucoup de "nouvelle Netrebko" pour la presse, ce n'est pas mon opinion, pour les raisons que tu donnes -pas la même ampleur de voix- mais aussi pour des raisons "inverses" : beaucoup plus de précisions dans ses phrasés, un respect plus scrupuleux de la partition et une diction bien meilleure, en tous cas au même âge. Un joli merle ma foi... on verra à l'usage si je puis dire, elle n'a que 34 ans...
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9163
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par Bernard C » 12 mars 2015, 00:20

Je ne comprends pas trop , tu parles de "direct" de "retransmission" c'est un compte rendu de spectacle vu au théâtre ou visionné au cinéma ou autre ?
Il faudrait être plus précise dans ta présentation.
Merci.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Ingrid
Baryton
Baryton
Messages : 1475
Enregistré le : 15 janv. 2006, 00:00

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par Ingrid » 12 mars 2015, 00:22

:arrow:

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9163
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par Bernard C » 12 mars 2015, 00:34

Ingrid a écrit :
HELENE ADAM a écrit :(pas forcément très bien vus dans le cadre d'une retransmission)
Il s'agit d'un CR d'une retransmission en ligne d'un direct. :|
Alors comment affirmer que " l'orchestre , la direction précise et puissante ne couvre jamais les chanteurs ..." ?

On ne peut rien en savoir à travers des microphones.
C'est possible mais non certain.

Bernard

Quant aux" murs du théâtre qui tremblent " :mrgreen:
Bref il faut qu' Helene précise.
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8142
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par jerome » 12 mars 2015, 00:55

quetzal a écrit :Quant aux" murs du théâtre qui tremblent " :mrgreen:
Bref il faut qu' Helene précise.
ben sûrement tremblent d'émotion! :wink: (faut dire que ce duo est très "tripal"!)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Basse
Basse
Messages : 9859
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par HELENE ADAM » 12 mars 2015, 07:29

HELENE ADAM a écrit :[
La mise en scène est classique, joue un peu sur une symbolique des décors (pas forcément très bien vus dans le cadre d'une retransmission), .
Pour Bernard : voir le fil "retransmission". Il s'agit des retransmissions en direct du Wiener Staatsoper que je te conseille, elles sont excellentes sur le plan visuel et auditif.

J'insiste sur le "en direct" parce qu'il n'y a pas de retouche et que le rendu est à peu près conforme.
Peut-on savoir si l'orchestre couvre les chanteurs ou non ? Oui... j'ai entendu des directs où c'est le cas par moment, donc peu de "rattrapage" possible non plus de ce côté-là.

La limite de l'exercice : c'est le fait qu'on ne voit pas toujours la scène toute entière ce qui rend parfois confuses les intentions du décorateur (ce que je note dans ce passage que je cite).

En espérant avoir éclairé ta lanterne. :lightbulb:

Merci à Ingrid de ses précisions et merci à Jérôme de son interprétation :D Juste !!!!! :D
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9163
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par Bernard C » 12 mars 2015, 08:54

Désolé mais une captation , directe ou pas ne permet pas de se faire une idée juste des voix , de leur "puissance" selon ton expression ni de l'équilibre avec l'orchestre.

Les captations micro dans quelque théâtre d'importance que l'on soit se font par micro BT individuels et dans les plus archaïques les micros sont placés au niveau de la scène , c'est à dire en amont de l'orchestre.
Tes impressions sur la balance voix/orchestre n'est qu illusoire , au mieux supposition.
Enfin quand tu dis ( du fauteuil de ton salon ) que " la puissance de la cabalette fait trembler tous les murs du théâtre " , tu ne mobilises pas une métaphore émotionnelle mais tu évoques une puissance dans un espace .

c'est pour cela qu'en lisant ton CR je ne savais plus s'il s'agissait
d'un témoignage d'une représentation ou du commentaire d'une retransmission.
Je soutiens qu'il est nécessaire de bien le préciser dans son CR sinon on a un avis biaisé sur les voix.

Merci
Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Martine
Basse
Basse
Messages : 4625
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Bellini - I Puritani - Armiliato/Dew - Vienne 03/2015

Message par Martine » 12 mars 2015, 09:17

J'ai assisté en direct live dans la salle à la représentation du 6 mars.

Aucune des voix n'a été couverte par l'orchestre. Marco Armiliato y veille !!
Les voix qui avaient le plus d'impact : les clés de fa. Carlos Alvarez en pleine forme :D et Jongmin Park magnifiques tous les deux mais aussi le jeune baryton Carlos Osuna.

Le ténor a fait le job mais le timbre n'est pas des plus beaux et c'est une voix un peu trop légère à mon goût.

Quant à Olga, la voix passait très bien. Elle était impressionnante de technique avec sa voix au timbre fruité. Mais ça reste un soprano léger à la voix claire et brillante qui peine à faire passer l'émotion.

Pour une représentation où tout le monde (ou presque) chantait si bien, les saluts n'ont guère duré avec un seul rappel.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 59 invités