Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Représentations
Répondre
Pantalon
Alto
Alto
Messages : 330
Enregistré le : 24 avr. 2012, 23:00

Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par Pantalon » 18 nov. 2014, 16:21

Roméo et Juliette - Charles Gounod

Opéra en 5 actes
Musique de Charles Gounod (1818 - 1893)
Livret de Jules Barbier et Michel Carré
d’après le drame de Shakespeare
Création : Paris, Théâtre-Lyrique, 27 avril 1867

Dans le cadre de la Fête nationale monégasque
Nouvelle production, en coproduction
avec le Teatro Carlo Felice de Gênes


Direction musicale Laurent Campellone
Mise en scène Jean-Louis Grinda
Décors Eric Chevalier
Costumes Carola Volles
Eclairagiste Roberto Venturi
Chef de chœur Stefano Visconti

Roméo Montaigu Paolo Fanale
Stephano, le page de Roméo Carine Séchaye
Mercutio Lionel Lhote
Benvolio Xavier Rouillon
Juliette Capulet Anne-Catherine Gillet
Le Comte Capulet Marcel Vanaud
Gertrude, sa nourrice Christine Solhosse
Tybalt, cousin de Juliette Christophe Berry
Le Comte Pâris, fiancé de Juliette Gianfranco Montresor
Gregorio, serviteur des Capulets Julien Veronèse
Frère Laurent Jean Teitgen
Le Duc de Vérone Philippe Rouillon
Chœur de l'Opéra de Monte-Carlo
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo


Très bonne découverte pour ma part, ne connaissant presque pas cet opéra, à part évidemment la valse de Juliette "Je veux vivre".
La direction de Laurent Campellone m'a semblé très bonne, faisant bien ressortir les finesses de cette partition. Il semblait très en phase avec le plateau, les laissant s'exprimer et respirer comme il se doit, tout en imposant des tempis assez rapides.

L'ensemble de la distribution est solide, à commencer par la très belle Juliette d'Anne-Catherine Gillet qui possède toute la fraîcheur et l'innocence nécessaire au personnage, tout en restant crédible dans les moments dramatiques. Sa voix est belle, riche, les aigus ne sont pas tirés. Bref, j'ai beaucoup aimé.
Le Roméo de Paolo Fanale est très bon également, plein de fouge et de jeunesse, mais son manque de projection et de brillance fait qu'il est souvent couvert ou faiblement audible. Il faut dire que l'acoustique de la salle des princes du Grimaldi Forum n'est pas des plus confortable.
Le reste de la distribution est tout à fait homogène, du Mercutio de Lionel Lhote au page de Carine Séchaye

Côté production, on est visuellement sur une mise en scène très classique côté costumes. Le décors, quasi unique, est plus abstrait. pas de balcon par exemple, mais un simple plan incliné pour créer une différence de hauteur entre les deux amoureux.
Souvent, le changement de la toile de fond suffit à changer de lieu.
On notera tout de même une impressionnante colonnade lors de la bataille entre les Capulets et les Montaigus, permettant les courses, cachettes et poursuites entre les protagonistes.

Enfin surtout, c'est la partition que je retiens. Il y a de sacré beaux moments, comme la scène du balcon ou le final, déchirant. ne faisant à priori pas parti de mon répertoire de prédilection, je ne m'attendais pas à être autant emporté par cet opéra. Les choses évoluent...
Le grand opéra à la française est trop injustement délaissé. Pourtant, il permet de mettre en scène de grands ensembles avec de grands chœurs, des scènes spectaculaire, tout en ayant également les incontournables duos et autres scènes intimes.
Dommage que les rares fois où ces opéras sont données, les ballets sont systématiquement coupés.

Le coût, qu'on devine important pour ces spectacles est certainement une explication dans le fait que ce répertoire soit si peu programmé en France.

Reportage par Monaco Info :
https://www.youtube.com/watch?v=evOZesFMYkg

thierry06
Messages : 34
Enregistré le : 23 mai 2005, 23:00

Re: Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par thierry06 » 18 nov. 2014, 16:56

Pour ma part, ayant assité la représentation du 16/11 et ce fut une très grosse déception.
Mise en scène (si on peut parler de mise en scène) très classique certes, mais quel ennui .... inéxistante.
Roméo inaudible. Juliette était bien seule !!
Le reste du plateau honorable mais totalement plombé par une mise en scène
soporifique ...
Reste la partition sublime de Gounod.
Quel dommage ... je continue à penser que les directeurs de theâtre devrait confier la réalisation des spectacles à de metteurs en scène ayant des choses à dire ! Stop au cumul!!

Pantalon
Alto
Alto
Messages : 330
Enregistré le : 24 avr. 2012, 23:00

Re: Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par Pantalon » 19 nov. 2014, 16:11

Tu as raison : la mise en scène n'avait rien d'inventive... et Roméo était, comme je l'ai dit, souvent inaudible.

Mais comme je découvrais la partition et que j'ai beaucoup aimé la direction, j'ai passé un très bon moment.
Si j'avais connu cet opéra par cœur, mon ressenti aurait certainement été très différent...

Icarounet
Alto
Alto
Messages : 364
Enregistré le : 20 nov. 2007, 00:00
Contact :

Re: Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par Icarounet » 21 nov. 2014, 00:25

Les rôles de Nemorino et Fenton pourraient ils mieux convenir à Paolo Fanale ou le public Marseillais va t'il être déçu cette saison?
Viva il buffo

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19743
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par JdeB » 21 nov. 2014, 08:34

Paolo Fanale a déjà beaucoup chanté Fenton et il y est très bon.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Pantalon
Alto
Alto
Messages : 330
Enregistré le : 24 avr. 2012, 23:00

Re: Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par Pantalon » 25 nov. 2014, 11:14

Je dois dire aussi que dans l'absolu, Fanale était assez bon en Roméo, mais l'acoustique de la salle des princes au Grimaldi Forum est assez difficile... Et que sa voix n'est probablement pas adaptée aux très grandes salles.

Je n'ai pas non plus eu de retour sur les autres soirs. Peut être était-il fatigué... ça arrive aussi.

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2680
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par raph13 » 25 nov. 2014, 12:22

MA a écrit :Roméo et Juliette – Gounod – Campellone – Monte-Carlo -16/11/14

Le spectacle présenté à Monte-Carlo est une nouvelle production réalisée en coproduction avec le Teatro Carlo Felice de Gênes. Il se déroule dans un décor plutôt minimaliste constitué d’une arène en plan incliné cernée de hautes façades, puis entourée d’une colonnade. On est à la fois dans la salle de réception des Capulets, sur la place centrale de Vérone, au pied de la maison de Juliette. Un lit sera posé sur ce plan et la scène alors complètement dénudée à l’acte 4, puis au dernier acte le tombeau remplacera le lit.

Les éclairages, plutôt sobres également, se focalisent sur les personnages, mais ils parviennent cependant à suggérer les heures auxquelles se déroulent les évènements.

Les costumes apportent couleurs et lumières et contribuent largement à donner corps et vie au spectacle. Ils sont réalisés dans des étoffes somptueuses et transportent le spectateur à l’époque élisabéthaine, à l’exception de Juliette le plus souvent vêtue d’une ample et vaporeuse robe blanche intemporelle.

A l’entracte on est sorti un peu déçu de l’interprétation vocale. Un potentiel était là, mais les voix restaient en retrait. Les chanteurs semblaient attendre un déclic. Même le chœur manquait d’énergie dans son chant comme dans ses déplacements.

La surprise est venue de Carine Séchaye, en Stephano, qui a brillamment interprété son rôle et apporté rythme et légèreté à un spectacle qui ronronnait.

La seconde partie s’est avérée plus forte, plus touchante. La voix d’Anne-Catherine Gillet en Juliette a pris de l’ampleur et des couleurs, l’émotion est devenue palpable, son personnage crédible.
Celle de Paolo Fanale en Romeo a pris un peu d’éclat, mais elle donnait encore le sentiment d’une fragilité, elle manquait de conviction et de largeur comme s’il n’était pas en forme, alors que son jeu était vif et convaincant. L’interprétation de Jean Teitgen dans le rôle de Frère Laurent nous a ému. Sa voix ronde et forte, pleine d’assurance, campait avec justesse le personnage.

De beaux mouvements des acteurs sur scène, dans cette deuxième partie, pour signifier les rivalités et les affrontements entre les Montaigus et les Capulets. Un bel équilibre des voix des rôles secondaires Christophe Berry en Tybalt ou Lionel Lhote en Mercutio notamment.

L’orchestre emmené par la baguette énergique de Laurent Campellone a ouvert sur un jeu plein de fluidité et de dynamisme qu’il a conservé tout au long de la représentation. L’équilibre entre tous les pupitres était remarquable.

Au final un spectacle agréable.

Martine
fandopera06 a écrit :Je partage assez bien votre avis, faiblesse du ténor du décor, et début laborieux.
les duels qui se passent derrière un décor important m ont frustrés mais après la perte du célèbre balcon remplacé par le plan sur-élevé j'étais prêt à tout accepter . Mais un bon spectacle quand même
Merci de ne pas multiplier les fils sur les mêmes sujets :)
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

paco
Basse
Basse
Messages : 8039
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Roméo et Juliette - Campellone/Grinda - Monaco - 11/2014

Message par paco » 25 nov. 2014, 14:00

JdeB a écrit :Paolo Fanale a déjà beaucoup chanté Fenton et il y est très bon.
Et il a aussi beaucoup joué Roméo, a priori c'est un rôle dont il est familier

Je pense plutôt qu'il ne sait toujours pas où se situe sa voix, chaque année elle change de couleur, de tessiture, elle gagne ou perd en projection selon les spectacles, etc. Rappelez-vous son Arbace "barytonal" au TCE... Tout ça sent la technique trop fragile...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 66 invités