Charpentier - Pastorale de Noël - Daucé - Lyon - 12/2013

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19726
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Charpentier - Pastorale de Noël - Daucé - Lyon - 12/2013

Message par JdeB » 31 déc. 2013, 09:01

Musiques françaises sacrées du XVIIème siècle pour le temps de Noël

A la venue de Noël (traditionnel)

Or nous dites Marie (traditionnel)

Etienne Moulinié (1600 ?-1669) : Magi videntes

Giuseppe Giamberti (Rome 1600?-1657?) : Similabo eum

Guillaume Bouzignac (fin XVIème-1643?) : Visitat Maria Elisabeth

Antoine Boesset (1586?-1643) : Magnificat

Francesco Foggia (Rome 1604-1688) : O quam clemens

Marc-Antoine Charpentier (1636 ?-1704) :

Litanies à la Vierge H.84

Or nous dites Marie H.534

O Emmanuel H.403

Annunciate H.400

In nativitatem Domini H.414


Violaine Le Chenadec, Caroline Weynants, Caroline Bardot : dessus
Lucile Richardot : bas-dessus
Stephen Collardelle : haute-contre
Davy Cornillot : taille
Etienne Bazola : basse-taille
Geoffroy Buffière : basse

Lucile Perret, Matthieu Bertaud : flûtes
Béatrice Linon, Alice Julien Laferrière : violon
Myriam Rignol : basse de viole
Julien Hainsworth : basse de violon
Diego Salamanca : théorbe

Ensemble Correspondances
Orgue, clavecin et direction : Sébastien Daucé

Chapelle de la Trinité à Lyon, le 20 décembre 2013.


Sébastien Daucé et l’ensemble Correspondances qu’il a créé en 2008 se consacrent principalement à la musique sacrée française du XVIIème siècle. La vie musicale d’alors fut d’une grande richesse que Daucé nous révèle. Si l’œuvre de Marc-Antoine Charpentier a connu une renaissance dès 1953 grâce à quelques mesures de son Te Deum (1692), devenues le générique de l’Eurovision (1953) et surtout en 1981 avec la redécouverte (après quelques 250 ans d’oubli !), qui fut une révélation, de David et Jonathas (1688), tragédie biblique donnée à l’Opéra de Lyon avec Paul Esswood, Colette Alliot-Lugaz et Philippe Huttenlocher sous la direction de Michel Corboz (enregistrement Erato). Révélation amplifiée par les nombreux enregistrements d’œuvres de M.A.Charpentier réalisés par William Christie (avec lequel Sébastien Daucé a travaillé). Daucé nous propose aussi ce soir des œuvres rares d’Etienne Moulinié (1600 ?-1669), d’immense renommée en son temps, maître de musique et de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, et des Etats du Languedoc ; ou de Guillaume Bouzignac (fin XVIème siècle-1643 ?), d’origine languedocienne, dont Tours et la Bibliothèque Nationale possèdent de nombreuses partitions manuscrites. En revanche totale découverte pour votre serviteur d’Antoine Boesset (1586-1643), qui fut maître de la musique de la Reine (1615) et surintendant de la musique du Roi (1622), le musicien favori de Louis XIII. Sébastien Daucé et Correspondances ont réalisé le premier enregistrement d’œuvres de Boesset chez Zig-Zag Territoires en 2012. Pour compléter son programme Daucé nous offre deux œuvres de compositeurs italiens de la même époque : Giuseppe Giamberti (Rome 1600?-1657?), maître de chapelle de Sainte Marie Majeure et Francesco Foggia (Rome 1604-1688), maître de chapelle de Saint Jean de Latran.

Magi videntes stellam de Moulinié est d’une écriture intéressante car fort complexe. Similabo eum de Giamberti est une partition de belle tenue jouée par l’orchestre seul. Bouzignac, très influencé par la musique italienne, a écrit un joyeux Visitat Maria Elisabeth. Boesset a composé un Magnificat plein de charme, de grâce et de poésie chanté par le chœur féminin. La plus belle œuvre de cette partie introductive à Charpentier est le O quam clemens de Foggia, splendide prière à la Vierge chantée par Stephen Collardelle (haute-contre) et Davy Cornillot (taille) aux voix suaves et harmonieuses. Deux Noëls traditionnels (dont les mélodies ont été reprises et harmonisées par de nombreux compositeurs, dont Charpentier lui-même pour le deuxième) servent d’introduction et de transition à l’œuvre de Charpentier : A la venue de Noël et Or nous dites Marie. Ces deux cantiques permettent d’apprécier les individualités du chœur particulièrement la voix de bas-dessus de Lucile Richardot au timbre d’une rondeur et d’une profondeur exceptionnelles.

Marc-Antoine Charpentier a vécu à Rome où il fut l’élève de Carissimi : il a diffusé la musique italienne en France. Il souffrit toute sa vie de l’ombre envahissante de Lully et dut à la brouille de ce dernier avec Molière de devenir le musicien des Comédiens français (il composa la musique du Malade imaginaire en 1673). Compositeur de la Chapelle du Dauphin (1679) et de celle de la Duchesse de Guise (1680), il est surtout célèbre pour sa musique religieuse écrite pour le Jésuites de Saint Louis et pour Port-Royal. Son écriture est raffinée, avec un sens dramatique du texte acquis en Italie provoquant une forte émotion spirituelle. Les Litanies de la Vierge H.84 (H.W.Hitchcock a établi le catalogue des œuvres de Charpentier en 1982) permettent de mesurer toute l’étendue du talent de Charpentier : variété des tempi, complexité d’écriture, forte émotion. Qualités encore plus évidentes dans O Emmanuel H.403, Annunciate ( Canticum ab beatam Virginem inter homines et angelos) H.400 et dans In nativitatem Domini H.414.

Direction sobre et efficace de Sépastien Daucé qui tient aussi le clavecin ou l’orgue. Orchestre de sept musiciens et chœur de huit chanteurs quasiment tous solistes de grande compétence formant un magnifique ensemble. Belle soirée pour un beau programme de fête… En bis d’abord reprise du dernier chœur de In nativitatem Domini et enfin reprise de l’Agnus Dei qui clôt les Litanies de la Vierge.

Pierre Tricou
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 78 invités