Puccini - Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Représentations
Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8528
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Bernard C » 14 févr. 2013, 23:59

quetzal a écrit :Un des évènements attendus de ce début d'année 2013 est la prise de rôle de Nina Stemme dans Turandot à l'Opéra Royal de Stockholm .

La première aura lieu au Kungliga Operan le 16 février 2013 .

( CR après cette représentation )

Cette prise de rôle vient un an après un précédent rôle titre de Puccini : Minnie de la Fanciulla del West , pour l'instant jamais re-chanté , mais qu'on va certainement entendre dans les années à venir .
Je n'ai aucune information sur la suite qui sera donnée à cette Turandot dans les programmations de l'artiste .


Chef d'Orchestre : Thomas Söndergaard
Mise en scène et décors : Marco Arturo Marelli
Costumes: Dagmar Niefind Marelli

Turandot : Nina Stemme *
Altoum : Magnus Kyhle
Timur : Michael Schmidberger
Calàf : Riccardo Massi
Liù : Yana Kleyn
Ping : Ola Eliasson
Pang : Daniel Ralphsson
Pong : Niklas Björling Rygert
Un Mandarin : Anton Eriksson



(*attention il y a alternance dans le rôle de Turandot avec Tamara Mancini)

Bernard

Les toutes premières images de Stemme en Turandot :

http://www.youtube.com/watch?v=uI49O3MQ4R4

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8528
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Bernard C » 15 févr. 2013, 09:26

quetzal a écrit :
quetzal a écrit :Un des évènements attendus de ce début d'année 2013 est la prise de rôle de Nina Stemme dans Turandot à l'Opéra Royal de Stockholm .

La première aura lieu au Kungliga Operan le 16 février 2013 .

( CR après cette représentation )

Cette prise de rôle vient un an après un précédent rôle titre de Puccini : Minnie de la Fanciulla del West , pour l'instant jamais re-chanté , mais qu'on va certainement entendre dans les années à venir .
Je n'ai aucune information sur la suite qui sera donnée à cette Turandot dans les programmations de l'artiste .


Chef d'Orchestre : Thomas Söndergaard
Mise en scène et décors : Marco Arturo Marelli
Costumes: Dagmar Niefind Marelli

Turandot : Nina Stemme *
Altoum : Magnus Kyhle
Timur : Michael Schmidberger
Calàf : Riccardo Massi
Liù : Yana Kleyn
Ping : Ola Eliasson
Pang : Daniel Ralphsson
Pong : Niklas Björling Rygert
Un Mandarin : Anton Eriksson



(*attention il y a alternance dans le rôle de Turandot avec Tamara Mancini)

Bernard

Les toutes premières images de Stemme en Turandot :

http://www.youtube.com/watch?v=uI49O3MQ4R4

Bernard
entretien avec Riccardo Massi :

http://www.operan.se/Var-repertoar/2012 ... vju-Massi/

( quelques images font craindre que l'action se situe dans un HP ...! à suivre ...)


Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8528
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Bernard C » 16 févr. 2013, 10:20

Comme je l'avais prévu ,la radio diffuse la première ce soir en direct du Kungliga Operan à 18 heures :

vous pouvez vous connecter ici:

http://sverigesradio.se/sida/avsnitt/15 ... ramid=2359

à plus tard .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Snobinart
Baryton
Baryton
Messages : 1894
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00
Localisation : Paris 19
Contact :

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Snobinart » 16 févr. 2013, 12:06

Hâte de lire tes impressions Bernard

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 722
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Piero1809 » 16 févr. 2013, 12:58

quetzal a écrit :Comme je l'avais prévu ,la radio diffuse la première ce soir en direct du Kungliga Operan à 18 heures :

vous pouvez vous connecter ici:

http://sverigesradio.se/sida/avsnitt/15 ... ramid=2359

à plus tard .

Bernard
Merci pour l'information
Piero

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8528
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Bernard C » 16 févr. 2013, 14:19

Snobinart a écrit :Hâte de lire tes impressions Bernard
Il fait frisquet mais la ville reste exaltante :wink:
Image

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8528
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Bernard C » 16 févr. 2013, 23:29

Chef d'Orchestre : Thomas Söndergaard
Mise en scène et décors : Marco Arturo Marelli
Costumes: Dagmar Niefind Marelli

Turandot : Nina Stemme *
Altoum : Magnus Kyhle
Timur : Michael Schmidberger
Calàf : Riccardo Massi
Liù : Yana Kleyn
Ping : Ola Eliasson
Pang : Daniel Ralphsson
Pong : Niklas Björling Rygert
Un Mandarin : Anton Eriksson


Représentation du 16 février 2013 (première) Kungliga Operan Stockholm

Prenez le premier avion pour Stockholm et en à peine plus de deux heures vous assisterez à :

"une Turandot de fous , La Turandot pour l'histoire "


Je ne sais pas par quel bout prendre ce compte rendu .

Je vais dire pour commencer quelques mots de la mise en scène :

C'est un spectacle qui m'a sidéré , au vrai sens du terme , quand l'esprit ressort avec les idées mêlées et impuissantes sous l'empire d'une émotion : c'est ça la sidération .

Je ne vais pas raconter grand chose et laisser aux petits camarades découvrir les surprises de ce spectacle inédit.

Où sommes nous ? Dans l'inconscient de Puccini , quelque part dans sa Villa de Torre del Lago avec sa partition inachevée de Turandot ? Dans un asile d'aliénés ,ou plutôt une de ces maisons de santé pour riches névrosés du centre de l'Europe dans l'entre-deux siècles , entre Charcot et Freud ?

Probablement dans la salle des fêtes de ces Asiles où l'on présentait ces spectacles cathartiques aux patients par les patients avec l'aide du personnel mi-soignant, mi-gardien , mi-servant.

Théâtre dans le théâtre mais théâtre de fous pour fous ; bref , l'inconscient presque ordinaire .

Après tout Calaf est-il autre chose que fou ? Puccini le répète sans cesse dès le premier acte :

"Chi sei ? Che vuoi? Va !Via! Pazzo !...
...
Qui tutti i cimiteri sono occupati!
Qui bastano i pazzi indigeni;
non vogliamo piu pazzi forestieri !..."

L'ami? Che cosa ? Chi ?
Turandot ?Ah ! Ah! Ah!
O ragazzo demente,
Turandot non existe !
Non existe che il Niente
nel qual ti annulli..
...

Afferalo !Portalo via !
Trattieni quel pazzo furente !
Su ! Porta via quel pazzo!
Tu sei folle ! La vita è cosi bella!"

Fou est le jeune héros , l'amour est fou et meurtrier . A quoi répondent les hallucinations de Calaf qui le conduisent au Gong .

L'univers scénographique va donc circuler entre l'espace intérieur de la chambre du héros , l'espace de l'enfermement et la seule ouverture possible celle du théâtre .Il est le seul personnage à être dehors et dedans ce spectacle exotique : Spaltung , dissociation de la personnalité ...je laisse le débat se développer au retour des uns et des autres .

Alors qui sont Ping ,Pang ,Pong ? Des sbires de l'asile ..des thérapeutes animant le spectacle , de troubles officiants des laboratoires de phrénologie où les têtes se conservent dans leur formol ...parfois Ping Pang Pong du livret tout simplement ,mélancoliques et nostalgiques " Addio amore ! Addio , razza...Addio, stirpe divina ! E finisce la China !".

Altoum sur son fauteuil roulant , Timour jeune malade déguisé en vieux tartare , Liu sortie des rizières du Mekong , acrobates , tiare de guirlandes de noel pour Turandot ... tout un univers d'objets de l'Inconscient , comme le hara-kiri a la Butterfly de Liu .

Tout cela est magnifiquement fait , la scénographie est superbe , la poésie de la lune arrache des larmes d'émotion , les étincelles des sabres sont bien réelles ,Turandot descend bien l'escalier à la troisième énigme . Le respect de l'oeuvre et des didascalies est exemplaire .

La scène finale est si inédite , le face à face si fort d'être si tendrement trivial qu'il grandit l'achèvement , non dans la grandiloquence mais dans la profondeur .

Je m'arrête , je me retiens tant on pourrait décrire les mille trouvailles de cette mise en scène qui à aucun moment ne faiblit et surtout à aucun moment ne s'échappe de Puccini .Au contraire , elle sert comme je crois n'en avoir encore jamais vue la modernité de sa musique .

La direction de Thomas Söndergaard ,l'orchestre et les choeurs sont dans une dynamique et une précision exceptionnelles . Probablement l'orchestre est un peu forte notamment pour le Calaf de Massi.
Mais il emporte cette musique avec une vigueur ,une intelligence du texte et des couleurs , virevoltant ,dramatique ,poétique ,solennel ,jamais "vériste" , jamais un accent sur-ajouté.
Bref un grand moment de musique, et pour une première remarquablement au point ( fort peu de couacs ) particulièrement une maîtrise du plateau et des choeurs bien trop rare dans de plus grandes maisons.

La distribution

Bien sûr s'il faut d'urgence prendre le dernier avion pour Stockholm :wink: c'est pour ne pas manquer la Turandot qui efface toutes celles qui l'ont précédée de notre vivant :
Nina Stemme
On sait que c'est l'Isolde ,la Brünnhilde , la Minnie d'aujourd'hui .
C'est autant , aussi évidemment ( plus criant encore ) La Turandot des cinquante ans qui viennent de s'écouler (avant je ne peux pas dire ,je n'ai pas vu ni entendu et je ne veux pas comparer avec le disque . Parce que je dirais quelque chose qui fera hurler ,je dirai que même avec les disques que je connais, c'est la meilleure Turandot qui soit ,donc on ne me croira pas :lol: )

Donc présence scénique et autorité noble et passionnée , vibrant legato dans un chant d'un souffle infini , puissance plus grande que jamais( plus impressionnante pour moi que dans ses deux finals de Crépuscule de SF et de Munich),timbre et couleurs qui comme souvent chez elle savent se plier totalement aux mouvements du metteur en scène et aux intentions dramatiques . On sent très bien comme elle s'investit corps et âme dans certaines mises en scène ( c'est le cas avec Loy ,c'est le cas ici avec Marelli)

Le théâtre s'est soulevé , les suédois ont fait une standing ovation délirante , ce qui n'est pas banal.
Stemme est Turandot ,car la voix peut tout , comme si elle était invulnérable ,et parce qu'elle est invulnérable elle peut être un personnage vulnérable et complexe quasi psychotique , froide et brûlante .
Et tendre , si tendre et ça le metteur en scène a su pousser ça très loin , plus loin encore que ce baiser d'amour .

Et le Calaf de Riccardo Massi ?

Prise de rôle aussi pour ce beau chanteur .J'aime beaucoup cette voix,ce timbre , cet art du chant qui jamais ne force les moyens , ne beugle, ne fait d'effet , ne concède aux apparences .
C'est donc un superbe Calaf , pas un Calaf aujourd'hui à la projection suffisante pour lui permettre d'interpréter le rôle dans une salle comme Bastille ou une grande salle américaine et encore moins Orange :wink:
Mais son " Nessun dorma !" a été pour moi superbe de bon goût ,de beau chant ,de présence cohérente et musicale , même si ce n'est pas le morceau de bravoure qui aurait fait délirer les arènes de Vérone .
C'est un ténor que je préfère à beaucoup d'autres aux plus "grandes "voix pour cet engagement dans la profondeur et dieu sait que dans une telle production on lui demandait d'incarner un personnage complexe !

Enfin pour moi une très belle révélation: la Liu de la russe Yana Kleyn ,voix très fraîche , souffle et ligne tenus , timbre superbe et présence scénique surprenante ,comme une adolescente perdue dans ce monde d'adultes fou .

Tous les autres chanteurs issus de la troupe du Kungliga Operan sont formidables, je dirai comme d'habitude , tant j'admire la qualité constante qu'on rencontre ici .

Bravo ! Et bravo au public , quasiment pas de toux ( malgré le temps glaciaire dehors) , pas de bruits parasites , pas d'applaudissements avant la fin de la dernière note et un triomphe à la hauteur de l’évènement .

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2459
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par dge » 16 févr. 2013, 23:41

quetzal a écrit :[Prenez le premier avion pour Stockholm et en à peine plus de deux heures vous assisterez à :

"une Turandot de fous , La Turandot pour l'histoire "


Bernard
Je viens d'aller sur les sites AF et SAS. Depuis la parution de ton CR les avions sont complets :)

Est-il prévu un DVD. Va t-elle le chanter ailleurs?

C'est dans ces moments qu'on se dit que rien ne surpasse l'opéra pour donner des émotions :)

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 8528
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00
Localisation : Grand-Ouest

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Bernard C » 17 févr. 2013, 01:06

Cher dge

Un enregistrement video va exister puisque ce spectacle va être diffusé en direct sur quelques écrans cinés de Stockholm et Malmö .Y aura-t-il un DVD ? Je n'en sais rien.

Tu peux écouter l'enregistrement audio de ce soir ici; ça marche , je viens de vérifier :


http://sverigesradio.se/sida/avsnitt/15 ... ramid=2359

Pour ceux qui veulent aller directement au "In questa reggia" et aux énigmes,c'est en 1:04:44 .

La prise de son n'est pas fameuse, elle sature ..mais bon.

"Nessum dorma"est pour les amateurs à 02:03:40

Bernard

Image

Image
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..."

Avatar du membre
Piero1809
Ténor
Ténor
Messages : 722
Enregistré le : 14 avr. 2009, 23:00
Localisation : Strasbourg
Contact :

Re: Turandot - Söndergaard/Marelli - Stockholm - 02-03/2013

Message par Piero1809 » 17 févr. 2013, 08:27

Merci pour ce compte rendu, fait dans la foulée du spectacle, c'est également une performance!

Excellente prise de son de la radio suédoise. Scotché devant mon écran où il n'y avait rien à voir, j'ai écouté la musique avec passion du plus beau Turandot que je connaisse.

L'orchestre était certes au premier plan mais n'est ce pas normal dans une oeuvre somme toute bien plus orchestrale que vocale? C'est surtout vrai dans l'acte I, mon préféré, un poème symphonique, où la voix intervient épisodiquement (un seul air conventionnel, celui de Liu, admirable d'ailleurs), une suite de tableaux orchestraux fantastiques, en particulier cette scène extraordinaire: Perche tarda la luna, Faccia pallida....
L'inspiration de Puccini se maintient intacte à l'acte II avec la grande scène géniale de Ping Pang Pong. A partir de la scène des enigmes, mon attention baisse souvent ...Ce ne fut pas le cas hier soir avec des chanteurs qui ont réussi à maintenir une tension extrême et un orchestre qui fit entendre quantité de détails qui ordinairement m'échappent.
Souvent je zappe l'acte III. Après une introduction orchestrale que le commentateur suédois compare avec raison au cercle des adolescents et des adolescentes du Sacre du Printemps, Nessun dorma m'ennuie généralement, j'y vois un retour de la facilité dans laquelle Puccini avait cessé de tomber dans ses opéras tardifs. Cet air passait bien car il fut abordé avec sobriété et retenue , il m'a même semblé court! La dernière scène de Franco Alfano m'a beaucoup plu, pour une fois, le grand duo s'articulait parfaitement avec ce qui précédait et témoignait de l'habileté de son auteur.

Tout a été dit sur les interprètes et je suis tout à fait d'accord. Nina Stemme est géante et Riccardo Massi formidable. Ping Pang Pong étaent bien moins caricaturaux qu'à l'accoutumé et on découvrait leurs talents individuels. Liu très émouvante mais avec un vibrato excessif à mon goût.

Avec des choeurs omniprésents opérant dans tous les styles, dans tous les registres (suraigus incroyables), et avec les dynamiques les plus variées (pianissimi de perché tarda la luna...), l'extase était totale.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 36 invités