Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12326
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par HELENE ADAM » 13 août 2019, 12:27

Idomeneo, re di Creta,

Wolfgang Amadeus Mozart

Opera seria en trois actes K. 366
Livret de Giambattista Varesco
Création à Munich (théâtre Cuvilliés) en 1781

Séance rediffusée le 12 Août sur Medici TV, retransmission du festival de Salzbourg, Août 2019, Felsenreitschule.
Audio diffusé par France Musique le 11 Août
Ces retransmissions sont toujours disponibles.

Teodor Currentzis | Chef d'orchestre
Peter Sellars | Réalisateur, Mise en scène
George Tsypin | Décors
Lemi Ponifasio | Chorégraphe
Robby Duiveman | Costumes
James F. Ingalls | Création lumières
Antonio Cuenca Ruiz | Dramaturgie

Avec
Russell Thomas | Idoménée
Paula Murrihy | Idamante
Ying Fang | Ilia
Nicole Chevalier | Elettra
Levy Sekgapane | Arbace
Issachah Savage | Grand-Prêtre de Neptune
Jonathan Lemalu | Neptune / La Voix
Brittne Mahealani Fuimaono | Danseur
Arikitau Tentau | Danseur
David Steffens | Basse

musicAeterna Choir of Perm Opera
Vitaly Polonsky | Chef de chœur
Freiburger Barockorchester
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12326
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par HELENE ADAM » 13 août 2019, 18:14

Image

Comme il y a deux ans, pour "La Clémence de Titus", la rencontre entre le metteur en scène américain, Peter Sellars et le chef d'orchestre russo-grec Teodor Currentzis, est l'un des événements de Salzbourg. Et comme l'an dernier, c'est dans le décor naturel grandiose du Felsenreitschule que les deux enfants terribles de l'opéra nous ont concocté cet Idomeneo sous la forme d'une fable des temps modernes. On remarquera - ce fut déjà le cas pour Castelluci et son Requiem de Mozart à Aix- que nos metteurs en scène à la page, s'intéressent moins au passé nazi de l'Allemagne (et de l'Europe) et davantage désormais à l'avenir sombre de la planète. C'est donc autour des dangers du dérèglement du climat que Peter Sellars a construit une mise en scène, dominée par les décors superbes avec les objets imaginés par George Tsypin qui créé tout un univers avec des bulles flottantes représentants animaux et faune marine et des stèles se dressant de toutes les couleurs dans un univers d'océan dominé par le bleu parfois éclaboussé de lumière jaune ou orange.
Au vu de la photo que j'ai mis en exergue, il faut tout de suite préciser que la captation retransmise par Medici TV que j'ai vue, ne rend absolument pas justice à la beauté plastique de cette mise en scène, qui est juste esquissée, tant les gros-plans sont dominants, voire exclusifs, là aussi suivant une mode bien agaçante qui consiste à considérer que seules les performances des gosiers de chanteurs ont un intérêt pour le spectateur.
Je retiendrai donc surtout de la mise en scène, son côté esthétique fascinant, parfaitement en phase avec la musique et un jeu d'acteurs de haute voltige qui mériterait à lui seul les ovations reçues par les artistes.
En gros, on comprend que, pour faire passer son message d'alerte, Sellars se sert de cet exil forcé en Crète de l'otage troyenne Illia, et de la malédiction qui va poursuivre le roi de Crète Idoménéo, sauvé par Neptune du naufrage pendant la tempête, mais qui doit payer un lourd tribut : le sacrifice du premier être humain qu'il croisera sur son chemin, lequel sera, bien sûr, un être aimé par dessus tout, son fils Idamante, objet lui-même de l'amour éperdu d'Illia et d'Electre, rescapée des Atrides et maudite évidemment.
Image
Cet opera seria de Mozart est l'un des plus beaux musicalement parlant dans le "genre", mais aussi l'un des plus longs (3h30) ce qui explique peut-être qu'il ne soit pas très souvent donné malgré ses qualités. Outre des arias de toute beauté en grand nombre et pour tous les solistes, Idomeneo comporte des parties orchestrales étonnantes de modernité et les deux thèmes de la tempête (notamment le premier quand les Crétois croient leur roi mort et attendent de ses nouvelles sans espoir) font penser au traitement que fera Verdi dans Otello d'un thème très voisin.
Currentzis choisit un rythme très vif et très coloré dès l'ouverture, taille largement dans les récitatifs pour privilégier les arias et les "ensembles", place et déplace des choeurs très présents et magnifiques, jusque devant l'orchestre face aux premiers rangs des spectateurs (musicAeterna de l’Opéra de Perm) et rajoute, à son habitude, un extrait d'une autre oeuvre de Mozart, Thamos roi d'Egypte, le Solo de Sethos, basse, (et des Chœurs) « Ihr Kinder Des Staubes, Erzittert", un impressionnant chant grave et solennel, en allemand (comme l'oeuvre de Mozart). Le final d'Idomeneo qui se termine par un geste de clémence de Neptune, l'harmonie retrouvée en Crète et dans les océans, par un beau ballet polynésien tout en douceur, lenteur, grâce et beauté.
La mise en scène de Sellars comme la direction musicale de l'oeuvre de Currentzis ne feront pas l'unanimité, ne serait-ce que du fait de leur parti pris personnel créatif, mais j'ai trouvé que cela fonctionnait magnifiquement et, une fois passé l'étonnement du choix de costumes assez disgracieux et dont on ne saisit pas immédiatement le sens (à part leur ressemblance avec ceux de la Clémence l'an dernier :wink: ), le reste est impressionnant et réussi.
Musicalement le Freiburger Barockorchester est littéralement boosté par un Currentzis visité, comme à son habitude, avec un rien de gourou à la tête de ses disciples, et une efficacité impressionnante de toutes les secondes.
C'est du Mozart qui vit et qui respire comme jamais et la domination des arias et des parties orchestrales donne à l'oeuvre un élan musical particulièrement réussi.
De l'équipe de solistes, on remarquera d'abord la touchante Illia de Ying Fang, qui vous bouleverse dès son premier air (« Padre, germani, addio »), voix, timbre, expression, diction magnifique, rien de mécanique malgré la perfection du chant. La jeune soprano fait passer tant de choses dans les colorations de sa voix qu'on est ému dès le premier quart d'heure et que cette impression qu'elle fit son rôle perdurera durant toute la représentation. Un nom à retenir absolument (et je crois que je n'ai déjà dit pour une autre oeuvre d'ailleurs). Le rôle d'Idamante a été écrit pour un castrat. Confié là à la soprano Paula Murrihy, je dois avouer avoir mis un peu de temps à être convaincue, trouvant le timbre un peu monolithique pour un rôle tout à fait central. Mais déjà à la fin de l'acte 1, elle a "pris" ses marques et son "« Il padre adorato » est de grande tenue. Mais c'est son interprétation du magnifique chant " Ch’io mi scordi di te" (KV 505) accompagné du seul piano, qui emporte la plus grande ovation à juste titre pour un immense moment d'émotion.
L'Eletra de Nicole Chevalier sera également renversante (c'est le cas de le dire, la chanteuse simule une fantastique crise de nerf) dans son« D'Oreste, d'Ajace » phénoménal, cet aria où Mozart revisite en quelques vers toute la tragédie des Atrides, donnant un morceau d'anthologie à son interprète.
L'Arbace de Levy Sekgapane est très bien chantant dans un rôle sans doute moins bien servi globalement que celui de ses partenaires et Issachah Savage campe un Grand-Prêtre de Neptune un peu précautionneux mais le rôle est petit, quant à la Voix (et Neptune) c'est l'impressionnant
Jonathan Lemalu qui leur prête son talent. (froid dans le dos...) sans oublier la basse David Steffens pour le solo de Thamos et les très beaux danseurs Brittne Mahealani Fuimaono et Arikitau Tentau
Mes réserves iront, hélas, à la prestation de Russell Thomas en Idomeneo. Le ténor américain avait également chanté Titus mais je ne crois pas que son répertoire soit essentiellement mozartien et cela s'en ressent dès le début : peu de legato, pas de vocalises, des difficultés dans les aigus (je pense qu'il était souffrant par ailleurs) pour lesquels le timbre s'amenuise dangereusement, peu de notes longuement tenues, bref il m'a semblé qu'on tenait là un contre-emploi manifeste pour un ténor qui chante plutôt Otello (de Verdi), Radamès et Manrico.
Globalement, c'est un spectacle passionnant malgré tout et il est toujours possible de réécouter des gloires du passé dans ce superbe rôle !
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Tico
Messages : 37
Enregistré le : 24 juin 2018, 17:05

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par Tico » 13 août 2019, 22:58

Merci pour ton compte-rendu Hélène !
HELENE ADAM a écrit :
13 août 2019, 18:14

Comme l'an dernier pour "La Clémence de Titus"
C'était plutôt l'été 2017, me semble-t-il. Le temps passe trop vite !

Je partagerai mes commentaires après voir vu en salle le spectacle ce jeudi. J'ai néanmoins pas pu m'empêcher d'écouter la rediffusion sur France Musique. Littéralement transporté par le Freiburger Barockorchester, et particulièrement le rôle très présent confié au piano forte. Je crois que je n'avais pas entendu une telle prestation de la part de cet orchestre depuis Rinaldo à Montpellier (dirigé par Jacobs et enregistré avec Vivica Genaux).
Mais je suis un peu perturbé par les multiples coupures réalisées par Currentzis qui sabre sauvagement dans les rėcitatifs.

Concernant l'Idomenée de Russel Thomas, j'attendrai de l'entendre en salle pour me faire un avis. Mais je regrette déjà Kobie Van Rensburg, entendu dans ce rôle à Toulouse, il y a une bonne vingtaine d'année..

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12326
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par HELENE ADAM » 14 août 2019, 00:03

Tico a écrit :
13 août 2019, 22:58
Merci pour ton compte-rendu Hélène !
HELENE ADAM a écrit :
13 août 2019, 18:14

Comme l'an dernier pour "La Clémence de Titus"
C'était plutôt l'été 2017, me semble-t-il. Le temps passe trop vite !
Oui tu as raison ! :wink: (et c'est corrigé merci !)
(suivi d'ailleurs en septembre d'une version concert au TCE).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1267
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par philipppe » 14 août 2019, 04:40

Quimper et Salzbourg la même semaine, quel grand écart !

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 4762
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par micaela » 14 août 2019, 07:50

Je crois que pour Salzbourg Hélène n'a vu qu'une retransmission...
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20741
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par JdeB » 14 août 2019, 08:34

philipppe a écrit :
14 août 2019, 04:40
Quimper et Salzbourg la même semaine, quel grand écart !
Moi l'été 1997 j'ai fait jury aux Assises de Nîmes puis le festival de Salzbourg (abo jeune) puis mes classes à la caserne de la Braconne (Angoulême) avant de prendre mon poste à l'Ecole militaire de Paris...en voilà un triple grand écart, non ? :lol:
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20741
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par JdeB » 14 août 2019, 10:43

Tico a écrit :
13 août 2019, 22:58
Mais je regrette déjà Kobie Van Rensburg, entendu dans ce rôle à Toulouse, il y a une bonne vingtaine d'année..
c'était en février 2010 dans la production de Pet Halmen
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12326
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par HELENE ADAM » 14 août 2019, 16:42

Tico a écrit :
13 août 2019, 22:58
Mais je suis un peu perturbé par les multiples coupures réalisées par Currentzis qui sabre sauvagement dans les rėcitatifs.
Je renvoies à toutes fins utiles au débat qui s'était ouvert à propos de la Clémence (il y a donc deux ans au TCE) sur ODB.
Currentzis "d'après Mozart".... :wink:

http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... 30#p325478
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Tico
Messages : 37
Enregistré le : 24 juin 2018, 17:05

Re: Mozart - Idomeneo - Currentzis/Sellars - Salzbourg - 08/2019

Message par Tico » 14 août 2019, 17:53

JdeB a écrit :
14 août 2019, 10:43
Tico a écrit :
13 août 2019, 22:58
Mais je regrette déjà Kobie Van Rensburg, entendu dans ce rôle à Toulouse, il y a une bonne vingtaine d'année..
c'était en février 2010 dans la production de Pet Halmen
Vue en 2000. Je ne trouve pas trace d'une reprise en 2010.
C'est une production salzbourgeoise d'ailleurs (Je viens de rejeter un coup d'oeil au programme)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 75 invités