Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 4040
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par Loïs » 13 mars 2019, 22:57

Leo Nucci accompagné par le pianiste James Vaughan

1ère partie :
Gioachino Rossini | Il barbiere di Siviglia: "Largo al factotum"
Giacomo Puccini | Gianni Schicchi: "Era uguale la voce?"
Gaetano Donizetti | Lucia di Lammermoor: "Cruda, funesta smania"
Giuseppe Verdi | Un ballo in maschera: "Eri Tu "
Giuseppe Verdi | I vespri siciliani: "In braccio alle dovizie"
2ème partie :
Ruggero Leoncavallo | I Pagliacci: "Si può? Si può?"
Giuseppe Verdi | La traviata: "Di Provenza il mar, il suol"
Giuseppe Verdi | Il Trovatore : "Il balen del suo sorriso"
Giuseppe Verdi | Don Carlo: "Per me giunto… Oh Carlo ascolta"
Giuseppe Verdi | Rigoletto: "Cortigiani, vil razza dannata"
Bis:
Giuseppe Verdi | I Masnadieri
Paolo Tosti : "Donna vorrei morrir"
Giordano / Andrea Chenier : "Nemico della Patria"

Pour sa tournée d’adieu , le grand Nucci intègre un diamant dans sa couronne d’ultimes représentations : un best off de ses plus grands rôles en un concert unique.
Régulièrement au cours des derniers mois je pense le voir pour la dernière fois (Liège, Milan, Orange) et puis je me dis « encore un dernier pour la route ». Et c’est à chaque fois un plaisir renouvelé.
Bien sur on entend la réduction progressive des moyens et la fatigue qui guette au coin de la partition mais quel maitre et quels frissons !

Je sais que le baryton n’est pas comme le ténor une espèce rare et que de biens beaux spécimens se produisent d’ores et déjà sur scène, je ne sacrifie jamais au « des comme lui il n’y en aura plus » mais ce soir je crois bien que c’était la der des der et que nos trente ans de théâtre commun (lui sur scène, moi dans un fauteuil) s’achèvent (un regret : ne pas avoir pu répondre à l’invitation (convocation?) marseillaise) . Pour autant aucune tristesse mais une grande joie d’avoir connu tous ces moments (ah cette prise de rôle de Gérard à Marseille, ce Rigoletto trissant à Orange, etc… !) et une infinie reconnaissance envers un artiste tout aussi grand et simple que l’homme qui se cachait derrière et qui va le redevenir pleinement.

En entrée un facétieux Figaro mené à une vitesse étourdissante histoire de rappeler sa maîtrise di silabismo et ses aigus qui ne l'ont jamais trahi, suivi d'un Schicchi confit de rouerie et confondant d'autoderision (mais il y eut il meilleur cette dernière décennie?) puis on passe au lourd avec un Enrico à la cadence finale implacable et ce sommet de la soirée : un "eri tu" immense qui fait chavirer la salle et lever le pianiste très ému pour l'embrasser. Plus entendu ce moment depuis Cappuccilli à Londres mais l'un n'a t'il pas succéder à l'autre dans la race des seigneurs?
Enfin on ne sort pas de cette bulle d'émotion avec un Montfort d'une grande humanité. Et on crie aux saluts la dernière phrase qu'il vient de chanter en passant de la première personne du singulier à celle du pluriel: " siamo beati vicino a te".

La deuxième partie s'ouvre sur le prologue de Pagliacci et cette scène devient à elle seule un master class où la technique (ce sol final qui fuse) le dispute à l'interprétation (et au moment du dernier tour de piste, le texte prend tout son sens).
Traviata c'est encore l'émotion à l'état pur (et une telle nuance dans chaque note que même chanté en serbo croate on ne perdrait pas un mot et Trovatore la leçon de cantilène.
On peut être surpris de le voir aborder en presque fin de récital le plus juvénile des rôles de baryton verdien mais la jeunesse du timbre et cet incroyable émotion distillée rappelle que l'amitié et l'amour de la liberté n'ont pas d'age.
Et puisqu'il faut finir : forcément Rigoletto et l'art à son sommet et comme une volonté de s'accrocher à chaque note qui rapproche de la fin.

Après une longue et immense ovation avec une salle bondée et intégralement debout, les trois bis : un Verdi à cracher le sang abordé avec une fraicheur et une vaillance confondantes, l'émotion et la douceur crépusculaire d'un Tosti puis.....
En mai 1991, j'assistais à la prise de rôle à Marseille de Nucci dans Andrea Chénier. C'était ma première soirée avec lui et il bissa.
Mars 2019 , son ultime bis : Andréa Chénier. Je revivais et j'entendais les deux voix: celle du passé et celle du présent mais je ne voyais plus rien. La boucle est bouclée.

Puis bien sur les discours, les cadeaux (sa première affiche à Vienne : il Barbiere) et le rappel du palmarès du Kammersänger Nucci : 323 soirées à Vienne dans 19 rôles. Nucci prend le micro et doit abandonner après 3 ou 4 mots, la voix vient de se dérober et l'émotion de la salle vient de balayer la concentration qui l'avait maintenu lors du récital

Christophe2017
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 176
Enregistré le : 09 mai 2018, 15:40

Re: Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13.30.2019

Message par Christophe2017 » 14 mars 2019, 03:48

A noter que ce récital a fait l'objet un streaming (payant) sur le site du Staasoper.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 4040
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13.30.2019

Message par Loïs » 14 mars 2019, 10:54

Christophe2017 a écrit :
14 mars 2019, 03:48
A noter que ce récital a fait l'objet un streaming (payant) sur le site du Staasoper.
Lors du discours de clôture , l'actuel directeur Meyer était accompagné du baryton Ioan Holender qui dirigea l'Opéra de Vienne dans les années 80, Nucci ayant débuté dans Figaro le 15 mars 1979

Image

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13523
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par PlacidoCarrerotti » 14 mars 2019, 12:00

Rien de prévu à Paris ? :-(
"À force de tout voir on finit par tout supporter… À force de tout supporter on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer on finit par tout accepter… À force de tout accepter on finit par tout approuver !" (Saint Augustin)

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 4040
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par Loïs » 14 mars 2019, 13:39

PlacidoCarrerotti a écrit :
14 mars 2019, 12:00
Rien de prévu à Paris ? :-(
E finito
http://www.leonucci.net/1/schedule_441086.html
il restera la Scala en septembre

Wim
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 233
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par Wim » 14 mars 2019, 19:58

Pour les fans de Nucci. Il sera à Liège pour un concert avec un orchestre de chambre le dimanche 31 mars à 15h. Il reste encore beaucoup de places.
https://www.operaliege.be/spectacle/leo-nucci/

Igguk
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 149
Enregistré le : 21 févr. 2016, 18:38

Re: Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par Igguk » 15 mars 2019, 00:10


Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 4040
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par Loïs » 15 mars 2019, 19:40

PlacidoCarrerotti a écrit :
14 mars 2019, 12:00
Rien de prévu à Paris ? :-(
il a prévu une tournée d'adieux d'une année (en fait deux saisons) sur les scènes où il s'était produit et je ne crois pas que Paris en fut.

muriel
Basse
Basse
Messages : 2797
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par muriel » 18 mars 2019, 15:39

à Marseille alors :D

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 4040
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Récital Nucci/Vaughan - Wiener Staatsoper - 13/03/2019

Message par Loïs » 18 mars 2019, 15:48

muriel a écrit :
18 mars 2019, 15:39
à Marseille alors :D
c'est déjà fait et la vidéo est sur Voldemort
Il est très attaché à Marseille où il effectua plusieurs prises de rôle (grands rôles) car il sait l'histoire d'amour entre lui et le public provençal (et en plus il n'habite pas loin, à Menton).
Et puis à Marseille, vu que nous sommes mauvais en anatomie, nous écoutons avec notre coeur et nous respirons avec nos tripes (contrairement à ceux qui écoutent l'opéra, un quart de fesse assis et la bouche en cul de poule d'un air blasé :lol: ), cela explique aussi peut être cela

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 97 invités