Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Représentations
Répondre
enrico75
Ténor
Ténor
Messages : 734
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par enrico75 » 07 déc. 2018, 07:08

Un peu déçu par Scala que j'entendais pour la première fois sur scène :très en force au début jusqu'à l'entrée de Cioffi,avec ce timbre assez particulier mais belle projection,et énorme potentiel vocal(à confirmer en Alfredo à Marseille?)pas très convaincu par Elisabeth un peu trop claironnante à mon avis dans les aigus.
Cioffi époustouflante d'engagement vocal et dramatique même s' il y a beaucoup à dire du point de vue technique(beaucoup de transpositions , je pense non Placido?)

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3585
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par Loïs » 07 déc. 2018, 07:57

belle réussite de Ciofi face à un public qui n'était pas venu pour elle.
La soirée fut belle mais dans le détail très inégale.
Je l'ai dit: le face à face des reines rejoignait la légende (et non l'histoire): une parvenue engoncée dans une meringue rouge que n'aurait pas reniée Bartoli, dont le port n'a rien de royal (elle pourrait apprendre à marcher en talons) à l'image faisant furieusement penser à Eddy dans AbsFab (sa coiffure , sa pose et sa façon d'aspirer son rouge à lèvre) et dont le chant est à l'avenant : court, sec aux fins de phrase à angle droit. C'est bien chanté (voire très bien) et timbré mais l'émotion est absente (à Munich dans Mefistofele c'était totalement l'inverse) mais elle confond l'énergie et l'autorité et n'a aucune notion de royauté : la plèbe sous le diadème. Ok je sais le rôle est très ingrat et il y est difficle de briller.
Il suffit de ressentir la densité du silence, la tension de l'écoute après quelques mesures pour comprendre qu'une vraie reine vient d'entrer. Dès les premières notes, la Marie Stuart telle que la veut la légende est là: suprême de port de tête et de voix (ah ces notes flottantes), émotion irradiante à fleur de peau et de voix, autorité et assurance qui captent l'attention du public et des partenaires (le regard de Scala n'était pas feint). Oui le premier acte sera le sien car l'absence de bas médium (on ne parle pas des graves) qui confèrent l'autorité et l'émotion ne sera pas un handicap tant elle sait jouer des transpositions ou variations dans le dernier carré du haut médium et de suraigus intacts mais surtout tant elle est l'incarnation vivante d'une antienne de ma prof : "convertis la force en intensité". Le final du I sera magnifique.
Pour le second acte, les choses se gâtent et cette absence totale d'appui sur le bas du registre rend extrêmement pénible le long récitatif avant un répit dans la cantilène puis une prière inaudible où le seul réconfort était de penser qu'avec Donato ce serait pire (l'orchestre à fond et sans nuance n'aidait pas il est vrai et le choeur qui d'un seul coup voulait faire croire qu'il savait chanter -ce dont personne ne s'était aperçu jusqu'alors- non plus). Enfin et heureusement la scène finale lui offre une magnifique opportunité de finir en beauté et de nous tirer par les tripes et les larmes vers un destin tragique et exemplaire (très enjolivé par rapport à l'histoire).
Scala toujours en tension , tension qui ne laisse aucun répit au public mais qui ne montrera aucun signe de défaillance ou limite, va chauffer sa voix tout au long de la représentation et, touché par les ondes de Ciofi, gagnera en apaisement et offrira un beau portrait romantique. L'avenir est prometteur même si le timbre a encore besoin de rondeur.
Pour le reste une mezzo inaudible, une basse aux aigus fatigués, un baryton falot
L'orchestre et sa direction font le job sans vraiment de nuances, souvent un peu fort, et sans grande originalité ni séduction.
Pour une Ciofi qui utilise ses limites pour les convertir en émotion en brûlant de ses derniers feux: merci

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 4387
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par David-Opera » 07 déc. 2018, 07:58

Image
Carmen Giannattasio (Elisabetta) - Maria Stuarda - Théâtre des Champs-Elysées, 06 décembre 2018

Image
Patrizia Ciofi (Maria Stuarda) - Maria Stuarda - Théâtre des Champs-Elysées, 06 décembre 2018

Image
Patrizia Ciofi et Speranza Scappucci - Maria Stuarda - Théâtre des Champs-Elysées, 06 décembre 2018

Avatar du membre
philopera
Ténor
Ténor
Messages : 985
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par philopera » 07 déc. 2018, 09:33

Loïs a écrit :
07 déc. 2018, 07:57
Ok je sais le rôle est très ingrat et il y est difficle de briller.
8O 8O 8O
Qu'est ce qu'il te faut pour une mezzo (ou mezzo "sopranisante" ) !
Un grand air d'entrée, une confrontation dantesque avec la soprano,deux duos
Regarde Baltsa sur YT ou écoute Verrett tu verras que le rôle est magnifique et qu'on peut y briller de mille feux
Gérard Mortier a raison d'offrir Elektra sans entracte ( Eric Dahan Libération 25/6/2005)

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12805
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par PlacidoCarrerotti » 07 déc. 2018, 09:39

philopera a écrit :
07 déc. 2018, 09:33
Loïs a écrit :
07 déc. 2018, 07:57
Ok je sais le rôle est très ingrat et il y est difficle de briller.
8O 8O 8O
Qu'est ce qu'il te faut pour une mezzo (ou mezzo "sopranisante" ) !
Un grand air d'entrée, une confrontation dantesque avec la soprano,deux duos
Regarde Baltsa sur YT ou écoute Verrett tu verras que le rôle est magnifique et qu'on peut y briller de mille feux
Les mélodies sont quand même moins accrocheuses que celles de Stuarda AMHA.
« L’essentiel est d’être bien avec soi-même et de regarder le public comme des chiens qui tantôt nous mordent et tantôt nous lèchent » Voltaire, lettre au duc de Richelieu.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3585
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par Loïs » 07 déc. 2018, 09:41

philopera a écrit :
07 déc. 2018, 09:33
Loïs a écrit :
07 déc. 2018, 07:57
Ok je sais le rôle est très ingrat et il y est difficle de briller.
8O 8O 8O
Qu'est ce qu'il te faut pour une mezzo ou mezzo sopranisante !
Un grand air d'entrée, une confrontation dantesque avec la soprano,un duo entier
Regarde Baltsa sur YT ou écoute Verrett tu verras qu'on peut y briller de mille feux
Ah mais je sais que certaines y ont brillé (récemment Santafé à Marseille qui a crucifié Massis ) mais un grand air difficile (mais pas beau) en entrée à froid, un effacement dans le finale du I et des duos qui sans être faciles ne sont pas les plus réussis de Donizetti ne facilitent pas la tache à capter l'adhésion du public. Et puis je voulais modérer la dureté de mon commentaire sur Ginnastasio
Mais bien entendu une grande Elizabeth peut y triompher et surtout son éclat avivera d'autant plus la performance de Marie.
PS : on revenait à la volonté originale : une soprano et non une mezzo

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9340
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par Bernard C » 07 déc. 2018, 09:49

Des intervalles redoutables.
Et je trouve que Giannattasio prend délibérément le parti de ce qu'est réellement Elisabetha comme personnage et respecte tout à fait l'écriture du rôle.

Non cette reine là n'est pas "royale" mais bâtarde et sauvage dans son emprise et son rapport au pouvoir et l'écriture vocale lui correspond.

Carmen l'accomplit sans concession au prix d'altérer son masque et son timbre, ce qui n'est pas constitutionnel chez elle..

C'est une grande voix et une formidable artiste qui prend des risques à chaque instant.

Elisabetha a une dimension qui mêle grandeur et vulgarité . C'est cette vérité intolérable que lui jette mortellement à la figure Maria.

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 19726
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par JdeB » 07 déc. 2018, 09:52

operakohler a écrit :
07 déc. 2018, 00:08
J'ai passé une belle soirée et Mme Ciofi était en très grande forme. Un lyrique pour Maria ça ne me dérange pas surtout si dans Elisabeth on a un grand soprano. Ce soir c'était le cas et les 2 voix étaient bien différentiées. Pour Mme Giannattasio un beau médium et grave mais ou sont passés ses sur-aigus (la dernière fois au TCE on avait eu droit au contre -mi dans le trio et je crois bien au contre-ré dans l'air d'entrée). Reste un bel engagement dramatique, ce qu'elle partage avec Patrizia Ciofi. Pour Enea Scala je reconnais qu'il faut un peu s'habituer à son timbre et placement un peu dans la gorge mais enfin un Leicester "couillu". On n'a pas tellement eu ce type de ténor dans le rôle. En plus il peut nuancer, varier la mélodie et l'aigu est très bien émis. Ce soir pas d'ouverture, mais les reprises dans les cabalettes: c'est dèjà pas mal. Le spectacle a duré une 1/2 heure de plus qu'annoncé. Pour moi pas ma plus belle Stuarda, mais vraiment un très bon moment. Il fallait y aller
Tout à fait d'accord.
je n'aime pas du tout le timbre de Scala mais c'est un virtuose.

Jérôme parlait d'un déclin pour Ciofi, je pense exactement le contraire. Et je la suis depuis longtemps
Cela fait presque 30 ans que je vais au TCE et j'y ai rarement entendu une telle ovation que celle qu'elle a reçue (Patou en était toute émue !)

oui, une excellente soirée sans une minute d'ennui avec la formidable Speranza Scappucci.
Salle comble et enthousiaste. Toute la tribu était là !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 3585
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par Loïs » 07 déc. 2018, 10:03

Bernard C a écrit :
07 déc. 2018, 09:49
Non cette reine là n'est pas "royale" mais bâtarde et sauvage dans son emprise et son rapport au pouvoir et l'écriture vocale lui correspond.
Pour moi son Elizabeth ne pouvait correspondre à la reine la plus puissante du monde et à la tête d'une des cours les plus raffinées. Mais je comprends ce que tu veux dire (même si je ne sais pas si c'était voulu) et m'a rappelé l'Elizabeth de Bette Davis (et plus j'y pense, plus je me demande si ce n'est pas ce qu'elle a voulu faire car certains gestes étaient identiques) .

Avatar du membre
Bernard C
Basse
Basse
Messages : 9340
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Donizetti - Maria Stuarda - vc- Scappucci - TCE - 6/12/2018

Message par Bernard C » 07 déc. 2018, 10:21

Le personnage de Donizetti dans le mélodrame qu'est Maria Stuarda ce n'est pas Elisabeth première Reine d' Angleterre des historiens !

Restons à l'opéra et à l'Opéra ! C'est à dire dans une fiction :wink:

Bernard
"L'amour infini, sans autre aliment qu'un objet à peine entrevu dont mon âme était remplie , je le trouvais exprimé par ce long ruban d'eau qui ruisselle au soleil entre deux rives vertes, par ces lignes de peupliers qui parent de leurs dentelles mobiles ce val d'amour..." Le Lys

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 77 invités