Discographie don Carlo(s)

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Musanne
Baryton
Baryton
Messages : 1712
Enregistré le : 03 nov. 2011, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Musanne » 19 août 2013, 23:38

Merci Jerome de toutes ces pochettes qui nous font découvrir des enregistrements ou nous en rappellent d'autres dont on connaît l'existence sans les toujours avoir entendus :)

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7048
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par MariaStuarda » 28 août 2013, 10:22

et finalement Jérôme si tu devais en choisir un .... ?

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 28 août 2013, 10:46

Quasiment impossible car la version absolument parfaite on ne l'a pas mais si vraiment je devais n'en retenir qu'un, ce serait le studio de Solti.

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2207
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Leporello84 » 28 août 2013, 11:07

Il y a aussi le Don Carlos en anglais édité chez Chandos, avec Alastair Miles.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 28 août 2013, 11:22

Leporello84 a écrit :Il y a aussi le Don Carlos en anglais édité chez Chandos, avec Alastair Miles.
Oui c'est vrai! Il y en a aussi un russe mais dès lors qu'on sort de la langue (ou comme ici des langues) prévue(s) par le compositeur, ça relève beaucoup de l'exotisme (même si je reconnais que parfois on peut avoir quelques pépites)

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1937
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Lucas » 28 août 2013, 19:57

jerome a écrit :Quasiment impossible car la version absolument parfaite on ne l'a pas mais si vraiment je devais n'en retenir qu'un, ce serait le studio de Solti.
Assez d'accord avec toi Jérôme : la version de référence sans point faible notoire n'existe pas et tout se joue entre ces trois enregistrements :

Image

Solti aurait un cast de rêve si on ne devait supporter Renata Tebaldi qui nous chante la grand mère d'Elisabeth, tant la voix est usée jusqu'à la corde, le souffle, court, et la justesse, très aléatoire. Le Posa de DFD peut aussi ne pas faire l'unanimité, faute du brillant dans la voix qu'on attend d'un baryton-Verdi mais lui, au moins, est en pleine possession de ses moyens.

Image

Chez Giulini, c'est la direction lymphatique du chef italien qui pose problème : c'est très beau 10 minutes mais sur la durée, c'est un peu soporifique. De surcroit même si la distribution est très homogène avec une Caballé à son zénith, on pourra toujours critiquer le timbre bien clair de Sherill Milnes (pour moi, c'est presque un baryton Martin qui aurait été idéal dans Pélléas et j'ai toujours trouvé son chant passe partout et un peu grisâtre) et le manque de mordant de Raimondi.

Image

Enfin, il y a Levine dont personne ne parle et qui fait, à mon avis, jeu égal avec Giulini et Solti. Le chef américain nous livre une lecture tout droit sortie du Risorgimento et se situe, de ce point de vue dans la lignée d'un Muti. C'est beaucoup plus tendu, rapide, contrasté et théâtral que chez Giulini et même Solti et il suffit d'écouter la nervosité de l'orchestre dans les affrontements entre Philippe d'une part, et Posa ou le grand inquisiteur d'autre part, pour s'en convaincre. Enfin le cast présente de vrais atouts. On a beaucoup critiqué le Carlo de Sylvester tant on avait l'habitude d'entendre à l'époque des voix plus latines mais avec le recul du temps, je trouve cela superbe, avec une aisance dans le haut du spectre et une maitrise de la voix mixte qu'un Domingo n'a jamais eu. Aprile Millo, quant à elle, est un vrai spinto verdien avec un grave très présent (cela tombe bien, c'est un rôle de falcon) et, grâce à une voix intègre (même si la signature vocale pourrait être plus marquante et le vibrato, parfois mieux controlé) et une diction parfaite, elle l'emporte de la tête et des épaules sur une Renata Tebaldi au bout du rouleau. Si on ajoute que Chernov a une vraie voix de baryton Verdi avec le squillo requis et de vraies nuances et que Zajic brule (peut être un peu trop ?) les planches, on tiendrait presque là une magnifique version. Malheureusement il y a le Philippe de Furlanetto, efficace dans la déclamation mais dépourvu du legato, de la noblesse et du creux dans le grave des meilleurs titulaires du rôle (Christoff, Siepi et Ghiaurov). Mais bon, globalement cette version ne me semble pas inférieure aux pseudos références signées Solti et Giulini et nous offre en cadeau bonus le magnifique inquisiteur de Samuel Ramey. C'est pourquoi, j'avais envie de la défendre.

Avatar du membre
Leporello84
Basse
Basse
Messages : 2207
Enregistré le : 11 juil. 2010, 23:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Leporello84 » 28 août 2013, 20:09

Si exotique soit-il, existe-t-il un Posa enregistré aussi bon techniquement que Dietrich Fischer-Dieskau (nuances, autorité, trilles impeccables, etc.)?

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1937
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Lucas » 28 août 2013, 20:35

Leporello84 a écrit :Si exotique soit-il, existe-t-il un Posa enregistré aussi bon techniquement que Dietrich Fischer-Dieskau (nuances, autorité, trilles impeccables, etc.)?
Oui Chernov chez Levine avec de belles nuances en voix mixte (duo avec Carlo ou trio du second acte), des trilles impeccables et un engagement dramatique autrement plus prenant que chez DFD (la scène avec Philippe donne froid dans le dos, avec, il est vrai, le soutien de Levine). Quant au timbre, c'est vraiment celui d'un baryton-Verdi : à l'aise dans le grave mais sans le côté mâte et les aigus un peu tirés de DFD. Bref, c'est beaucoup plus brillant et latin que DFD mais tout aussi intelligent. Sinon, il y a Gobbi chez Santini : voix très typée, parfois un peu sale mais une mort de Posa en voix mixte à fendre l'âme et un subtilité dans la manière de dire le texte absolument renversante.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 28 août 2013, 20:37

Lucas a écrit :Assez d'accord avec toi Jérôme : la version de référence sans point faible notoire n'existe pas et tout se joue entre ces trois enregistrements :

Image

Solti aurait un cast de rêve si on ne devait supporter Renata Tebaldi qui nous chante la grand mère d'Elisabeth, tant la voix est usée jusqu'à la corde, le souffle, court, et la justesse, très aléatoire. Le Posa de DFD peut aussi ne pas faire l'unanimité, faute du brillant dans la voix qu'on attend d'un baryton-Verdi mais lui, au moins, est en pleine possession de ses moyens.
Version dirigée de façon géniale avec un cast de rêve (c'en est un disons le carrément!) sauf Tebaldi qui l'enregistre un peu trop tard: le timbre garde certaines séductions et le chant garde une certaine autorité mais l'émission vocale s'est indurée voire métallisée et l'accent manque de classe: c'est une reine vieillie et assez peu royale il faut bien le dire.
En revanche tout le reste est à tomber.
Lucas a écrit :Image

Chez Giulini, c'est la direction lymphatique du chef italien qui pose problème : c'est très beau 10 minutes mais sur la durée, c'est un peu soporifique. De surcroit même si la distribution est très homogène avec une Caballé à son zénith, on pourra toujours critiquer le timbre bien clair de Sherill Milnes (pour moi, c'est presque un baryton Martin qui aurait été idéal dans Pélléas et j'ai toujours trouvé son chant passe partout et un peu grisâtre) et le manque de mordant de Raimondi.
Je trouve la direction de Giulini effectivement trop lente et surtout les 3 clés de fa (Filippo II, Grand Inquisiteur et Charles Quint) totalement insuffisantes: particulièrement Raimondi, trop clair de timbre, n'est en rien une basse verdienne (ni une vraie basse d'ailleurs!) et Foiani est complètement falot (surtout après comparaison avec la méga-référence Talvela chez Solti!!)
Lucas a écrit :Image

Enfin, il y a Levine dont personne ne parle et qui fait, à mon avis, jeu égal avec Giulini et Solti. Le chef américain nous livre une lecture tout droit sortie du Risorgimento et se situe, de ce point de vue dans la lignée d'un Muti. C'est beaucoup plus tendu, rapide, contrasté et théâtral que chez Giulini et il suffit d'écouter la nervosité de l'orchestre dans les affrontements entre Philippe d'une part, et Posa ou le grand inquisiteur d'autre part, pour s'en convaincre. Enfin le cast présente de vrais atouts. On a beaucoup critiqué le Carlo de Sylvester tant on avait l'habitude d'entendre à l'époque des voix plus latines mais avec le recul du temps, je trouve cela superbe, avec une aisance dans le haut du spectre et une maitrise de la voix mixte qu'un Domingo n'a jamais eu. Aprile Millo, quant à elle, est une vraie voix de spinto verdien avec un grave très présent (cela tombe bien, c'est un rôle de falcon) et, grâce à une voix intègre (même si la signature vocale pourrait être plus marquante et le vibrato, parfois mieux controlé) et une diction parfaite, l'emporte de la tête et des épaules sur une Renata Tebaldi au bout du rouleau. Si on ajoute que Chernov a une vraie voix de baryton Verdi avec le squillo requis et de vraies nuances et que Zajic brule (peut être un peu trop ?) les planches, on tiendrait presque là une magnifique version. Malheureusement il y a le Philippe de Furlanetto, efficace dans la déclamation mais dépourvu du legato, de la noblesse et du creux dans le grave des meilleurs titulaires du rôle (Christoff, Siepi et Ghiaurov). Mais bon, globalement cette version ne me semble pas inférieure aux pseudos références signées Solti et Giulini et nous offre en cadeau bonus le magnifique inquisiteur de Samuel Ramey. C'est pourquoi, j'avais envie de la défendre.
Sur la version Levine je suis tellement d'accord avec toi que je la trouve globalement très supérieure à la version Giulini et donc presque aussi formidable que la version Solti. et je dirais même que Furlanetto y est nettement poins handicapant à l'écoute qu'une Tebaldi chez Solti! Je rajoute qu'en conclusion de l'autodafé Levine a la plus jolie voix du ciel de toute la discographie.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8306
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 28 août 2013, 20:39

Leporello84 a écrit :Si exotique soit-il, existe-t-il un Posa enregistré aussi bon techniquement que Dietrich Fischer-Dieskau (nuances, autorité, trilles impeccables, etc.)?
Milnes est techniquement imparable: le chant est autoritaire, un sens rare des nuances et certainement le plus impeccable vocalement justement dans l'exécution des trilles!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 20 invités