Discographie don Carlo(s)

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Piem67 » 13 avr. 2014, 13:16

On trouve ces mêmes coups de potentiomètres dans plusieurs enregistrements de Karajan à cette époque. C'était sa "marque de fabrique".

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8032
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 13 avr. 2014, 13:19

oui mais sincèrement pas à ce point là quand même

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Piem67 » 13 avr. 2014, 13:21

Ben écoute la 7° de Bruckner par le même Karajan et tu verras !

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1802
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Lucas » 13 avr. 2014, 13:21

jerome a écrit : Il y a quand même avec Karajan un travail sur la texture orchestrale qui est somptueux et une lisibilité du détail assez rare et en cela j'apprécie tout de même; mais pour les tempi je suis d'accord.
C'est plus facile d'être lisible quand on divise les tempi par deux... Quant au travail sur les textures, certes... à condition d'accepter des cuivres, beaucoup trop gras, qui jouent du mauvais Bruckner. Et puis, franchement ce charcutage du sublime duo final, c'est vraiment se moquer du monde. Imagine t'on le même Karajan coupant la moitié du duo de Tristan ?
jerome a écrit : D'accord aussi pour la plupart des chanteurs autrement valorisés ici.
Pour le studio, je n'arrive toujours pas à comprendre comment on a pu faire un tel yoyo sonore qui en plus ne peut pas servir les chanteurs; je garde toujours les plus vives réserves sur Raimondi qui n'a jamais été une vraie basse verdienne.
Cela s'explique malheureusement par le fait que Karajan s'était autoproclamé ingénieur du son et réussissait à imposer ses directives en la matière à partir du milieu des années 70 (contrairement aux années 50-60 où ses producteurs savaient lui résister). A noter que, dans la version studio, le duo final est donné presque intégralement. Pourquoi l'avoir à ce point charcuté en concert ?

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Piem67 » 13 avr. 2014, 13:32

Franchement, Karajan n'a pas besoin de diviser le tempo par 2 pour mettre en valeur les textures, c'est un choix d'hédonisme contestable certes, mais ça n'a pas à voir avec les textures (et puis, on n'est pas chez Berg non plus côté textures, faut pas exagérer). Cuivres gras ? Là encore, je n'ai pas la même impression mais bon...

Pour le duo, c'est un fait que c'est lamentable de couper ce si magnifique duo du dernier acte. Il le faisait déjà dans son live à Salzburg avec Jurinac. Mais c'était une certaine "tradition" à l'époque...

Karajan était associé, et soutenu dans ses choix de prise de son, par Michel Glotz. C'était l'époque de la technologie triomphante, l'apparition de la stéréo fin années 50, avait grisé les interprètes férus de cela comme Karajan, Solti ou Gould. Toute une époque, dont on est revenu mais que pour ma part, je trouve tout à fait fascinante.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1802
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Lucas » 13 avr. 2014, 13:43

Piem67 a écrit : Franchement, Karajan n'a pas besoin de diviser le tempo par 2 pour mettre en valeur les textures
Je n'ai pas parlé des textures mais de l'incidence des tempi sur la lisibilité.
Piem67 a écrit : Pour le duo, c'est un fait que c'est lamentable de couper ce si magnifique duo du dernier acte.
D'autant plus qu'Abbado jouait la partition intégrale à la même époque tout comme Solti et Giulini. En revanche, pas un cheveu ne manque à l'autodafé. Preuve, s'il en est, que Karajan était beaucoup plus enclin à couper la partition des chanteurs que la sienne. "Miroir, mon beau miroir..."
Piem67 a écrit : Karajan était associé, et soutenu dans ses choix de prise de son, par Michel Glotz. C'était l'époque de la technologie triomphante, l'apparition de la stéréo fin années 50, avait grisé les interprètes férus de cela comme Karajan, Solti ou Gould. Toute une époque, dont on est revenu mais que pour ma part, je trouve tout à fait fascinante.
Michel Glotz, c'est tout le problème. Avant qu'il ne s'impose dans le cénacle de Karajan au milieu des années 70, les prises de son du chef autrichien étaient bien plus naturelles car ses anciens producteurs savaient lui résister.

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8032
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 13 avr. 2014, 13:44

Si on reste chez Verdi, l'Aida de Karajan chez EMI use beaucoup moins du potentiomètre. Quant à Il Trovatore la version avec Bonisolli est une merveille d'équilibre sonore (et dans l'ensemble Karajan y laisse là une de ses plus belles lectures orchestrales verdiennes).
Je pense sincèrement que le Don Carlo est vraiment délirant sur le plan de la prise de son.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1802
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Lucas » 13 avr. 2014, 13:59

jerome a écrit :Si on reste chez Verdi, l'Aida de Karajan chez EMI use beaucoup moins du potentiomètre. Quant à Il Trovatore c'est une merveille d'équilibre sonore (et dans l'ensemble Karajan y laisse là une de ses plus belles lectures orchestrales verdiennes).
Je pense sincèrement que le Don Carlo est vraiment délirant sur le plan de la prise de son.
Nos interventions se sont croisées : cf mon précédent message pour les prises de son.

Sinon, une chose est sure : ce "nouveau" Don Carlo chez Orféo est autrement excitant sur le plan vocal que le DVD avec Kaufmann et Harteros dont on nous rebat les oreilles et qui ne vaut que pour le couple vedette.

Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 6701
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par MariaStuarda » 13 avr. 2014, 14:14

Lucas a écrit :
jerome a écrit :Si on reste chez Verdi, l'Aida de Karajan chez EMI use beaucoup moins du potentiomètre. Quant à Il Trovatore c'est une merveille d'équilibre sonore (et dans l'ensemble Karajan y laisse là une de ses plus belles lectures orchestrales verdiennes).
Je pense sincèrement que le Don Carlo est vraiment délirant sur le plan de la prise de son.
Nos interventions se sont croisées : cf mon précédent message pour les prises de son.

Sinon, une chose est sure : ce "nouveau" Don Carlo chez Orféo est autrement excitant sur le plan vocal que le DVD avec Kaufmann et Harteros dont on nous rebat les oreilles et qui ne vaut que pour le couple vedette.
C'est sur qu'il aurai été plus approprié de sortir la production de Munich .
Et à moins de vouloir absolument souligner que le passé c'était forcément mieux, je pense effectivement que les productions récentes avec "le couple dont on nous rebat les oreilles" s'élève sans problèmes à un niveau comparable à ce que vous êtes en train de commenter.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1802
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Lucas » 13 avr. 2014, 16:15

MariaStuarda a écrit : C'est sur qu'il aurai été plus approprié de sortir la production de Munich .
Et à moins de vouloir absolument souligner que le passé c'était forcément mieux, je pense effectivement que les productions récentes avec "le couple dont on nous rebat les oreilles" s'élève sans problèmes à un niveau comparable à ce que vous êtes en train de commenter.
Merci de ne pas me faire dire le contraire de ce que j'ai écrit puisque j'ai précisé que ce DVD ne valait que pour le couple vedette.

Et puisque la production de Munich n'est pas disponible sur le plan commercial, je compare deux "nouveautés" en suggérant, comme vous, que l'entourage de Salzbourg est médiocre quand l'équipe de Karajan est beaucoup plus homogène.

Enfin, quitte à faire un peu désordre, j'aime beaucoup Kaufmann dans le répertoire allemand mais je trouve que, chez les italiens, le timbre est bien peu solaire alors que Carreras à son zénith...

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 20 invités