Discographie don Carlo(s)

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Piem67 » 15 janv. 2014, 15:37

jerome a écrit : le nombre de chanteurs-stars ayant considérablement chuté par rapport aux décennies précédentes, .
tu peux développer cette affirmation ?... Je ne comprends pas très bien ce que tu veux dire...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12393
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par PlacidoCarrerotti » 15 janv. 2014, 16:48

Piem67 a écrit :
jerome a écrit : le nombre de chanteurs-stars ayant considérablement chuté par rapport aux décennies précédentes, .
tu peux développer cette affirmation ?... Je ne comprends pas très bien ce que tu veux dire...

Mais si tu comprends :wink:

Il y a des années, j’avais entendu une interview de Bergonzi sur une des BBC. Il expliquait, entre autres, que ça avait été très dur pour lui car quand il avait démarré, il y avait encore des veilles gloires type del Monaco, di Stefano, des gens de sa génération type Tucker, Corelli, et que des petits jeunes comme Pavarotti ou Kraus arrivaient sur le marché (et j’oublie des noms mais ça ne change rien à l’affaire).

On n’a pas ce foisonnement aujourd’hui pour les interprètes du répertoire verdien.

Mais, et c’est là où il ne faut pas être (trop) passéiste, à cette même époque ils n’avaient aucun ténor pour Rossini alors qu’il y en a eu à foison entre mi-85 et mi-95 (en gros).
“Plus on ira, moins il y aura de centenaires qui auront connu Napoléon 1er.” Alphonse Allais.

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Piem67 » 15 janv. 2014, 20:46

Tu le dis toi-même, faut pas être trop passéiste ! J'abonde.
Et puis, il n'y a pas que l'opéra italien dans la vie !
Pour l'opéra allemand, et notamment Wagner, c'est un peu l'inverse ! Après une période d'or dans les années 50-60, il y eu un trou dans les années 70-80 puis un renouveau à partir des années 90 et aujourd'hui encore avec des Meier, Stemme, Kaufmann, Pape and Co qui n'ont guère à envier à leurs aînés.

Mais je ne pense pas que ce soit à cause de "l'absence de stars" qu'on n'enregistre plus d'opéras en studio. Comme l'a dit justement Jérôme, l'importance de l'image, des mises en scènes dans le monde de l'opéra d'aujourd'hui, favorise la sortie de DVD plutôt que de CD. Sans doute aussi un phénomène de mode, les enregistrements studio genre Ring de Decca ne sont plus à la mode, et coûtent cher surtout.

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Piem67 » 18 janv. 2014, 18:13

Je reviens sur ce fil après avoir repensé à cette disparition des grandes intégrales studio d'opéra façon années 70-80 avec déluge de stars jusque dans le plus petit rôle (Gruberova en Tebaldo du Don Carlo de Karajan !).

A ma connaissance, la dernière intégrale de la sorte remonte à quelques années, il s'agit du Tristan de Pappano pour EMI avec Stemme et Domingo. Il me semble que le pâtre est chanté par Bostridge non ?... Cela me semble en tout cas un des derniers exemples de ces intégrales "prestige" que l'on faisait auparavant. Aujourd'hui, on doit trouver cela froid à une époque où la mise en scène a pris de plus en plus d'importance. D'où l'émergence d'enregistrements réalisés live et de DVD.

Je pense donc que c'est tout à fait indépendant de la qualité des interprètes, mais que c'est davantage lié à un phénomène de mode (et d'argent aussi sans doute : moins cher de planter des micros lors d'une représentation que de monopoliser des forces musicales dans un studio pendant plusieurs jours comme autrefois).

opera-tic
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 225
Enregistré le : 28 août 2005, 23:00
Localisation : Paris

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par opera-tic » 09 févr. 2014, 18:38

Que pensez-vous de la version Haitink ?
Moi, j'ai du mal à distinguer Elisabetta d'Eboli...

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8033
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 09 févr. 2014, 20:25

Une assez bonne version dans l'ensemble vraiment bien chantée mais Haitink est assez décevant tant sa direction sonne raide, un peu lourde, sans relief, sans vrai théâtre.
Ce n'est pas une acquisition indigne mais au global pas une vraie grande référence.

Avatar du membre
Lucas
Baryton
Baryton
Messages : 1802
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Lucas » 13 avr. 2014, 12:41

Parution du Don Carlo de Karajan, live à Vienne, chez Orféo :

Image

Pour être très franc, j'avais acheté la version studio datant de la même époque pour finalement la revendre en raison d'une prise de son aberrante, plaçant l'orchestre au premier plan et les chanteurs, loin derrière, à tel point qu'ils en devenaient complètement falots car manquant de présence. Si on ajoute un son outrageusement réverbéré et l'usage grotesque de potentiomètres, contraignant l'auditeur à se ruer sur sa télécommande au moindre "forte" assourdissant, j'avais le sentiment que cette gravure en studio était vraiment gâchée par les ingénieurs du son.

Mais heureusement, l'immense mérite de ce live chez Orféo est de remettre l'église au milieu du village ou plus précisément l'orchestre à sa juste place : on l'entend fort bien mais il ne couvre jamais les voix qui retrouvent une vraie présence. Et quelles voix ! Carreras, au meilleur de sa forme, dynamite la discographie par ses phrasés enchanteurs, des allègements en voix mixte stupéfiants, un engagement dramatique survolté et un timbre somptueux. Sans doute, l'un de ses plus beaux disques. Baltsa est aussi une bête de scène qui gagne beaucoup à être entendue live et campe une Eboli plus jeune et séductrice que d'habitude quand Freni ose un "Tu che le vanita" en apesanteur, sur un tempo d'une lenteur inouïe qu'elle arrive à tenir et à habiter grâce à une technique stupéfiante, l'usage inhabituel d'une belle voix de tête dans l'aigu et un art de la coloration assez "bluffant". Cappuccilli parait, au début, moins engagé que ses partenaires pour finalement délivrer une mort de Posa magnifique quand Salminen campe un grand inquisiteur impressionnant de noirceur. Reste le cas Raimondi, un cran en dessous de ses partenaires, bien que plus mordant qu'avec Giulini mais qui, contrairement à ses partenaires, n'a pas des réserves de souffle inépuisables et a parfois tendance à détimbrer ou à se réfugier derrière quelques excès véristes. A sa décharge, les tempi lentissimes de Karajan ne l'aident pas...

Force est d'admettre d'ailleurs que c'est là que le bas blesse : après avoir eu dans les années 50-60 (formidables Trouvère et Falstaff), un vrai sens de la pulsation verdienne, Karajan est devenu à la fin des années 70, le plus mauvais verdien de sa génération. Comment justifier autrement des tempi lentissimes qui paralysent l'action et tournent le dos aux indications du compositeur italien ? Et n'est-on pas en face d'un formidable amateurisme quand le chef autrichien charcute la partition. Certes, c'est la version milanaise sans l'acte de Fontainebleau qu'on nous présente mais était-il utile de ne pas jouer la reprise de l'air du voile et, plus grave, de supprimer les 2/3 du duo final ?

Bref, avec un autre chef moins dilettantiste et méprisant vis à vis du répertoire italien, on aurait, peut être, disposé du meilleur Don Carlo de la discographie tant la distribution, sans réel point faible, est exceptionnelle. De surcroit, à l'intérieur du cadre sclérosé et imposé par Karajan, ils ont l'immense mérite, de prendre des libertés qui leur permettent de faire vivre des personnages qui paraissaient autrement figés en studio. Alors pour le cast qui reste l'un des meilleurs qui soit, on chérira ce live idéalement capté et bénéficiant d'une belle assise dans le bas médium. Et tant pis si Karajan est incapable de voir plus loin que le bout de son petit nombril...

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8033
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 13 avr. 2014, 13:00

Il y a quand même avec Karajan un travail sur la texture orchestrale qui est somptueux et une lisibilité du détail assez rare et en cela j'apprécie tout de même; mais pour les tempi je suis d'accord. D'accord aussi pour la plupart des chanteurs autrement valorisés ici.
Pour le studio, je n'arrive toujours pas à comprendre comment on a pu faire un tel yoyo sonore qui en plus ne peut pas servir les chanteurs; je garde toujours les plus vives réserves sur Raimondi qui n'a jamais été une vraie basse verdienne.

Avatar du membre
Piem67
Baryton
Baryton
Messages : 1950
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par Piem67 » 13 avr. 2014, 13:08

Oui, merci Lucas pour ce compte-rendu. Je vais me procurer cette version car j'adore absolument tous les chanteurs présents dans cette intégrale SAUF, comme Jérôme, Raimondi qui est tout sauf une basse (et une basse tout court, pas seulement une basse verdienne). JE suis d'accord avec Jérôme concernant le travail sur l'orchestre qui est tout simplement magnifique et qu'on ne trouve guère dans une autre intégrale. Il nous rappelle qu'un opéra, ce n'est pas que des chanteurs qui font leur numéro. Je n'ai pas le sentiment, pour la version studio, que les chanteurs soient si lointains, par contre les coups de potentiomètres sont effectivement caractéristiques d'une certaine époque...

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8033
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie don Carlo(s)

Message par jerome » 13 avr. 2014, 13:12

cette version studio de Don Carlo est quand même la seule à aller à ce point dans ce genre d'excès pour l'époque.
Si si les voix y sont très reculées ou noyées dans la masse.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 21 invités