Macbeth de Verdi

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !

Quelle Lady Macbeth préférez vous?

Astrid Varnay
2
3%
Maria Callas
22
30%
Leyla Gencer (version 1847 sous la direction de Gavazzeni et versiond e Paris sous la direction de Vittorio Gui)
4
5%
Leonie Rysanek
3
4%
Grace Bumbry
3
4%
Shirley Verrett
33
45%
Fiorenza Cossotto
2
3%
Maria Guleghina
1
1%
Ghena Dimitrova (aucuns lives commercialisés)
3
4%
Sylvia Sass
1
1%
 
Nombre total de votes : 74

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1751
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Macbeth de Verdi

Message par Polyeucte » 05 sept. 2017, 08:51

aroldo a écrit :
03 sept. 2017, 16:57
Un Macbeth masochiste face à une Lady sadique, le tout dans le donjon édifié par Gardelli. Ca fonctionne très bien.
Dans le genre toujours avec DFD, j'imagine que tu connais la version Sawallisch :
Image

Bumbry y est totalement glaçante. Brutale avec son mari totalement écrasé sous la puissance de cette femme de poigne...

Sinon, rien que pour toi, je pense que Vishnevskaya en Lady Macbeth en 1976, ça devrait te plaire! :Jumpy: Là c'est plus sadique... c'est totalement meurtrière! Et avec un aplomb! J'y retrouve un peu la violence de Höngen, mais avec une voix plus torrentielle... et plus anarchique aussi à cette époque!
L'air d'entrée : /watch?v=7MtRaBnKxb0 (mais il y a plein d'autres choses en ligne!)

En fait, ça me fait penser à sa façon d'aborder les Chants et Danses de la Mort. Poitrinaire excessifs, aigus tirés... mais une puissance et une rage qui bouleverse tout sur son passage!
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Macbeth de Verdi

Message par aroldo » 05 sept. 2017, 16:00

Vishnevskaya n'est pas représentée dans le coffret Ponto dont on parlait l'autre jour sur un autre fil ?

C'est à peu près certain que c'est pour moi, plus que Bumbry à côté de laquelle je suis toujours un peu passé, malgré la splendeur du timbre.

Curieusement, j'ai peu de Macbeth, je m'en rends compte alors que comme tout le monde j'adore cet opéra.

Là, j'écoute un disque d'extraits de la version Schippers (à l'époque où j'avais prospecté, l'intégrale était introuvable). Il est essentiellement construit autour de la Lady de Nilsson (je crois que tout le rôle est livré) mais on y entend quand même quelques bizarreries dans la direction (le duo du premier acte, quasiment sautillant alors que celui du III est presque trop calme) et les qualités d'éloquence de Taddei. Quant à Nilsson, c'est sidérant de maîtrise (même dans les coloratures) et de suraigu (on regrette qu'elle n'ait pas tenté de chanter Odabella et Abigaille) mais le grave est inexistant. J'ai du mal à caractériser sa Lady, si occupée à ne pas dépasser le cadre qu'elle paraît parfois timide (duo du I) mais à d'autres moments visqueuses comme il se doit, avec ses ports de voix (La Luce Langue). Avec ce mélange de glace, de retenue et d'étrangeté (ce timbre ...) elle rappelle un peu Izuzu Yamada dans le Château de l'araignée.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1751
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Re: Macbeth de Verdi

Message par Polyeucte » 05 sept. 2017, 16:22

aroldo a écrit :
05 sept. 2017, 16:00
Vishnevskaya n'est pas représentée dans le coffret Ponto dont on parlait l'autre jour sur un autre fil ?
Ah mais si bien sûr! Le duo avec Macbeth... je perds la tête moi!
C'est à peu près certain que c'est pour moi, plus que Bumbry à côté de laquelle je suis toujours un peu passé, malgré la splendeur du timbre.
Honnêtement, Bumbry là dedans, fouettée comme il faut par le chef, c'est un torrent de lave. Sombre et puissant... Elle déménage sérieusement!
Là, j'écoute un disque d'extraits de la version Schippers (à l'époque où j'avais prospecté, l'intégrale était introuvable). Il est essentiellement construit autour de la Lady de Nilsson (je crois que tout le rôle est livré) mais on y entend quand même quelques bizarreries dans la direction (le duo du premier acte, quasiment sautillant alors que celui du III est presque trop calme) et les qualités d'éloquence de Taddei. Quant à Nilsson, c'est sidérant de maîtrise (même dans les coloratures) et de suraigu (on regrette qu'elle n'ait pas tenté de chanter Odabella et Abigaille) mais le grave est inexistant. J'ai du mal à caractériser sa Lady, si occupée à ne pas dépasser le cadre qu'elle paraît parfois timide (duo du I) mais à d'autres moments visqueuses comme il se doit, avec ses ports de voix (La Luce Langue). Avec ce mélange de glace, de retenue et d'étrangeté (ce timbre ...) elle rappelle un peu Izuzu Yamada dans le Château de l'araignée.
Jamais écouté la version studio, mais il y a une captation au MET. Et franchement, si la froideur est bien là, il n'y a rien je trouve du côté manipulatrice et pervers. On a un bloc de glace. Et niveau coloratures, c'est assez euh... moche?
Après peut-être qu'en studio elle était plus à l'aise de ce point de vu!
Reste le final du somnambulisme en effet assez saisissant (là où Bumbry par exemple l'évite en direct... et lance un gros aigu qui t'arrache les oreilles en studio!)
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2726
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Macbeth de Verdi

Message par Loïs » 05 sept. 2017, 16:47

en version live parce que je ne vois aucune autre version où la scène est tenue aussi incroyablement et où la prestation vocale est anthologique
Image
en version studio , ben oui ce n'est pas original mais c'est un des monuments de l'histoire du disque:
Image
en dieu lare de ma discothèque:
Image

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Macbeth de Verdi

Message par aroldo » 05 sept. 2017, 17:02

En studio, Nilsson, dans l'intégrale ou dans le récital Decca est insolente, franchement. Même dans le Brindisi, elle donne l'impression de se sortir de tout. Ça sonne un peu fabriqué, la fioriture, l'abbelimento, ça n'est pas pour elle, mais elle en impose avec sa verticalité et son raptus (sans parler des aigus tranchants et sifflants, qui ne sont pas de ceux qui font naitre l'ivresse, mais qui ont un impact considérable).

C'est vrai que je n'ai pas vu le beau monstre, en tout cas, pas de manière constante et consciente (non pas qu'elle soit impavide non plus : quand elle donne un ordre ou chuchote, elle sait parfaitement ce qu'elle fait, ça n'est pas Dimitrova), c'est plutôt la matière sonore et l'intonation qui donnent cette impression un peu reptilienne. Beaucoup de peau froide. Pour moi, c'est efficace. Mais je n'ai pas entendu le live.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Macbeth de Verdi

Message par aroldo » 05 sept. 2017, 17:03

Curieusement, la version Abaddo m'a toujours laissé de marbre (comme la plupart des intégrales laissées par ce chef, en fait). Je me demande si pour Verrett (que je n'aime pas particulièrement), la version Chailly ne me conviendrait pas mieux.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2726
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Macbeth de Verdi

Message par Loïs » 05 sept. 2017, 17:19

aroldo a écrit :
05 sept. 2017, 17:03
Curieusement, la version Abaddo m'a toujours laissé de marbre (comme la plupart des intégrales laissées par ce chef, en fait).
C'est amusant j'ai toujours ressenti cela, je me suis même endormi pendant un de ses concerts (Siegfried Idyll pour ma défense)puis ce fut Don Giovanni à Aix et enfin tous les ans à Lucerne pour Malher et Mozart et chaque fois j'atteins le Nirvana. Cela correspond à avant/après la maladie. Je ne sais pas si c'est un hasard ou la différence disque/live mais sa musique avait une intensité incroyable

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Macbeth de Verdi

Message par aroldo » 05 sept. 2017, 17:24

Je ne sais pas, je me rappelle d'un critique qui avait écrit (c'était avant qu'il devienne une espèce de dieu sur terre) : [...] "Abaddo, qui n'est pas un aigle de la baguette" [...] (!)

Je pense que la prise de son de DG dans les années 70 (avant je suis admirateur inconditionnel de la firme) et les castings qu'il choisit ne sont pas pour rien dans mon impression d'ennui, il faut être honnête.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Macbeth de Verdi

Message par aroldo » 05 sept. 2017, 17:36

J'écoute le somnambulisme par Nilsson. Ce qui est intéressant, c'est que contrairement à pas mal de grandes interprètes (Callas par exemple), elle ne la chante pas "endormie" et mystérieuse, mais plutôt comme une scène de folie où elle est effrayée (quand elle a enregistré la scène en récital, ça ne donnait pas du tout la même impression). Cela contraste très bien avec sa maitrise précédente, comme si à force de refouler le mal, la Lady perdait totalement la raison.

Edit : en revanche, même si ça reste honorable, à la réécoute, le premier air est impressionnant de raptus, mais les vocalises sont bien moins nettes que dans le récital, surtout dans la cabalette.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1568
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Macbeth de Verdi

Message par Adalbéron » 06 sept. 2017, 13:46

aroldo a écrit :
05 sept. 2017, 17:03
Curieusement, la version Abaddo m'a toujours laissé de marbre (comme la plupart des intégrales laissées par ce chef, en fait). Je me demande si pour Verrett (que je n'aime pas particulièrement), la version Chailly ne me conviendrait pas mieux.
J'ai réécouté récemment la version studio d'Abaddo et je crois qu'il vaut mieux privilégier le DVD, surtout parce que Verrett (que j'aime tout particulièrement) y est beaucoup plus engagée.
Il en va pour moi des intégrales studio d'Abaddo comme il en va de celles de Kleiber (c'est ce que je disais ailleurs) : je trouve ça excellent, très bien fait, mais ça me laisse de marbre car je n'y entends ni flamme ni personnalité — et c'est aussi assez valable pour les chanteurs...
« Dans l'édifice de la pensée, je n'ai trouvé aucune catégorie sur laquelle reposer mon front. En revanche, quel oreiller que le Chaos ! » — Cioran

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 20 invités