Discographie de Lucia : faisons le point

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20219
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 11 août 2006, 10:59

Dapertutto a écrit :Pour compléter la discographie, il existe un enregistrement de Lucia di Lammermoor datant de février 2004. C'est à Chicago avec Dessay, Alvarez, Holland et c'est dirigé par Jesus Lopez-Cobos. Alvarez y est au topd e sa forme (avec ce live il montre qu'il est vraiment meilleur surscèen qu'en studio). Dessay est très bien mais semble avoir quelques difficultés (je ne sais pas si c'est avant ou après son opération). Enfin j'aime beaucoup la direction très inspirée de Lopez-Cobos
oui, il faut préciser un "enregistrement privé"

C'était sa prise de rôle et après sa première opération.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Dapertutto
Baryton
Baryton
Messages : 1552
Enregistré le : 08 janv. 2006, 00:00
Localisation : Paris, 18
Contact :

Message par Dapertutto » 20 févr. 2007, 17:36

Chef d'orchestre: Antonio Fogliani
Mise en scène: Francesco Esposito

Lucia: Désirée Rancatore
Edgardo: Roberto De Biasio
Enrico: Luca Grassi
Raimondo: Enrico Giuseppe Iori

Bergame, octobre 2006

Image

Un nouveau DVD de Lucia di Lammermoor vient de sortir chez Dynamic. Rien de transcendant, dans cette production apparament selon la critique de Resmusica. C'est vrai que Dynamic avait édité quelques oeuvres réussies ou quasi inédites en DVD (Pia de' Tolomei, I Capuletti e i Montechi). Là cela semble juste moyen.

http://www.resmusica.com/aff_articles.php3?num_art=3496
"Dis papa! Tu peux mettre la poupée qui chante?"

Avatar du membre
Polyeucte
Baryton
Baryton
Messages : 1736
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Vincennes
Contact :

Message par Polyeucte » 20 févr. 2007, 17:44

Je ne suis pas d'accord avec cette critique... mais je ne suis en rien un expert de Lucia. J'ai entendu cette production dans une diffusion radio et franchement, elle tiens la route!

Rancatore est parfaite vocalement et son interprétation n'a rien de mauvaise! Elle n'est peut-être pas au niveau de tragédie de Callas, mais la voix est splendide (je trouve) et le personnage bien là! Et puis l'air de la folie est un petit bijou de musicalité!

Son edgardo est certes un peu juste et est le point faible de la distribution. Mais bon, il n'est pas non plus à jeter et tient honorablement son rôle.

Pour ce qui est de Grassi, que dire sinon que je trouve que son interprétation est superbe (bon, d'accord je l'aime beaucoup...) et la voix parfaitement en rapport avec le personnage : dès son Cruda funesta..., moi j'accroche!

C'est pour moi une très belle version de l'oeuvre. Pour ce qui est des coupures, je ne juges pas, ayant pour référence les versions de Callas qui sont, elles, archi-coupées!

En tout cas, je vais sûrement investir dans ce DVD, pour Grassi et Rancatore!
http://erikcarnets.fr/
"Périsse mon œuvre, périsse mon Faust, mais que Polyeucte soit repris et vive " Charles GOUNOD

Avatar du membre
Batone
Alto
Alto
Messages : 405
Enregistré le : 26 sept. 2006, 23:00
Contact :

Message par Batone » 20 févr. 2007, 18:22

Pour ma part, je reste un afficionado de la version dirigée par Pritchard. Bien sûr, il y a eu mieux que Renato Cioni comme Edgardo, mais la Sutherland est au top de sa forme et reste à mes yux LA Lucia. Et surtout il y a Robert Merrill en Enrico (absolument parfait) et Cesare Siepi en Raimondo. Trois bonnes raisons à mon sens de se précipiter sur cet enregistrement qui, de plus, est bon marché au même titre que tout ce qui est édité sous le label "Rouge Opéra".
Ora tocca a me il sorbetto...

Avatar du membre
raph13
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 2732
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par raph13 » 20 févr. 2007, 21:12

Moi aussi je suis fan de cette version. Sutherland, quelle fraîcheur, quelle virtuosité, c'est tout simplement somptueux !!! Je trouve que le "Quanto rapito" est une des plus belles choses enregistrées par la Stupenda
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
adecambrai
Ténor
Ténor
Messages : 522
Enregistré le : 07 nov. 2006, 00:00

Message par adecambrai » 27 févr. 2007, 17:15

Batone a écrit :Pour ma part, je reste un afficionado de la version dirigée par Pritchard. Bien sûr, il y a eu mieux que Renato Cioni comme Edgardo, mais la Sutherland est au top de sa forme et reste à mes yux LA Lucia. Et surtout il y a Robert Merrill en Enrico (absolument parfait) et Cesare Siepi en Raimondo. Trois bonnes raisons à mon sens de se précipiter sur cet enregistrement qui, de plus, est bon marché au même titre que tout ce qui est édité sous le label "Rouge Opéra".
Bonjour,

Eh bien pareil pour moi. Cioni n'est pas un mauvais Edgardo. Sutherland y est magnifique même si quelques aigus ne semble pas vouloir sortir avec fluidité.
Siepi est très bon et le "la pietade in suo favore" de Merill est fantastique. J'ai trouvé cette version vivante, dynamique, émouvante.

C'est certes la première que j'ai écouté mais j'en ai écouté ou acheté d'autres (notamment avec M.Callas/G.Di Stefano/T.Gobbi). Cette version (1961 dir. Pritchard) reste cependant ma préférée.

Avatar du membre
jean-didier
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 3373
Enregistré le : 02 août 2006, 23:00
Localisation : Asnières

Message par jean-didier » 27 févr. 2007, 21:51

pour moi Gruberova est la référence absolue pour Lucia. c'est la seule qui apporte la fraicheur et la jeunesse du personnage en traduisant aussi bien la douleur et la fragilité du personnage.

ses interprétations il est vrai s'entachent de maniérismes au fil des années qui peuvent gêner je suis d'accord mais n'altèrent en rien la technique qui est toujours impeccable (d'accord les mi bémol sont de plus en plus attaqués par dessous).

sa version de 1978 chez Myto est sensationnelle vocalement et pour ce que j'ai dit plus haut sur l'incarnation.

idem pour la version studio chez EMI. dommage que Kraus soit pour le coup également si maniéré et si peu viril (le duo de l'acte 1 où il évoque la haine de la famille de Lucia n'est franchement pas convaincant) et la direction est un peu molle.

avec Bonynge et Shicoff commencent les maniérismes mais vocalement c'est tout aussi superbe.

dernière version chez Nightingale en 2003, la voix est moins brillante mais Lucia est toujours là, 27 après sa prise de rôle !

Sills est également très bien en studio même si elle abuse un peu des effets faciles (les poitrinage sur "il fantasma" par exemple mais c'est très efficace) elle rajoute pour l'anecdote un contre-fa tenu à la fin de l'air de Raimondo.

Avatar du membre
Ced
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 176
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Contact :

Message par Ced » 28 févr. 2007, 01:32

Pour Anderson, il existe aussi ce qu'il est convenu d'appeler un enregistrement privé, qui vient du MET, en 1992. La diva y est fantastique, pour moi L'incarnation absolue de Lucia, avc la virtuosité qu'on lui connait, mais aussi un très grand investissement dramatique (des nuances, des couleurs, l'utilisation du vibrato). Je ne l'avais jamais entendue dans le rôle, et j'ai été vraiment impressionné. Elle y est accompagnée de Richard Leech, dont je n'aime pas vraiment le timbre, mais qui est en fait très bien, très investi. La direction est de Marcello Panni.
Chaudement recommandé! :Jumpy:

Avatar du membre
Batone
Alto
Alto
Messages : 405
Enregistré le : 26 sept. 2006, 23:00
Contact :

Message par Batone » 28 févr. 2007, 08:55

jean-didier a écrit : Sills est également très bien en studio même si elle abuse un peu des effets faciles (les poitrinage sur "il fantasma" par exemple mais c'est très efficace) elle rajoute pour l'anecdote un contre-fa tenu à la fin de l'air de Raimondo.
Un peu vache pour la basse, ça...

A part ça, même si l'on ne parle pas de discographie (encore que je crois que le spectacle a été filmé par la TSR), c'est justement dans Lucia que June Anderson a fait ses débuts européens au Grand Théâtre de Genève. Une production magnifique, mise en scène par Pizzi avec outre Anderson (en tous points extraordinaire) Peter Dvorsky (Edgardo) et Lajos Miller (Enrico).
Ora tocca a me il sorbetto...

Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2231
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Message par aurele » 10 janv. 2008, 12:00

J'ai acheté une version ancienne datant du 14 jancier 1956, live du Met, dirigé par Fausto Cleva parue récemment sous le label MYTO (2 disques) avec la soprano colorature française Lily Pons dans le rôle titre, le ténor américain Jan Peerce dans le rôle d'Edgardo, le baryton Frank Valentino dans celui du méchant Enrico, et la basse Nicola Moscona dans celui de Raimondo, voici pour les rôles principaux.
Lily Pons, grande interprète à son époque du rôle est remarquable pour l'époque où cela a été enregistré autant du point de vue vocal que dramatique, personellement je n'aime pas trop son timbre de voix.
Dès son entrée sur scène, elle s'impose. Elle est géniale dans les duos, surtout au deuxième acte dans la confrontation avec Enrico. Elle manque d'engagement dans la scène de la folie qui est très bien chantée mais est un peu décevante sur le plan dramatique.
Jan Peerce est formidable dans le rôle d'Edgardo que ce soit dans les airs, les duos et les ensembles. Il est génial dans la scène finale. Il m'a fait pensé à Luciano Pavarottids le même rôle, il est très engagé dramatiquement et a une voix de ténor agréable.
Frank Valentino est remarquable dans le rôle du méchant frère et arrive très bien à faire ressortir la cruauté du personnage dès sa cavatine et sa cabalette d'entrée qui ressort encore plus dans le duo du deuxième acte avec Lucia. Il est très investi vocalement et dramatiquement. Nicola Moscona est un Raimondo convaincant. Le reste de la distribution la complète agréablement. La direction de Fausto Cleva ajoute à la réussite de cette version tout comme les interventions du choeur. Le fait que cet enregistrement soit un live n'est pas trop génant, il est de bonne qualité au niveau du son, on entend parfois quelques toussotements mais ce n'est pas préjudiciable à l'écoute. En résumé, c'est une version très agréable grâce à l'investissement des chanteurs et la direction de Fausto Cleva. Il y a quelques coupures dans la partition mais rien d'important : coupure courante du "S'avanza Enrico" dans la scène de la folie de Lucia et de la scène entre Raimondo et Lucia au II e acte. Il fallait bien faire des coupures pour que cela tienne sur 2 disques.
De plus, pour ajouter au plaisir de l'auditeur, il y a en bonus des extraits du livre du 8 décembre 1956 dirigé aussi par Fausto Cleva avec Maria Callas en Lucia. Nous avons droit à la scène entre Lucia et Alisa au premier acte avec la cavatine "Reganva nel silenzio" poursuivie par "Quando rapita in estasi". Nous avons droit aussi à la scène de la folie amputée du "S'avanza Enrico". Callas est époustouflante comme ds la majorité des rôles qu'elle a abordé et montre ses talents de tragédienne et est très émouvante. Elle montre aussi son incroyable technique vocale. Callas et aux côtés de Joan Sutherland dont je possède aussi l'interprétation de la scène de la folie l'une des + grandes Lucia autant du point de vue vocal que dramatique.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 16 invités