Le Prophète de Meyerbeer : enregistrements

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Le Prophète de Meyerbeer : enregistrements

Message par bajazet » 04 juil. 2005, 13:52

N'ayant pas encore tenté The Boulogne Experience (avec déchiffrage filé de la partition), mais vraisemblablement mordu dans mon sommeil par l'Ombre de Xavier, je suis désireux de connaître sérieusement cet opéra.

Avec quel enregistrement ? Question déjà posée dans un autre fil, mais autant la rendre plus visible.

Si j'en juge par Amazon : le choix se pose entre deux versions dirigées par H. Lewis :
1) studio, avec McCracken, Horne, Scotto, Bastin (Sony)
2) live RAI, avec Gedda, Horne, Rinaldi (Opera d'Oro)

David von Bordeaux optait pour le studio avec lou James.
Quel est votre avis ? Quel est l'avis du Docteur X. ?

P.S. Y a-t-il eu des productions scéniques du Prophète récemment ?

Avatar du membre
Clement
Alto
Alto
Messages : 447
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00
Localisation : PARIS

Message par Clement » 04 juil. 2005, 14:07

je ne connais que la version McCracken, qui me plait. il a été dit que les deux versions étaient complémentaires.
dernières production du Prophète : à Münster, justement (un des lieux de l'action), cette saison. Avant il y a eu un Prophète à Stockholm (mis en scène ?) et celui de Vienne, qui doit dater de 98 avec Domingo et Balsta. je ne sais pas si une production prochaine est prévue. (et c'est dommage ! une distribution superbe est possible !)

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 04 juil. 2005, 14:09

Pardon, cher Clément, j'avais oublié que tu avais donné ton avis hier. Oui, ça doit avoir de la gueule en scène ?

Real
Soprano
Soprano
Messages : 55
Enregistré le : 16 mars 2003, 00:00
Localisation : Au Québec
Contact :

Re: Le Prophète de Meyerbeer : enregistrements

Message par Real » 04 juil. 2005, 14:10

bajazet a écrit :
Si j'en juge par Amazon : le choix se pose entre deux versions dirigées par H. Lewis :
1) studio, avec McCracken, Horne, Scotto, Bastin (Sony)
2) live RAI, avec Gedda, Horne, Rinaldi (Opera d'Oro)
P.S. Y a-t-il eu des productions scéniques du Prophète récemment ?
Personnellement je préfère la version avec Gedda. Le chant racé de Gedda me plaît beaucoup et il a un sens des nuances absolument fantastique. Dans cet enregistrement, Horne est impériale en Fidès, Rinaldi incarne une Berthe vocalement et dramatiquement très crédible. Il y a eu, en 2004 je pense, une production du Prophète à Munster. Xavier pourra t'en dire davantage sur cette production.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 04 juil. 2005, 23:36

Docteur X. ? C'est pour une urgence. Vous comprnrez, vous êtes notre médecin référent ?

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Re: Le Prophète de Meyerbeer : enregistrements

Message par Xavier » 04 juil. 2005, 23:57

Je n'ai malheureusement pas tellement le temps de développer. Alors en bon feignasse, je recopie des passages du message que j'avais écrit dans le fil consacré à Jimmy :

Posté le: 05/06/2005 20:40 Sujet du message:

--------------------------------------------------------------------------------

Personellement, dans Berthe, je trouve Scotto stridente mais spectaculaire, aussi bien dans
Ce que je veux ? frapper, frapper, ce traitre ! au quatrième acte avec Fidès que dans O spectre épouvantable à la prison. Chez Rinaldi, qui m'a toujours semblé être une espèce de clône de Scotto en plus léger et moins aventurière en terme de répertoire, je n'entends que les stridences, mais rien, vraiment rien de spectaculaire.

En revanche, contrairement à Clément, je pense que la prise de son du studio avantage beaucoup Scotto en donnant une raisonnance et une sorte d'écho brillant à ses aigus. Dans la représentation enregistrée à la radio (avec à peu près la même distribution, à l'exception de Bastin et la même partition, hors le ballet), ses aigus sont beaucoup, beaucoup, plus durs.

Pour en revenir à Jean, et au sujet de ce fil, je trouve vraiment que Jimmy apporte à ce rôle une puissance dramatique, une habitation hallucinée, d'un intérêt sans commune mesure avec la probité linguistique et stylistique, mais un rien pâlichonne, du petit Brochet (gedda = brochet en suédois), dont je suis pourtant un grand fan.

Ecoutez par exemple "
Jean tu reigneras... Je suis l'élu, je suis le fils de Dieu". Jimmy ne chante pas son rôle, il habite Jean comme le fanatisme habite ce dernier.

Je signale par ailleurs que sur scène McCracken concluait Roi du ciel d'un suraigu tenu (comme Guy Chauvet, Janez Lotric à Vienne ou l'inconnu qui chantait le rôle à Munster) tel que celui qu'a enregistré Ben Heppner dans son récital français *

J'en profite pour proclamer la scène finale du IIIième acte, à partir de
Qui vous a sans mon ordre entraîné au combat jusqu'à ce Roi du ciel qui en fait figure de cabalette, comme une des plus grandes réussites de Meyerbeer, voire de tout le répertoire de ténor !

La construction dramatique, la puissance de l'orchestration, le caractère mystique et martial en même temps, la richesse mélodique, tout concours à galvaniser l'auditeur comme Jean galvanise les anabaptistes. En outre, de telles scènes, aussi longues et complexes, ne sont pas légions dans le répertoire.

Je ne comprends vraiment pas pourquoi les ténors dramatiques ne l'ont pas plus enregistré. L'ignorance sans doute.

X

* Inutile de préciser que Domingo, lorsqu'il le chanta à Vienne et malgré la transposition sauvage (deux tons ?) opérée dans ce morceau, s'en est sagement abstenu...


En fait, entre la version "Gedda" et la version "McCracken", c'est une question de goût... et de prix.

Personnellement je préfère la version avec Jimmy. Gedda, que j'adore dans tout ce qu'il a chanté, est d'une probité au-dessus de tout reproche. Son français est impeccable, son chant (en direct !) est à peu près exempt de défaut. Mais je trouve son incarnation un rien sage. Or, à l'inverse, Jimmy met une flamme qui rend parfaitement le fanatisme et la violence qui traverse cet opéra, de loin le plus dramatique de Meyerbeer. A côté de ça, il faut apprécier son timbre spécial, ses effets et une technique d'émission à horrifier le premier Werther venu.

Nouvelle cuisine ou plats épicés ?

Autour, la voix de Horne est très légèrement plus fluide en 70 qu'en 77. Scotto au studio est quand même plus intéressante que Rinaldi. Toujours au studio, Bastin chante Obertal, ce qui est un plus certain. Enfin, le son du studio est impeccable et le fameux ballet des patineurs est complet.

Point très favorable à la version concert de 1970, elle est vendue une bouchée de pain par Opera d'Oro. Tandis que la version CBS, dans un très beau coffret, contient un livret très complet, texte intégral et iconographie compris, mais du coup est vendue assez cher.

X

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 05 juil. 2005, 00:00

Je rajoute :
DavidLeMarrec a écrit :
Xavier a écrit :Pour en revenir à Jean, et au sujet de ce fil, je trouve vraiment que Jimmy apporte à ce rôle une puissance dramatique, une habitation hallucinée, d'un intérêt sans commune mesure avec la probité linguistique et stylistique, mais un rien pâlichonne, du petit Brochet (gedda = brochet en suédois), dont je suis pourtant un grand fan.
Xavier, merci.

J'étais mal parti, pourtant, ayant découvert un Otello nauséeux (on sentait l'homme de mer mieux qu'avec Cras, Britten ou Debussy, pour sûr), et ayant débuté dans Le Prophète avec Gedda, dont je ne suis pas un ardent thuriféraire, mais qui est incontestablement plein de classe, de goût, de justesse dans son incarnation.

Mais alors que je redoutais le pire dans son Jean que je ne songeais même pas à entendre, quel choc ! J'ai rarement entendu, toutes catégories vocales et tous répertoires confondus, une telle rage d'être. Chaque phrasé est ciselé, chaque attitude est habitée.
Non seulement il n'y a aucune posture dans son jeu, mais il porte aussi à son paroxysme l'éclatement des formes traditionnelles qu'entreprend Meyerbeer. Tout repère s'effondre au profit du drame.
Je pense à la (remarquable) chansonnette "Pour Berthe je soupire" - part, si je ne m'abuse d'une cavatine, très étirée et fondue dans des récitatifs, des ensembles, comme Meyerbeer excelle à le faire. Chez Gedda, tout respire la structure maîtrisée, le goût parfait, le port consciencieux et réussi du texte musical et littéraire. McCracken une fois passé, je n'ai plus rien reconnu, mais le souffle, la profondeur de ce qui est dit, m'ont complètement renversé.


J'ajoute donc mon témoignage émerveillé aux précédents.

David - grassementpayé

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 05 juil. 2005, 00:09

Merci, docteur X. ! Je suis conquis, et je vole à la version studio.

Et merci pour la rediffusion de la conversion miraculeuse de David. Mon cher Xavier, tu es le prophète du prophète.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 05 juil. 2005, 00:20

bajazet a écrit :Docteur X. ? C'est pour une urgence. Vous comprnrez, vous êtes notre médecin référent ?
Médecin traitant !

Le médecin référent, c'était un dispositif plus contraignant et seulement expérimental, issu la réforme Juppé de 96 et qui devrait disparaître.

X, qui pour une fois parle boulot sur ODB

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 05 juil. 2005, 00:23

Pardon, pardon, c'était un burdigalisme inopiné. :wink:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 40 invités