Régine Crespin - A Tribute (10 CD)

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 20784
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Régine Crespin - A Tribute (10 CD)

Message par JdeB » 20 nov. 2017, 12:41

A l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition, Warner réédite la quasi-totalité des récitals discographiques de la Lionne
Puisqu'il s'agit d’enregistrements très connus et parfois de référence, puisqu'une certaine critique avide de dithyrambes a galvaudé tous les superlatifs en saluant un "miracle" par semaine (sic), ce coffret hommage est surtout l'occasion de nous pencher sur la carrière au concert et en récital de Régine Crespin, dans les studios et en dehors.

Notre diva a donné son premier concert à Nîmes au printemps 1947 (elle venait d'avoir 20 ans) sous la baguette de son mentor et amant, Edmond Carrière (j'en ai retrouvé la date et le programme exacts pour la chronologie de ma biographie) et son dernier au Châtelet 38 ans plus tard.
Cet aspect-là de sa carrière s'est avant tout déployé en Amérique du Nord (toutes les grandes métropoles des USA et du Canada), avec quelques rares dates dans son fief de Buenos Aires, un concert à Puerto Rico et un autre à Rio, mais aussi en France (Paris, Lyon, Marseille, Strasbourg, Rennes, Le Havre, Lille, Aix et dans de nombreuses petites villes comme Albi, Grasse, Saint-Maur, etc, sans oublier La Côte Saint André, ville natale d'un certain Berlioz).
Elle s'est également produite dans de grandes villes allemandes (Munich, Stuttgart, Essen, Düsseldorf, Brême) mais très rarement plus d'une fois sauf à Hambourg (1960, 1967 et 1970 ) ce qui peut paraître bien étonnant pour une spécialiste du répertoire de lieder, de Wagner et de Strauss.
Elle a effectué une petite tournée en Asie en mars 1971 avec Janine Reiss (Osaka, Yokohama, Séoul) et donné quelques récitals et concerts dans le Benelux (Amsterdam, Anvers, Liège, Bruxelles, Luxembourg) et quatre à Londres entre 1963 et 1982.

Elle a eu comme pianistes, outre Janine Reiss déjà citée, Gerald Moore, John Wustman, John Newmark, Enrique Ricci, Christian Ivaldi, Geoffrey Parsons, James Levine et Aldo Ciccolini. En concert elle a été dirigée par P. Dervaux, DE Inghelbrecht, J. Levine, A. Lombard, J. Martinon, M. Plasson, M. Soustrot, M. Constant, G. Solti, J. Krips, E. Ormandy et B. Haitink.

Son répertoire de concert avec orchestre était centré sur Beethoven (Ah perfido !), Berlioz (Les Nuits d'été, extraits des Troyens et de La Damnation), Ravel (Shéhérazade) et Wagner (Air d'Elisabeth, Mort d'Isolde, Wesendonck) et un peu Chausson (Poème de l'Amour et de la mer) à la fin de sa carrière. En récital, on est surpris de constater que cette grande Maréchale, son "rôle-fétiche", n'y chantait presque jamais de Richard Strauss...

Elle a chanté dans des lieux insolites : l'Elysée au crépuscule de l"ère Pompidou, sur le Mermoz ou au Palace !

On a composé pour elle deux cycles de mélodies à la toute fin des années 1960, Cahier pour Régine du compositeur argentin Carlos Pemberton et Par le feu de Marius Constant sur des poèmes hermétiques de son ancien mari Lou Brudeur. Elle n'a enregistré ni l'un ni l'autre.

Il nous manque aussi sa mort de Didon de Purcell, des Haendel (mais oui !), les Poèmes juifs de Milhaud et quelques canciones de Guridi ou de Guastavino, ou le duo des Chats qu'elle a interprétés en public. Le live du concert à Hunter College nous restituant les Chansons de Monsieur Bleu de Manuel Rosenthal.

Régine Crespin n'aimait pas les micros...Mais bien heureusement la réciproque n'était pas vrai du tout. en témoigne cette riche anthologie agrémentée de trois raretés enregistrées pour ses amis offertes en bonus.

Dans cette caverne d'Ali Baba sonore, on retrouve une profusion de trésors qui tous portent la marque d'une grande dame du chant qui a su faire de sa passion des langues, d'une musicalité sans faille, de ses souffrances sublimées et d'un sens ultime de l'altitude autant de legs pour une postérité radieuse.

Jérôme Pesqué.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3138
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Régine Crespin. A Tribute (10 CD)

Message par EdeB » 25 nov. 2017, 16:54

Coffret hautement recommandé : c'est une leçon de chant au plus haut niveau... Warner a fait une réédition plus qu'utile, nécessaire...

Et pour ceux qui souhaiteraient l'image en plus, on trouve sur le site de l'INA une émission "Les Grands maîtres de la musique" autour de Berlioz, avec une interview de R. Crespin et quelques airs en concert, absolument sublimes ("D'amour, l'ardente flamme", "Le Spectre de la rose" et La mort de Didon)
Hélas, comme la plupart des grands interprètes lyriques de cette période, il ne reste que peu d'archives vidéo... :evil:
http://www.ina.fr/video/CPF86622910/les ... video.html
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 19 invités