Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2796
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par Loïs » 25 août 2017, 21:50

jerome a écrit :
25 août 2017, 21:40
Très belle version que cette version Masur je suis entièrement d'accord! Je précise que s'il y a un rôle où Gruberova est totalement inattaquable, c'est le rôle de Zerbinette y compris dans cette version! Elle est éblouissante! D'ailleurs, ce n'est pas compliqué: on n'a fait mieux ni avant ni après!
Si je confesse que je suis d'accord tu promets de ne pas le répéter à Stuarda?

marcelin duclos
Alto
Alto
Messages : 308
Enregistré le : 15 oct. 2013, 17:27

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par marcelin duclos » 25 août 2017, 22:04

Alors , oui, je sais , il n'y a pas le prologue. Mais la version Clemens Krauss1935 vous m'en direz des nouvellesBerger en zerbinetta, et SURTOUT le Bacchus de Roswaenge !!! Personne , pas meme Max Lorenz , n'a fait mieux......

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8033
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par jerome » 25 août 2017, 22:08

Berger c'est pas mal mais ce n'est pas du tout au niveau d'une Gruberova!

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2796
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par Loïs » 25 août 2017, 22:15

me gourge ou Strauss considérait que Micheau était sa Zerbinette préférée?

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8033
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par jerome » 25 août 2017, 22:33

Loïs a écrit :
25 août 2017, 22:15
me gourge ou Strauss considérait que Micheau était sa Zerbinette préférée
C'est possible mais Micheau, c'était en même temps plusieurs pointures au dessus de Berger ...

Avatar du membre
Adalbéron
Baryton
Baryton
Messages : 1701
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par Adalbéron » 25 août 2017, 23:43

Macbetto a écrit :
25 août 2017, 21:01
Pour en revenir à Ariadne je suis juste en train de me dire que c'est la seule oeuvre de Strauss qui m'est à un point totalement hermétique. Je suis complètement étanche même lorsque s'y illustrent les chanteuses que je vénère, c'est peut-être à cause de la Zerbinette de...non rien... dans la première version que j'ai entendue :mrgreen: .
Bon, encore une oeuvre à remettre en chantier d'écoute, ça finira bien par fonctionner!
Un peu pareil pour moi, mais il faut que j'essaye avec une autre version et pas dans le contexte dans lequel j'avais commencé à l'écouter. Le livret est formidable par contre.

(Je parie qu'il s'agit de Gruberova :mrgreen: ou de Dessay, peut-être...)
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing.
»
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par aroldo » 26 août 2017, 07:26

C'est rigolo : il a fallu que je fasse une remarque volontairement hyperbolique sur le timbre d'un soprano colorature pour que le fil décolle. C'est tellement ODB (et parfois un peu désespérant, il faut le reconnaitre) ! :mrgreen:

Moi, la seule oeuvre de Strauss que je n'ai pas pu écouter jusqu'au bout c'est la Femme silencieuse. Mais Ariadne ... bon sang, il n'y a rien à jeter à mes oreilles, ça pourrait ne jamais s'arrêter (d'ailleurs, il n'y a aucune raison pour que le duo s'arrête). La première fois que j'ai entendu le monologue (c'était par Schwarzkopf dans une compilation), ça a été une révélation. Et je trouve que tout est parfait, économie, proportion, lyrisme, rythme ...
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Discographie d'Ariane à Naxos de Strauss

Message par aroldo » 29 août 2017, 12:28

Écoute, pendant cette absence au forum, de la version que j'ai découvert être la meilleure de la bonne demi-douzaine que j'ai entendues jusqu'à présent, dans ma vie de discophile. Quand on lit mon enthousiaste des derniers jours, on se rend compte qu'Ariadne a eu beaucoup de chance au disque (personnellement, je ne disqualifie que la version Masur, qui m'a toujours profondément ennuyé). Là il s'agit d'un live (au son excellent) de Salzbourg, dirigé par Böhm, qui est tout simplement génial et à la tête d'un orchestre aux couleurs et à la lisibilité (sans parler de la virtuosité), sans pareilles. Rarement les interventions des nymphes auront semblé si rapides, si éloignées du milieu aquatique des filles du Rhin et en même temps si bondissantes, si séduisantes (il faut dire qu'il y a Popp et Otto !!!). Ravissement du début à la fin. Ravissement aussi en écoutant le Compositeur de ... oui, encore une fois Jurinac. En 1964, ce qui fascine chez elle, à côté de ses qualités de spontanéité et de naturel, c'est l'étonnante égalité de l'émission, la grandeur du velours, la maîtrise du vibrato. Comme souvent, dans ses enregistrements plus tardifs, elle ose aussi des nuances piano qu'elle ne faisait pas avant. Face à elle, les ruines enthousiastes de Schöffler. Les héros de l'opéra sont parfaits. Jess Thomas est, enfin, un Bacchus à la fois adolescent, séduisant, blond ... et disposant tout à fait de la stature de demi-dieu qu'on est en droit d'espérer. Lui aussi se promène presque dans le rôle, sans jamais laisser transparaitre l'effort. On peut en dire autant de Christa Ludwig (qui n'a presque pas chanté le rôle : elle sera remplacée par Hillebrecht à la fois au studio pour DG et pour les autres représentations dont une captée en DVD) dont le timbre, la texture, le grave, l'aigu, le medium et tout ce qui peut y avoir entre les deux sont d'une pure beauté stupéfiante. Le duo est un grand moment de Bel Canto. Je garde la délicieuse Zerbinette de Reri Grist pour la fin (en DVD, il semble qu'elle remporte totalement l'adhésion), au timbre moins entêtant (et donc agaçant) que dans d'autres disques, qui impressionne par son aisance en live dans le grand air à vocalise et sait surtout se montrer délicatement mélancolique. Virtuose et triste. Rococo, en somme.

Je suis passé par un coffret Membran pour écouter la deuxième partie du monologue (je suppose que la première est perdue) et tout le duo, en suédois, par Birgit Nilsson. Ce qui m'a le plus frappé, c'est certes la singularité (déjà) du timbre, son unique couleur tranchante ... et aussi une jeunesse presque fragile,assez étonnante.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 23 invités