Récitals mozartiens

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8024
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Récitals mozartiens

Message par jerome » 25 août 2017, 13:12

Stich-Randall n'a jamais été meilleure que chez Mozart, ça c'est certain! Pour autant, il vaut mieux ne pas écouter ensuite dans les mêmes airs Gundula Janowitz parce que là, que ce soit en termes de pure beauté vocale, d'émission, de qualité du chant, c'est un peu cruel pour Stich-Randall.
L'album de Jacqueline Brumaire est très sympa mais enfin, désolé de le dire, elle ne joue pas dans la même cour ...
Janowitz est tout en haut de l'escalier, Stich-Randall au milieu et Brumaire a le pied posé sur la 1ère marche sans pouvoir aller plus loin.

Macbetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 154
Enregistré le : 14 juil. 2006, 23:00
Contact :

Re: Récitals mozartiens

Message par Macbetto » 25 août 2017, 13:53

aroldo a écrit :
25 août 2017, 10:01
Énième écoute ce matin du récital de Stich-Randall (pour EMI). Pour moi, c'est parfait. On se demande comment quelqu'un peut tout réussir et aussi bien comprendre cette musique. Certes, je suis (j'ai toujours été) très sensible au timbre de Stich-Randall, à sa fascinante "incapacité congénitale au legato" (Kaminski), à son émission si particulière et à son absence de vibrato. Avec elle, j'ai toujours l'impression (un peu comme avec Deutekom) que quelque chose de hors du commun (sur le plan vocal, j'entends) est en train de se produire. Mais surtout, il est difficile de ne pas être conquis aussi bien par les suspensions de l'air de Pamina, ses pianissimos éthérés et extatiques, la reprise de l'air de la comtesse, sur le souffle, parfaitement conduite, la vélocité et le franchise des attaques dans "Ah se in ciel, benigne stelle" (dans ce qui reste pour moi la version de référence de cet air virtuose, un peu abstraite, presque géométrique, mais absolument fascinante), le ton intensément mélancolique et rêveur des deux airs d'Ilia, et, partout, les récitatifs, toujours extraordinaires et mobiles, puissamment caractérisés, avec un italien enchanteur, pas naturel, mais pas anglo-saxon non plus ... sans parler des détails de phrasé et de diction qui font le prix d'un tel disque et du confort de studio (le ton absolument désespéré et en même temps rempli de honte du récitatif juste avant le "Per Pieta" est, par exemple, magistral et s'entend mieux qu'en live). Un très beau récital, un peu oublié aujourd'hui, c'est dommage.

Pas mieux, pas mieux, pas mieux..... jamais mieux dit. Le plus bel air de Pamina de la création 8)

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8024
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Récitals mozartiens

Message par jerome » 25 août 2017, 13:58

ah non désolé mais le plus bel air de Pamina de la création c'est encore et toujours Janowitz! :wink:

Macbetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 154
Enregistré le : 14 juil. 2006, 23:00
Contact :

Re: Récitals mozartiens

Message par Macbetto » 25 août 2017, 14:55

jerome a écrit :
25 août 2017, 13:58
ah non désolé mais le plus bel air de Pamina de la création c'est encore et toujours Janowitz! :wink:

J'aime vraiment beaucoup l'inégale Janowitz, mais je ne suis pas d'accord avec toi sur ce coup. Je souscris à 200% à ce que dit Aroldo. Pero entre gustos y colores no han escrito! :wink:

Image

Mais je ne t'en veux pas du tout, tu m'as conseillé une chouette version live de Sutherland :D

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8024
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Récitals mozartiens

Message par jerome » 25 août 2017, 15:03

Sauf qu'à cette époque, Janowitz était tout sauf inégale! Elle est d'ailleurs l'une des vraies justifications de la version Klemperer de La Flûte enchantée. Avant elle, seules Tiana Lemnitz, Irmgard Seefried et Maria Stader se hissaient à un niveau semblable et après elle, seules Te Kanawa et Margaret Price approcheront ce degré de perfection.
A côté de Janowitz, Stich-Randall sonne fade (comme certains de ces timbres un peu vieillots et compassés qui pullulaient dans la 1ère moitié du XXème siècle)

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1753
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Re: Récitals mozartiens

Message par aroldo » 25 août 2017, 15:09

Je ne sais pas : même si la beauté du timbre, la finesse du grain de la voix aussi, sont très importants chez Mozart, j'ai besoin de plus d'angles, de fièvre, de mots et d'attaques et de moins de legato. Donc, en général, je ne suis pas le plus grand fan du monde de Janowitz dans ce répertoire (alors que je l'aime beaucoup ailleurs et même si j'ai eu une véritable révélation en l'écoutant dans le deuxième air de la comtesse). Je resterai sans doute éternellement fidèle à Stich-Randall dans ces pages que j'ai finalement entendues au disque un nombre ... conséquent de fois ! Mais enfin, chacun à son goût !

En parlant de ça, écoute tout à l'heure du récital d'Ameling (Philips) que j'avais aimé la première fois, moins aujourd'hui : là, pour le coup, il y a égalité de l'émission et soyeux du legato, mais j'y ai trouvé moins de charme et de chair, disons. Ça reste très beau, mais dès qu'il y a un peu de grave (air des marronniers) elle n'est pas à l'aise et dès qu'il y a un peu de sexe (les deux airs de Chérubin), il n'y a plus personne. Pour autant, c'est bien fait, bien senti, bien chanté. Et il y a des choses très réussies : le premier air de Fiordiligi est bien négocié et joli comme tout et, surtout, les deux airs de Zerline sont exemplaires, vraiment, bien campés, rustiques, très vifs, avec des vocalises ravissantes. Ils peuvent être parfois un peu passe partout, là, ça n'est vraiment pas le cas. C'est complété, dans l'édition la plus récente, par une poignée d'airs d'opéras comiques de Schubert où elle est, pour le coup, délicieuse, que ce soit dans le sourire ou dans la mélancolie.

J'ai enchainé ensuite sur le récital Berganza (derrière édition dans le coffret Decca Sound) : timbre aristocratique et personnel, nuances exquises, science du phrasé ("Non son piu"), un peu d'ennui aussi (les vocalises et le seria de l'air de Sesto). Mais admirable récitatif de "Ch'io mi scordi di te" (qui figure aussi dans le récital d'Ameling), un des plus beaux que j'ai entendus et le dialogue avec le piano est d'une grande musicienne. Dommage qu'elle soit parfois à la limite, donnant l'impression qu'il ne faudrait que de ça que la voix disparaisse totalement derrière l'orchestre et l'instrument. J'y reviendrai, il me manque les trois airs de Cosi Fan Tutte, encore.

Edit : Je termine le récital Berganza (attention, je vais certainement revenir à Strauss ensuite ...) : le premier air de Fiordiligi est étonnant de prudence et de réserve et on ne devinerait jamais ni la date (c'est vraiment une assez piètre vocalisatrice pour l'époque), ni la tessiture (un mezzo ?). En revanche, l'air de Dorabella est très élégant (mais n'a pas le charme de la version de Von Stade, par exemple) et pour le Per Pieta, on dirait que Berganza a mangé du lion. C'est ce que j'ai préféré dans le récital avec "Ch'io mi scordi di te" : quelques scories (des notes aigus un peu droites et mal reliées au reste) mais de l'animation, des couleurs, des variations de registre à profusion.
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

Macbetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 154
Enregistré le : 14 juil. 2006, 23:00
Contact :

Re: Récitals mozartiens

Message par Macbetto » 25 août 2017, 15:18

Je trouve que c'est un peu byzantin à ce degré d'excellence de décider qui est la meilleure? Puisque je te rejoins plus que largement sur Gundula.

Je ne crois pas qu'on puisse accepter le terme "fade" concernant Stich, mais tu le répètes assez souvent: timbres , beauté de la voix, sont finalement très personnels et subjectifs. Et quand Aroldo écrit " les suspensions de l'air de Pamina, ses pianissimos éthérés et extatiques" je repense à ce im Tode sein, jamais égalé à mon oreille et mille fois réécouté. A s'évanouir, c'est le cas de le dire!

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8024
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Récitals mozartiens

Message par jerome » 25 août 2017, 15:41

Bien sûr que c'est personnel mais chaque fois que j'écoute Stich-Randall ça me laisse totalement indifférent et j'ai tout de suite 6 ou 7 noms en tête de chanteuses qui chantent tellement mieux que ça! Et j'ai surtout un besoin irrépressible d'en écouter au moins une pour effacer l'écoute précédente.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 2726
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Récitals mozartiens

Message par Loïs » 25 août 2017, 16:19

jerome a écrit :
25 août 2017, 13:58
ah non désolé mais le plus bel air de Pamina de la création c'est encore et toujours Janowitz! :wink:
A t'on une version jeune de Lorengar car l'enregistrement de Solti arrive trop tard mais laisse deviner qu'elle a du sortir Janowitz?

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 8024
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Récitals mozartiens

Message par jerome » 25 août 2017, 16:23

Loïs a écrit :
25 août 2017, 16:19
A t'on une version jeune de Lorengar car l'enregistrement de Solti arrive trop tard mais laisse deviner qu'elle a du sortir Janowitz?
Trop tard ?? Faut pas exagérer quand même! Moi des Pamina aussi tardives, j'en veux bien des charrettes pleines aujourd'hui! :lol:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 22 invités